Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de plouf30 : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
Le célèbre catalogue Walker & Dawn Le célèbre catalogue Walker & Dawn
Davide Morosinetto   
https://revesurpapier.blog4ever.com/le-celebre-catalogue-de-walker-dawn-de-davide-morosinotto

1904, Louisiane. P'tit Trois, Eddie, Joju et Min ont fait une incroyable découverte. Celle de trois dollars au fond d'une boîte de conserve qu'ils ont repêché au beau milieu des marais. Trois dollars qu'ils décident de dépenser en commandant un revolver dans le célèbre Catalogue Walker & Dawn. Seulement, c'est une vieille montre à gousset qu'ils reçoivent quelques semaines plus tard. Les quatre enfants quittent alors le bayou à bord de leur canoë en direction de Chicago pour rendre l'objet. C'est une grande aventure qui commence. Une aventure qui va bouleverser le cours de leur vie...

Ce roman est d'abord un ouvrage de bien belle qualité, qui a un goût d'ancien. Généreusement illustré, il contient des pages du Catalogue Walker & Dawn, des extraits de journaux mais aussi des cartes pour suivre le parcours des quatre enfants à travers les différents états américains. Le roman est aussi divisé en quatre parties qui marque chacune une grande étape de leur aventure, et dans lesquelles la parole est donnée à chacun de nos jeunes héros.

P'tit Trois, Eddie, Joju et Min sont des personnages inséparables, bien que très différents. Des personnages que j'ai pris plaisir à suivre tout au long de leur voyage. P'tit Trois, un peu casse cou, a l'âme d'un aventurier. Eddie est quand à lui un garçon proche de la nature, un peu froussard, un peu angoissé, qui fait preuve d'une grande intelligence. Joju, est quant à elle la seule fille du groupe. Elle semble invulnérable et nous surprend à plusieurs reprises. Et puis, il y a le petit Min qui ne parle jamais, ou plutôt qui choisit de parler seulement quand cela est vraiment nécessaire. Chacun a leur façon, ils ont su me toucher. Peut-être parce qu'ils ont déjà connu la pauvreté, la violence, le racisme...

En quittant la ferme, le bayou, les moustiques et les alligators, les quatre amis partent à la découverte du monde, avec des rêves pleins la tête. Ils rêvent d'une vie meilleure. Ils rêvent d'aventures, de liberté, d'indépendance, de fortune. Entre deux voyages en train, entre deux grandes villes, ils découvrent peu à peu que le monde fonctionne différemment en dehors du bayou et c'est exaltant. La lecture l'est tout autant et on se laisse porter par leur insouciance.

Les aventures de cette petite bande ne sont pas sans dangers. Un long et éprouvant périple les attend, marqué par de nombreuses rencontres. Berry, Alex The Cat, Rebecca, Ellie Clemens... certaines nous marquent plus que d'autres. Ces folles aventures sont aussi doublées d'un mystère auquel on pense tout au long de la lecture. Ce qui semblait être un roman d'aventures se transforme alors en véritable chasse au trésor, pleine de sens, pleines de promesses pour nos quatre jeunes héros. Et c'est une très belle découverte !
Dry Dry
Neal Shusterman    Jarrod Shusterman   
Mystère...
Un roman avec des éloges dithyrambiques.
"La dernière pépite de Neal Shusterman et son fils !"
« Terrible et magistral. Un roman impossible à lâcher. » Stephen King.
Avec tout ça, et une 4e de couverture accrocheuse, les augures étaient favorables. Et pourtant...
Mystère...
Je me suis engagé dans ce livre dans le cadre d'une lecture commune. C'est la seule raison qui m'a poussé à aller jusqu'au bout.

Le thème est intéressant. A cause du changement climatique, le Sud des Etats-Unis est touché par une sécheresse sans précédent. Les circonstances font que que les robinets sont asséchés en Californie : c'est le "Tap-Out". Les auteurs présentent alors les réactions des uns et des autres face à cette pénurie "soudaine". Ceux qui se concentrent sur leur seule survie, ceux qui cherchent à aider les autres, ceux qui profitent de la situation, les émeutes autour des quelques points d'eau, l'attentisme de ceux qui n'ont pas essayé de quitter le pays... Un thème intéressant.
Ceci dit, c'est le quotidien de bien des pays subsahariens. Le lecteur peut donc réfléchir à la question des réfugiés climatiques en général et comprendre que nous ne sommes qu'au début d'une crise majeure.

Et c'est tout. Parce que pour le reste...
Consternant, navrant, grotesque... Je vous laisse choisir l'adjectif que vous préférez.

L'intrigue tout d'abord.
Tout au long du roman, on passe d'une incohérence à l'autre sans que ni les auteurs ni leurs éditeurs ne sourcillent un instant. Sans blague ?! Quelqu'un a relu le livre avant de le publier ? J'ai le sentiment que ce roman ne connaît son succès que par la réputation de Neal Shusterman.
C'est creux du début à la fin. Il ne se passe rien. La psychologie des personnages n'est pas respectée. Leurs réactions sont absurdes.
Un seul petit exemple pour ne pas vous spoiler : alors que vous vous dirigez vers un refuge secret aux ressources limitées, à quel moment est-ce que vous décidez de vous encombrer d'une petite ordure de profiteur qui a échangé à votre oncle préféré un pack d'eau contre son 4x4 ? A quel moment n'importe qui peut faire confiance à un personnage pareil ? Surtout après lui avoir déboîté l'épaule lorsqu'il a pointé un pistolet sur vous ? A aucun moment vous ne songez qu'il va essayer de se venger, de vous trahir etc.
Le livre est truffé d'incohérences de ce genre !
Même la fin est absurde ! Je ne vous la dévoile pas mais, pour ceux qui envisagent de lire ce roman, imaginez d'abord l'enchaînement de circonstances qui peut amener à un Tap-Out. Imaginez tout ce qu'il faut pour en arriver là, sachant que cette question est une priorité absolue dans n'importe quel pays, même géré par le gouvernement le plus crétin... Je n'en dis pas plus.

Le style à présent.
Ou plutôt l'absence de style.
Est-ce que cela vient de la traduction ou des auteurs ? Vocabulaire pauvre. Syntaxe minimale. On oublie l'inversion du sujet pour les verbes du premier groupe dans les dialogues :
"- Ça va ? je demande.
- Non, ça ne va pas ! Vous tombez dans les pires travers de la traduction anglo-saxonne !"
Et quelques fautes par-ci, par-là.
Nous sommes tout de même dans un roman édité par Robert Laffont, qui a bénéficié d'une armée de lecteurs, correcteurs, relecteurs...
Ajoutez à cela une véritable absence de rythme, une montée en pression qui ne fonctionne pas (peut-être parce que je n'arrêtais pas de m'énerver après la pléthore d'incohérences) et des personnages sans aucun charisme.

Bref, le succès de ce livre est pour moi un mystère total.
Une bonne idée de départ, mais un traitement du sujet absolument navrant.

Ceci dit, ce n'est pas la première fois que je ne suis pas d'accord avec Stephen King...

par ajc2ht
La Sirène et le Scaphandrier La Sirène et le Scaphandrier
Samuelle Barbier   
Un livre agréable pour l'été, un peu niais quand même. En effet Zach est en prison pour avoir balancé son gang il est donc dans une autre prison pour ne pas être agressé, mais j'ai du mal à croire que même dans une prison différente de son gang il n'y est pas de représailles... En plus la prison est plus ou moins définit comme un endroit un peu craignos mais c'est tout... aux états unis? Avec tous les gangs? ça doit être l’enfer... l'échange épistolaire permet un peu de fraîcheur et aère la lecture. Mais ce n'est pas une histoire d’amour qui restera dans les annales pour ma part.

par ninon64
La tête dans les étoiles La tête dans les étoiles
Melissa Keil   
Un roman Young Adult diffèrent de ceux que j’ai lu jusqu’alors. J’aime beaucoup ce type de lecture et avoir un point de vu exclusivement masculin apporte une notion complètement nouvelle pour ma part à ce type l’histoire.

Sam est de ceux que l’on pourrait qualifier de Geek : il aime les films d’horreur, les jeux vidéo et écrire des scénarios afin de pouvoir un jour en faire son métier. Il n’a pas vraiment la côte auprès de ses camarades de lycée, les populaires lui mènent la vie dure, mais cela ne l’empêche pas d’être un jeune homme intéressant, doué et plein d’humour. Il a une bande d’amis fidèles et toujours présents pour lui.

L’arrivée de Camilla va doucement le faire évoluer, il deviendra grâce à elle un ado plus sûr de lui et surtout ne souffrira plus des brimades de ses camarades. Depuis que la jeune fille est dans les parages, il se sent étrangement mal à l’aise en sa présence et a du mal à comprendre pourquoi. Au fil du temps, ils vont se lier d‘amitié, elle va l’aider dans des moments qui seront difficiles pour lui, elle sera sa bouée de sauvetage. Bien que souvent loin de lui, elle arrivera toujours à lui rendre le sourire et lui trouver des occupations afin qu’il ne tombe pas dans le dépression suite au divorce de ses parents. De plus depuis quelque temps son meilleur ami devient distant, de nature peu bavarde, celui-ci va lentement s’éloigner de leur bande. Sam ne comprendra pas ce revirement de situation et bien qu’il est du mal avec cette soudaine distance, il essayera de percer le mystère qui tend son ami à s’éloigner d’eux.

L’amitié qu’il éprouve pour Camilla va rapidement se transformer en sentiments amoureux. Il aura du mal à mettre des mots sur ce qu’il éprouve pour elle, ne connaissant pas encore ce genre de sentiments. Mais petit a petit il se rendra a l’évidence, il ne lui déclarera pas pour autant sa flamme, l’adolescente déménageant souvent, il a peur de s’engager pour la perdre par la suite. Le fait qu’il la considère aussi comme sa meilleur amie le freine, il pourrait la faire fuir et cela, il n’en a aucune envie.

Tiraillé entre son envie de pouvoir la sentir près de lui et celui de rester son confident, une bataille acharnée se jouera dans sa tête. Parfois timide et maladroit, il saura pourtant lui aussi à sa façon réconforter Camilla dans des moments de doute et de solitude. Elle devenue populaire au lycée qui devient amie avec le vilain petit canard, personne n’aurait pu imaginer ça et pourtant, ils sont inséparables.

Une lecture vraiment intéressante, touchante, pleine d’humour et de référence en rapport avec le cinéma. J’ai grâce à ce livre comblé quelques lacunes sur ma culture cinématographique, bien sûr pas très fan des films d’horreur, je m’abstiendrai dans voir certains. Mais pour d’autres que je connaissais déjà ce fut agréable de retrouver certaines scènes dans les bouts de vie que Sam partage avec nous.

Les personnages sont adorables, attachants, les amis de Sam sont vraiment une bande de copains complètement décaler par rapport à ceux qui les entourent au lycée. Ce ne sont pas des ados en rut bien que parfois leurs comportements dus à leurs hormones sont assez marrants à lire, les voir s’épanouir grâce à l’arrivée de Camilla m’a mis le sourire aux lèvres.

J’ai apprécié la façon dont l’auteure nous amène à la découverte de la vie de Sam, on connait tous un personne qui a subi l’enfer que ce soit au collège ou au lycée. Cette lecture permet en quelque sorte de les rendre eux aussi plus populaire car bien mieux compris grâce à ce livre. La lecture se fait très rapidement, l’univers diffèrent est plus qu’appréciable, cela fait du bien de lire autre chose tout en gardant le thème de la romance adolescente, bien que celle-ci soit plutôt platonique. On ne peut s’empêcher de penser à ce que pourrait donner leur couple, un Sam timide et touchant et avec une Camellia extravertie et pleine de vie. C’est à la fin de ce livre que nous découvrons ce qu’il adviendra d’eux, donc si vous souhaitez savoir si oui ou non Sam lui dévoilera son amour ou si il restera l’ami de la belle jeune fille, il vous faudra lire le livre

par Natoche
Cendrillon et moi : La belle-mère parle enfin Cendrillon et moi : La belle-mère parle enfin
Danielle Teller   
Force est de constater que je suis une des rares lectrices à avoir préféré cette version réaliste de l'histoire de Cendrillon. D'ailleurs, c'est l'histoire de la BELLE-MÈRE, pas celle de Cendrillon, alors ne soyez pas surpris de commencer cette histoire avec Agnès!

Au contraire de la plupart des autres, le récit de Cendrillon version Disney est celui que j'ai le moins apprécié, puisque que tout ce que j'en ai retenu est que la plus belle fille fini toujours par gagner, même si elle est un peu stupide. C'est d'ailleurs un point soulevée dans ce récit: la beauté comme facteur de réussite sociale.

Ce roman mérite qu'on s'y attarde, car il remet en question bien des fondements du conte de Grimm. Ici, pas de marraine fée, de princesse un peu débile ou de belle-mère méchante juste pour le simple fait d'être méchante.

L'histoire prend place dans un moyen-âge bien senti et bien contextualisé. Une Église omniprésente, des gens analphabètes, des classes sociales très étanches, la suprématie mâle, la vie de fermier, les vêtements d'époque, la mortalité infantile et les fausses couches courantes...Vraiment, l'autrice a fait du très bon travail sur l'époque.

Observez les personnages avec attention, parce que vus constaterez que Ella (Cendrillon) est loin d'être standard. Au vue de son comportement et de sa manière de percevoir le monde, je pense qu'elle vit avec ce qu'on appelle le syndrome Asperger, un haut degré d'autisme. Ce qui explique comment Agnès peut avoir de la difficulté à vivre avec Ella. Imaginez une femme qui tente d'élevé une enfant autiste au Moyen-Âge, époque où l'on brûlait les épileptiques, démonisait les schizophrènes et déshumanisait la déficience intellectuelle. C'était une dure époque pour la neurodiversité.

Pour ceux et celles qui se demandent ce qui m'a mit la puce à l'oreille concernant cette théorie, voici mes explications:[spoiler][/spoiler] Ella fait de l'enlignement, qui consiste à classer, trier par ordre et couleurs de boutons et autres objets, et ce, durant des heures.Ella ne comprend pas les complexités de langages tels que les sarcasmes, l'ironie, les sous-entendus et les jeux de mots. Ella a des tendances solitaires très marquées. Ella est intelligente comme le sont la majorité des gens vivant avec le syndrome Asperger et comme la plupart, possède des intérêts fixes et une certaine douance dans un domaine ( Mode, dans ce cas-ci) Ella fait des "crises", qui ponctuent sa vie lorsqu'elle ne sait plus gérer ses émotions et peut réagir avec violence. Ella est peut porter sur les rapports sociaux autre que ces figures d'attachement, tels les membres de sa famille. Ella est lunatique, elle peut passer des heures à fixer le plafond et manque de réactivité faciale, manque cruellement de tact, car elle n'a pas filtre, pour ne nommer que ces constats.[spoiler][/spoiler]

Agnès a dû composer avec plusieurs personnages plus ou moins évident, notamment un mari alcoolique, un premier mari coureur de jupons, une maîtresse ayant des problèmes de santé mentale majeurs, un chambellan corrompu, une paysanne narcissique et une lingère tyrannique. On peut dire qu'elle ne l'a pas eu simple.

Les "vilaines belle-soeurs" ne sont pas méchantes, mais l'une est de peau plus foncée et l'autre est défigurée par les cicatrices de la petite vérole. Deux critères esthétiques grandement fuis chez la gente masculine. Comme le disait Agnès: "On ne pardonne pas à une femme d'être laide."

Vous serez étonnés de voir qu'Agnès est plus près du conte de Cendrillon qu'Ella, quand on y pense. Après tout, ici, Cendrillon est une noble de naissance qui a épousé un prince. Inusité, mais pas contre nature. Agnès est passé de domestique à maîtresse de manoir, ce qui constitue ni plus ni moins un changement de classe sociale, une aberration à l'époque, un acte contre-nature.

Personnellement, j'ai beaucoup aimé cette version, car on constate que tout ce qui constitue la base de l'histoire de Cendrillon est purement basé sur des impressions, sur un seul point de vue, celui d'Ella, puis mélangé aux rumeurs de la cour. Le récit que nous fait Agnès est beaucoup plus réaliste et beaucoup plus HUMAIN. On ne peut nier qu'elle n'a pas toujours eu raison, mais au fond, et c'est un peu le fond de l'histoire, tout le monde a tort à un moment ou à un autre. Pour une fille sortie de la plèbe, je dois dire qu'Agnès a fait preuve de beaucoup de force, de résilience et d'intelligence.

Beau travail de la part de l'autrice, qui a su faire un roman intelligent avec tous les éléments du conte original, sans tomber dans le cliché , la romance débilitante ou l’imbuvable eau-de-rose. Merci aussi à elle pour les personnages avec des troubles de santé mentale, c'est très rares que j'en vois, surtout chez les femmes de la haute société. Merci de combattre les tabous de société et de mettre de l'avant les femmes.

Assurément à lire.

par Shaynning
Trois de tes secrets Trois de tes secrets
Julie Buxbaum   
Ce livre était vraiment bien !! Le seul point négatif c'est que l'identitée du personnage est assez évidente... Cela gache un peut le suspens!
Malgrés tout cela reste un trés bon livre a lire ! C'est une lecture assez simple, parfaite pour passez un bon moment.

par Asco20
Le Prieuré de l'oranger Le Prieuré de l'oranger
Samantha Shannon   
Une fantasy avec les femmes à l'honneur que j'ai adoré ! Ce livre est une pépite, il est juste GENIAL ! J'ai tout aimé dans ce livre. Il n'y aucun moment plat, tout les chapitres contribuent à faire avancer l'histoire qui est juste DINGUE ! On switch entre l'est et l'ouest tout le long du livre en suivant différents personnages à divers endroits du monde et plus on avance dans notre lecture, plus les éléments s'emboitent ! L'intrigue est énorme, je ne m'attendais pas du tout à ça, mais c'était tellement bien !
J'aime beaucoup trop ce livre !

par Cindy-42
Mes hauts, mes bas et mes coups de cœur en série Mes hauts, mes bas et mes coups de cœur en série
Becky Albertalli   
«'I've had crushes on twenty-six people, twenty-five of whom are not Lin-Manuel Miranda»

«I'm on the toilet at the 9:30 Club and I'm wondering how mermaids pee.» Oui, moi aussi. Enfin, moi aussi je me demande comment les sirènes pissent. Sérieux. COMMENT?!

J'avais besoin de deux choses:

1. une romance que j'aimerai d'amour. ✓

2. un bouquin qui m'aiderait à me remettre du dernier épisode de la saison 4 de The 100. ✓

The Upside of Unrequited m'a donné tout ce dont j'avais besoin, et même plus. Alors je vous présente officiellement mon nouveau crush.

Si vous êtes déjà tombé pour Simon et Blue, vous tomberez sûrement aussi pour Molly et Reid. Très sûrement. Parce que Becky Albertalli sait comment vous faire tomber qu'importe qui vous êtes; que vous soyez gay ou hétéro (ou autre), que vous soyez maigre ou gros (ou entre les deux), que vous soyez blanc ou noir (ou métisse), que vous soyez discret ou bruyant... qu'importe, Becky Albertalli nous rappelle que ça ne fait pas la moindre différence, on aime tous de la même manière; avec des cœurs dans les yeux, la gorge nouée, et des papillons dans l'estomac. #beyourself

OK, tout ça pour dire que j'adooooooooooooooooore Becky et ses romans. #inlove #depuisquandjutilisedeshashtags

DONC. The Upside of Unrequited suit Molly Peskin-Suso (la cousine de Abby Suso que vous connaissez peut-être via Simon vs. the Homo Sapiens Agenda) qui a connu vingt-six crushes mais n'a jamais eu de petit-ami. C'est clair, Molly est incollable quand il s'agit de craquer sur un mec (dans son cas) et de décider qu'il est préférable de le garder pour soi. Mais alors, qu'en était-il d'avoir un copain? Molly meurt d'envie de connaître ça. Sa sœur jumelle Cassie connaît ça, son amie Olivia connaît ça, sa cousine Abby connaît ça... bref, Molly est la seule à ne pas connaître ça. Jusqu'à Will. (Oups, je voulais dire) Reid.

◊ Bon, ça ne vous surprendra peut-être pas mais j'ai adoré les personnages. Ils sont attachants et réalistes, et drôles, et tout ce que vous voulez dans la mesure où c'est gentil. ^^ Et il n'est pas difficile de se retrouver à travers un personnage, quel qu'il soit.

Molly est une adolescente avec des rondeurs. Ce qui ne l'empêche pas d'être jolie et de se sentir bien (la plupart du temps) dans sa peau. C'est une personne très anxieuse, au point d'avoir un traitement (#sœursdemedocs), ce qui ne l'empêche pas d'être drôle et irrémédiablement attachante. Molly a un cœur en or et une âme d'artiste et je l'ai adoré. C'est une de ces personnes simples, qui n'usent pas des artifices et qui n'en sont que plus belles, vous voyez? (le retour du "vous voyez?")

Reid (de la Terre du Milieu). omg. Vous me croyez si je vous dis que je suis tombée amoureuse de Reid dès sa première apparition et que par-la-suite je ne vivais plus que pour une scène avec lui? Eh bien, croyez-le ou non mais c'est vrai. Reid n'est pas un golden boy, et vous avez plus de chances de le croiser dans une cuisine que dans une salle de sport. ENFIN! C'est si rare les gars (dans les romans) qui sont beaux sans ressembler à des mecs tout droit sortis de photoshop. #reidestparfait #reiddelaterredumilieu #fautquejarrêteavecleshashtags

◊ La romance entre Molly et Reid est super mignonne! Et elle leur correspond vraiment. (uh. Quel argument.) J'aime comment les choses se déroulent entre eux, comment leur relation évolue et tout ça. (aka je ne sais pas vraiment quoi dire mais je vous donne l'impression que je sais, coup classique) J'aime leur complicité et il ne m'a pas fallu longtemps pour les ajouter à la liste de tous mes ships (je tiens vraiment une liste).

◊ Becky Albertalli a une plume que j'aime beaucoup. Non seulement parce qu'elle est fluide et claire mais en plus parce que cette auteure ne se contente pas seulement de raconter une histoire. Elle n'entre pas dans les clichés habituels, elle n'a pas peur de nous faire rencontrer des personnages réalistes et par-dessous tout elle y met du cœur.
Becky Albertalli me fait ressentir de ces trucs! Sincèrement, c'est assez rare que j'ai envie de pleurer quand un personnage a envie de pleurer, que j'ai envie de lever les yeux en même temps qu'un personnage, que je ris avec un personnage, etc. Et j'ai adoré l'effet que ça a fait à mon estomac. J'ai l'impression que ça fait bien trop longtemps que ça ne m'étais pas arrivée.

◊ Becky Albertalli est de ces auteurs qui soutiennent la communauté LGBT+ et qui le font à la perfection. Je soutiens la communauté LGBT+ et j'appartiens à la communauté LGBT+ alors quand Becky Albertalli écrit une histoire sur une fille dont la jumelle est lesbienne dont la petite amie est désignée comme pansexuelle (personne qui peut ressentir de l'attirance sexuelle/émotionnelle/blablabla pour une autre personne quelle que soit son sexe et son genre -femme/homme/sans genre/trans/autre-) et qui a deux mères, je suis conquise. Je peux clairement mourir en paix.

◊ Oh et, il y a Simon dans The Upside of Unrequited. OK, une scène et demi. Mais quand-même!

◊ Pourquoi pas 10/10? Je suis une rabat-joie. Et J'AIME être une rabat-joie. Mais ce n'est pas parce que je suis une rabat-joie que je n'ai pas donné 10/10 à The Upside of Unrequited même si ce livre est (presque) parfait. Il y a deux raisons à cela:

1. j'ai eu du mal à me lancer dans cette lecture. Avant que je me lance véritablement dans cette lecture, j'avais déjà essayé de lire ce roman. OK, j'ai lu vingt pages et je me suis arrêtée. Mais j'avais tellement peur que The Upside of Unrequited ne soit pas à la hauteur de mes attentes, qu'il ne soit pas à la hauteur de Simon vs. the Homo Sapiens Agenda que les vingts premières pages m'ont été gâchées et je ressens le besoin de prendre ça en compte. (Je suis une rabat-joie, souvenez-vous.)

2. ce livre a une note de 9/10. Ça signifie que si un jour je décide de le relire, il y a de grandes chances pour que je lui donne finalement le 10/10 qu'il mérite amplement.

◊ En conclusion, j'ai adoré ma lecture de The Upside of Unrequited qui est donc un coup de cœur et j'ai hâte de lire le prochain roman de Becky Albertalli. Tout simplement parce que j'adore son travail. The Upside of Unrequited est un roman qui ne manque pas de moments touchants, drôles, et j'en passe. C'est une lecture addictive et réaliste. C'était génial.

PS: Vous voulez savoir pourquoi il m'a fallu autant de temps (trois heures) pour écrire cette review? Non? Tant pis, je vous le dis quand-même. Entre deux paragraphes, je regardais des vidéos de Bellarke (Bellamy/Clarke - The 100) parce que je ne me remettrai jamais du final de la saison 4 et que la saison 5 me semble bien trop loin. Voilà, vous connaissez à présent ma faiblesse. #fangirl #bellarke #ineedseasonfivenow

«I don’t entirely understand how anyone gets a boyfriend. Or a girlfriend. It just seems like the most impossible odds. You have to have a crush on the exact right person at the exact right moment. And they have to like you back. A perfect alignment of feelings and circumstances. It’s almost unfathomable that it happens as often as it does.»

https://theblacksunshineblog.wordpress.com/2017/05/26/the-upside-of-unrequited-becky-albertalli/

par Sheo
Moi, Simon, 16 ans, Homo sapiens Moi, Simon, 16 ans, Homo sapiens
Becky Albertalli   
Je suis admiratif face à ce livre : le pire c'est que je m'appelle Simon, j'ais quasi 16 ans et je vous laisse devinez la fin ... enfin bref je vais pas vous raconter ma vie mais sachez que ce livre, il me parle de manière bien concrète et que le message qu'il transmet et aussi fort que génialissime ! C'est quans même formidable que quelqu'un relève enfin la normalité de l'homosexualité !!! Je pense que ce livre mérite d'être lu autant qu'il mérite ma liste de diamant !!

par Simon34
Garçon ou fille Garçon ou fille
Terence Blacker   
J'ai adoré ce livre. Hilarant, je me suis marrée du début à la fin, je ne pouvais plus le lâcher. C'est un livre plein de légèreté que je conseille pour tout ceux qui veulent lire quelque chose d'un peu différent et qui sort de l'ordinaire et surtout qui veulent une bonne dose de rigolade !