Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Commentaires de livres faits par Milka2B

Extraits de livres par Milka2B

Commentaires de livres appréciés par Milka2B

Extraits de livres appréciés par Milka2B

Les plus récents d'abord | Les mieux notés d'abord
date : 29-07
On m’a brisée, à l’intérieur. Et toi, tu me répares, tu recolles les morceaux, petit à petit, tu fais de ma vie sombre une jolie mosaïque multicolore, chuchoté-je en frissonnant.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 29-07
En regardant les petites nattes serrées de ma fille, un peu désordonnées, mais qui ne se défont pas ni le jour ni la nuit malgré sa sauvagerie, je nous vois tous les trois : les trois brins d’une tresse indénouable, différents peut-être, indociles sans doute, mais toujours intimement liés.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
CD : Si tu voulais bien parler anglais, aussi !
En  le  lisant,  je  m’apprête  à  soupirer  d’exaspération,  mais  je  me retiens  au  dernier  moment.  Il  est  énervant  à  vivre  dans  sa  bulle  où tout  est  facile  et  tombe  sous  le  sens.  Eh  bien  non  !  Je  ne  cause pas english, mais je sais cuisiner, rire et profiter de la vie. Et après deux ou trois verres, j’imite très bien la dinde en colère et le singe excité.
Ça  compte  comme  des  compétences  appréciables,  non  ?  La  fatigue me rend sarcastique, alors je me fais plaisir en lui répondant.

SC : Tu as oublié de me l’ordonner avant de venir.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Condor en tête, notre troupe se dirige vers l’entrée du bâtiment.
Imaginez le tableau : trois gaillards cagoulés, vêtus de noir et armés, chargés  de  leurs  énormes  sacs,  qui  encadrent  la  petite  femme  en tailleur  pantalon  beige,  montée  sur  des  mocassins  à  talons  et  tirant
sa valise de pompier. Quelle équipe ! Au jeu de « cherchez l’intrus », je gagne à tous les coups.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
La  conduite  dans  Paris  n’est  déjà  pas  une  sinécure  à  l’heure  de pointe, mais avec un stressé dans l’habitacle qui serre la poignée au-dessus  de  sa  tête  comme  un  koala  s’accroche  à  sa  branche,  qui
brame  comme  un  cerf  castré  quand  il  aperçoit  un  piéton  à  moins d’un mètre du bord du trottoir, c’est juste épouvantable.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 29-07
– Je crois que tu n’as pas idée de l’état dans lequel me précipitent ces quelques grammes de tissu, annonce-t-il après quelques secondes. Mais je refuse que tous les hommes de la soirée éprouvent la même chose en te regardant ce soir, annonce William, les yeux plus que brillants. Évidemment, nous la prenons également, ajoute-t-il d’un air entendu.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 29-07
À quoi bon avoir tout ce que je possède si mon soleil s’envole à l’autre bout du monde ?
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
— Vie éternelle, passion immortelle.

— Oh, c’est très joli.

Je trouvais cette phrase très belle, et particulièrement appropriée aux vampires.

Ethan hocha la tête et prit mes mains dans les siennes.

— J’ai perçu la passion qui t’animait quand je t’ai rencontrée, Merit. Quand tu as fait irruption dans ma Maison, des flammes dans les yeux.

— Ce n’était pas des flammes. C’était une rage meurtrière.

— Très bien, gloussa-t-il. Mais une âme qui ne connaît pas la passion ne ressent pas la rage. Ni l’amour. Et j’ai senti la passion en toi. J’ai choisi cette phrase parce que je la trouvais jolie. Maintenant, j’ai la chance de pouvoir affirmer qu’elle dit vrai. (Les larmes me montèrent aux yeux.) J’ai la vie éternelle. Mais tu es ma passion immortelle.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
— Oui, eh bien baisse un peu la magie. Tu fais fourcher mes cheveux.

— Je doute que ce soit biologiquement possible, vu que tu es une vampire, et, quoi qu’il en soit, c’est non. Qu’est-ce que tu as, aujourd’hui ?
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Ethan eut beau ne pas paraître croire à mon mensonge, il hocha la tête et planta un baiser sur mon front.

— Bien. Je me faisais du souci.

— C’est ton travail de te faire du souci, répliquai-je d’un ton léger en lui pressant la main. C’est pour ça qu’on te paie une fortune. Que tu vas apparemment reverser à la Meute des Grandes Plaines pour garder cette voiture dans ton garage.

— Ne crains rien, Sentinelle. Il me restera assez d’argent pour t’alimenter en bacon.

— Heureusement que tu sais reconnaître les priorités.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
— Est-ce que tu viens de poser ma main sur ton sexe ?
— Oui.
D’accord, au moins je n’étais pas folle et lui assumait complètement ce qu’il venait de faire. Bon sang, il foutait quoi au juste ?
— Je peux savoir ce qui te prend ?
— Tu n’as pas l’air de me croire quand je te dis que je te trouve belle alors je te montre du concret histoire que tu comprennes un peu mieux.
— Tu poses ma main sur ta queue pour me faire comprendre que je suis belle ?
C’était nouveau comme approche.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Je trottinai jusqu’au trône, avec un abattant licorne, s’il vous plaît. C’était un cadeau pour ma pendaison de crémaillère : une licorne coquine qui faisait un pipi arc-en-ciel. Je poussai un râle de bonheur, certes pas très sexy, mais que celui qui n’avait jamais exprimé son soulagement aux toilettes me jette la première pierre.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Il défit sa tresse, ce qu’Anna ne se lassait jamais de regarder. Ce n’était pas juste que ses cheveux étaient beaux… même s’ils l’étaient. C’était le caractère intime de ce moment. Personne d’autre n’avait l’occasion de voir à quoi il ressemblait avec les cheveux détachés.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Quand on était méchant et mesquin en dedans, il valait peut-être mieux se taire et le cacher au lieu de l’exhiber aux yeux du monde.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Charles songea qu’il serait très facile de commettre l’erreur de croire à la façade de joyeux barbare de Tag et de passer à côté de l’homme intelligent qui se trouvait derrière, qui savait très bien de qui venaient les brownies dont il chantait les louanges… au détriment des cookies au beurre de cacahouètes qui étaient de toute évidence ceux de Leah. Et une fois qu’on avait admis l’homme intelligent il serait facile de commettre l’erreur de penser que le barbare déchaîné n’était qu’un déguisement. Tag était les deux… Et ça, c’était sans prendre son loup en considération.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 19-07
Les pilules magiques que tu prends tous les jours, enfin j’espère, peuvent provoquer des problèmes cérébraux. Encore que chez toi, je doute que ça se remarque.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 19-07
Le dernier peeling de Martin remontait à un an, quand deux Slovènes l’avaient traîné sur l’asphalte d’une aire d’autoroute en lui plaquant la figure contre le sol.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 19-07
Le commissaire frotta les poches qu’il avait sous les yeux, qui grossissaient de mission en mission. « Des valoches pareilles ne passeraient jamais en bagages à main », avait-il récemment dit en plaisantant.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Lula portait un bustier dégageant un max ses nichons. Elle fit rouler la boîte de bière fraîche sur sa poitrine. Je me dis que c’était un effort inutile. Il lui aurait fallu un tonnelet pour rafraîchir des seins pareils
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
— Si je le capture, je toucherai 10.000 dollars.
— Joue au Loto. Tes chances de gagner seront plus grandes.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
J’allais au centre commercial, au volant de la Buick de mon père, quand je repérai Morelli devant la boucherie de Giovichinni. Je fis ronfler le gros moteur à huit cylindres en V, montai sur le trottoir, et emboutis Morelli par derrière, l’envoyant valdinguer avec l’avant de l’aile droite. J’arrêtai la voiture et descendis pour constater les dégâts.
— Rien de cassé ?
Il était étalé sur le trottoir, regardant sous ma jupe.
— Si, ma jambe.
— Parfait, dis-je.
Puis je tournai les talons, remontai dans la Buick, et continuai jusqu’au centre commercial.
J’attribue cet incident à une crise de démence passagère car je tiens à préciser, à ma décharge, que je n’ai plus jamais écrasé quiconque depuis.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Comme elle l’avait récemment dit à Kathleen, il fallait parfois aimer quelque chose avant que ce quelque chose devienne aimable.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
— M. Winterborne doit avoir perdu la tête ! Il nous a envoyé de quoi nourrir un régiment.
— Manifestement il fait la cour à toute la famille, commenta Weston. Je ne peux m’exprimer à la place des autres mais, personnellement, je me sens prêt à lui accorder ma main.
La mine chagrine, Kathleen remarqua :
— Et moi, je me sens capable de manger ce jambon jusqu’à l’os.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
(En parlant d'un jeu de société)
— Il faut acheter ce modèle moins barbare sans tarder, déclara Weston. Ou bien apprendre aux jumelles à jouer au poker.
— Weston… commença Devon d’une voix grondante.
— Pardon, mais le poker me semble plus inoffensif que ce jeu où l’on se fait fouetter plus souvent que dans les pages du marquis de Sade.
— Weston ! s’exclamèrent Devon et Kathleen à l’unisson.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 19-07
Chaque fois que je crois t’approcher, tu m’esquives. Je le comprends, et je ne veux pas te faire souffrir. Alors pour toi, j’ai envie de nouer un ruban rose autour du sexe. Pas d’amour, mais un peu de tendresse, de la complicité, et cette communion quand tu regardes mes photos ou que je te parcours avec mon objectif. C’est toi que je veux, Romane. Toi et seulement toi.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 19-07
J’adore mes parents, mais leur amour qui se suffit à lui-même me terrifie. Ils sont parfaits, façon carte postale, avec leur petite maison aux volets bleus achetée pour leur retraite, le vieil olivier dans la cour et le chant des cigales. Ma mère laisse ses cheveux blanchir, parce que son mari l’aime bien au-delà de ses rides. Mon père prend du ventre sans se tracasser, parce que sa femme l’aime bien au-delà de sa silhouette. Ils ne font que ça depuis le jour de leur rencontre : s’aimer, sans rien accomplir d’autre.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0