Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Commentaires de livres faits par Meo-Lyss

Extraits de livres par Meo-Lyss

Commentaires de livres appréciés par Meo-Lyss

Extraits de livres appréciés par Meo-Lyss

Les plus récents d'abord | Les mieux notés d'abord
Quand j’ai vu que ce tome allait enfin sortir, j’étais si excitée, impatiente de retrouver Wade et Dawn, surtout après la fin du tome 1.
J’avais tellement envie de savoir comment ça aller se passer, alors quand j’ai eu la chance de me voir proposer le SP, j’ai sauté de joie. Et j’ai pas hésité une seconde pour l’accepter.
Aussitôt reçu, aussitôt commencé, et c’est à partir de là que tout s’est compliqué. Je ne remercie pas ma mémoire de poisson rouge, à cause de laquelle j’ai eu un peu de mal à me souvenir de certains évènements, de certains personnages, ce qui m’a un peu gâché ce début de lecture. Mais une fois que tout s’est remis en place dans mon cerveau, ce n’était plus que pur plaisir.
On retrouve Dawn qui, si elle était glaciale, hautaine, avec un certain idéal sur les relations entre simples mortels et l’élite, a fait un travail énorme sur elle-même durant les deux ans qui la sépare du premier tome. Elle n’a rien perdu de sa superbe, ni de son caractère bien tranchant par moment, mais elle est devenue un peu plus humaine, se remettant en question quand c’est nécessaire. Et je trouve que ce côté humain l’a rendu encore plus sublime.
Par contre, Wade… J’ai été surprise par ce qu’il était devenu. Toujours aussi gentil, adorable avec les gens, il a perdu de sa naïveté, le rendant dur, et j’ai été déçue par le voile qui lui obscurcissait la vue, trop blessé, rancunier, incapable de remarquer que les gens peuvent changer. Tellement persuadé que ce qu’il pense est la vérité, il n’hésite plus à être blessant, et ça l’a fait descendre de son piédestal, encore plus vite qu’il n’y était arrivé dans mon cœur.
Mais cette nouvelle facette de sa personnalité ne m’a pas empêché d’aimer ce tome 2, aux rebondissements aussi incroyables qu’inattendus, et je suis triste de déjà les quitter.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Le livre me tentait depuis qu’il était sorti, je n’avais pas eu l’occasion de le lire, et franchement, c’est une pépite.
J’ai ri, bien sûr, et pas qu’un peu, en même temps, avec une héroïne comme Robyn, comment faire le contraire ? Drôle, fraiche, attachante, j’ai aimé ce qu’elle dégage, le courage qui l’anime, ainsi que sa témérité. Face à l’adversité, elle ne recule pas, même si la peur l’accompagne, elle ne se laisse pas dictée par elle.
Avec un style vestimentaire bien à elle, Robyn ne vit que pour que sa fille soit heureuse, avec le soutien de sa meilleure amie, aussi barrée qu’elle, ainsi que Lili, sa vieille voisine nymphomane, qui m’aura offert des séances d’abdos d’enfer à force de me faire mourir de rire.
Mais dans tout cette joie, bonne humeur, et les rires (quoi ? Je l’ai déjà bien trop dit ? Pas grave), il y a aussi la nouveauté qu’apporte Valentin, le nouveau voisin, ainsi que le danger qui est omni présent à cause de sa vie professionnelle. Il ne veut pas avoir affaire à elle, pourtant, le destin n’arrête pas de la mettre sur sa route, jusqu’à ce que doucement des sentiments soient semés dans son cœur, et le rende dingue.
Dans tout ça, j’ai été incapable de le lâcher, au point de retarder grandement le moment d’aller me coucher, et dès que je peux, je me lance dans la suite. Mais grande fan de Lili, je me demandais… il est possible d’avoir un tome rien que sur elle ?
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Croyez-vous qu’un programme puisse choisir un époux ou une épouse qui vous conviendrait ?
C’est pourtant sur cette invention que mise le gouvernement de Bergseeland, et ce en quoi croit la famille de la jeune étudiante.
Âgée de 21 ans, Amaryllis rêve de voyages, de liberté, d’études, mais certainement pas de se marier à un parfait inconnu. Mais convaincue par sa famille, elle se lance, et qu’adviendra que pourra.
J’ai aimé cette histoire, ces personnages principaux, Amaryllis et Siegfried, tous deux se mariant plus par obligation que par envie. J’ai trouvé que l’état d’esprit qui découlait d’eux collé parfaitement à la situation, même si j’avoue que Amy m’a parfois agacée par son comportement, je l’ai trouvé immature, égoïste, et en même temps, je pense que c’est de son âge, là où Siegfried est plus posé. Mais Siegfried n’est pas parfait non plus, loin de là, concentré sur les compétitions, il ne prend pas le temps de vivre, se laisse porter par son sport, plus que par le reste, ce que j’ai trouvé bien dommage.
À l’heure où j’écris cette chronique, je ne me souviens plus du nombre de pages, mais je me souviens avoir trouvé que c’était trop court, que certains passages étaient trop rapides, qu’il manquait certains détails pour entrer un peu plus dans leurs têtes. Mais ça ne m’a pas empêché d’apprécier pleinement ma lecture, j’aurais juste voulu passer plus de temps avec eux.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 19-08
Quelle surprise ! Non, mais vraiment.
En fait, j’avais tellement entendu de bien de ce livre que lorsque je me suis enfin décidée à le lire, j’ai eu peur d’être déçue. Vous savez, quand on entend trop du bien de quelque chose, on l’idéalise trop, et pouf. En fait, on est déçu parce que notre attente était trop haute.
Et j’ai bien cru que ça allait être le cas, car, quand j’ai commencé ma lecture, je me suis dit : « ouais, bof, c’est sympa, mais voilà quoi. ». Puis une page en entraînant une autre… Il était sept heure trente du matin et je ne voulais pas m’arrêter. Et quand j’ai rouvert les yeux, je n’avais qu’une obsession, reprendre ma lecture.
Sans que je m’en rende compte, je me suis attachée aux personnages, à cette histoire, à la folie d’Ena, aux noms parfois bien perchés aussi. J’avais envie parfois d’entrer dans le livre pour être au cœur de l’action, pour m’imprégner encore plus de l’ambiance bien particulière de cette colocation, d’ouvrir les yeux d’Aly, aussi par moment.
Et plusieurs fois, je me suis demandé à quoi tourner l’autrice. Non, mais sérieux, faut être sacrément perchée pour réussir à écrire une telle histoire, et en même temps, c’est exactement ça qui en fait son charme, ce grain de folie, ces détails qui nous font rire, ceux qui nous agacent, les révélations qu’on n’attend pas. Ainsi que certains chapitres où clairement on a l’impression d’avoir atterri dans une autre dimension.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 19-08
J’ai été très surprise d’arriver à la fin de cette histoire et de ressentir ce petit pincement de déception, celui qui signifie que l’on en veut plus.
Non pas que je n’ai pas apprécié l’histoire, mais ça s’arrête là, je l’ai apprécié, mais pour une fois, ça ne va pas plus loin.
Peut-être parce que les livres que j’ai lus précédemment étaient plus intense, qu’il y avait plus d’action, ou parce qu’une fois n’est pas coutume, je n’ai pas vraiment pris le temps de me poser réellement pour cette lecture, ou peut-être aussi parce que j’ai trouvé certains éléments un peu rapides… Je n’en sais rien.
En tout cas, j’ai passé un bon moment en compagnie d’Emily, qui après le décès de sa grand-mère hérite d’un parapluie violet, entre autres, et découvre par la même occasion que celui-ci est spécial.
Grâce à lui, elle peut se transporter dans des fictions, même si elle ne sait pas exactement comment ça fonctionne, et sa première rencontre est… surprenante. Fan de la série dans laquelle elle a été projeté, j’ai grandement apprécié. J’ai trouvé que les autrices avaient réussi à taper avec justesse dans la retranscription des personnages que nous croisons par moment, les intégrant à l’histoire, sans les dénaturer une seule seconde.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 19-08
Comme bien souvent, je me suis lancée dans ma lecture sans même avoir lu le résumé, juste la couverture m’a suffi pour me dire qu’il fallait que je lise. Bon, la couverture, le bouche-à-oreille aussi, et le fait qu’il semble plaire pas mal. Quoi ? Je vous avais jamais dit que j’étais grandement influençable ? C’est l’une des raisons pour laquelle je ne lis jamais les avis des autres avant d’entamer une lecture.
Bref, revenons à Bold/Andréas et Kléo.
Quand j’ai commencé le prologue, j’étais pas très sereine. Je me suis demandé dans quoi je m’embarquais. Non, mais c’est vrai ! Si vous avez lu le livre ou même l’extrait que j’ai posté, vous voyez sûrement de quoi je parle. J’m’attendais pas à ça, les premières lignes me paraissaient si sombres, et j’étais pas préparée pour ça. Mais bon en même temps à quoi je m’attendais sans avoir lu le résumé ?
Je tiens à préciser que je ne sais toujours pas de quoi il parle, ce résumé, au moment où j’écris ces lignes…
Toujours est-il que malgré cette première « surprise », j’ai continué, curieuse, même si j’avais hésité un instant à rebrousser chemin. Et puis, il y a eu Kléo, puis Bold, puis Andréas, puis… je l’ai presque plus lâché.
J’ai été de surprises en surprises, de découvertes en découvertes, de moments de lucidité, de « Oh ! mais oui ! Mais je suis sûre que c’est ça ! », mais aussi d’un léger agacement après certains évènements.
Quoi qu’il en soit, j’ai apprécié ma lecture, et j’ai hâte de découvrir plus d’œuvres de Matthieu.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
On en parle des auteurs/autrices sadiques ?
Non, parce que bon, j’ai pas autant pleuré depuis… Bah en fait, j’en sais rien, mais ça faisait une éternité et je m’en serais bien passé, hein !
J’me souviens quand ce tome est sorti, comme j’étais heureuse, que j’avais hâte de le lire et puis je me suis souvenu… Je me suis rappelé comment Amandine aime nous torturer, nous faire du mal, nous offrir de l’espoir pour mieux nous achever. Alors, j’ai repoussé ma lecture, encore et encore, jusqu’à aujourd’hui, et bordel que je le regrette !
Je me plains, je me plains, et pourtant, je suis l’une des premières à crier, supplier, le livre à peine fini, pour en avoir plus, pour avoir une suite, parce que ça peut pas se terminer, parce que j’ai pas eu ma dose.
Maso ? Probablement.
Je le dis jamais, ou peut-être rarement, mais si vous ne l’avez pas lu, si vous ne connaissez pas la saga, si vous hésitez encore à les lire, foncez, foncez, foncez, vous n’allez pas le regretter.
Vous risquez de pleurer, de me haïr pour vous avoir encourager, de vouloir créer une pétition pour forcer Amandine à rembourser toutes les boites de mouchoirs que les lectrices ont vidées, mais vous allez aussi frissonner, espérer, bondir de rage, de joie, sourire, rire, pleurer encore, vouloir refermer chaque tome et pourtant continuer votre lecture et maudire Amandine à chaque page autant que vous l’aimerez d’avoir créé A et les cobras.
Avez vous apprécié ce commentaire ? +1
J’ai la chance d’être rarement déçue par une lecture, de réussir à tomber sur des livres que j’aime, et celui-ci ne fait pas exception.
J’irais même jusqu’à avouer qu’il a fait plus que me plaire, il m’a fait ressentir quelque chose que je n’avais pas ressenti depuis une éternité, ces petits tiraillements, ces petits piques dans le creux de l’estomac, quand une scène nous touche un peu plus que d’autres, ces petits fou rires inattendus, ce petit réchauffement dans le cœur quand on est heureux pour les personnages.
Alors je ne sais pas si c’est parce que ça faisait une éternité que je voulais le lire, ou parce que même mon meilleur ami qui ne lit JAMAIS l’a apprécié, et que je me suis laissé influencée, ou parce que les personnages abimés par la vie sont mes préférés, mais j’ai été incapable de le lâcher. À partir du moment où j’ai eu le nez dedans, j’ai pu dire adieu à ma nuit.
Abimés par la vie et pourtant si battants. Avec une force de caractère incroyable. Mes préférés, comme je l’ai dit. Peut-être parce que ce sont ceux à qui je m’identifie le plus facilement ? Toujours est-il que Charlyne et Matthew, malgré ce qu’ils ont pu vivre, le sont, et se battent pour vivre. De sa passion, pour la première, afin de se punir, pour l’autre.
Avez vous apprécié ce commentaire ? +1
Me remémorer lentement certains détails, en redécouvrir d’autres, effacés par ma mémoire, reste un plaisir que seul une relecture peut nous apporter.
Ce deuxième tome nous ramène directement là où le premier se termine. On retrouve Anaïa en lutte avec ses souvenirs oubliés, la pression que lui met Enry d’un côté, la disparition d’Eidan de l’autre, alors qu’elle voudrait de toutes ses forces qu’il revienne. Le tout, comme dans le premier tome, mêlé à la fac, le conservatoire, le groupe de rock, la vie en générale.
Y a pas à dire, cette duologie fait partie de mes préférée, de celles que je serais capable de relire en boucle sans me lasser, de la redécouvrir en permanence.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
C’est grave, docteur, si j’ai grave envie de me jeter sur le tome 2, alors que je le connais par cœur ?
Me replonger dans les cendres de l’oubli m’a fait me remémorer des sentiments, des souvenirs que j’avais oublié. Je l’aime ce livre, je l’ai dévoré en le découvrant, je n’ai pas pris le temps de le déguster, cette fois encore, car impatiente de redécouvrir ces lignes que ma mémoire avait effacé. Et pourtant, ce n’est pas ma première relecture de cette œuvre que j’affectionne.
Anaïa, pas tout à fait dix-huit ans, déménage avec ses parents dans le sud, suite au décès de son grand-père.
Même si j’avais déjà dévoré un très grand nombre de romans jusqu’à celui-ci, je me souviens encore de ma surprise de découvrir que l’histoire se passait en France. Quel plaisir ! De ce que je me souviens, c’est le premier que je lisais où les personnages étaient français, mais puis-je réellement faire confiance à ma mémoire quand on sait que je ne suis pas capable de me souvenir de ce que j’ai mangé la veille ?
Bref, la vie d’Anaïa peut paraître banale aux premiers abords, un déménagement, une entrée universitaire, rythmée avec celle au conservatoire, si seulement il n’y avait pas ces étranges rêves qui éveillent en elle des sentiments inconnus et pourtant pas tant que ça. Sans parler de ces deux garçons dont l’animosité est palpable entre eux et qui cherchent à se rapprocher d’elle, et de ses grains de beauté dans le creux de sa paume qui ne cessent de se multiplier…
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Mon dieu ! Je crois que je n’ai jamais autant eu envie de câliner un personnage aussi fort depuis bien longtemps. Wade m’a touchée en plein cœur, attendrie si souvent que j’avais envie de le protéger malgré sa très grande taille.
Et Dawn… à vrai dire, elle aussi j’ai eu envie de la câliner par moment, malgré son côté garce, prête à tout pour obtenir ce qu’elle veut, toujours dans ce besoin de tout maîtriser, avec cette sensation d’être incapable d’éprouver le moindre sentiment, ce qu’elle craint le plus au monde. Même si, parfois, les principes stupides et les préjugés dont elle est remplie ont pu très légèrement m’agacer, je l’aime. Sûrement parce qu’en dehors de son train de vie, je me suis beaucoup retrouvée en elle.
Leur rencontre était dû à un pur hasard, leur relation à de la curiosité, toujours est-il que leur histoire m’a passionnée et que j’ai hâte de lire le tome 2, de découvrir comment tout cela va évoluer.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 10-05
On m’a toujours dit qu’il fallait dire quand on aime ou non, et malheureusement, cette courte histoire ne m’a pas enchantée.
Rien que les premières lignes que j’ai postées ne m’avaient pas convaincue, mais comme pour beaucoup, parfois il faut laisser l’histoire s’installer, aller à son rythme pour finalement découvrir une pépite, ici, ce n’est pas le cas.
Pourtant ce n’est pas le potentiel qui manque, la plume est belle, l’écriture fluide, et s’il avait été plus développé, plus long, je suis certaine qu’il aurait été génialissime. Seulement, on se retrouve dans une sorte de journal intime d’un homme politique qui vient de tout perdre, qui se contente de le raconter, l’action manque, les dialogues sont inexistants, et je n’ai rien ressenti en lisant, aucune émotion parce que je ne m’identifiais pas au personnage, parce que je me suis ennuyée du début jusqu’à la fin.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 26-04
Je viens de finir Cherry Blossom 2, et pendant une bonne demi-heure, ça tournait pas rond dans mon cerveau. Vous devez sûrement connaître ça, quand on termine une lecture, ce sentiment de désœuvrement, on sait plus qui on est, ce qu’on doit faire, si le monde a un sens…
Voilà, voilà, dans quel état j’ai tenté de vous faire une chronique…
Bref, comme Hadriel, j’ai recentré mon Ki et me voilà prête à vous parler de Cherry Blossom 2.
Retrouver Ael et Hadriel, depuis que j’avais fermé le premier tome, j’en rêvais, c’est chose faite. Mais étais-je si prête aux révélations auxquelles nous faisons face dans cette suite ? Je n’en suis pas sûre.
Avec eux, j’ai vécu, tout comme Ael, j’ai été impatiente par moment, surprise aussi à bien des autres. Autant, j’avais deviné certaines choses dès le premier tome, autant dans le deux, il y en a certaines que je n’avais pas vu venir. Des clins d’œil, que j’ai beaucoup aimé, même si c’était très court. Et non plus un deux voix, mais plusieurs autres. Et j’ai adoré avoir le ressenti des autres.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 19-04
J’ai toujours aimé Mulan, c’est l’un des rares disney que je peux voir encore et encore sans ressentir de lassitude, sans que les musiques m’agacent, sans que je le trouve niais. Alors quand j’ai vu la version papier du film, j’ai foncé. Je n’aurais pas pu passer à côté, parce que cette fois, il n’était pas question d’une version romancée, destinée aux enfants, parce que la véritable histoire de Mulan était explorée, sans criquet porte bonheur, de dragon qui parle, même si Mushu est incontestablement un personnage que l’on ne peut retirer au dessin animé.
Mulan est pour moi l’une des premières, dont je me souviens, à m’avoir montré qu’une femme peut être forte, peut se battre, et n’est pas obligée d’avoir un homme derrière elle pour la protéger, pour qu’elle soit accomplie dans son rôle de femme. Dans le livre, c’est pareil.
Alors que je l’ai trouvé long à démarrer, une fois au cœur de l’action, impossible de l’arrêter. Même si j’ai pas vraiment eu le choix à deux reprises…
Je sais que l’absence de Mushu a fait criser beaucoup, mais honnêtement, et même si je l’adore, ici, il ne m’a pas manqué une seconde. L’histoire est sensiblement la même à quelques détails près, on retrouve Mulan, bien sûr, qui décide de prendre la place de son père à la guerre, mais nous avons aussi les points de vue d’autres personnages, ce qui nous donne une vue d’ensemble, nous permets de comprendre certaines actions, certains choix, et nous plonge encore plus dans cette histoire pleine d’action.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 12-04
J’ai enchaîné directement sur le tome 2 à peine le tome 1 terminé.
En même temps, avec la fin du premier livre, il m’était inconcevable de rester sur ma faim. Je devais découvrir ce qui allait se passer, et j’ai été servie.
Un peu plus romance, un peu moins police, nous retrouvons Emma entre présent et passé, luttant contre ce dernier qui revient en force.
Toujours à plusieurs voix, Vanessa nous ouvre une porte sur les pensées de plusieurs personnages, sur leurs émotions, sentiments, aussi, et nous permets d’avoir plusieurs ressentis au moment de certains passages clé du roman.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 05-04
Quand j’ai lu le résumé, j’avais un peu peur de ce que ça donnerait. Et puis… la couverture, l’auteure, les extraits, ont éveillé ma curiosité, m’ont donné envie de me lancer, de découvrir ce qui pouvait bien se cacher derrière ce prénom, derrière ce résumé qui ne me disait trop rien, et me voilà, quelques heures plus tard avec l’envie de me jeter sur le deuxième tome.
Entre policier et romance, nous sommes immédiatement projetés dans l’action, pas de préambule, mais Emma, ses peurs, sa volonté de s’en sortir, son désespoir. Vanessa tranche dans le vif du sujet, on aime ou on n’aime pas, personnellement, j’adore quand ça commence comme ça.
De là s’ensuit une course contre la montre, contre la vie, pour sa survie, elle doit lutter.
Ce roman m’a intriguée, survoltée, remuée.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Ouah ! Ça faisait longtemps que je n’avais pas eu envie de baffer un personnage.
Oh, Clara, cher Clara, j’ai parfaitement compris ta douleur, j’ai pleuré avec toi, à plusieurs reprises mêmes, mais bordel, ta naïveté m’a sortie par les yeux. Ton besoin de te raccrocher à quelque chose était compréhensif, mais à un moment faut savoir ouvrir les yeux !
Pardon, j’ai craqué.
Comme vous l’aurez compris, j’ai eu beaucoup de mal avec Clara a un certain moment, mais je ne regrette tellement pas d’avoir continué ma lecture. Parce que là où j’ai eu envie de la secouer durant ce que j’appelle ses moments de naïveté, j’ai aussi découvert un personnage avec un fort caractère, une battante.
Comment survivre après avoir vécu un évènement qui nous brise ? C’est ce que devra surmonter Clara. Alors qu’elle se noie, elle rencontre Chris, aussi brisé qu’elle. Ensemble, ils vont tenter de se reconstruire, mais est-ce possible lorsqu’il y a des secrets qui se glissent entre eux ?
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 17-03
Si j’ai apprécié les deux premiers tomes, ce n’est rien comparé à ce dernier. Il m’a bouleversé, émue, touchée, fait pleurer, à de trop nombreuses reprises, mais aussi fait sourire. Comme pour les deux premiers tomes, les personnages n’ont pas eu une vie facile, mais ils se battent pour la rendre meilleure, offre ce qu’ils peuvent pour arranger les choses.
Un orphelin et une enfant battue, des choix qu’ils ont dû faire, qu’on leur a imposé aussi, des blessures non cicatrisées, mon cœur a saigné avec les leurs par moment. Un sujet abordé, dur, qu’il faut maîtriser, qui a su l’être. Delinda et Ludivine ont su parfaitement retranscrire cette souffrance, cet espoir, cette envie de se battre pour plus, pour mieux.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
https://www.facebook.com/Meolyss.W/photos/a.619870315490960/665970260880965/?type=3&theater
Alors que je lis principalement à la première personne, j’ai été surprise de me plonger avec autant de faciliter dans l’histoire, là où en général il me faut un petit temps d’adaptation.
En fait, j’ai même mis plusieurs heures avant de m’en rendre compte.
C’est peut-être le charisme d’Austin qui m’a fait tout oublier, ou l’attraction qu’il y a quand il se retrouve dans le même endroit que Sierra, je ne sais pas.
Donc entrer dans l’univers de la famille Montgomery a été d’une facilité, immédiatement, nous découvrons une grande partie d’eux, même si l’histoire est basée principalement sur Austin et Sierra, cette histoire ne tourne pas qu’autour d’eux, mais de plusieurs membres qui ont voix aux chapitres.
Tout du long, ils sont présents, représentatif de la vie d’Austin, aîné d’une grande fratrie, avec les avantages et inconvénients que ça entraîne, mais qui démontre que sa vie n’a pas été difficile, qu’il n’a pas dû faire face à de grands malheurs jusqu’à maintenant, menant une vie qui lui convient, ou presque. Car à 38 ans, il commence à songer à se poser dans sa vie affective, contrairement à sa nouvelle voisine de travail, qui fuit toutes sortes de relations, qu’elles soient éphémères ou sur le long terme.
Sierra a grandi elle aussi dans une famille aimante, seulement un évènement fait basculer cette vie, et la pousse même à déménager, changer de vie, à ouvrir sa boutique dans laquelle elle s’investit afin de réussir à avancer et à mettre de côté ce passé douloureux. Mettre de côté ce passé est la raison qui la fait pousser la porte du salon de tatouage d’Austin…
Même si j’ai beaucoup aimé leurs histoires, il y a certains points qui m’ont… déplu ? Fait tiquer ? Dérangé ? Tout d’abord, la gentillesse, par moment, je l’ai trouvé trop présente. Alors certes, ça existe dans notre monde, mais à ce point ? J’ai trouvé que c’était trop, bien trop dans certaines situations.
Ensuite l’évolution de leur relation, j’ai trouvé que par moment ça allait trop vite, surtout au début.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 01-03
L’amour ne meurt jamais, l’espoir non plus…
Entre le tome 1 et le spin-off, j’ai découvert une belle leçon de vie, des émotions fortes, des larmes ont coulées sur mes joues à plusieurs reprises, des rires sont sortis de ma bouche, et à chaque fois, je ne voulais pas lâcher ma lecture.
Hope est la digne fille de son père, forte, battante, elle ne lâche rien, va au bout de ses désirs, de ses missions, de sa justice.
Les années ont passé depuis le premier tome, elle n’est plus une petite fille, mais une adulte qui s’est ce qu’elle veut, qui n’oublie en rien les combats qu’elle a déjà dû mener depuis son enfance.
Connor n’est plus ce gamin qu’elle rencontrait sur le toit de l’hôpital, enfants, il a grandi, mais doit toujours se battre contre ses démons, pour sa survie.
Leur retrouvaille, une chance, autant pour l’un que pour l’autre.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 16-02
Mais vous connaissez la magie des bons auteurs/autrices ? Ils/elles vous entraînent dans leur univers sans même que vous vous en rendiez compte. Pour moi, du moins, c’est exactement ce qu’il s’est passé. Ligne après ligne, page après page, j’ai englouti ce livre, plus rien ne comptait qu’Ael et Psycho, ce lien qui les uni, les mystères qui les entourent, cette sensation qui ne m’a pas lâchée qui me fait dire qu’elle est spéciale, ce besoin de découvrir si j’ai raison ou non, le temps suspendu à ces mots qui dansent sous mes yeux, qui m’empêche de penser à autre chose. Et pour finir, la frustration d’être déjà à ce « à suivre », du retour à la réalité, de devoir attendre la sortie du prochain tome…
Dans cette chronique, je pourrais bien sûr vous parler de l’histoire en elle-même, des personnages, ou que sais-je d’autres, comme on le fait pour beaucoup d’œuvres, seulement, j’aurais trop peur de tout gâcher, de trop en dire surtout, parce que finalement, entre ces lignes, dès le début tout est mystère, inattendu.
Avez vous apprécié ce commentaire ? +2
date : 09-02
Everly est une mère avant d’être une femme, une mère qui remuerait ciel et terre pour son enfant, prête à tout pour qu’il vive.
Malcom, Mal pour les intimes, est un homme secret, ancien combattant, pour qui une seule chose importe.
Leur rencontre n’est pas le fruit du hasard, Mal est l’un des seuls à pouvoir obtenir ce que souhaite Everly, de la façon dont elle le souhaite, c’est la raison pour laquelle elle est entré en contact en avec.
Leur collaboration les mènera dans des lieux, dans des situations qu’elle n’aurait jamais imaginées, leurs caractères les opposera à plusieurs reprises, mais rien ni personne ne l’arrêtera jusqu’à ce qu’elle ait enfin ce pour quoi elle se bat.
Il y a des livres, dès les premières lignes, on sait. On sait déjà s’il va nous toucher, ou non, nous faire voyager, vibrer, ou au contraire, nous décevoir, nous laisser de marbre, ou juste ne pas nous atteindre.
Love never dies à peine entamé, j’ai su. J’ai su que l’histoire ne me laisserait pas intacte, qu’elle serait dur, un combat, mais surtout que j’allais aimer à ne pas pouvoir le fermer avant la fin.
Et même si j’étais consciente qu’il y aurait un tome 2, je n’étais pas prête pour ces mots « à suivre ».
Des plumes, aux personnages, à l’histoire, aux rebondissements, j’ai aimé, en commençant par Everly, cette mère célibataire, abimée par la vie, qui ne vit que pour son fils, fragile et pourtant si forte. Par Malcom qui nous dévoile doucement ses secrets, les raisons pour laquelle il a accepté d’aider Everly, qui malgré ses airs d’ours mal léché, est finalement un homme au grand cœur. Par leurs histoires respectives, qui par un certain point, se ressemblent. Et je pourrais encore en citer tellement… mais n’est-ce pas mieux de découvrir par vous-même de quoi je parle ?
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 03-02
Lutter. Lutter contre ses sentiments, contre soi, contre l’ennemi, pour ses idéaux, ceux de sa famille, de son parti, voilà la vie de Keir depuis plus de trente ans. Et puis un jour, la fuite, après un évènement incontrôlable.
Je vous ai déjà avoué avouer avoir une mémoire de poisson rouge, et par conséquent, même si je lis un résumé, je ne sais pas forcément sur quoi je vais tomber en entamant un livre, et, j’aime ça, car j’ai le plaisir de découvrir l’histoire sans attente particulière, ce qui m’offre généralement de belles surprises. Ici ne fait pas exception.
L’avant-propos m’avait déjà mis la puce à l’oreille, si on s’attend à une belle et douce histoire d’amour, sans péripéties, sans trop de rebondissements, sans sang, ce n’est pas dans ce livre que ça se passera. Non, dans Northman Rhaspody, on trouve de l’interdit, des batailles, des non-dits, du soutien, des liens familiaux forts, des amitiés inébranlables, des secrets, aussi, beaucoup de secrets, mais surtout une guerre. Une guerre qui déchire une ville, un pays, avec deux clans bien distincts, qui se battent pour leurs idées, pour leur survie, pour n’être plus qu’un clan à vivre dans ces lieux qui sont leurs.
On y trouve aussi des personnages, tous aux forts caractères, loyaux, parfois un peu trop, certains fanatiques, quelques-uns en plein questionnement, d’autres prêt à tout pour leur clan. Et dans tout ça, pas un moment de répit, pas un moment d’ennui, une autrice qui sait manier la plume, qui nous emporte dans son monde, et qui nous fait rêver à sa façon.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Merci, Valentine, merci pour les fous rires !
J’ai eu quelques minutes de « merde, c’est qui déjà », puis c’est revenu, sans forcer, parce que le tome 1 m’avait marqué, les personnages aussi. Que ce soit Capucine, l’héroïne marquée par le harcèlement vécu durant les années collège, Elias, le neveu adolescent qu’elle élève, et qui est bien mature que les adultes qui l’entourent, ou encore Mila, la meilleure amie complètement déjantée, ainsi que Marceau, le tortionnaire en pleine rédemption, et j’en passe.
Toute cette petite bande m’avait déjà bien fait marrer durant La dent dure, ça n’a pas changé dans La sourde oreille. Toujours aussi drôle, j’ai beaucoup ri devant les bourdes de Capu, ses répliques, sa franchise, avec les réparties d’Elias, mais j’ai aussi été touchée par eux, leur histoire, les aléas de la vie qui semble vouloir s’acharner contre eux, attendrie par certaines situations, certaines réflexions, émue par l’amour qui en découle.
L’attente aura été longue pour ce tome 2, mais ça a été un véritable plaisir d’enfin pouvoir m’en délecter. Toujours aussi addictif, j’ai été incapable de le lâcher, et même si la fin conclue bien l’histoire, je n’aurais pas été contre un peu plus d’eux tous.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 20-01
Je crois bien que je vais arrêter de lire les premiers tomes d’une saga avant d’avoir les autres en ma possession, ça m’évitera ce moment de frustration extrême. Surtout lorsque l’histoire est aussi… intrigante ? Intéressante ? Enorme ? Je sais pas trop lequel choisir, les trois en même temps, en fait. Et encore plus lorsqu’elle se finit de cette manière ! C’est quoi ces autrices sadiques, sérieux ?
Kelilane m’avait déjà surprise lors de Little Rusk, de par son imagination, les rebondissements auxquels on ne s’attend pas, sa capacité à écrire une histoire qui semble basique au départ et qui soudain vous explose en plein visage et vous rend accro. Ici, pas de basique, rien que de l’originalité, du suspens, du passé et du présent, des personnages mystérieux, énigmatiques, qu’on n’arrive pas à déchiffrer, une histoire dont on ne sait pas où elle nous mène, de la dureté aussi, et un monde insoupçonné.
Nalya est une jeune femme, à peine, lorsqu’elle reçoit une lettre d’admission d’une des écoles les plus prestigieuses d’art des États-Unis. Partagée entre la joie d’avoir été acceptée et l’inquiétude suite à la disparition soudaine de son père, mais aussi troublée par les révélations de ce dernier avant son départ, elle hésite à s’y rendre. Surtout qu’une question reste en suspens : comment a-t-elle pu être accepté alors qu’elle n’a pas postulé ?
Après avoir fait son choix, la voilà à la Blue Moon School, cette école qui a formé les plus grand de ce monde, mais pas que. Dès son arrivée, Nalya se rend compte que certaines choses ne sont pas claires, mais un nouveau pays, de nouvelles coutumes, elle ne s’en formalise pas immédiatement, pourtant elle aurait dû…
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
J’ai souris en voyant qui était le protagoniste de cette histoire, ravie d’avoir un peu plus de lecture sur cette bande qui a su conquérir mon cœur au fil des pages. Tout comme pour les livres précédents, ici, nous sommes en compagnie de plusieurs personnages, à travers différents chapitres, même si nous un narrateur principal, et j’ai aimé découvrir ce que les autres pouvaient penser par moment.
Retrouver Nash, Julia, Jordan, et tous les autres, était un plaisir sans nom, même avec des années de plus. Adulte, tout du moins physiquement, ils ne se départissent pas de leur esprit d’ado, malgré les nouvelles épreuves de la vie. Liés leurs mentalités à leurs responsabilités n’est pas toujours chose aisée, surtout lorsqu’on a en charge un véritable ado aussi rebelle qu’ils l’étaient à son âge. Digne fils de son père, aussi têtu que sa mère, à travers les pages, nous suivons Ray, alias Le King, durant l’année de ses dix-huit ans en lutte avec ses hormones et les filles. Quoi qu’il lui arrive, il pourra toujours compter sur le soutien sans failles que sont les membres des Seis Blood.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0


  • aller en page :
  • 1
  • 2
  • 3