Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Ore-1 : Liste d'argent

retour à l'index de la bibliothèque
Indécent, tome 3 : Éblouissant Indécent, tome 3 : Éblouissant
Colleen Hoover   
Quel livre ! J'avais adoré Indécent (un titre qui ne correspond pas du tout au contenu du livre mais bon...) mais This Girl est cent fois mieux ! L'histoire du tome 1 mais du point de vue de Will ? Mais quel plaisir !
À plusieurs reprises il m'a brisé le coeur.... Il l'aime tant !
J'ai adoré la fin, où l'auteur a rajouté d'autres scènes.

par Melou78
Cocktail, Tome 1 : Wallbanger Cocktail, Tome 1 : Wallbanger
Alice Clayton   
Une lecture rapide et sans prise de tête. Mais ça s'arrête là. Aucune originalité, beaucoup de clichés et des personnages moyens. Ce n'est pas le livre du siècle. Je dirais même que ça ne casse pas 3 pattes à un canard.

Comme indiqué dans le résumé, Caroline est fortement dérangée par les ébats de son voisin. Celui-ci fréquente 3 maîtresses à tour de rôle. Lorsqu'il couche avec elles, le lit cogne contre le mur de Caroline. De plus, Caroline est exaspérée par les bruits curieux des maîtresses en question. En effet, pendant l'acte il y en a une qui glougloute comme une dinde et une autre qui miaule plus fort et distinctement qu'un chat... Bref, c'est du plus haut ridicule. Caroline va donc aller taper à la porte de son voisin en pleine action et lui demander d'être moins bruyant. Elle va se retrouver face au plus bel homme qu'elle n'a jamais vu (comme dans toutes les histoires de ce genre hein) et il va l'envoyer promener en disant qu'il fait ce qu'il veut chez lui. Déjà là il m'est apparu comme antipathique. Il est chez lui ok, mais il a une voisine dont il doit tenir compte. A croire qu'il ne connait pas l'expression "Ma liberté s'arrête là où commence celle des autres". Bref, Caroline ne le supporte pas mais va subitement fantasmer sur lui et faire des rêves érotiques à son sujet.

Commençons par les personnages. Je vais être franche, je les ai trouvés assez nuls. Peu approfondis. Simon s'améliore beaucoup dans le reste du livre mais il m'a laissé assez froide. De plus, même s'il est célibataire et fait ce qu'il veut de son anatomie, j'ai du mal avec ce concept d'amitié-sexe. Il est amis avec 3 femmes qui lui servent de plan cul. C'est quelque chose qui me laisse dubitative car le sexe dans une relation change beaucoup de choses et il est difficile d'entretenir ce genre de lien sans ambiguïté ou sans que des sentiments plus profonds ne se développent. Je ne suis pas fan de ce type de relation.
Caroline m'a agacé. Elle fantasme à mort illico presto sur son arrogant et bruyant voisin et ne pense plus qu'aux beaux orgasmes qu'il pourrait lui donner. Tout le livre ne parle que de ça. C'est fatigant. Et je ne me suis pas sentie proche d'elle.
Les amis des protagonistes sont complètement immatures et débiles. Sophia et Mimi sortent avec des garçons (qu'elles n'apprécient pas tant que ça) alors qu'elles ont chacune le béguin pour le petit copain de l'autre ! Et c'est pareil du côté des garçons ! Non mais sérieux ?! Ce sont des adultes ou des pré-adolescents ?? C'est pathétique. En plus, ils ne servent à rien dans l'histoire. Ils sont idiots et savent juste faire des allusions sexuelles ou se bourrer la gueule pendant un week-end.

Le scénario n'a rien de palpitant. Deux voisins qui fantasment l'un sur l'autre, se tournent autour et meurent d'envie de coucher ensemble. Une héroïne qui veut à tout prix retrouver ses orgasmes. Bref, j'attendais vraiment plus d'humour et d'originalité. Le livre ne parle que de sexe du début à la fin. Des allusions à tous les chapitres. Ensuite quand les personnages sautent enfin le pas, s'ensuit une accumulation de scènes de sexe. Il n'y a quasiment plus que ça vers la fin. Certes ce n'est jamais trash ou vulgaire, mais c'est vraiment répétitif et gonflant. Simon est perpétuellement en érection. Je vais finir par croire que les auteurs des romances de ce genre s'imaginent que le corps humain est une machine et que les hommes peuvent avoir des rapports sexuels quasiment en permanence sans avoir besoin d'une pause. Est-ce un fantasme des auteurs féminins de nous créer sans cesse des personnages aussi actifs ? Probablement. On ne peut pas lire une romance sans que le héros soit bien monté, canon et qu'il ait toujours son sexe au garde à vous.

L'écriture est correcte mais pas extraordinaire. Beaucoup de dialogues ou de passages ne volent pas très haut. Les sms que s'envoient les protagonistes et leurs amis ne font pas beaucoup avancer l'histoire et ne me paraissaient pas utiles. Et il y a de nombreuses répétitions je trouve.

Au final je ressors très déçue de cette lecture. J'espérais vraiment mieux mais on retrouve tous les clichés des romances contemporaines ou New Adult. Je n'ai pas particulièrement apprécié cette histoire et je ne lirais sans doute pas la suite.
Campus Rules Campus Rules
Mélodie Chavin   
Je suis partagée sur ma lecture .

J’ai beaucoup aimé l’histoire générale et l’écriture est très fluide.

Ce qui m’a dérangé c’est la rapidité des événements. Surtout au début... Maya, qui sort de 3 ans de thérapie et sort enfin de sa coquille,emménage dès le premier jour chez une inconnue et sort dans un bar bondé. C’est un peu invraisemblable pour moi. De même que la rapidité à socialiser et être intime avec un garçon.

J’aurais aussi aimé en apprendre plus sur ces trois ans. Il m’a manqué des détails sur la vie passée des personnages pour pouvoir m’y attacher un peu plus et comprendre leur caractère. Des lieux précis m’auraient aidé aussi à m’encrer dans l’histoire. (Nous n’avons des noms de villes que lors d’une escapade un week-end).

La fin de l’histoire est top mais encore une fois un peu invraisemblable et rapide. J’ai eu du mal à me projeter.

Je pense que l’histoire de fond est super et c’est bien écrit mais elle mériterait d’être approfondie.
Good Girls Love Bad Boys - Tome 1 Good Girls Love Bad Boys - Tome 1
Alana Scott   
L'histoire est sympa, c'est assez ados, léger. À lire sans prise de tête. Par contre, un truc me chicote dernièrement avec Harlequin les éditions HarperCollins France et leur nouvelle forme de (pub)mensongère.

"10 millions de lecteurs"
ou
"10 millions de vues sur un TOTAL de chapitres Wattpad".

C'est carrément abusé d'inventer un faux succès et de vendre ses auteurs comme s'ils étaient suivie par des millions de lecteurs. J'ai jeté un coup d'oeil pour investiguer plus loin, en allant sur Wattpad, et la vérité est que l'auteur à moins de ving mille abonnés, pas 10 millions. Et quand on regarde attentivement les chapitres, on calcule qu'il y a en moyen 200k vue par chapitres. Donc si on est bon en math, bah ça fait environ 200k lecteurs qui on feuilleté l'histoire et non pas 10 millions. Enfin bref, vous me saouler les éditeurs à vouloir paraître pour des stars lol.

par Destroy25
Good Girls Love Bad Boys - Tome 2 Good Girls Love Bad Boys - Tome 2
Alana Scott   
j'ai mieux aimé ce tome 2 que le 1er. En cause plus de rebondissement malgré le fait qu'élodie se pose parfois trop de questions ou du moins les mauvaises questions.
Good Girls Love Bad Boys - Tome 3 Good Girls Love Bad Boys - Tome 3
Alana Scott   
J'ai enchaîné les 3 tomes car la lecture est addictif ! Mais j'avoue qu'au début j'ai eu du mal avec le personnage d'elodie.. Je ne comprenais pas pourquoi elle s'accrochait tant à un garçon méprisant, agressif, qui la repousse sans cesse ! Mais bon je voulais absolument connaître la suite..

par Marion-1
Juste un signe Juste un signe
Liz Plum   
Je n'aime pas trop donner une critique négative, car selon moi toute oeuvre a de mérite.
Le thème abordé m'a fort intrigué, toutefois le contenu bien qu'il soit addictif manque cruellement de consistance et de sérieux.
En arrivant à la moitié du livre, j'ai capitulé en survolant les pages.
Aucun rebondissement à proprement parler. Sans quelconque originalité.
Et j'ai trouvé révoltant l'image qu'a peinte l'écrivaine de l'adolescent " les garçons qui ne pensent qu'à faire la fête, flirter avec des filles et boire" et cela malgré les problèmes familiaux.
Un livre qui se lit, mais sans réelle surprise ni richesse.

par Riverie
Come back Come back
Anna Wayne   
Une histoire sans plus
Le bon point la double vu.
Par contre je trouve ça long le moment où l'on sait ce qui est arrivé dans le passé.
Sydney laisse toujours sous entendre que Caleb l'a trahi et lui laisse entendre qu'elle est partie sans rien dire. Donc tout de suite on se dit malentendu entre les 2.
Et c'est bien ce qui est arrivé.
Lorsqu'elle se confit et lui dit tout Caleb est dégouté. Il veut qu'elle vienne avec lui à San Francisco et elle le suit.
Il l'accueil chez lui mais s'éloigne d'elle et ne se rend pas compte que du coup elle pense qu'il a changé d'avis et ne veut plus d'elle.
Ce sont les gars du groupe qui vont ouvrir les yeux à Caleb et surtout son frère.
Les ex s'en mêlent mais les remises en place sont de rigueur.
Une révélation avec le père de Sydney.
Et on passe de suite à l'épilogue, le passage est un peu bizarre, comme inachevé dans le chap précédent.
Bad Boy Crush Bad Boy Crush
Lou Everly   
Bienvenue dans mon monde

Chronique

Bonsoir je viens vous parler de ma lecture de se soir fini a l' instant


Lou Everly

Éditions Addictives


Mon avis
Inflamed Inflamed
Cara Solak   
J’ai découvert Cara Solak par la romance avec Perfect Obsession ( https://melimelodegwen.fr/index.php/2018/01/27/perfect-obsession-de-cara-solak/); je l’ai suivie en terre dystopique avec la duologie d’Etrangers (https://melimelodegwen.fr/index.php/2019/05/01/etrangers-de-cara-solak/ et tps://melimelodegwen.fr/index.php/2019/07/25/etrangers-tome2-de-cara-solak/). Je ne pouvais pas rater son retour en romance contemporaine avec la sortie de son troisième titre aux Éditions Addictives, d’autant que j’ai eu la chance de lire ce roman lorsqu’il était encore en écriture. Et autant vous le dire, il était déjà très prometteur.

Dans ce roman, vous allez suivre le parcours heurté de Brody et River.

Il est l’un de mes personnages masculins préférés de ces derniers mois. Ni tout à fait badboy, ni prince charmant, parfois petit con, souvent attachant, c’est un mec droit, dévoué, qui tente de s’en sortir sans se trahir.

S’il refuse de s’attacher, parce qu’il a bien compris que c’est se mettre en position de faiblesse, dans le risque de l’abandon, il est tout de même fidèle à ceux qui comptent, sa soeur Tess, son meilleur ami Connor et pour eux, il est d’un attachement infaillible.

C’est un musicien de talent. Une pépite de l’ombre à qui il a manqué la pause dans les coups du sort, le petit coup de pouce, la bonne rencontre.

Et si c’était Hank? Producteur influent, découvreur de talents, il est le manager de River, une jeune chanteuse qu’il a découverte alors qu’elle n’était encore qu’un diamant brut, que June, l’écorchée de Vancouver.

Il en a fait une star mondialement connue. Pourtant sa notoriété actuelle tient plus de ses frasques et de sa longue descente aux enfers que de la qualité de ses dernières productions. Pourtant, loin de l’image sur papier glacé, River a été une artiste de talent. Mais dès que les projecteurs s’éteignent, le masque tombe. Le vide de son existence et ses fantômes reprennent le dessus et l’emmènent toujours plus loin.

Entre ces deux-là donc, rien de possible en apparence. Il exècre les starlettes de son genre, leur musique facile et leur superficialité. Elle fuit les arrogants condescendants dans son genre. Et malgré l’attraction qui crépite immédiatement, le moins que l’on puisse dire, c’est que rien n’est évident entre la princesse et le sauveur.

Rien à part un hasard, de ceux qui changent durablement une vie, pour le meilleur ou pour le pire.

Entre les deux écorchés se noue alors bien plus qu’une collaboration, même plus qu’une romance. C’est une forme de découverte, d’acceptation de soi, avec ses failles et ses forces, un long chemin qui peut à tout moment basculer.

Brody et River se ressemblent bien plus qu’ils ne le croient. Même passé à séquelles -quoi que les causes en soient très différentes- même peur panique de l’engagement, même refus de laisser qui que ce soit entrevoir l’être sensible sous la carapace. Difficile, dans ces conditions, de composer LA chanson capable de relancer une carrière, d’en créer une autre.

Il va falloir que la princesse ou le sauveur y mettent du leur. Acceptent de se livrer, d’accorder une bribe de confiance et arrêtent d’ériger des murs autour de leurs émotions.

Les demi-tours des personnages pourraient être frustrants. Ils nous les rendent, tout au contraire, bien plus attachant, parce que chaque fois que June redevient River, on sent toute sa fragilité et sa détermination à maintenir ses lambeaux de vie en un ensemble presque cohérent. Ses tendances à l’autodestruction m’ont touchée. Mais je suis tombée sous le charme des instants où elle laisse les autres voir qui elle est en dessous des paillettes. À ce titre, sa relation avec Ashley, sa meilleure amie, ou Tess, cette évidence improbable, sont de grandes réussites.

Mais ce que j’ai surtout aimé, c’est la tension qui est à l’oeuvre à chaque fois que June et Brody se retrouvent ensemble. Les accrochages sont épiques, les rapprochements très bien menés.

Il n’y a pas d’overdose de scènes de sexe dans ce livre. C’est bien mieux. Il y a une électricité, instable et inflammable, qui se retrouve à chaque page, dans les passages musicaux, qui rappellent les meilleurs duos, ou dans les moments où chacun baisse l’armure.

Vous l’aurez compris, Inflamed est un nouveau bijou ciselé par Cara Solak, une mélodie qui se découvre, se déguste, et se savoure. Comme une très bonne musique.
https://melimelodegwen.fr/index.php/2020/02/12/inflamed-par-cara-solak/