Livres
510 803
Membres
521 146

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Je n'arrivais pas à croire qu'il m'ait piégée de la sorte. L'air menaçant, je rapprochai néanmoins ma chaise de la table.

—  Connard.

—  Pour la peine, j'espère bien que tu refermeras ta bouche grossière autour de ma queue ce soir.

Il me contempla entre ses paupières mi-closes.

Ses dernières paroles ne me laissèrent pas de marbre, en attestèrent mes tétons durcis et ma petite culotte soudain trempée. En dépit de l'incroyable état d'excitation dans lequel je me trouvais, j'étais complètement désarçonnée. Je ne pouvais pas croire qu'il ait déclaré ça dans un restaurant chic où n'importe qui pouvait surprendre notre conversation.

—  Tu plaisantes ?

—  Bébé (son regard suggérait que j'étais complètement à côté de la plaque), je ne plaisante jamais au sujet d'une bonne fellation.

Un ricanement me fit relever la tête. Le serveur s'était présenté à notre table à temps pour entendre ces mots fort romantiques, et ses joues empourprées trahissaient son embarras.

—  Avez-vous fait votre choix ? croassa-t-il.

— Oui, répondit Braden, visiblement parfaitement à l'aise avec la situation. Je vais prendre un steak, à point. (Il m'adressa un sourire avenant.) Et toi ?

Il but une nouvelle gorgée d'eau.

Il se trouvait tellement cool et marrant.

— De la saucisse, apparemment.

Afficher en entier

- Je faisais la vaisselle, quand ce salopard s'est glissé derrière moi pour m'étreindre par la taille. Et il m'a embrassée. Juste ici. (Je désignai l'endroit précis sur mon cou.) Je ne peux pas porter plainte, ou un truc dans le genre ?

Le Dr Pritchard ricana.

- Pour être tombé amoureux de vous ?

Je me rencognai dans mon fauteuil, secouant la tête de dégoût.

- Docteur Pritchard, la réprimandai-je doucement, de quel côté êtes-vous ?

- Du sien.

Afficher en entier

La relation que j'entretenais avec les chips était sans doute la plus sincère de toute mon existence.

Afficher en entier

—    Allez les jeunes ! nous apostropha Ellie depuis le trottoir. (Élodie, Clark et les enfants étaient sans doute déjà dans le pub.) Qu'est-ce qui vous prend tant de temps ?

—    Jocelyn me suppliait de faire l'amour, mais je lui ai expliqué que ce n'était vraiment pas le bon moment, répliqua Braden à voix haute, provoquant les rires des passants.

Furieuse après lui pour d'innombrables raisons, je m'empressai de rejoindre Ellie.

—    Ce n'est pas grave, mon chéri, j'ai un sex-toy qui fait beaucoup mieux l'affaire.

Afficher en entier

Le jeudi soir, je l'attendais donc dans le salon avec Ellie, un verre de vin à la main. Je n'avais pas attaché mes cheveux, qui cascadaient donc librement dans mon dos en longues ondulations naturelles qu'Ellie avait admirées avec force commentaires, me suppliant de ne plus jamais faire de chignon. Hors de question. Je ne m'étais pas vraiment maquillée, me contentant d'un peu de blush, de mascara et d'un rouge à lèvres écarlate qui rehaussait ma tenue.

Notre porte d'entrée s'ouvrit et se referma, et mon ventre se noua.

—    C'est moi, annonça Braden. Un taxi nous attend, dép... (Il s'interrompit en pénétrant dans le salon et en posant les yeux sur moi.) Bordel.

Ellie gloussa.

Je l'observai du coin de l'œil.

—    J'ai réussi mon coup ?

Il eut un large sourire.

—    Tu réussis tous tes coups, bébé.

—    Beurk. (Ellie fit mine de vomir.) Au secours.

Afficher en entier

Braden à Joss :

- Tu n'es pas du matin, on dirait.

- Je ne suis pas non plus du reste de la journée.

Afficher en entier

J'allumai la musique sur mon Smartphone et m'immergeai profondément dans l'eau ; je me mis rapidement à somnoler. Seule l'eau devenant froide finit par me tirer de ma torpeur. Apaisée et aussi satisfaite que possible, je m'extirpai sans grâce de la baignoire et tendis la main vers mon téléphone. Dès que le silence se fit dans la pièce, je me tournai vers le sèche-serviette et me figeai.

Merde.

Il était vide. Je lui adressai un regard mauvais, comme si c'était sa faute. J'aurais juré qu'il y en avait un quand Ellie m'avait fait faire le tour du propriétaire la semaine précédente. Maintenant, j'allais mettre des gouttes partout dans le couloir.

Je grommelai, furieuse, et ouvris brusquement la porte pour me retrouver dans l'entrée spacieuse.

— Euh... bonjour, m'accueillit une voix grave.

Mes yeux quittèrent instantanément la flaque que j'étais en train de causer sur le plancher.

Un hurlement de surprise se bloqua dans ma gorge quand je croisai le regard de M. Costard.

Qu'est-ce qu'il foutait là ? Chez moi ? Espèce de cinglé !

Afficher en entier

Braden sembla à la fois amusé et attendri.

- Le cul et les vacances.

- Euh, quoi ?

- Je dresse la liste des choses qui te rendent agréable.

Je m'offusquai, lui poussant la cuisse du pied.

- Et tu ne trouves que le cul et les vacances ?

- Ce n'est pas de ma faute.

- Tu es donc en train de me dire que je suis désagréable ?

Il haussa un sourcil.

- Euh, tu me crois si bête que ça ? Tu pense vraiment que je vais répondre à cette question ? J'ai envie de coucher, ce soir.

Je lui enfonçai mon pied derechef.

- Fais attention à ce que tu dis, car tu pourrais coucher, mais par terre !

Afficher en entier

"Vous n'allez pas vous excuser ?" Braden m'offre un sourire espiègle. "Je ne m'excuse jamais à moins d'être sincère. Et je ne m'excuse pas pour ça. Ca a été le meilleur moment de ma semaine. Peut-être de l'année."...

"Wow, quelle vie ennuyeuse vous devez mener,"...

(selon ma traduction)

Afficher en entier

—Sérieusement, reprit-il en s'empressant de faire remonter son regard, malencontreusement tombé sur mes seins. Tu devrais te promener à poil en permanence.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode