Livres
514 940
Membres
528 062

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Commentaire ajouté par vagabonde 2013-03-04T23:14:39+01:00

Je vais être honnête d'entrée de jeu : Non, ce bouquin je le sentais vraiment pas. Non, ça ne me choquais pas l'idée que JKR écrive comme ça. Non je n'aime pas particulièrement la couverture. Et oui, ô grand oui, je suis lasse des gens et des critiques qui catégorisent, étiquettent, rangent, classent JK Rowling dans telle ou telle catégorie sous prétexte qu'elle a écrit une des meilleures (pour ne pas dire la meilleure), saga de l'histoire de la littérature anglaise.

Il y a des putes, des pédophiles, des histoires de queues, de vagin et de lesbiennes. Des pipes, des cimetières, du cannabis, des mensonges et des assistantes sociales. Et alors ? Pourquoi JK Rowling n'aurait pas le droit d'écrire ce qui lui chante ? Parce qu'elle a écrit une saga pour "enfants" ? Parce que pour un premier essai elle fait fort ? Oui, et alors ?

Ce livre ne me choque pas outre mesure. Habituée au style de Melvin Burguess & Co, entendre parler de ces choses là ne me fait ni rougir, ni fermer le livre en 4ème vitesse pour le jeter à travers la pièce.

JK Rowling écrit bien, celle qui nous a tenu en haleine pendant 7 romans sur le sorcier le plus célèbre de la Grande-Bretagne devait se prouver ici à elle-même et aux autres, qu'elle pouvait changer de stylo, casser son image, et elle a réussi. L'écriture de JK Rowling se reconnait surtout au fait que, même si les débuts du romans semblent d'un intérêt très très limité, ils nous enjoignent à poursuivre notre lecture en promettant des meilleurs instants. C'était le cas pour Harry Potter, cela ne change pas pour Une Place à Prendre. Elle sait, mystérieusement, comment captiver son lecteur, notamment grâce à un grand talent de description qui est à la fois captivant et d'une précision redoutable. Rien n'est occulté, et les changements de points de vue d'un chapitre à l'autre, ne font que nous enraciner davantage dans cette intrigue pagfordienne dont on a pourtant toutes les clefs mais dont on ignore la fin.

L'histoire en elle-même semble basique, même si le sujet est assez peu traité dans la littérature moderne. Les conseillers paroissiaux, c'est pas franchement en 4ème de couverture tous les deux jours. Mais les diverses intrigues entremêlés sont originales, intéressantes, malgré un nombre très accru de personnages qui, au début ne nous aident pas vraiment à nous retrouver. On fini par s'intéresser individuellement à chacun d'eux, parce qu'ils ont tous un secret, un quelque chose en quoi on peut se reconnaître. JK Rowling a retourné tous les préjugés que le monde entier pouvait avoir sur elle, elle s'en tire très honorablement, et peu être fière de sa reconversion à laquelle j'ai franchement adhéré.

Cependant, parce que même les meilleurs pavés ont leur faiblesse, je tiens particulièrement à mettre en évidence des problèmes apparent de traduction. Monsieur Pierre Demarty a-t-il eu son diplôme dans un sachet de pistaches ? Parce qu'écrire : "Mais ce qu'elle aurait été sans doute été ravie d'apprendre ..." OuiOui, vous avez bien lu, c'est juste inadmissible.(208). Tout comme se tromper dans un dialogue et faire parler un personnage qui n'est pas dans la scène (127) ou encore attribuer un pronom féminin à un homme (301). Franchement, se ramasser aussi lamentablement sur un des livres les plus attendus de l'année 2012, relève ou du suicide, ou d'un je-m’en-foutisme colossal. FELICITATIONS !

Afficher en entier

Répondre à ce commentaire

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode