Livres
519 983
Membres
535 703

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par worldofdramapassion 2020-06-25T14:17:08+02:00

— Où est passé votre accent ? je lui demande dans un sourire feint.

— Où est passé mon argent, putain ? il rétorque sur le même ton léger, mais son sourire sournois sous-entend tout autre chose.

Péché.

Je sens ma mâchoire retomber. Je suis tellement désorientée de le voir ici que j’en avais presque oublié ce détail.

— Je l’ai pris. Je déglutis péniblement.

— Et moi, je l’ai simulé.

Il parle de l’accent.

— Il se trouve que moi aussi.

Là, je ne parle pas de l’accent.

Afficher en entier
Extrait ajouté par summeraws 2020-06-26T18:00:28+02:00

«  Les organes, Jude, sont comme les gens. Ils ont besoin de compagnie, d’un soutien sur lequel compter. C’est pour ça qu’on a des poumons, des glandes, des mains, des jambes, des doigts, des orteils, des narines, des dents et des lèvres. Il n’y a que le cœur qui travaille seul. Tel Atlas, il porte le poids de notre existence sur ses épaules, sans bruit, et ne se rebelle que s’il est perturbé par l’amour.  »

Afficher en entier
Extrait ajouté par Sainte 2020-06-25T19:38:33+02:00

Le coeur est un chasseur solitaire et cruel.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Lou8 2020-08-31T00:36:41+02:00

— Je t’aime, Judith Penelope Humphry, voleuse de portefeuille et fan des Smiths.

— Je t’aime aussi, Célian James Laurent, amateur de coups d’un soir et bâtard au cœur froid. 

Afficher en entier
Extrait ajouté par Lou8 2020-08-31T00:20:48+02:00

— Bon, qu’est-ce que tu en dis, on officialise ?

— Voilà qui ressemble beaucoup à une demande en mariage, ricané-je.

— C’en est une.

— Alors ma réponse est : « Non », dis-je, très sérieuse.

— « Non » ?

Il cille, comme si, de toute évidence, j’avais mal compris le sens de ce mot.

— Doux Jésus, bien sûr que non. Je te veux à genoux, humble et avec une bague.

Jésus : « Première fois que tu mentionnes mon nom pour une occasion positive et tu vas refuser sa demande ? »

Célian roule au bas du lit, se dirige vers son sac de voyage et me jette quelque chose entre les mains. La boîte d’un iPod tout neuf. J’éclate de rire et je l’ouvre. Sauf qu’à la place d’un iPod, je trouve une bague : un anneau serti de pierres multicolores, jaune, bleu, rose, argent, rouge et violet. On dirait une couronne, pas du tout une bague de fiançailles.

Célian tombe sur un genou au pied du lit et baisse la tête.

— Fais de moi un bâtard heureux, Judith. Tu es la seule à détenir ce pouvoir.

Ce n’est pas une question, c’est un ordre.

Et comme ça, pour la première fois depuis notre rencontre, j’obéis sans difficulté. 

Afficher en entier
Extrait ajouté par Lou8 2020-08-31T00:09:23+02:00

— Je peux vous offrir quelque chose ? demandé-je en désignant le minibar de mon bureau. Un bourbon ? De l’eau ? Un détecteur de mensonges, peut-être ? 

Afficher en entier
Extrait ajouté par Lou8 2020-08-30T22:14:02+02:00

Sa femme, environ douze ans et quatre-vingt-cinq pour cent de plastique, se décolle du canapé, claque des talons vers le couloir et puis, je suppose, vers leur chambre. James va à la cuisine pour nous préparer des verres. Je n’arrive pas à comprendre pourquoi la meuf éprouve le besoin de porter des talons à la maison. Je donne un léger coup de coude à Judith tandis que nous nous asseyons sur le canapé que la plantureuse présentatrice du programme du matin vient de libérer.

— Tu portes des chaussures à la maison, toi ?

Elle tourne aussitôt les yeux vers moi et fronce les sourcils.

— Je ne porte même pas de culotte et de soutif, à la maison. Mon père a de la chance si mes fringues couvrent mes parties intimes. Je suis un esprit libre.

— Putain, je t’aime. 

Afficher en entier
Extrait ajouté par Lou8 2020-08-30T15:11:37+02:00

— Je ne peux pas tomber amoureuse, Célian. Je suis brisée.

— Bien. Soyons brisés ensemble, alors. 

Afficher en entier
Extrait ajouté par Lou8 2020-08-30T11:24:51+02:00

Je lisse ma cravate et appuie sur le bouton qui me connecte avec Brianna.

— Organisez-moi un rendez-vous discret avec monsieur Humphry.

— Monsieur Humphry, le père de Judith, monsieur ?

— Non, Humphrey Bogart. Qui est mort dans les années 1950. Je suis sûr qu’il ne sera pas trop difficile à pister.

Afficher en entier
Extrait ajouté par summeraws 2020-06-26T17:59:29+02:00

« — Je pense que je voulais épouser Milton uniquement pour avoir quelqu’un qui me rattraperait si je tombais. Tu vois ?

Il enfonce ses mains dans mes cheveux et se penche pour m’embrasser sur le front.

— Je vois. Seulement, tomber entre de mauvaises mains, c’est aussi terrible que de s’écraser dans le vide. »

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode