Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Commentaires de livres faits par Wonderbooks

Extraits de livres par Wonderbooks

Commentaires de livres appréciés par Wonderbooks

Extraits de livres appréciés par Wonderbooks

Les plus récents d'abord | Les mieux notés d'abord
Lorsqu'on me dit Pirates et univers délirant, je ne réfléchis pas : je fonce ! C'est suite aux conseils d'une autre Booknaute que je me suis lancée sur les mers d'Omerta au côté de la fille maudite du capitaine pirate et je ne l'ai clairement pas regretté. Cette BD est une pépite de A à Z et, même si elle a ses petits défauts, elle a tout à fait sa place dans ma liste diamant.

128 pages pour présenter un univers aussi riche que magnifique ? Le pari est réussi par Jeremy Bastian qui nous plonge dans un monde magique et décalé qui emprunte aussi bien à Pirates des Caraïbes qu'à Alice au pays des Merveilles. Le côté décalé, totalement absurde et imprévisible des Mers d'Omerta m'a beaucoup rappelé l'oeuvre de Lewis Carroll. Pour une énorme fan comme moi, c'est un gros point positif ! Etant tout aussi amoureuse de piraterie, je me suis vite laissée prendre au jeu et je me suis beaucoup attachée à l'héroïne. La fille maudite du capitaine pirate est une jeune fille combative, têtue et bien déterminée à retrouver son père. Je sens qu'elle nous réserve bien des surprises pour la suite !

Bien-sûr, comment peut-on parler de cette bande-dessinée sans évoquer le dessin ? Il y a beaucoup d'illustrateurs que j'adore et Jeremy A. Bastian vient de les rejoindre. Le travail graphique de cet ouvrage est juste phénoménal ! La majorité des BD que je lis sont en couleurs du coup j'avais quelques craintes de ne pas réussir à être immergée dans l'univers de celle-ci. Autant dire que ces doutes ont rapidement été mis au placard. Entièrement réalisée à l'encre de Chine, la BD nous offre des fresques immenses qui fourmillent de détails. On se surprend à rester plusieurs minutes sur une planche pour en apprécier tous les aspects : des décors aux costumes en passant par les personnages eux-mêmes. J'ai aussi aimé la typographie du texte : c'est vachement original !

Bref, La Fille Maudite du Capitaine pirate est sans conteste un des plus beaux ouvrages graphiques que j'ai pu lire ! Avec son univers riche, son côté totalement fou et son travail esthétique à couper le souffle, ce petit bijou a totalement su me transporter. Je ne regrette pas d'avoir le deuxième tome dans ma Pal !
Avez vous apprécié ce commentaire ? +1
Un bon moment de lecture passé en compagnie de ce roman du Disque Monde !!! Sur les trois Terry Pratchett que j'ai lu, je crois bien que c'est mon préféré. Je me suis énormément attachée aux trois sorcières et j'ai apprécié découvrir cet univers étrange de contes revisités. Bref, je ne sais pas où elles vont me mener mais mes aventures chez Terry Pratchett vont continuer... Ca, c'est sûr !
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 27-05
Comme je m'y attendais, ce fut une lecture très instructive et intéressante qui nous permet de voir les dictateurs sous un autre angle. Bien que que j'ai des choses à reprocher à ce roman (des longueurs, une plume pas assez intimiste), je ne peux pas nier que ce fut une plongée intéressante dans un pan trop souvent dissimulé de la vie de ces hommes qui n'est absolument pas à négliger.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Une lecture truculente à la hauteur de mes espérances ! La plume fluide de Raphaël Albert nous entraîne dans un Paris magique peuplé d'elfes, de trolls et autres créatures. Ajoutez à cela une enquête lente à la mise en place mais captivante une fois lancée et un humour décapant et vous obtenez un pur régal livresque. Une belle surprise qui mérite clairement le détour !
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 24-05
Un manga assez spécial qui nous plonge dans un monde post-apocalyptique et plus particulièrement, dans une prison où des épreuves mortelles sont les seuls moyens aux détenus de survivre. Ce manga est peut être un peu trop violent pour moi mais je n'ai pas trop accroché . En même temps, c'était pas une mauvaise lecture mais je ne suis pas curieuse de découvrir la suite ! Affaire à suivre.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Une nouvelle plongée dans mon genre préféré qui ne m'a pas du tout déçue. Un roman qui m'a convaincue et que je ne peux que recommander.

Dans ce roman, on rencontre un club d'érudits (aussi bien des scientifiques que des intellectuels ou bien encore des nobles) qui se réunie au manoir d'un physicien retraité, le professeur Brussière. Leur intérêt principal reste la biomutation ou grosso modo la capacité qu'on les machines à évoluer. Mais, le quotidien du petit comité de grosses têtes et de curieux va être bouleversé par l'arrivée d'Eugenia. En effet, cette mystérieuse jeune fille s'avère être l'andréïde ou bien la première femme artificielle de tous les temps. Oui, ça en jette ! Mais bon, Eugenia est loin d'être une simple machine froide et mécanique et elle est en quête de son créateur. Le club va donc lui venir en aide et plonger dans un parcours sinueux au cœur d'un univers qui sent bon la vapeur et le mystère, le tout au nom de la science !

Le plus gros atout de ce one-shot est sans conteste ses personnages tous plus atypiques les uns que les autres. Chacun d'eux a une personnalité qui lui est propre et un joue un rôle clé dans le roman. Je serais incapable de citer mes préférés mais j'avoue que j'ai beaucoup aimé Barberine, une vieille femme médium, hyper bienveillante qui n'a pas hésité à venir en aide à notre Eugenia nationale dans sa quête identitaire.

Ce roman steampunk, contrairement à beaucoup de ceux que j'ai pu lire, se concentre vraiment sur un aspect scientifique et philosophique. En effet, au fil des aventures rocambolesques vécues par nos protagonistes, Marie-Lucie Bougon nous partage une réfléxion sur la nature humaine. A quel point la frontière humain et machine est t-elle mince ? Est-ce que les machines ont une âme ? Bien-sûr ces réflexions ne trouvent pas de réponses dans ce roman mais il a le mérite de nous faire cogiter sans tomber dans débats pompeux.

Bref, en tout cas, ce roman est vraiment réussi et je le recommande à tous les amateurs du genre !
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 19-05
Avec une couverture et un résumé pareils, Show Stopper ne pouvait qu'attiser ma curiosité de lectrice. Malheureusement, les premiers avis n'ont fait que déclinés mon enthousiasme. Autant dire que ce dernier a été encore plus réduit quand j'ai enfin plongé mon nez dans ce roman.

Si je devais citer les points positifs de ce roman, je dirais dans un premier temps l'écriture de l'autrice. Même si j'ai pris du temps à lire ce roman, la plume est fluide et dynamique. L'autrice décrit bien son univers et ses personnages.

Les idées étaient également bonnes. Etant une grande fan de l'ambiance des cirques, j'avais de quoi être satisfaite avec ce cirque assez particulier dans lequel la mort est omniprésente. En effet, par moment, l'univers a su me captiver avec tous les tours spectaculaires et l'ambiance assez glauque qui se dégage du lieu. L'autrice avait aussi prit le parti de critiquer les inégalités sociales et le racisme en opposant 2 populations. D'un côté, les Bâtards qui sont des artistes de cirques et les Purs qui sont les spectateurs.

Malheureusement, c'est dans l’exécution du tout que le bât blesse. D'une part, opposer deux populations pour faire une critique du racisme est une bonne idée mais LE MANQUE DE NUANCE dans ce roman est flagrant. C'est très très manichéen. Dans le même sens, le fait que le héros arrête d'être raciste en deux secondes après avoir vu une Bâtarde un peu mignonne qui lui plaisait alors qu'il a été élevé dans un milieu raciste n'est absolument pas crédible. Comme autre preuve du manque de réalisme de cette dystopie... eh bien le fait que cela en soit une justement ! Nous sommes en 2020, l'histoire se déroule en 2045. Autant vous dire qu'il y a très peu de chances qu'en 25 ans, on arrive à ce type de société. Par rapport à cela, j'ai aussi trouvé la violence et le côté gore qui se dégagent du roman purement exagérés.

Maintenant, attaquons-nous à ce qui fait le plus mal : la romance. J'ai déjà enduré beaucoup de romances cucus en YA mais là, on touche le fond. Non, parce que sérieusement, le roman se déroule sur 3 jours et, au bout de 3 JOURS, les deux personnages sont prêts à faire tout l'un pour l'autre. Oui, c'est carrément comme ça que cela se passe dans la vraie vie... Non j'ai même pas les mots là. Ca m'agace vraiment que beaucoup d'auteurs s'attachent à nous partager une vision édulcorée de l'amour. C'est vraiment nous prendre pour des jambons !

Rassurez-vous ça ne rend pas les plus attachants. Ben enchaîne les actions ridicules sans queue ni tête tellement il est obsédé par Hoshiko. Hoshi, quand à elle, aurait vraiment pu être intéressante mais elle devient rapidement nunuche dès qu'elle commence à tomber amoureuse de Ben. Bref, un désastre sans nom et une logique totalement absente.

Bref, je n'ai pas du été convaincue de ma lecture et je ne lirais CLAIREMENT pas la suite de la série !
Avez vous apprécié ce commentaire ? +1
date : 19-05
Ce titre m'a laissée mitigée mais intriguée !!! En effet, l'histoire est bien classique d'apparence et le dessin est loin de m'avoir plu. Mais, je me suis fortement attachée à notre anti-héros et à tout cet univers qui s'est construit dans ce tome 1 ! C'est pourquoi je lirais bien la suite.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 17-05
Merci aux éditions Dargaud d'avoir mis cette BD gratuitement sur leur site. J'étais intriguée par les thématiques et j'ai été plutôt satisfaite de ma lecture !

L'auteur a imaginé un club réunissant les écrivains de romans policiers du début du XXe siècle qui élucident des mystères tous ensemble. Ces derniers sont invités sur l'île d'un milliardaire en Cornouailles. Ce monsieur voudrait leur montrer une invention : un robot capable de résoudre des crimes. Or, le soir même de la présentation, le milliardaire va être assassiné.

Jean Harambat s'amuse avec les codes du roman policier. J'ai beaucoup aimé cet aspect même si je n'avais pas toutes les références en terme d'auteurs (hormis Agatha Christie, les autres étaient inconnus au bataillon). Toutefois, les personnages restent sympa. Une bande de joyeux lurons qui s'amusent à résoudre un mystère en utilisant ces tropes qu'ils utilisent dans leurs romans.

Malgré ça, je me suis beaucoup ennuyée avec cette BD. Du début à la fin, je me suis vraiment ennuyée... J'ai aussi eu du mal avec les dessins.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Un premier tome assez prometteur !! L'univers est hyper original : en effet, on est plongé dans un monde où les femmes sont au pouvoir et présentes en majorité. Les thématiques sociétales soulevées dans ce roman sont très intéressantes. J'ai du mal à voir où l'intrigue va aller mais j'ai 16 tomes pour l'apprendre.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 16-05
Mon premier roman de Jack London. J'avais un peu d'appréhension face à cette lecture, n'aimant pas trop les classiques et encore moins les histoires où l'on suit des animaux. (NON je n'aime pas la guerre des clans, my bad). Au final j'ai été plutôt satisfaite par ma lecture !

L'histoire ne débute pas tout de suite du côté de Croc-Blanc. On suit le point de vue de sa mère avant même qu'il naisse. Le début est assez dur car il se déroule dans un contexte de famine. Mais c'est indéniablement beau et bien écrit !

Ensuite, on commence à suivre Croc-Blanc, son évolution, sa vie. J'ai adoré le suivre contrairement à ce que je pensais. Le voir faire ses premiers pas dans la nature. C'est indéniablement touchant de le voir évoluer et changer au fil du temps et aussi intéressant de voir la société et les Hommes de son point de vue.

La plume de Jack London est un délice. Il sait vraiment décrire son univers, ce qui nous plonge totalement dans l'histoire au côté de Croc-Blanc. Les seuls points négatifs pour moi, ce sont les répétitions au niveau du scénario et la fin que je trouve un peu précipitée.

Bref, j'ai trouvé que c'est un beau roman !
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Une petite relecture avec ce titre, qui a réussi (enfin) à me satisfaire !!! Les dessins sont vraiment réussis. Les thématiques sont intéressantes. Il me tarde de découvrir comment l'humanité a pu être transformée en pierre de cette façon. Les personnages ne sont pas très originaux mais je suis quand-même motivée pour lire la suite de leurs aventures.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Etant très fan d'êtres démoniaques (car j'en suis moi-même un), c'est ni une ni deux que je me suis lancée dans Blue Star Exorcist qui semblait très prometteur. Malheureusement, j'ai été déçue parce que je m'attendais à quelque chose de plus original.

En vrai, le manga est pas mal du tout. C'est un shonen classique avec de l'humour, des combats, un gars et une fille qui ne s'entendent pas du tout et bien-sûr des démons monstrueux. Mais, c'est vu et revu. Rien n'est novateur dans ce manga.

Pour cela, je ne poursuivra pas avec la suite. Néanmoins, si vous cherchez un shonen classique, il pourrait vous plaire !
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 13-05
[LU EN VO]

J'avais pas mal d'à priori vis à vis de ce roman. A vrai dire, tu me sers une couverture VF pareil un peu cucul la praline, ça ne me dit rien qui vaille. Au final, j'ai bien fait de me lancer dans ce roman qui, loin d'être mièvre, m'a fait ressentir plein d'émotions et qui me marquera probablement à jamais.

Dans ce roman, Lisa See nous embarque vers la Chine du XIXe siècle où nous allons suivre l'histoire d'amitié entre deux petites filles, Snow Flower et Lily, de l'enfance à l'âge adulte. Jusque là, cela peut paraître très banal mais c'est bien loin d'être le cas... Les deux jeunes filles ont été désignées comme laotong, ou bien âmes sœurs car elles sont nées le même mois, le même jour à la même heure. Malgré le fait qu'elles ne se soient jamais vues et qu'elles soient originaires de milieu sociaux très différents, les deux filles vont se lier d'amitié très facilement et devenir de véritables confidentes l'une pour l'autre.

Dans ce roman, la narratrice est Lily qui, à l'âge de 80 ans, raconte son histoire à travers le fil rouge de son amitié avec Fleur de Lys. C'est vraiment beau, magnifique mais aussi extrêmement touchant. A travers son récit, c'est toute un pan de la culture chinoise du siècle qui nous est dévoilé. Autant dire que c'est intéressant mais aussi extrêmement dur. Cela contraste fortement avec le traitement de l'amitié dans le roman. Sans tomber dans le pathos, l'autrice nous décrit une amitié entre deux jeunes filles bien réaliste. Cette dernière se scelle certes par un contrat bien réel mais aussi et surtout par une complicité et un réel soutien entre les deux protagonistes. Evidemment on est bien loin d'une vision édulcorée car l'amitié des deux filles restera extrêmement fragile et connaîtra des moments de faiblesse vraiment dramatiques.

Ce qui m'a particulièrement bouleversée dans cette lecture, c'est tout ce que j'ai pu apprendre sur la condition féminine en Chine à cette époque. La vie d'une femme était clairement un enfer. Elles étaient à peine considérée comme un être humain et leur vie rimait très clairement avec silence, obéissance et isolement. Toute au long du récit, l'autrice nous dévoile les grandes étapes de la vie d'une femme sous l'ancien régime. Le lecteur est projeté dans un univers étrange voire totalement secret et inconnu pour un lecteur occidental ce qui crée une ambiance assez intimiste et extrêmement poignante.

Lily est d'origine paysanne et a grandit dans une habitation assez médiocre avec ses parents, ses frères et sœurs, sa grand-mère, son oncle et sa tantes et ses cousins. Autant dire que c'était loin d'être le bonheur pour la petite fille qui, du fait de son sexe et de son genre, a vite été sous-considérée par les adultes notamment sa mère qui ne lui a jamais témoignée aucune forme d'affection. Mais, les choses vont changer en partie, grâce à ses pieds.

En effet, ce roman s'attarde fortement sur la pratique des pieds bandés était monnaie courante. Elle cherchait à réduire la taille des pieds des femmes (7 cm !) ce qui leur permettait de correspondre à un standard de beauté et également avoir un meilleur mariage. Ainsi, une fille d'un milieu modeste peut espérer un mariage avec un homme d'un milieu plus aisée. Ce que j'ai particulièrement aimé dans ce roman, c'est la délicatesse avec laquelle Lisa See aborde son sujet. Elle le fait à la fois avec élégance mais sans pour autant faire preuve d'hypocrisie et ne pas nous dire ce qu'entraînait réellement cette pratique.

Au final, ce que j'ai préféré dans son roman, c'est sa beauté certes mais aussi son authenticité. Comme l'a dit la youtubeuse Lemon June dans sa vidéo, Lily raconte son histoire une fois vieille à la fois pour se libérer du silence dans lequel elle a été plongé durant des années et aussi pour porter la voix de son amie Snow flower, décédée avant d'avoir pu sortir du silence.

Un dernier mot ? Lisez-ce livre tout simplement.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 12-05
Un premier tome sympathique mais pas très original selon moi. Je me suis un peu ennuyée et vraiment le scénario est hyper classique. Je ne suis pas du tout fan du dessin qui fait assez "retro".

Néanmoins la dimension avec les esprits est intéressant. Peut-être que je lirais la suite si je la trouve facilement !
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Une lecture qui me laisse mitigée... C'est en partie du au fait que je n'ai pas été emportée par l'histoire et que, malgré la taille du bouquin, le style ne soit pas hyper fluide. Le rythme est un peu trop saccadé pour moi et l'univers manque de descriptions. Mais ce dernier reste assez intriguant, contrairement aux personnages qui ne m'ont pas convaincue. Je ne suis pas sûre de lire la suite.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Yasmina vit seule avec son père, celui-ci travaille dans un fast-food mais son boulot ne lui rapporte pas grand chose. Pour nourrir le foyer sans avoir à payer, Yasmina, passionnée de cuisine, concocte de bons petits plats avec les légumes trouvés dans des jardins partagés ou volés dans le potager de sa voisine. Le fumet de ses délicieux mets se diffusent dans le quartier, mettant l'eau à la bouche à voisins et passants. Or, les choses vont se corser lorsque le gérant d'une grosse boîte va commercialiser des chips qui rendent les habitants de la ville complètement fous...

Une lecture fort sympathique qu'il est bon de voir dans le paysage de la littérature jeunesse. La BD critique la malbouffe et prône l'importance du fait-maison et des produits locaux. Certes, on est pas sur du militantisme très poussé (la morale finale est quelque peu rapide) mais aborder ce sujet avec des enfants est selon moi important. L'héroïne est attachante, maline et vraiment agréable à suivre ! Même si on aime pas la cuisine, son amour pour ce loisir est communicatif et la BD donne faim et motive à cuisiner soi-même.

A titre purement personnel, je n'ai pas aimé les dessins. Mais, ce n'était pas ce qui m'attirait de base dans le titre alors je ne jugerais pas.

Quoiqu'il en soit, c'est une très chouette bande-dessiné jeunesse actuelle et dense que je ne peux que conseiller !
Avez vous apprécié ce commentaire ? +1
Un manga très original, qui rappelle "Il était une fois la vie" (les vrais savent). Le manga est très instructif et la personnification des acteurs du système immunitaire est assez sympa. Malgré tout, je ne ressens pas l'envie de lire la suite. En effet, les planches trop chargées et le fil conducteur emmêlé m'ont laissée un peu mitigée.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 07-05
Une très belle adaptation graphique du conte de Grimm, Le plus gros point fort de la BD étant incontestablement son dessin. Pour ce qui est du reste, pour une fois on reprend la vrai histoire de Blanche-Neige (pas celle du Disney) mais il manque quand-même quelque chose . Les auteurs ne se sont pas assez détachés pour offrir un véritable renouveau ou donner un nouveau souffle au conte... Dommage !
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 07-05
Un très bon roman qui aborde une facette assez méconnue de la Première guerre mondiale. La plume de Lemaitre est fluide. Malheureusement, même reproche qu'au film : je n'ai pas réussi à m'attacher aux personnages. Néanmoins, cela reste un très beau roman atypique et qualitatif !!!
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Une petite relecture qui fait toujours autant plaisir !!! Un manga fait pour les amoureux des livres avec des références et une ode au métier de bibliothécaire et à la littérature jeunesse. On ne peut que s'attacher aux personnages. Il me tarde lire le tome 6 !!!
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 04-05
Une lecture dans laquelle je voulais me lancer depuis longtemps. Mais, il faut avoir le mood pour. En effet, dans ce roman, on parle d'actualité brûlante et l'histoire s'inscrit dans un contexte profondément misogyne. Un univers terrifiant où la parole est d'or et le silence, d'argent.

Au moment où commence notre histoire, cela fait 1 an que le Mouvement Pur est à la tête des Etats-Unis d'Amérique. Son chef, le révérend Carl, gouverne son pays d'une main ferme et a déjà bien entamé la transformation à laquelle il aspire : une société faite par les hommes pour les hommes. Au bras de chaque femme et fille du pays, un étrange bracelet compteur de mots. Chacune en a droit à 100 par jour, pas plus sous peine d'écoper d'une punition. C'est dans cet univers où des patrouilles sillonnent les rues à la recherche d'éventuels rebels et où tout le monde se surveille qu'évolue Jean, ex-docteure en neurosciences et mère de 4 enfants. Or, elle n'a pas dit son dernier mot...

La narration est plutôt bien pensée. En suivant le point de vue de Jean, on vit à l'intérieur du système Pur. Ainsi, on découvre l'horrible quotidien des femmes, rythmé par les vibrations d'un bracelet au poignée, les examens gynécologiques dont les résultats sont transmis au mari et évidemment la misogynie. Que ce soit les médias qui tentent de prouver par A plus B que la femme cause moins de dégâts en restant dans sa cuisine ou encore les fils qui sont persuadés que c'est à leur mère de faire les courses de la semaine. Autant dire que la colère de Jean est palpable et communicative.

Dans cette société, les femmes ne sont malheureusement pas les seules qui trinquent. Malheureusement, la communauté LGBTQ+ est également victime de la répression gouvernementale. Les homosexuels et les lesbiennes sont enfermés jusqu'à adopter une sexualité normalisée : l’hétérosexualité. Les femmes adultères ou avec un train de vie trop libertin en prennent aussi pour leur grade. Vous l'avez bien compris, la critique que renferme ce roman est loin d'être subtile mais elle est totalement justifiée.

Par contre, je ne valide absolument pas la morale du roman qui est vraiment culpabilisante. Pour la faire courte, l'autrice met en parallèle Jackie et Jean, deux amies, l'une militante l'autre non, qui finissent par se retrouver et se tomber dans les bras. Jean avoue alors qu'elle a eu bien tort de ne pas militer et que si elle l'avait fait, on en serait pas arriver à cette société-là. En gros, la morale c'est qu'à force de ne pas aller militer dans la rue, les femmes récoltent ce qu'elles ont semées. Cette morale est pour moi problématique et trop extrémiste. NON ce n'est pas de la faute des femmes qui ne sont pas descendu dans la rue que la société patriarcale est ce qu'elle est. Tu as le droit d'être une militante silencieuse et, contrairement à ce qu'en dit l'autrice, tu n'as pas à complexer sur ça. Mais bon, je pense juste que c'est maladroitement formulé mais c'est dommage que cela soit qui reste du bouquin.

Pareillement, autant la lecture est fluide 300 pages durant, autant la fin m'a laissée sans voix... Dans le mauvais sens du terme !!! C'est brouillon, tout va trop vite, la rigueur scientifique dont faisait preuve l'autrice est bafouée. J'avais limite l'impression que ce n'était pas la même personne qui écrivait. Tout cela, nous amène à un dernier chapitre qui ne conclut pas bien l'histoire.

Malgré tout, Vox est un livre qui a rempli sa mission (me choquer, m'agacer et me faire réaliser que toute lutte pour nos droits en tant que femme n'est pas veine) et qui, en tant que dystopie, est hyper intéressant. Donc, même si j'ai été un peu déçue dans l'ensemble, je pardonne ses maladresses et suis bien intéressée de lire The Handmaid's Tale dans le même genre.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Une très brève lecture steampunk truculente et extrêmement convaincante !!!! L'univers à mi-chemin entre SF, steampunk et western m'a totalement séduite de part son atmosphère intrigante. Je pense me procurer l'intégral papier pour lire la suite des aventures de Lady Bang !
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Après mon coup de foudre pour Eclat(s) d'âme, il était évident pour moi de me jeter sur le nouveau titre de la mangaka paru chez Akata il y a peu : Nos cœurs évanescents. Magnifiques planches et musique, il ne m'en fallait pas plus !

Dans ce manga, il n'est pas question d'identité sexuelle mais d'un garçon hypersensible très doué en chant qui cherche à trouver sa voie grâce à sa magnifique voix. Si on fait comme si on avait pas vu mon magnifique jeu de mots, ce premier tome se concentre sur ses premiers pas dans la chorale où il va se faire des amis et trouver sa place après tant d'années où il a été victime de son hyper émotivité.

Même si ce ne fut pas le coup de foudre comme pour Éclats d'âme, j'ai été complètement emportée avec ce premier tome ! La mangaka,aborde cette fois-ci le thème de l'hypersensibilité (thématique qui me touche personnellement) avec justesse et sans misérabilisme. Les planches sont sublimes encore une fois. Puis cette dimension musicale ne fait que parfaire le tout. Hâte de lire la suite.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 02-05
Une lecture qui m'a fortement attirée en partie à cause de sa très belle couverture mais aussi de son synopsis pour le moins alléchant !! Je n'ai pas été déçue par ce premier tome extrêmement prometteur !

Le plus gros point fort du roman est sans aucun doute son univers ! Déjà, j'avais totalement oublié que l'histoire se déroulait à Paris. Enfin, à Paris... Dans un Paris fantaisiste et fantasmagorique dont l'ambiance onirique m'a beaucoup rappelé le Paris d'Amélie Poulain. D'ailleurs, conseil bonus : mettez vous la musique du film de Jean-Pierre Jeunet en fond sonore pendant que vous lisez, on s'y croit encore plus !!!!

L'univers construit par Megan Shepherd est à mi-chemin entre le sombre et le merveilleux. Elle reprend des codes très populaires des contes de fées tels les sorcières et les gobelins mais y ajoute sa petite touche personnelle et ça fait immédiatement son effet !!! En tout cas, j'ai aimé découvrir cet univers fascinant, situé au cœur du notre.

J'avoue avoir eu du mal à m'attacher aux personnages mais je ne peux m'empêcher de reconnaître leur potentiel.
Au début, ils sont tous soumis à la sorcière Mada Vittoria. L'un est un tueur à gages, l'autre un chauffeur et Anouk, elle, est une servante. Mais, au fil des pages, ils vont se libérer de leur chaînes et nous dévoiler leur vraies personnalités. Certes, ils goûtent enfin à la liberté mais ils font également des erreurs. Leur naïveté aura d'ailleurs tendance à nous énerver. Mais, on ne peut s'empêcher d'avoir un peu d'empathie pour eux par moment. En fait, ils sont juste humains.

Toutefois, même si ils gagnent en maturité au fil de l'oeuvre, les personnages restent des archétypes de ce que l'on peut voir dans la Fantasy YA : le prince charmant, la jeune fille innocent et le serviteur du méchant (pas si méchant que ça). Un peu agaçant d'avoir cela... Mais, à vrai dire, ce sont des lieux communs des univers de contse et ces clichés sont vite surpassés par un vrai talent d'écriture.

En effet, si l'histoire débute lentement, on est très vite embarquée dans le vif de l'action grâce à la plume fluide de Megan Shepherd. L'intrigue se complexifie au fil des mots pour prendre des tournants inattendus. A un moment, j'ai bien crû que l'autrice avait perdu le fil de son histoire et qu'on allait alors tomber dans une forme de facilité. Mais, elle a su retomber sur ses pattes afin de nous offrir un final digne de ce nom !

Pour synthétiser le tout, malgré quelques facilités scénaristiques et des personnages parfois trop clichés, j'ai été totalement séduite par Grim Lovelies en particulier grâce à son univers magical frenchy (si j'ose dire). Bref, j'espère que le second tome, Midnight Beauties, saura autant me convaincre !!!
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Je ne m'attendais à rien et, pour autant, j'ai passé un excellent moment de lecture !!!! L'ambiance mi-western mi-XIXe siècle qui se dégage du manga est hyper agréable. Les personnages m'ont plutôt convaincue également. Mais, ce qui m'a séduite en premier, c'est le concept de base du manga qui est vraiment génial. Bref, je suis hyper intriguée et j'espère pouvoir me procurer la suite !!
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0