Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de vampiredelivres : Ma PAL(pile à lire)

retour à l'index de la bibliothèque
Les Aventuriers de la mer - Intégrale, tome 1 : L'arche des ombres Les Aventuriers de la mer - Intégrale, tome 1 : L'arche des ombres
Robin Hobb   
Moi qui ai adoré les cycles de L’Assassin Royal, j’ai pris du temps avant de me lancer dans la lecture des Aventuriers de la Mer, trilogie prenant place dans le même univers que l’AR et au milieu des deux premières trilogies de l’AR. Et j’ai regretté de pas avoir lu avant ! Effectivement, il s’écoule 15 ans entre les deux trilogies de l’AR et les Aventuriers de la Mer les comblent en partie, mettant en scène des personnages que l’on retrouve ensuite dans l’AR (notamment dans Le Fou et l’Assassin, dernière trilogie de l’AR). Et je pense que j’aurais bien mieux apprécié et compris les personnages croisés dans le Fou et l’Assassin si j’avais lu les Aventuriers de la Mer avant… enfin, tant pis.
J’en ai pensé quoi, finalement ? Benkecétébi1kool. Quelques longueurs à la lecture, avec des dialogues redondants, des états de conscience des personnages qui se répètent, des scènes plus ou moins longuettes… mais, globalement, chaque discussion, chaque action, chaque scène a son impact sur la narration du livre (une idée de « destin » qui sied bien à l’univers de R. Hobb) et mène à ce final dingos du tome 1. Si j’ai pris mon temps pour lire les ¾ du livre (il est plutôt costaud faut dire), le dernier quart a été dévoré en une soirée tant les événements, les personnages, convergeaient dans une même direction pour se rencontrer en explosant.
Ce tome 1 a un goût d’introduction des personnages (R. Hobb ayant analysé et présenté ses personnages le plus finement possible, mettant aussi bien en scène une jeune femme égoïste, mais indépendante, un homme autant dévoré d’ambition que d’affres du passé, un père de famille persuadé qu’il faut éloigner les femmes de la gestion de la société pour les protéger des souffrances de celle-ci, une Vivenef (un bateau vivant quwé) déchirée entre ses peurs et ses espoirs, une enfant souhaitant devenir une adulte trop tôt au goût de sa mère, un jeune homme écartelé entre sa foi et ses devoirs… bref, des personnages aussi variés que hauts en couleur, avec jamais un personnage qui ne semble creux) mais promet pour les deux prochains tomes un concentré d’action, d’approfondissement des personnages et de convergences des événements.

par louji
Maus, un survivant raconte, tome 2 : Et c'est là que mes ennuis ont commencé Maus, un survivant raconte, tome 2 : Et c'est là que mes ennuis ont commencé
Art Spiegelman   
J'ai pas mal travaillé sur cette BD pour avoir fait mon histoire des arts dessus, et c'est un livre fantastique. Une pépite d'or. Le fait que les personnages aient des têtes d'animaux rend le livre moins dur, contrairement à d'autres livres du même sujet. Tout est génial dans ce livre.

J'ai tout de même préféré le premier tome, bien que je ne puisse expliquer pourquoi.

par Sinette48
Les Furtifs Les Furtifs
Alain Damasio   
Cette lecture a été aussi captivante qu'exigeante. Comme beaucoup, j'avais découvert Alain Damasio par la lecture de "La Horde du Contrevent " et avais été séduite par sa puissance d'imagination et sa capacité à réinventer le langage et ses codes. Je n'ai pas été déçue par ce nouvel ouvrage! L'histoire se situe dans une société un tout petit peu plus vieille que la nôtre , où la vie de chacun est régie par des élites commerciales dirigeantes, qui grâce à un arsenal d'outils hyperconnectés , maintiennent la population dans un artéfact de cocon confortable où chacun renonce de son plein gré à toute réflexion individuelle au profit d'un quotidien plus où moins virtuel sensé correspondre à ses désirs. La mise en garde sur ce que pourrait devenir nos libertés avec la prolifération de l'intelligence artificielle est facile à deviner . Mais la créativité ne s'arrête pas là . D'abord parce qu'on découvre une poignée de personnages attachants qui ont conscience de ces risques et entrent en résistance , en s'enrichissant les uns les autres de leurs différence pour réfléchir de façon collective, et aussi parce que l'auteur , à l'opposé de ce monde hypermatérialiste, développe son intrigue autour d'êtres imaginaires, "les furtifs", qui eux, s'ont l'essence même du vivant . Alain Damasio fait là encore preuve d'une imagination inouie sur le plan linguistique , leur inventant une forme de langage avec sa syntaxe propre, jouant avec des allitérations singulières pour chaque personnage au fur et à mesure du développement de l'intrigue, déclinant un champ lexical et typographique propre à chacun, avec des néologismes éclatants de clarté. Absolument brillant! Le seul petit reproche que je pourrais faire , est que pendant les scènes de bataille, l'abondance de termes très techniques , réels ou imaginaires nuit parfois à la fluidité du récit. L'auteur aborde aussi une réflexion sur les modes de gouvernance , qui sonne comme une mise en garde envers certains discours politiques bien actuels : il est plus facile de fédérer une population autour d'une peur de l'étranger que de fédérer autour d'un projet constructif d'acceptation de l'autre..Autre niveau de lecture de ce livre : c'est aussi une histoire de famille : un couple de parents est confronté à la disparition de sa fille. Comment gérer l'absence , le deuil? Bref , un livre d'une richesse hors norme , à lire et conseiller .