Livres
511 544
Membres
522 249

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par mademoisellejuliette9a 2017-07-15T14:33:52+02:00

Mon père arrive dix minutes plus tard. Il a dû m'entendre marcher dans son sommeil. Je fais celui qui dort alors que j'ai une folle envie de lui sauter au cou.

Afficher en entier
Extrait ajouté par mademoisellejuliette9a 2017-07-15T14:33:38+02:00

« J'imagine l'école Louis-Guilloux .Les enfants allongés par terre dans la cantine "

Afficher en entier
Extrait ajouté par mademoisellejuliette9a 2017-07-15T14:33:26+02:00

Toujours le seul de la classe.

Celui qui ne connaît pas le nom des héros des séries, des finalistes de The Voice. Celui qui n'a pas vu les images de la dernière catastrophe naturelle, ou qui ne sait pas imiter l'imitateur du président de la République.

Afficher en entier
Extrait ajouté par mademoisellejuliette9a 2017-07-15T14:33:10+02:00

Maman estime qu'il faut protéger les enfants de la folie du monde.

Elle a toujours été comme ça, mais c'est pire depuis qu'elle est enceinte de ma petite soeur, qui doit naître dans deux mois.

Aujourd'hui, elle a mauvaise mine. Toute pâle, avec des cernes sous les yeux, les ongles rongés, les cheveux secs et des petites plaques rouges sur le haut du front, un truc qui s'appelle du psoriasis, qui apparaît quand elle est nerveuse.

A sa place, j'arrêterais le bio !

Afficher en entier
Extrait ajouté par x-Key 2015-04-29T08:43:52+02:00

Tout le monde ne parle plus que de ça.

Dans l’immeuble, dans la rue, chez les commerçants, dans les journaux que je vois en passant devant la maison de la presse…

À l’école, dans la cour, commenter l’évènement a remplacé tous les jeux. Chaque élève y va de son pronostic. Chacun répète et amplifie ce qu’il a entendu aux informations. Ils deviennent tous des « spécialistes », même la maîtresse, qui tient à y consacrer une heure de classe, pour que nous puissions « échanger », « exprimer nos peurs ». Une sorte de « cellule psychologique », comme à Orléans, où vingt-deux élèves de l’école Louis Guilloux sont retenus de force par six hommes armés de kalachnikovs.

Dans ma classe, quand la maîtresse demande s’il y a des questions, tous les doigts se lèvent, sauf le mien.

Tout le monde ne parle plus que de la prise d’otages. Sauf moi.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode