Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de ThomasXiorcal : Liste de bronze

retour à l'index de la bibliothèque
La Cantatrice chauve La Cantatrice chauve
Eugène Ionesco   
Je dirait c'est une critique du fait que l'on parle pour parler, c'est triste (je precise Ionesco se revendiquait de l'avant-garde et non de l'absurde). Un de mes scene prefere et qui m'a beaucoup touché est celle où Mr et Mm Martin se voient et ne se reconnaissent pas, je dirait que ça pourrait faire penser à des couple desquelle on entend parler ils vivent au meme endoit la meme piece, mais ne se connaissent pas vivent chacun leurs vie sans jamais se connaitre.

par Nero
Lorenzaccio Lorenzaccio
Alfred De Musset   
Lorenzo est l'un des personnages de théâtre que j'ai trouvé le plus passionnant. Complexe, il est la contradiction incarné.
Il a des goût à la fois pour la justice et pour le Mal.
Il combat la perversion des apparences mais y participe ...
Au fil de la pièce, il devient un masque de lui-même avant de disparaître pour de bon.

par dadotiste
Le Barbier de Séville Le Barbier de Séville
Pierre-Augustin Caron de Beaumarchais   
Cette pièce est un plaisir des plus jouissifs.
 
J'avais déjà lu Le Mariage de Figaro, apprécié mais sans excès. Décidant de m'intéresser à l'opus précédent du triptyque de Beaumarchais, je me suis donc penché sur Le Barbier de Séville. Je suis bluffé.
La réelle force de cette pièce tient, je pense, dans les personnages. L'auteur donne à voir des personnages caricaturaux, certes, mais qui sont travaillés dans les moindres détails ; il ne s'agit pas d'une solution de simplicité, bien au contraire : il pousse l'exigence au maximum, pour mettre en scène des personnages savoureux. Le premier d'entre tous, c'est bien entendu l'impertinent irrévérencieux qu'est Figaro : toujours le bon mot et la bonne idée pour faire rire aux dépens des autres. Il est de ceux qu'on ne voudrait pas pour ennemi, tant sa ruse et sa malice sont piquants. Bartholo aussi, antagoniste principal, est un véritable régal : « tout m'afflige et me nuit, et conspire à me nuire »¹ ne résumerait pas mieux les malheurs de ce personnages, ridiculisé de bout en bout (et de boute-en-train) sans pouvoir rien y faire. Sa jalousie maladive et la manière dont il se débat vainement contre les événements n'en sont que plus délectables.
Si le comique jaillit des personnages, c'est qu'ils sont servis par la plume aiguisée et précise de Beaumarchais, qui touche toujours juste, et qui le révèle comme un grand maître de l'écriture dramaturgique ; il suscite le rire par tous les ressorts du comique, les déguisements, les quiproquos, les reconnaissances et, bien sûr, les traits d'esprit. Du génie !
 
Cette pièce vaut le détour, il s'agit d'une véritable merveille.
__________
¹ Jean Racine, Phèdre, 1677, I, 3
Les Trois Sœurs Les Trois Sœurs
Anton Tchekhov   
L'univers des soeurs se joue entre l'impuissance et la frustration. Elles ont la sensation qu'elles appartiennent à un monde qui meurt et qu'elles ne pourront pas changer. Elles ne savent pas à quels idéaux se vouer.
C'est le rêve de retourner un jour à Moscou, la ville de leur enfance qui les maintient en vie. Illusion vaine qui m'a particulièrement intéressé dans cette pièce...
Plus proche de nous qu'elle n'y parait, "Les Trois Soeurs nous montre une jeunesse qui se perçoit sans avenir dans un monde qui n'est pas fait pour elle.

par dadotiste
La Nuit de Valognes La Nuit de Valognes
Éric-Emmanuel Schmitt   
J'ai du lire ce livre pour le lycée, je dois avouer que je déteste tous les livres que les profs nous font lire. Et j'ai été très agréablement surprise pour le coup !
Ce n'est pas une bête pièce qui reprend le très célèbre Dom Juan de Molière. L'auteur ici nous montre l'avenir de Don Juan. C'est une pièce moderne dans laquelle j'ai pris beaucoup de plaisir à la lire.

par Haappy
Dragon Ball, Tome 15 : Chi-chi Dragon Ball, Tome 15 : Chi-chi
Akira Toriyama   
C'est un super manga, ou sangoku recherche les dragon bals dans le but de réaliser son souhait le plus cher. Humour et aventure se mélangent Grace a des personnages surprenant
Dragon Ball, Tome 16 : L'Héritier Dragon Ball, Tome 16 : L'Héritier
Akira Toriyama   
Un excellent tome. Le combat entre Piccolo et Sangoku est épique et plein de rebondissements. Ce tome se lit très rapidement car on a réellement envie de savoir comment le combat se termine.

par syl1984
Dragon Ball, Tome 17 : Les Saïyens Dragon Ball, Tome 17 : Les Saïyens
Akira Toriyama   
On entre dans l'ère DBZ avec tout d'abord des révélations fort intéressantes sur le passé de Goku. On comprend mieux sa force, sa transformation passée en singe.
Si le meilleur reste à venir, l'arrivée des Sayans donne un nouveau souffle à la saga, plus sérieux que précédemment, qui tirerait presque sur le drame (presque, puisque Toriyama ne nous laisse jamais le temps de souffler complètement).
Dragon Ball, Tome 18 : Maître Kaïo Dragon Ball, Tome 18 : Maître Kaïo
Akira Toriyama   
Un tome surprenant notamment à cause de la transformation chez Piccolo. Loin d'être cet être vil que l'on avait croisé précédemment, il se laisser aller à un minimum de sentimentalisme qui le rend sympathique. Alors certes ça se fait doucement, mais son attachement pour Gohan est bel et bien visible. Ce dernier est aussi intéressant: du pleurnichard (normal quand on a 4 ans), il parvient à se débrouiller seul et fini par s'entraîner sérieusement. On doute d'avoir affaire à un enfant de 5 ans à la date d'approche des Sayans.
Goku est toujours aussi obnubilé par la force: même mort il n'attend qu'une chose, pouvoir s'entraîner pour faire face à la menace qui arrive.
En tout cas, Toriyama n'hésite pas à prendre des risques afin de faire avancer l'histoire et cela fonctionne à merveille.
Dragon Ball, Tome 19 : Végéta Dragon Ball, Tome 19 : Végéta
Akira Toriyama   
L'heure de l'arrivée des Sayans est arrivée, et malgré leur entraînement intensif, les personnages ont du mal à combattre Nappa. Leur dévotion pour sauver la planète est bien montrée, on sent de l'émotion transparaître dans leurs actes désespérés (à l'exception de Yamcha, qui ne sert vraiment à rien).
Mais ce tome est excellent surtout pour son duel Goku/ Vegeta, qui nous offrent ici un combat magnifique.