Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

La liste de tous les commentaires faits sur les livres de booknode

Les Gaulois réfractaires demandent des comptes au Nouveau Monde
Merveilleux enchaînements de métaphores et de références culturelles diverses qui permettent à Philippe de Villiers d'instruire facilement. En plus de proposer un retour éclairé sur la crise sanitaire du début de l'année 2020, il partage quelques informations passées sous silence par les médias, ainsi que des anecdotes personnelles qui viennent appuyer son propos. Le début de la conclusion peut sembler hors-sujet (il est question de la colonisation contemporaine de la France) mais la piqûre de rappel est bienvenue.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Emma et Capucine, Tome 1 : Un rêve pour trois
2 sœurs et 1 rêve commun : devenir danseuses étoiles pour l'opéra de Paris. Leur complicité est mise à l'épreuve dans ce premier tome lorsque Capucine la benjamine réussit le concours d'entrée à l'opéra et qu'Emma échoue.
Un premier Tome sympa même si trop court à mon goût. L'écriture est fluide et le style de dessin très moderne même si la mise en page est plus classique. On retrouve l'univers de la danse classique, la rivalité entre les filles pré-ados. C'est une BD qui a tout pour plaire.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Beastars, Tome 2
date : 13:19 par Wonderbooks voir tout les commentaires de Wonderbooksses comms
Une suite dans la lignée du premier volume ! On découvre l'organisation du club de théâtre et voit la relation Legoshi/Louis se complexifier. On en apprend davantage sur nos personnages même si certains restent encore assez secrets. D'où mon envie de lire la suite sans plus attendre !
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Hotwired, Tome 2 : Burnout
Bonjour, je viens de terminer le tome 1, mais quand est prévu la suite...
j’ai adoré le tome 1.
J’ai hâte d’avoir la suite
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Rendez-vous mortel
date : 13:11 par regi80 voir tout les commentaires de regi80ses comms
La Fantasy est d’habitude le prétexte de longs romans, parfois même de plusieurs volumes ou de multiples cycles.
Tel n’est pas le cas ici. Solène Chartier nous offre ici une novelette de douze pages.
Et pourtant on y retrouve ce qui fait le bonheur des amateurs de fantasy : décors pittoresques (taverne légèrement suspecte, château terrifiant) ; personnages typés (la bande du narrateur), quête impossible et monstres (je vous laisse découvrir ces derniers, c’est l’un des attraits de l’histoire) ;
Disons tout de suite que Solène Chartier gagne son pari : son intrigue, quoique classique est menée tambour battant et ne nous laisse pas souffler avant une conclusion surprenante. Le style de Solène Chartier est très simple mais suffisamment explicite pour susciter l’angoisse devant les dangers encourus par les Héros. Enfin, même si ceux-ci sont peu reluisants, l’empathie que dégage l’auteure pour leur sort est bien rendu. On éprouve même de la compassion pour la malheureuse Lastasia et es blessures.
Les monstres ne sont pas d’une seule pièce et apparaissent plus contrastés que d’habitude dans ce genre de littérature.
A lire donc. Les amateurs de fantasy seront comblés et les autres y trouveront matière à réflexion. On peut utiliser les clichés du genre et en les pervertissant légèrement produire une œuvre originale.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Oklahoma, Tome 1 : Une seule fois (ou presque)
Un très bon moment de lecture au cœur de la vie sportive de l’un, et la vie mystérieuse de l’autre. J’ai beaucoup aimé la trame de fond derrière le travail de Vanessa, mais aussi le travail de l’auteur sur une telle pathologie, la compréhension de Joey. Un très beau livre.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Devil's Line, Tome 2
date : 13:09 par Hanayu voir tout les commentaires de Hanayuses comms
Les rêves d'Anzai ressemblent étrangement à des souvenirs horrifiques. Son monstre libéré l'a traumatisé à tel point qu'il s'isole complètement.
Tsukasa se retrouve seule et allie ses informations à celles d'un Hans (gros capital sympathie ce perso !) qui par sa vision des choses et son vécu développe encore plus cet univers très creusé.
La Tireuse développe sa conscience...malgré un passé glauque.

J'admire l'ambivalence de tous les personnages en constante évolution (ils ont de la profondeur). Rien n'est superficiel dans ce manga.
Vu le traitement du scénario, il est apparent que la direction prise et les différentes pistes empruntées sont assumées (et mènent bien quelque part ;p).

Le plan B est effrayant (piège à effet boule de neige). Mais de brèves "tendresses" ponctuent toute cette violence (satisfaisant aussi bien mon besoin d'action que de cœur midinette ^^).
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Changer l'eau des fleurs
Un vrai coup de coeur ! Une lecture très agréable, histoire touchante et qui change...
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Amoureux d'une étoile
Je l’ai terminé en une journée, clairement je l’ai dévoré ! Cette histoire m’a bouleversé et comblé, j’ai passé un moment exceptionnel. L’écriture est fluide, l’histoire se déroule bien, tu sens bien le lien se construire entre les deux personnages, ce n’est pas pressé et ça fais toute la diff et c’est ça que j’ai aimé ! Tu vois les choses sous un autre angle. C’est vraiment aux antipodes de ce qu’on lis (généralement) aujourd’hui, ça donne vraiment un brin d’originalité dans l’histoire. Juste sublime
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Le Protectorat de l'Ombrelle, une Aventure d'Alexia Tarabotti, Tome 1 : Sans Âme
Je me suis enfin penchée sur ce livre, acheté en brocante, qui traînait sur une étagère depuis des années pour je ne sais quelle raison, et je dois dire que je regrette de l'avoir laissé prendre la poussière aussi longtemps !
J'ai beaucoup aimé cette lecture ; lorsque j'ai vu que ça parlait de vampires et loup-garous, j'ai eu peur qu'on tombe dans une histoire bit-lit type comme celles qui inondent les librairies aujourd'hui, mais j'ai été agréablement surprise d'un récit original. Le côté steampunk rajoute un sacré charme sans nuire au contenu.
J'ai adoré apprendre les mécaniques de ce monde, entre le bureau des créatures surnaturelles, la section spéciale de la reine Victoria, le fait que tout ce petit monde se balade tranquillement dans une époque victorienne...
Mais le point fort du roman, c'est le personnage principal, mademoiselle Alexia Tarabotti et sa personnalité pleine de caractère. Son humour british pince-sans-rire, ses traits d'esprit, ses positions féministes et son flegme à toute épreuve créent une protagoniste fort sympathique.
Si la romance n'est pas au centre de l'histoire, j'ai bien ri de sa relation pleine de piquant qui se crée avec un lord bougon, même si ça va un peu vite. Les personnages secondaires sont sympas, petit coup de cœur pour la meilleure amie d'Alexia (elle a des chapeaux immondes. J'adore).
Et puis on est pris dans l'intrigue, on se demande ce qui arrive dans cette bonne société, qui en veut à mademoiselle Tarabotti et comment elle va démêler cet embrouillamini pour trouver le fin mot de l'histoire.
Bref, une bonne découverte, il faudrait que je me procure la suite pour retrouver cette ambiance qui m'a charmée.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Sur la glace, Tome 1 : Destin
Hello la Compagnie !

Aujourd’hui je vais vous parler de Destin sur la glace #1 de S. R. Grey. Bon, j’adore le hockey sur glace, j’en ai même fait ! Alors forcément un roman qui parle de hockey, je fonce ! c’est écrit tome 1, mais vous pouvez y aller, il a une vraie fin. Je pense que les autres tomes seront centrer sur d’autres personnages (Nolan et Benny).

Nous avons donc Aubrey, jeune femme, belle et sexy, sérieuse dans son boulot ! elle est coach personnel, en gros elle remet les personnalités connues sur les rails. C’est un boulot qui n’est pas de tout repos.
En face, nous avons Brent Oliver, prodige du hockey, beau gosse musclé, qui ces derniers temps joue mieux à faire la fête et à sauter tout ce qui passe qu’à jouer correctement sur la glace…

Vous vous doutez de ce qui va arriver ! leur rencontre va être très drôle ! Aubrey passe voir sa sœur, avant d’aller coacher sa prochaine star, qui l’invite à une fête. Quand elle se réveille dans le lit de monsieur yeux tournesol, elle est plus que surprise ! Brent l’ait tout autant, il ne se rappelle pas avoir ramener une fille dans son lit la veille au soir ! bref, après quelques piques bien envoyées, ils se séparent. Mais le destin est un petit comique, et quelle surprise Aubrey découvre en arrivant à son rendre-vous : monsieur yeux tournesol est sa personnalité à coacher….
Il va s’en dire que l’un comme l’autre, ça ne les enchante pas du tout ! mais pas le choix, ils vont devoir se supporter, et ça ne va pas être de tout repos !

Entre piques, fous rires (vous comprendrez avec le Brent 51 vert…), haine et humour, ce roman vous plaira à coup sur. J’ai beaucoup ri, surtout le passage avec Al (eh oui, il faudra lire pour savoir de quoi je parle !). J’aime la plume fluide qui rend le roman facile à lire, et puis de toute façon, on veut savoir comment ça va se passer pour ces deux-là.

Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Restart with Song
date : 12:55 par Emmaa1605 voir tout les commentaires de Emmaa1605ses comms
Petit coup de cœur pour ces personnages au passé douloureux et qui ont su accorder leur confiance à chacun pour affronter les aléas de la vie. J'ai trouve cette histoire vraiment très poignante, ces deux êtres cassés de l'intérieur qui vont réapprendre à vivre en s'aidant mutuellement. J'ai dévore ce livre en très peu de temps!
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Devil's Line, Tome 1
date : 12:51 par Hanayu voir tout les commentaires de Hanayuses comms
Merci encore Kana pour l'offre confinement...vous avez eu le nez fin! En sortant j'ai commandé la série complète direct à mon libraire.
Additivité totalement confirmée !!

La mythologie vampirique n'est pas prête de disparaitre ! Nous avons ici une version inédite fort plaisante !
Oui le dessin n'est pas "beau" (encore que) mais vise du réalisme. Et malgré la romance ce n'est pas du shôjo pur c'est clair !

J'ai ainsi dévoré ces pages papier avec un bonheur jouissif deux mois à peine après l'avoir découvert en scan !
Petit bonus supplémentaire...soulevez la jaquette en papier glacé, dessous il y a des minis strips humoristiques et ce pour chaque volume. J'ai vérifié !^^ (Déjà qu'il y en a aussi en chaque fin de volume voir de chapitres on est béni. ;P)

La couverture est magnifique, l'intérieur très sombre...on succombe rapidement au charisme quasi oppressant d'Anzai, et à la bonté naïve/lucide et tendre de Tsukasa. Leur attirance est pareille à un aimant totalement imprévue et surdimensionnée. (C'est "vivre sans amour pour toujours" qui était au programme à la base pour Anzai!) Et comme notre héros a du sang vampirique et notre héroïne le chic pour que "le danger" lui tourne autour (ou plutôt lui tombe dessus !) ...logique d'avoir une pensée "Twilight".
Mais ici nous suivons vraiment le côté "violent" de l'appel du sang (qui loin de faire "briller comme des diamants arc-en-ciel" transforme en monstre aux yeux démoniaques, aux crocs acérés et débordants).

Ce monde connait l'existence des vampires mais la camoufle. (Tout en enrôlant certains pour poursuivre efficacement leurs congénères aux instincts tueurs.) Bien évidemment d'autres sont aussi en chasse extermination donc les "potentiels assoiffés" ont du mouron à se faire.
On croise ici de tout : des humains tolérants, des humains horrifiques, des vampires serial killers et des vampires qui font tout pour être inoffensif voir "fuient" devant tout conflit pour ne pas dérailler. Le message est donc "ouvrez les yeux, soyez objectifs".
Ou bien comme le rappelle systématiquement la 4ème de couverture :
"Le démon est humain.
L'homme est un démon !"
Les bas-instincts tous en ont (et on va en être témoin tout du long).

L'apparition d'un cliffhanger de fin n'appelle qu'une chose : "la suite".
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Paumée, trompée... mais je me soigne !
L’histoire n’est pas très originale mais elle est divertissante ! Le ton est donné rapidement par le choix des prénoms des personnages. Je pense qu’une partie des problèmes des personnages vient de là ! Si vous voulez passer un moment à rire et vous attendrir c’est le bon choix de livre !
Ariel a toujours voulu chanter et y est parvenue. C’est aujourd’hui, une grande star que ses fans s’arrachent. Mais cette carrière a un prix : celui d’avoir renoncé à tout son passé et notamment son père qu’elle n’a pas revu depuis 8 ans. Au sommet de la gloire, Ariel va apprendre qu’elle peut tout perdre en l’espace d’une seconde : son fiancé, sa fortune, sa carrière de chanteuse et sa voix. Ruinée et seule, elle n’a plus d’autre choix que de se tourner vers sa famille et son village natal. Il lui faut tout recommencer à l’aide de l’inénarrable Po Lo Chon. Je crois que c’est mon personnage préféré : complètement farfelu, ce médecin réputé s’est donné la mission de faire retrouver sa voix à Ariel. Mais ce retour n’est pas sans conséquence, Ariel va devoir affronter son passé et les choix qu’elle a fait. On dit que l’herbe est toujours plus verte ailleurs et c’est souvent faux. En grandissant, on se rend compte que les choses ne sont pas toujours ce qu’elles paraissent. Ariel va enfin pouvoir regarder son enfance mais d’un oeil neuf.
C’est une jolie histoire sur le passé et le présent et comme ils s’imbriquent. Nous sommes la somme de notre passé et de notre présent. Pour avancer dans la vie, il faut savoir à qui on peut faire confiance.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Rock'n'love (HQN)
date : 12:48 par Ninondiscrete voir tout les commentaires de Ninondiscreteses comms
Enfin une romance écrite par un homme ! Mais pas n’importe quel homme, un touche à tout. Si j’avais hâte de le lire, je suis plus mitigée après la fin de ma lecture. L’histoire est sympathique, voire touchante mais pas exceptionnelle. Les intermède musicaux sont agréables.
Lucrèce passe une semaine que l’on pourrait qualifier de semaine de « merde ». Cela commence par la fugue de sa fille de 18 ans qui décrète que la vie à la maison n’est plus tenable. Ensuite par le biais de son travail, elle revoit son amour de jeunesse, Alessandro, qui lui demande de l’aide pour une question de plagiat. Cela la ramène 20 plus tôt, quand elle avait encore de idéaux en matière d’amour avant qu’Alessandro les piétine avec la cofondatrice de son groupe. Si elle accepte ce dossier, elle va devoir côtoyer Alessandro et son groupe, pratiquement identique depuis le départ. Elle devra également frayer avec l’avocat de la partie adverse, réputé pour ses magouilles. Ce dossier en lui-même lui demande une énergie considérable, mais ajouter à ses problèmes à la maison, Lucrèce est au bord du craquage. Un retour aux sources de sa jeunesse pourrait être la bulle d’air dont elle a vraiment besoin pour faire le point sur sa vie.
La crise de la quarantaine est un sujet assez récurrent dans la littérature. Lucrèce est à un moment de sa vie où tout ce qu’elle contrôlait lui échappe. Une bouée semble se présenter à sa portée, qui porte le nom d’Alessandro. Mais se reposer sur lui, reviendrait à admettre qu’elle lui pardonne sa trahison. Et elle n’est pas encore prête à cela, même vingt ans plus tard. Sa priorité doit être sa famille, ses enfants. Même si on a de l’empathie pour Lucrèce, son histoire ne sort pas du lot. Quant à Alessandro, il me fait penser à ces hommes qui n’ont pas mûri et campent sur des idéaux plutôt utopiques. Quant à sa solution pour résoudre les problèmes en jouant, je la trouve charmante à 20 ans mais carrément puérile ensuite. Un livre que je ne garderai pas dans ma pile à relire.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Wild at Heart
date : 12:48 par Karine38 voir tout les commentaires de Karine38ses comms
Avez vous une date de sortie en francais?
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Wilder Girls
date : 12:48 par Wonderbooks voir tout les commentaires de Wonderbooksses comms
Avec une couverture pareil, comment pouvais-je résister ! J'avais vraiment hâte de lire ce roman et, même si il est imparfait, je n'ai pas été déçue !

Peut-être que si vous avez vécu sur Terre ces 3 derniers mois, le pitch va vous sembler familier. Dans ce roman, nous suivons le point de vue de deux adolescentes, Hettie et Byatt, qui sont élèves dans un pensionnat sur l'île de Raxter. Rien de plus banal me direz-vous ? Oui... mais vous dirais-je ! Cette école va en fait être mise en quarantaine suite à l'arrivée d'un mystérieux virus sur l'île (*clin d’œil*) : la Tox. Tour à tour, les pensionnaires vont se retrouver contaminées une par une. Nous n'allons pas détailler les symptômes ici parce que clairement, c'est dégueulasse à vous en faire vomir votre petit-déj. Même les animaux vivants dans le bois qui entourent l'établissement ont été contaminés et sont devenus des bêtes sauvages assoiffés de sang. Malgré tout, les jeunes filles gardent espoir que le gouvernement leur livre un jour un vaccin. En attendant, il va falloir apprendre à vivre avec la maladie.

La plume de l'auteur est vraiment magnifique ! Rory Power parvient à décrire avec beaucoup de réalisme la maladie et l'état des malades. Certaines descriptions sont vraiment horrifiques et à la limite du gore. Âmes sensibles s'abstenir ! De manière générale, je ne trouve pas le bouquin très "inquiétant" et même assez "soft" comparé à d'autres bouquins. Mais si vous êtes encore angoissé(e)s par le contexte actuel, peut-être attendre un peu avant de vous lancer ! Au delà de ça, la plume de l'autrice est vraiment belle et envoûtante. Quand vous êtes plongés dans le bouquin, croyez-moi : vous avez bien du mal à en sortir ! Elle parvient à créer un réel sentiment d'incertitude autour de son histoire. On ne sait jamais ce qui va se produire et du coup, on est carrément accro à l'histoire et on a peur pour nos héroïnes. Le début du roman peut d'ailleurs paraître un poil déroutant car l'autrice a décidé de laisser une grand nuage de brume sur son scénario avant de dévoiler un réel fil rouge. Certains seront peut-être largués mais moi, ça m'a plu ! Ajoutez à cela le fait que ce roman soit un huis-clos et vous obtenez une ambiance très glauque.

Ce livre a aussi la particularité de compter en grande majorité des personnages féminins. A ce propos, je tiens à dire à Robert Laffont que c'est pas parce qu'un roman comporte uniquement des personnages féminins qu'il est féministe. Voilà qui est rétabli ! J'ai aimé les relations qui se tissaient entre les pensionnaires. Le huis-clos crée une atmosphère génératrice d'angoisse et d'inquiétude qui n'empêche pas les filles d'éprouver des sentiments beaucoup plus noir. J'ai aimé suivre le trio Reese-Byatt-Hettie qui tente de dissimuler la force de leur amitié dans un monde où elles peuvent se perdre à tout moment. Je remercie aussi Rory Power d'avoir mis une histoire d'amour entre deux femmes dans son récit. Ca fait toujours du bien en 2020. Puis, c'est intéressant de voir à quel point ce n'est ni sujet à question, ni à débat dans le roman. En fait, c'est décrit comme juste deux personnes qui s'aiment point. Comme on devrait voir n'importe quelle histoire d'amour si nous n'étions pas dans une société comme la nôtre/

Bon si on s'arrêtait là dans mon avis, vous penseriez qu'il est purement positif. Mais il y a un "mais". Pour moi, il manque quelque chose à ce roman. Des réponses à plusieurs questions notamment du point de vue scientifique. On a plein de choses intéressantes qui sont soulevées au cours des recherches du personnage d'Hettie. Pourtant, même si on a un bout d'explication à la fin, c'est loin d'être suffisant. Amis des fins ouvertes bonjour car celle de ce roman en est un beau spécimen ! Au delà du fait qu'elle soit ouverte et que je hais qu'on me laisse sur le cul, j'ai l'impression qu'elle clot un roman inachevé. En fait, si vous aimez les métaphores, c'est un puzzle auquel il manquerait une pièce. Vous ressentez cette frustration lorsque vous cherchez sous tout les meubles, dans la gueule du chien votre pièce manquante ? Eh bah là, c'est pareil !

Pour autant, Wilder Girls n'ait pas une déception. Très loin de là. Peut-être même que beaucoup ne remarqueront pas les problèmes que je soulève donc c'est quand-même un roman que je conseille à un public averti bien-sûr ! Aucun doute que si l'autrice publie un autre roman, je le lirais !
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Forever Yours
date : 12:43 par Ninondiscrete voir tout les commentaires de Ninondiscreteses comms
La différence d’âge ne pose pas de problème quand c’est l’homme le plus âgé. A l’inverse, la situation semble différente : les regards sont plus insistants et moins compréhensifs, pourquoi ? Voici une splendide histoire d’amour qui remet en perspective tous ces questionnements. J’ai vraiment adhéré.
Entre Roxane et Jonathan, c’est le coup de foudre immédiat. Bien qu’il paraisse plus jeune qu’elle, Roxane n’imaginait pas le lendemain matin apprendre que Jonathan n’a que 18 ans, et qu’en plus c’est le fils d’une collègue de travail. Si son attirance est sincère, elle se rend bien compte qu’ils ne sont pas aux mêmes stades de leur vie. Si leur histoire dure quelques semaines, elle ne peut pas aller au-delà. Pour le bien de Jonathan et le sien, elle décide d’arrêter net cette idylle qui ne mènera nulle part. Pourtant quand ils se retrouvent cinq ans après, la même étincelle jaillit.
Si leur histoire a débuté très vite : d’un seul regard, ils se sont compris et ont été irrémédiablement attirés l’un vers l’autre, elle est plus profonde que cela, et va s’étaler dans le temps. L’auteure a souhaité traiter le sujet d’une manière plutôt réaliste. Ce n’est pas « ils se plurent, ils vainquirent les obstacles et vécurent heureux ». les problématiques liés à l’âge sont présentes : le regard des autres, le fait qu’ils soient à des moments clés différents de leur vie. Roxane connaît ses sentiments pour Jonathan mais elle s’interdit de les exprimer puis ensuite de les ressentir. Elle fait ce qu’elle croit être le mieux pour Jonathan. Il est encore jeune et son amour pour elle passera, c’est une tocade. Pourtant du côté de Jonathan, c’est autre chose : il est persuadé dès le départ qu’elle est la femme de sa vie. S’il accepte sa décision, il ne se résigne pas pour autant. J’ai vraiment admiré la pugnacité de ce personnage. Malgré sa jeunesse, il a une maturité dans son comportement que beaucoup d’hommes plus mûrs pourraient lui envier.
C’est une histoire bien menée, qui m’a donné beaucoup de plaisir à la lecture.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Un Noël dans les Catskills
En lisant celui-ci, je me suis retrouvée à côté de mes habitudes littéraires. Des romans à l'eau de rose comme on les appelle, j'en lisais pas mal quand j'étais ado, mais voilà plusieurs années que je n'en avais pas ouvert un. Il me fallait lire un livre de Nora Roberts pour un défi, et j'ai trouvé celui-ci dans une boîte à livres. Ça m'aura permis de découvrir l'auteure, car je ne l'avais encore jamais lue.
Bon, il n'y a qu'à lire la 4ème de couverture pour savoir ce qu'il va se passer et comment ça va se terminer, tout est archi prévisible et inévitable et il n'y a aucun suspense. Mais, à mon grand étonnement, j'ai quand même passé un bon moment et je me suis même surprise à sourire sur certains passages. Ça casse pas trois pattes à un canard, c'est sans prise de tête, c'est léger, la fin est trop expéditive, mais c'est sympa tout de même. J'ai passé un assez bon moment de lecture et j'avoue que je ne m'y attendais pas.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
L'héritage perdu
Mais quel roman !Je vais le dire tout de suite, je n’ai rien à redire à ce livre. J’ai passé une superbe lecture.
L’auteur nous plonge dans un univers très bien construit et hiérarchisé entre humains et magiciens. J’avoue qu’au début je me perdais un peu avec tous les thermes utilisés pour décrire les classes sociales mais je m’y suis rapidement retrouvée.
L’intrigue est très bien montée, elle nous emmène vers des complots politiques qu’on n’aurait pu imaginer. On ne sait plus où donner de la tête ni qui croire, sans pour autant que l’auteur nous perde. Il nous laisse le temps d’assimiler chaque information pour passer à une autre. Il nous fait suivre la quête de la larme divine comme si c’était la nôtre, j’étais donc complètement immergée dans l’histoire avec notre protagoniste.
Abigaïl est un personnage que j’ai tout de suite apprécié : courageuse, intelligente… une bonne héroïne. Elle évolue grandement au fil du roman mais elle ne passe pas non plus du tout au tout. Avant que ses péripéties ne commencent elle savait déjà se défendre verbalement et magiquement (si je puis dire:)) elle évitait seulement les problèmes. Les personnages qu’elle va côtoyer tout au long du roman sont aussi attachants, chacun à sa manière. J’ai adoré les suivre, apprendre à les connaître et percer leurs secrets et leurs faiblesses. J’avais vraiment l’impression d’évoluer au milieu de ce petit groupe qui reste soudé malgré leurs désaccords. Ils ont chacun une personnalité bien à eux allant d’un opposé à un autre. Ils se complètent donc très bien et rendent leur équipe diversifiée attendrissante.
La plume de l’auteur est fluide et détaillée mais aussi crue sur la mort et les blessures. Fabien Delmotte n’a pas peur de choquer et c’est ce que j’ai aimé, il ne passe pas par quatre chemins. Il ne se retient pas non plus pour blesser ou faire mourir des personnages auxquels on s’attache. Certes c’est triste mais c’est aussi pour ça qu’on lit, pour ressentir toutes sortes d’émotions, même les négatives. Quelques touches de dramas ne font pas de mal.
Spoiler(cliquez pour révéler)
Un petit mot sur la fin : « J’aime beaucoup le personnages d’Abigaïl mais je la trouve un peu niaise concernant Azénor. Ce dernier est désagréable et horripilant à mourir et elle, elle le suit partout comme un toutou » Voilà ce que j’ai écrit au début de ma lecture. Eh bien j’ai été servie pour expliquer ce comportement. Merci Fabien Delmotte, avec les révélations de la fin vous m’avez réconcilié avec ce point. On comprend tout très bien et toutes les zones d’ombre s’éclairent pour Abigaïl mais aussi pour nous. C’est manié à la perfection.

En bref : un roman que j’ai adoré et que je recommande grandement.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Les Cochons dingues, Tome 1
Hilarant.
Mais il est bien possible que nos petits compagnons échafaude des plans dans leurs coins. Pour dominer le monde ou s'échappé de leur enclos.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
La Dernière Geste, Premier Chant : Dans l'ombre de Paris
Premier roman de la série La Dernière Geste, d'abord paru en auto-édition sous le titre Si loin du soleil puis réédité par ActuSF sous le label Naos, Dans l'ombre de Paris est une réussite et un bon coup de coeur pour moi. La première fois que j'ai vu la couverture, qui est magnifique et tout à fait représentative de l'histoire (vous en cernerez les détails après l'avoir lue), j'avais peur que ce soit un récit trop ancré dans la culture japonaise, avec des samouraïs, etc., ce qui ne m'attirait pas des masses (curieusement j'aime bien regarder des films sur ce sujet et lire des mangas, mais quand il s'agit de romans ça ne me donne pas envie). Mais une collègue l'a lu et me l'a fortement conseillé, donc j'ai tenté le coup et cela a été une excellente surprise.

L'univers dans lequel se déroule l'intrigue est le nôtre, mais en différent.
Première différence qui change radicalement notre univers : il s'agit entre autres d'une uchronie, puisque la France est devenue le royaume le plus puissant du Monde, ayant rattaché à elle quasiment toute l'Europe. La monarchie française est toujours en vigueur : il y a toujours un Roi de France, une cour avec ses nobles, etc. le fait de voir les personnages vivre selon d'anciennes coutumes donne l'impression, de prime abord, d'être à l'époque de la Renaissance ou des Lumières. Mais la technologie est bien avancée, du moins pour les riches : eau courante, électricité, casques de réalité virtuelle, etc. (les pauvres, eux, n'ont pas le luxe de profiter de ces avancées). Cette technologie vient contrebalancer l'effet médiéval, sans pour autant nous le faire sortir de la tête. En même temps, je lis une histoire avec un roi de France, je ne peux m'empêcher de penser aux XVII-XVIIIe siècles (par exemple) bien que l'intrigue se déroule au XXe (1995). Ce mélange entre coutumes d'anciennes époques et technologie plus actuelle rend l'univers plutôt original.
Autre différence tout aussi importante : les fées existent. Attention, pas les jolies petites fées des contes, mais celles des légendes celtes (après tout l'auteur est Bretonne et vit près de la forêt de Brocéliande), c'est-à-dire des créatures fantastiques qui peuvent être très dangereuses (comme les selkies, par exemple). Elles sont donc craintes par les humains qui les ont chassées de leurs terres et les capturent pour en faire des esclaves. Seuls les keltiens (étant donné qu'ils parlent anglais, je dirais qu'on peut les rattacher à des pays anglophones comme l'Irlande) vivent en paix avec les fées.

Le Japon est une autre grande puissance de ce Monde, et notre héroïne est la fille de l'ambassadeur japonais. La princesse Yuri Nekohaima vit au japon depuis des années, loin de son père resté en France. Un jour elle reçoit une lettre de son père lui ordonnant de venir le rejoindre, ordre que Yuri exécute sans se plaindre, comme on le lui a appris. À bord de l'Orient-Express, un immense train indépendant (il n'est régit par aucune loi des différents royaumes, mais a ses propres règles que tous ceux qui y montent doivent respecter), la princesse, accompagnée de sa garde personnelle, fait la rencontre d'êtres (humains et fées) qui la prennent au dépourvu de part leurs convictions. Et lorsqu'elle arrive en France pour découvrir qu'elle devra épouser le Prince, héritier du trône, ce qui ferait d'elle la Dauphine de France, elle se sent profondément trahie. Obligée de suivre de coutumes nouvelles, de jouer le jeu de l'hypocrisie au milieu de tous ces nobles qui n'attendent d'elle qu'un faux-pas, Yuri se sent de plus en plus entravée. Un soir, quelqu'un lui propose un choix : épouser le Prince et continuer sa vie enfermée dans une cage dorée, ou s'enfuir et obtenir enfin la liberté de devenir qui elle veut. Bien sûr, on se doute tout de suite du choix qu'elle va faire...

À travers Yuri, jeune femme de vingt ans, nous découvrons les coutumes japonaises et la place des femmes dans cette société à l'esprit si étriqué. Que ce soit au Japon ou en France, les hommes sont considérés comme des êtres forts faits pour diriger, tandis que les femmes ne sont que des créatures faibles, incapables de susciter la crainte (pour eux l'idée qu'une femme puisse être un assassin professionnel est totalement inconcevable). Yuri a dû apprendre à se servir des moyens qu'on lui accordait pour montrer sa valeur : être belle, intelligente (mais pas trop) et apprendre différentes langues. On lui a appris à être docile, soumise à l'autorité, tout en étant capable de réflexion, à ne faire confiance à personne et ne jamais montrer ses émotions. Mais au fond d'elle, Yuri n'en peut plus de se cacher derrière ce masque de neutralité et rêve de liberté. Alors quand vient le moment de faire son choix, elle se lâche enfin et fait tout pour obtenir ce qu'elle souhaite. Yuri est un personnage que j'ai trouvé très intéressant. J'ai vu certains avis dire qu'elle est un peu trop distante et que du coup on a du mal à s'y attacher. Alors oui, elle est distante, mais ça fait partie de son éducation, tout comme son petit côté précieux. Et c'est ça qui est intéressant : malgré cette éducation si ancrée en elle (elle va souvent s'indigner face au comportement des autres, dont elle n'a pas l'habitude), elle parvient à faire ressortir son caractère enfoui, révélant ainsi une personne qui sait s'amuser, capable de compassion et d'une ouverture d'esprit étonnante pour une personne de sa condition. Je n'en dis pas trop, tout de même, mais voilà : elle mérite qu'on lui laisse sa chance.
Deux autres personnages féminins, qui mettent également en avant ces clivages homme/femme : la Capitaine Trente-Chêne, qui dirige l'Orient-Express, ancienne noble qui a décidé de tout plaquer pour vivre son rêve (l'aventure, le voyage) ; et HA-17, une créature hybride (mi-humaine, mi-fée) créée en laboratoire et considérée comme un objet, utilisée dans la garde de la princesse et qui prouve sa valeur même si les hommes refusent de le voir.
Parmi les humains, un autre personnage m'a bien plu : le coordinateur des rebelles, le fameux Sir Edward Longway, keltien. Un homme qui a tout perdu, obligé de vivre dans l'ombre sans jamais sortir à l'air libre (les rebelles, appelés les Rats, vivent dans les égouts, où ils ont aménagé un véritable foyer), entièrement consacré à sa cause. Car les pauvres sont mécontents, la révolte menace, même si elle est encore loin d'éclater. Il manque encore quelque chose, une lumière pour les éclairer, un soleil pour les guider... Sir Edward, donc, un homme mélancolique mais aussi très optimiste qui va aider Yuri à s'émanciper, à se découvrir elle-même.
Et on garde le meilleur pour la fin : mon personnage préféré dans cette histoire, Bran, la Selkie. Une créature au caractère bien prononcé, grognon, sauvage, magnifique. Les Selkies représentent la liberté, l'absence de possessivité, la tolérance vis-à-vis de la différence : elles n'ont pas de genre prédéterminé (il y a bien physiquement une différence de sexe, mais se fichent du genre), elles sont, c'est tout. Si elles aiment, peu importe que ce soit mâle ou femelle, peu importe l'espèce : elles aiment, c'est tout. Bran est une créature très attachante, à la fois très franche (elle dit les choses telles qu'elles sont, telles qu'elle les pense), sauvage (attention à ne pas l'insulter !) et innocente (elle rougit facilement quand on aborde des sujets plus personnels). Elle est censée avoir la vingtaine, mais ressemble plus à une ado, autant physiquement que dans son caractère. Et en même temps elle peut se montrer d'une maturité surprenante.
Celui que j'ai le moins apprécié, je pense, c'est le prince héritier Louis-Philippe : plus hypocrite que lui, tu meurs. Il dit aimer Yuri, mais ça apparaît d'avantage comme un désir de possession que comme de l'amour, et va tout faire pour la récupérer. Il se fait passer auprès du peuple comme un être aimant et empli de compassion, mais il déteste les pauvres et se sent supérieur à tout le monde.
Ah ! En fait il y en a bien un que j'ai détesté plus que le Prince, mais je ne peux pas parler de lui sans révéler des éléments importants de l'intrigue, donc vous verrez par vous-même.

Morgan of Glencoe a créé une panoplie de personnages intéressants et complexes : on s'attache à certains, on en déteste d'autres. L'histoire qu'elle développe ici est vraiment prenante, je ne me suis pas ennuyée un seul instant. J'ai adoré découvrir la vie à bord de l'Orient-Express, ainsi que celle au milieu des Gens de l'Égout, deux lieux qui apprennent la tolérance face à la différence, l'ouverture d'esprit. J'ai détesté cette société sexiste qui pense une femme trop stupide et trop faible pour faire ses propres choix. J'ai haïe cette société raciste qui traite les êtres différents comme des animaux et des esclaves incapables d'intelligence. J'ai d'ailleurs aimé cette insertion de l'univers légendaire celte au sein de cette société humaine très monarchique, j'ai aimé découvrir ces différentes espèces de créatures fantastiques, toutes aussi surprenantes les unes que les autres.
Suivre Yuri dans cette aventure a été pour moi un excellent moment de lecture, et ce jusqu'à la fin. Malgré la fin, qu'on sent venir, petit à petit, avec crainte et tristesse. Au fil du récit, que nous suivons à travers différents points de vue (à travers le regard d'un peu tout le monde, en fait, le narrateur étant omniscient), on voit le drame arriver. Un dénouement détaillé, bien mené, qui poursuit inexorablement sa course vers... Quoi donc ? À vous de le découvrir...

En bref...
Morgan of Glencoe est à la fois écrivaine, chanteuse, harpiste et compositrice de musique celtique. Cet univers celte qui fait partie de sa vie, elle le développe dans son premier roman publié en le mêlant à un univers uchronique plus terre-à-terre où les monarchies, et les injustices qui les accompagnent, sont toujours en place au XXe siècle. Dans l'ombre de Paris est un mélange de genres (fantasy, uchronie, steampunk) tout à fait réussi, écrit par une plume agréable, fluide et musicale. Les personnages, certains attachants, d'autres détestables, sont traités en toute complexité : ils ne sont pas parfaits, ont des doutes et des convictions, des qualités et des défauts. Intrigues politiques, aventure et quêtes d'identité sont au rendez-vous pour nous plonger dans une histoire des plus intéressantes, bien qu'au schéma quelque peu classique, au sein d'un univers particulièrement original. Un excellent premier tome qui pose des bases solides pour la suite que j'attends avec impatience !

https://escape-in-books.blogspot.com/2020/07/dans-l-ombre-de-paris-morgan-of-glencoe.html
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Cendrillon
date : 12:11 par Luna-31 voir tout les commentaires de Luna-31ses comms
Un classique agréable à découvrir. Cela fait du bien de connaitre les inspirations de Disney pour la création de ses films.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Sweet revenge
date : 12:08 par Jo-34 voir tout les commentaires de Jo-34ses comms
Sweet Revenge est un des livres que j'ai choisie pour ma participation au #hellosummerchallenge2020. Il est dans la catégorie maillots et mojitos car sa sublime couverture évoque l'été.

Vanessa ne croit plus en l'amour, elle fuit à tout prix les relations stables de peur de souffrir. Alors quand Harrison, son plan cul, va faire allusion à cela, elle va le repousser immédiatement. Harrison voit donc son ego touché et va publier une vidéo de Vanessa lors de leurs moments intimes.

Vanessa va donc subir pendant quelque temps de multiples harcèlements au lycée. Pour se venger de celui, elle va s'associer avec Kai, qui a également des comptes à régler avec Harrison. Sauf que Kai ne laisse pas Vanessa indifférent, même si elle ne souhaite aucune relation, ses sentiments naissants pourraient tout faire capoter.

Vanessa peut paraître superficielle au premier abord. Mais en réalité elle souffre énormément de l'absence de son père, qui n’est plus lui-même depuis la disparition de leur mère

Je me suis immédiatement attachée à Kai qui est drôle et un peu loufoque dans son genre. Il m'a énormément fait rire, mais il m'a aussi beaucoup touché de par sa bonté et sa prévenance.

La plume d'Estelle Maskame se lit avec une facilité déconcertante. L'histoire défilé toute seule sous nos yeux. Les tournures de phrases sont formées avec énormément de simplicités et nous immerges dans le quotidien de Vanessa.

Dès les premières lignes, Estelle Maskame met en lumière le danger des réseaux sociaux et l'impact que peut avoir le harcèlement scolaire sur toute une vie. En avançant dans la lecture, j'ai découvert d'autres thématiques qui mon tout autant touchées : l'impact que peut avoir la perte d'un être cher, les problèmes familiaux, etc...

J'ai beaucoup apprécié de ne pas voir de je t'aime moi non plus dans cette histoire. L'alchimie entre les personnages est immédiate. On ne peut que succomber à Kai et Vanessa.

Je ne peux que vous conseilliez cette lecture qui défile très rapidement devant nos yeux, et qui porte à réflexion sur de nombreux sujets.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Arsène Lupin, gentleman-cambrioleur
Dans l’ambiance de ma ballade sur le littéral du pays de Caux je me suis lancée dans les aventures d’Arsène LUPIN, après un moment déroutant, on débute quand même avec l’arrestation du gentleman cambrioleur je me suis laissée bercée par chaque nouvelles.

Une plume et un style addictif, remplit d’humour, de sarcasme amical.
Un personnage principal qui a un charisme et du mordant.

Belle découverte bon moment de lecture.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Les Enfants du temps, Tome 1
Une douceur sans nom, Hodaka, jeune lycéen en fugue, et Hina, l’héroïne solaire appelé la « fille soleil », se rencontrent dans le restaurant où elle travaille. De fils en aiguilles leurs liens se créés et ensemble, ils vont bouleverser le monde. Ce Tokyo bercé de tristesse par ces pluies ininterrompues.

Mais un Tokyo qui croit aux légendes et qui sera illuminé par la jeune Hina, qui prend goût à voir sourire les personnes.

Un « conte » doux sur le climat et qui appelle aux vœux mêlé à des dessins incroyablement beaux.

Un chef d’œuvre !
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0