Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Commentaires de livres faits par Marina009

Extraits de livres par Marina009

Commentaires de livres appréciés par Marina009

Extraits de livres appréciés par Marina009

Les plus récents d'abord | Les mieux notés d'abord
https://booksbookmarks.wordpress.com/2020/07/29/dans-les-yeux-de-lya-t1-carbone-justine-cunha/

10/10

Tout d’abord, je souhaite remercier les éditions Dupuis et la plateforme Netgalley pour l’envoi de cette BD en version numérique.

J’ai tout simplement adoré ma lecture. Je ne pensais pas aimer autant et ce fût une agréable surprise.

Les dessins sont magnifiques et sont assez automnaux (ça se dit ?!), j’ai adoré les nuances jaunes à prune des planches, qui rend le tout assez doux et rempli d’espoir.

L’héroïne « Lya » est intrigante et tellement attachante qu’on ne peut s’empêcher de vouloir partir à la recherche du coupable qui l’a rendu paraplégique avec elle. On a envie qu’elle le trouve et le confronte. La fin est dotée d’un cliffhanger qui donne clairement envie de lire la suite sans attendre, et heureusement que je l’ai sous la main car ça ne va pas faire long feu, croyez-moi !

Je me suis beaucoup attachée au frère de Lya; Antoine, qui est là pour elle dans ses hauts et ses bas et la soutient à toute épreuve. J’ai adoré leur relation, j’ai tellement envie d’en apprendre plus sur eux deux dans le second tome !

L’histoire est super intéressante et haletante, on veut tout le temps savoir ce qu’il va se passer et quels rebondissements il va y avoir et je n’ai pas pu m’arrêter avant d’en être venue au bout ! Cette BD aborde bien entendu le handicap et notamment la paraplégie, ainsi on comprend la détresse de notre héroïne et son besoin de réponses quant au chauffard qui l’a renversée sans se retourner.

Je vous conseille absolument cette BD magnifique et innocente qui aborde de lourds sujets avec une héroïne attachante !
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 24-07
https://booksbookmarks.wordpress.com/2020/07/24/lilly-the-kid-lisa-mars-lou-marceau/

9/10

Je remercie grandement l’auteure pour l’envoi de ce roman, franchement c’était une super découverte.

Ici, on s’éloigne des sentiers battus par rapport à So What, qui a été mon premier roman de l’auteure et c’était une comédie romantique. Dans Lilly the Kid, c’est le tout premier roman de Lou Marceau, et on est davantage sur un drame romantique (quoique léger) traitant de la différence d’âge.

Si So What avait été une lecture agréable, Lilly the Kid a quant à elle frôlé le coup de coeur car j’ai vraiment A-DO-RE. En même temps, je ne suis pas très comédie romantique alors forcément, So What ne m’a pas complètement comblée, tandis que Lilly the Kid a su me capturer le coeur.

Ici, dans ce roman qui est vraiment court, tout se passe sacrément vite et certaines choses sont résolues assez rapidement, mais cela ne m’a pas du tout dérangée étant donné que justement, le livre est court, donc il est normal que tout aille à une vitesse extrême (et encore, je n’ai pas trouvé ça super rapide au niveau du rythme, j’ai vu pire !) Le fait que cela soit rapide peut gêner certains mais comme je le dis, moi, j’ai adoré, notamment et grandement parce que l’écriture y a joué. Si je n’avais pas adhéré à l’écriture, le roman aurait paru bien long quand on ne s’accroche pas aux personnages. Ici, l’écriture m’a fait m’attacher aux personnages mais m’a aussi permis de ressentir une certaine tension entre nos deux personnages principaux et cela m’a pas mal fait rêver je l’avoue.

L’histoire entre Lilly et Simon est douce, légère (j’ai beaucoup ri de par certaines répliques humoristiques sorties par l’un ou l’autre personnage, on reconnaît bien la patte de l’auteure !). Vu que les personnages se connaissaient depuis longtemps, je n’ai pas trouvé que la romance soit rapide et j’étais même pressée qu’ils concluent sinon j’allais hyperventiler sous peu. J’ai aussi trouvé que les personnages étaient à la fois bien approfondis et en même temps peu développés, c’est hyper bizarre comme paradoxe mais dans un cas comme dans l’autre, cela ne m’a pas titillée, au contraire, ça allait avec la continuité des choses. J’ai aussi trouvé la différence d’âge bien abordée mais ce n’était, selon moi, pas le principal de l’histoire. Je n’ai même pas ressenti cette différence tellement j’ai trouvé que les deux étaient sur la même longueur d’ondes ! Puis il faut dire que c’est assez survolé dans l’histoire, on n’en parle pas souvent donc cela ne m’a pas dérangée du tout !

A un moment, on a un retournement qui fait que tout s’explique et cela m’est passé sous le nez. Je ne m’y suis à aucun moment attendue alors que j’avais les phares qui s’allumaient en plus d’une perche tendue et la carotte sous le nez qui signifiait que c’était CA et pas autre chose qui faisait que ce n’était pas clair. Eh bien, laissez-moi vous dire qu’avec mon discernement nul j’ai rien deviné du tout et je me surprends ahah. En tout cas, j’en suis tombée le fessard sur une chaise quand tout s’est éclairé et j’ai bien aimé ce changement dans l’histoire même si en même temps je n’étais pas sûre de vouloir emprunter ce chemin.

Toujours est-il que la fin m’a beaucoup convaincue et je ne saurais pas comment vous le recommander plus mais si vous avez envie de légèreté avec une pointe d’humour sur fond d’histoire romantique sérieuse, je vous conseille de vous le procurer ASAP (pour les nuls en anglais, voici la traduction héhé : « aussi vite que possible ») !
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 23-07
Lien vers ma chronique et aperçu de l'intérieur du roman graphique : https://booksbookmarks.wordpress.com/2020/07/23/supergirl-being-super-mariko-tamaki-joelle-jones/

10/10

Tout d’abord, je souhaite remercier les éditions Urban Link pour l’envoi de ce roman graphique que je ne m’attendais pas à recevoir donc 1000 mercis pour ce cadeau ahah !

Aussitôt reçu, aussitôt lu, tout comme Wonder Woman. Laissez-moi vous dire que si j’ai adoré Wonder Woman, celui-ci s’est avéré être un très beau coup de coeur.

Même si la fin nous laisse sur notre faim (lol), j’ai A-DO-RE tout ce que j’ai lu. Les personnages y sont extrêmement attachants. J’ai été super touchée de l’amitié entre Kara, Jen et Dolly. J’ai même failli lâcher une larme vers le début où un événement tragique arrive et que Kara ne peut rien faire pour l’empêcher. Mon coeur a été brisé. J’ai trouvé les émotions vraiment bien retranscrites et les personnages absolument magnifiques et divers.

J’aurais adoré en apprendre plus sur le personnage de Tan-On (coucou beau gosse ;)) surtout car il était vraiment très beau (on va pas se le cacher) et un peu (beaucoup) méchant et j’aurais adoré en apprendre plus sur lui donc maintenant j’ai qu’une envie, c’est de faire le pied de grue pour qu’on me dise qu’il y ait une suite mais il me semble que c’est un tome unique, snif…

Ce qui était vraiment bien aussi, c’est que ce livre était super simple à comprendre (donc encore une fois, pour ceux qui seraient novices en matière de DC Comics, c’est parfait pour commencer et en apprendre plus sur leurs super-héros). Découvrir le passé de Kara était super intriguant et intéressant, puis la fin m’a beaucoup plu donc j’aimerais vraiment avoir une suite pour en apprendre encore davantage. Même si je repars avec plein de questions à la fin de ma lecture, j’étais tellement prise dans l’ambiance de ce roman graphique lu en 1h que c’en fut un réel coup de coeur.

Les dessins sont bien entendus tout à fait magnifiques et voilà, je ne sais plus quoi dire tellement j’ai été éblouie tout au long de ma lecture. Même si j’ai trouvé certaines planches assez ternes, le coup de crayon est entraînant et c’est un plaisir à l’oeil nu !
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 23-07
Lien vers ma chronique et aperçu de l'intérieur du roman graphique : https://booksbookmarks.wordpress.com/2020/07/23/wonder-woman-legendary-renae-de-liz/

9/10

Tout d’abord, je souhaite remercier les éditions Urban Link pour l’envoi de ce roman graphique.

Je ne vais pas y aller par quatre chemins : j’ai adoré cette histoire. C’était une de leurs sorties que j’attendais le plus de ce mois de juillet et j’avais très hâte de pouvoir le lire.

Je ne connaissais pas du tout l’univers Wonder Woman car je ne suis pas très orientée DC Comics et j’ai été ravie de faire la connaissance de Diana dans ce roman ainsi que ses origines. Je l’ai trouvée attachante, magnifique et très courageuse. Après ma lecture, j’ai eu très envie de découvrir le film sur cette héroïne et il me tarde de le regarder (surtout que j’ai l’impression qu’il suit à peu près ce roman graphique donc ma hâte est décuplée).

Le point fort de ce roman est clairement les dessins. Ils sont DIVINS, magnifiques, et j’en passe. Les couleurs sont merveilleuses et à chaque page que je tournais, j’avais parfois la bouchée bée tellement je disais « wow ».
Je tiens aussi à noter la beauté de la mise en couleur des planches, les ombres et lumières sont super bien faites et c’était un plaisir pour les yeux !

Au niveau de l’histoire, j’ai adoré suivre la première partie qui suit Hippolyte, la mère de Diana, puis l’enfance de cette dernière. Même si au début, il faut s’accrocher pour bien suivre l’histoire, car elle est assez dense, on suit l’histoire de certains Dieux ainsi que leur fonctionnement et leur monde. J’ai plusieurs fois dû relire les premières pages pour bien saisir l’essentiel afin de ne pas être perdue plus tard dans le récit. Ce qui est sûr, c’est qu’il faut être concentré pour cette lecture, sinon vous risquerez de lâcher l’affaire (surtout si vous ne connaissez rien de l’histoire de Wonder Woman avant de commencer ce roman (comme moi ahah)).

Même si j’ai été moins emportée par la partie où Diana est sur Terre (avec les humains), j’ai quand même été beaucoup touchée par le personnage de Etta, la « meilleure amie » de Diana. Elle a le coeur sur la main et est un peu fofolle, j’ai adoré les passages où elle apparaissait. J’ai eu parfois un peu de mal avec les scènes Diana/Steve. Au fur et à mesure des scènes entre eux, il y avait constamment un rejet de la part de Diana et cela m’a lassée sur la longue, je me disais que certaines de ces scènes étaient superflues. Néanmoins, j’ai été convaincue par la fin, qui laisse peut-être présager une suite, mais celle-ci se suffit à elle-même je trouve. C’est un super roman « féminin » qui saura vous séduire si vous êtes novices dans l’univers DC, et même si vous adorez cet univers, ce sera un + ! Bref, je le conseille à tous, pour peu que vous soyez intéressés par cette héroïne.
Avez vous apprécié ce commentaire ? +1
date : 21-07
https://booksbookmarks.wordpress.com/2020/07/21/le-voyage-de-ludwig-julien-jouanneau/

10/10

"Je veux remercier les hommes. Pour progresser dans les ténèbres et retrouver mon soleil, j’ai dû ramper, tromper et tuer. Me comporter comme l’un d’eux."

Laissez-moi vous dire que ce livre a été un chef-d’oeuvre à mes yeux. Je suis tellement contente de l’avoir trouvé par hasard dans le catalogue France Loisirs du mois car rien ne me tentait vraiment sauf celui-ci et cela s’est avéré être un magnifique coup de coeur.

Je savais d’ores et déjà que j’allais bien pleurer en lisant ce livre car dès que je vois « chien » dans un résumé, pour moi, c’est synonyme de livre triste. Je suis tellement sensible à ce qui touche les animaux que je savais que ce roman allait s’avérer être poignant. Dès le début en effet, cela n’a pas loupé. Je vous laisse la citation que je vous ai mis en évidence en haut de mon avis pour témoigner de ce dans quoi on va se lancer dès qu’on voit écrit ceci sur la première page. En effet, dès le début, j’avais le ventre serré et ce, tout au long du roman face aux atrocités auxquelles fait face Ludwig ainsi que les gens autour de lui. J’ai, à de nombreuses reprises, dû refermer le livre tellement je n’avais pas envie de savoir ce qu’il allait se passer le chapitre d’après de peur de ne pas pouvoir m’en sortir indemne émotionnellement.

Ce livre est écrit sous le point de vue de Ludwig, et même si des fois, ses pensées s’avéraient bien trop proches des pensées humaines et cela faisait un peu « gros », j’ai tout de même adoré passer ce livre en compagnie de notre chien fidèle et résilient.

Ludwig m’a beaucoup fait penser au périple qu’ont accompli nos héros du film « L’Incroyable Voyage » pour retrouver leurs maîtres ainsi qu’au chien « Hachiko », qui m’avait beaucoup touchée par son histoire. Ici, c’est la même chose, j’ai été remuée par la détermination dont fait preuve Ludwig et je me suis extrêmement BEAUCOUP attachée à lui.

Le fait que le livre soit petit et les chapitres relativement courts nous entraîne dans un périple addictif sur les traces de la maîtresse de Ludwig à travers ses pas. A travers ses yeux, nous sommes témoins de choses affreuses comme l’extermination d’un village entier ou bien de la mort de plusieurs autres chiens qu’il rencontre (vraiment horrible) mais aussi de beaucoup de violences sur lui comme sur tout le monde autour de lui et c’était extrêmement dur à lire. Vraiment. Ce n’est clairement pas à mettre dans les mains d’une âme sensible (ah mince je le suis moi-même.. Mais en fait je ne regrette pas mon dur périple même si la fin nous détruit vraiment émotionnellement et on en ressort assez dégoûtés de la race humaine ahah). Une scène en particulier dans une église m’a beaucoup fait penser au massacre qu’il s’est produit à Oradour-sur-Glane, par exemple, que j’ai pu visiter en sortie scolaire et j’ai vraiment eu des frissons en lisant ce passage puis ce que j’en ai vu là-bas. Cette lecture ne peut pas vous faire ressortir indemne après.

Moi qui adore les récits historiques qui nous instruisent sur ce qu’il s’est passé auparavant et particulièrement dans la période nazie (une période qui m’intéresse beaucoup pour étudier toute la manipulation qu’il y a eue autour de ce régime totalitaire), ici, j’ai été servie, et particulièrement en ce qui concerne le traitement des animaux, dont je ne savais presque rien finalement. Même si certaines choses ont été inventées comme le dit l’auteur en fin de livre, plusieurs choses ont été vraies et je suis sidérée par les méthodes employées par l’homme tout au long de l’histoire pour accomplir ce qu’il croit être juste.

Ce livre nous montre que, malgré la période sombre dans laquelle il se déroule, le chien est le meilleur ami de l’homme et prouve, de manière poétique, qu’il n’est pas plus bête qu’un homme et serait peut-être même au-dessus niveau réflexion et j’ai adoré cet aspect du livre. Je le recommande à tous ceux qui voudraient en apprendre davantage sur la période nazie ainsi que ceux qui sont amoureux des animaux mais en particulier des chiens. N’hésitez pas à vous munir d’une boîte de mouchoirs, ça servira beaucoup !
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 19-07
https://booksbookmarks.wordpress.com/2020/07/19/death-escape-andy-rowksi/

9/10

Tout d’abord, je souhaite remercier la maison d’édition pour l’envoi de ce roman.

J’avais déjà lu le précédent roman de l’auteure et j’avais moyennement été convaincue, donc quand j’ai demandé celui-ci, j’avais peur mais en même temps, il me tentait beaucoup trop ! Et quel plaisir j’ai de vous dire que ça a fonctionné avec celui-ci. J’ai franchement adoré.

Je ne sais pas si l’écriture de Andy a évolué depuis son premier roman, mais j’ai trouvé le scénario beaucoup plus recherché, complexe et franchement, c’était un régal à lire.

Pour une fois, j’ai beaucoup aimé le personnage que j’incarnais, même si j’aurais préféré que ce soit une fille (car j’en suis une), mais cela ne m’a pas dérangée. Honnêtement, je n’ai pas lu toutes les fins possibles car je commençais à connaître l’histoire par coeur, je connaissais déjà la clé pour sortir de la maison donc je ne trouvais plus intérêt à m’allier avec d’autres personnes pour trouver le code étant donné que je le savais. Malgré tout, j’ai lu plusieurs fins, et elles m’ont toutes beaucoup satisfaites, j’ai adoré le principe de faire des choix pour orienter son enquête et ses affinités. C’était franchement super. Clairement.

Moi qui n’aime pas forcément les énigmes et suis nulle pour les résoudre; bon, j’ai été quand même nulle à résoudre les énigmes dans ce roman et me suis fortement aidée des indices en fin de roman, mais j’ai adoré prendre du temps et m’investir pour essayer de récolter des indices. J’ai même pris plaisir à prendre un stylo pour écrire dans mon livre et noter mes points de popularité gagnés (car nous sommes dans un télé-réalité), les affinités que j’ai créées ainsi que mes objets trouvés.

Franchement, le principe de ce livre est génial et même si je n’ai pas été vers toutes les fins, je pense le reprendre plus tard, quand j’aurais un peu oublié l’histoire, pour pouvoir en essayer d’autres car je suis tout de même curieuse.

J’ai adoré aussi le fait de pouvoir choisir si on veut vivre une histoire d’amour durant le jeu de par ses choix mais aussi de pouvoir se créer des ennemis ou bien de faire cavalier seul, de mourir malencontreusement si on fait les mauvais choix mais aussi de gagner le jeu ou non. Il y a tellement de choix et de fins possibles que j’ai adoré suivre et être « acteur » dans ce jeu d’escape game de télé-réalité diffusée sur le dark web qui m’a fait penser à Secret Story de nombreuses fois (sans le côté sombre, on s’entend bien hein).

L’écriture est addictive, on veut sans cesse savoir ce qu’il va se passer ensuite quand on choisit d’emprunter un chemin plutôt qu’un autre et c’est franchement un pur bonheur de lecture. A aucun moment je ne me suis ennuyée et c’est bien la première fois que je pense JUSTE au livre et que mes pensées ne vagabondent pas dans tout les sens (car je n’arrive pas souvent à rester concentrée longtemps en lisant un roman). En bref, je vous le recommande absolument si vous aimez les histoire un peu « casse-tête » où vous êtes le héros (ou le méchant).
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
https://booksbookmarks.wordpress.com/2020/07/19/lepouvantable-bibliothecaire-anne-gaelle-balpe/

7/10

"Elle prit conscience que ce roman n’était pas terminé. Elle n’en avait, en fait, lu pour l’instant que quelques pages.
Car ce roman, c’était sa vie.
Et tout restait encore à écrire."

Depuis quelques temps, je m’intéresse de plus en plus à la jeunesse. J’ai d’abord découvert la maison d’édition Poulpe Fictions, puis j’ai voulu m’intéresser à d’autres horizons. En passant chez Cultura, je suis tombée sur la collection Pépix des éditions Sarbacane et j’ai été intriguée par les dessins particuliers de ces couvertures et de l’épaisseur des bouquins. Je me suis tournée vers L’épouvantable bibliothécaire, qui me tentait le plus, et je ne regrette pas de l’avoir acheté.

J’ai beaucoup aimé ma lecture, même si pas exceptionnelle, je l’ai trouvée addictive et entraînante. Même si les dessins ne m’ont pas particulièrement marquée, j’ai adoré observer les planches durant ma lecture et cela m’a permis de bien me représenter différents événements de l’histoire.

J’ai bien aimé les personnages, surtout Suzanne. Je me suis retrouvée en elle par la quantité de livres qu’elle lit et un entourage qui ne comprend pas forcément sa passion. Ceci dit, je n’ai pas forcément adhéré a la morale de l’histoire que j’ai compris comme « il n’y a pas que la lecture qui compte, il faut aussi être sociable, et c’est mieux de vivre les aventures plutôt que de les lire ». Je ne suis pas forcément d’accord. Certes, c’est bien de voir du monde, mais je préfère de loin lire et du coup je me suis sentie mal d’accorder autant d’importance à la lecture plutôt qu’à mes amis en lisant ce livre. J’imagine que l’auteure n’a pas voulu dire cela, je le comprends, mais cela m’a fait tiquer tout de même.

J’ai tout de même passé un super moment en lisant ce livre, j’ai beaucoup apprécié les « Bonus » de l’histoire où on en apprend beaucoup sur les animaux (comme les moutons de la ferme de la tante de Suzanne) mais aussi sur les microbes par exemple et leur différence avec les virus. C’est une gros + pour moi, car cela permet aux enfants qui liraient ce livre de passer un bon moment tout en apprenant des choses bien expliquées.

Je vous conseille ce roman si vous aimez lire de la jeunesse mais aussi si vous aimez apprendre en lisant les aventures de Suzanne à la ferme de sa tante.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 17-07
Lien vers ma chronique : https://booksbookmarks.wordpress.com/2020/07/17/les-yeux-du-dragon-stephen-king/

9/10

Encore une fois, Stephen King ne m’a pas déçue car j’ai adoré ce roman. Il m’a été offert par Audrey (@audrey_justreading) hors wishlist et je suis très contente qu’elle m’ait pris celui-ci car je ne savais pas s’il me tentait dans l’immédiat. Je l’ai lu aussitôt reçu car il m’intriguait pas mal et j’ai tout simplement adoré.

Nous sommes ici dans un conte à la manière de SK et c’était divin. On arrive à discerner la plume de l’auteur dans cet autre genre que l’horreur; où on a l’habitude de le retrouver. Il aime parler de ses personnages en long et en travers, raconter chacune de leur vie et cela marche toujours. On arrive à être happé par l’histoire bien qu’elle n’avance pas beaucoup tout le long du roman. Ne vous attendez pas à de la grande action car vous serez forcément déçu, le récit se savoure tout en lenteur bien que les chapitres extrêmement courts nous happent dans un engloutissement du livre effréné. Tout ceci n’était pas très français mais pour la faire courte, bien que le récit soit relativement lent, le fait que les chapitres soient courts nous aident à faire passer le temps plus vite. Je n’ai personnellement pas ressenti de lenteurs. Tout était intéressant à mes yeux.

Les personnages étaient agréables à découvrir, et même si je ne me suis pas attachée à grand monde, j’ai adoré tous les découvrir en profondeur, spécialement Roland et Sasha, les parents de nos héros Peter et Thomas. L’histoire n’est pas surprenante, on sait très bien à quoi va ressembler le dénouement car l’auteur aime nous spoiler un peu avant d’en venir au fait. Stephen King fait partie de ces auteurs qui vous dit ce qu’il va se passer et dans combien de temps, puis il aime revenir en arrière et parler de tout le processus qui en découle pour en arriver au fait. C’est tout autant intéressant et on se demande comment nos personnages en sont arrivés là, on arrive toujours à être surpris malgré tout.

La fin laisse présager un deuxième tome qui n’est pourtant jamais sorti, mais je ne désespère pas, car on a bien eu une suite à Shining un millénaire après la sortie du 1er tome !

Stephen King était un maître en horreur qui passe maintenant à maître de la fantasy pour moi, j’ai hâte de découvrir La Tour Sombre. Maintenant que j’ai réussi à l’apprivoiser dans cet autre genre, je suis sûre que La Tour Sombre saura me combler. De plus, j’ai trouvé la compréhension de son univers plutôt facile étant donné que je ne suis pas friande de fantasy et suis vite perdue par la multitude de personnages ou bien de complexité du monde. Stephen King a réussi à me rendre ma lecture de cet fantasy facile, mais aussi extrêmement addictive, et je ne saurais que vous le recommander si vous souhaitez commencer ce genre (avec ou sans votre enfant).
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 15-07
Aperçu de l'intérieur de la BD : https://booksbookmarks.wordpress.com/2020/07/15/putain-de-chat-lapuss/

10/10

Mon avis va sûrement aller très vite mais j’ai franchement A-DO-RE ce premier tome.

J’ai découvert ce livre par hasard en déambulant dans les rayons de Cultura et je ne regrette absolument pas mon achat. Je compte me procurer les tomes suivants d’ici la fin du mois.

Cette petite « BD » carrée, si je peux appeler cet ouvrage comme ceci, nous dépeint, à l’aide de dessins simplistes mais qui font le job, la vie d’un maître et son chat en toute réalité , comme elle se passe le plus souvent (je suis d’accord avec la totalité des expériences vues dans ce premier tome et je me suis régalée). Nous avons aussi droit aux pensées du chat qui, même si elles sont exagérées, nous fait passer un excellent moment rafraîchissant en lisant cette BD.

On enchaîne les situations loufoques et je n’ai pas pu m’empêcher de m’identifier au maître du chat et de compatir, ahah.

Je vous conseille de tout coeur de vous la procurer si vous êtes amoureux de votre/vos chat(s) malgré tout et que vous souhaitez vous relaxer après une dure journée de travail pour quelques minutes.
Avez vous apprécié ce commentaire ? +1
Aperçu de l'intérieur de la BD : https://booksbookmarks.wordpress.com/2020/07/15/bloody-harry-t1-alexandre-arlene/

8/10

Cela faisait longtemps que j’avais entendu parler de cette BD et je n’avais jamais tenté jusqu’à présent et lors de ma venue à Cultura, je l’ai trouvée au rayon BD exposée avec Freaky Mouse et je n’ai pas pu faire autrement que de les prendre tellement j’avais envie de les découvrir sur le moment !

Aussitôt achetée, aussitôt lue. J’ai franchement adoré ma découverte qui ravira tous les fans (ou moins fans) de Harry Potter pour un peu qu’on connaisse l’univers. Sinon vous risqueriez d’être légèrement perdu si vous lisez cette BD sans connaître l’univers de Harry Potter. Vous risqueriez de passer à côté. Mais pour un peu que vous connaissiez l’univers, je vous dirais de sauter dessus directement si vous souhaitez passer un moment aux côtés de vos héros favoris sous un côté humoristique additionné à un soupçon de gore.

J’ai passé un super moment à lire des gags tous plus VRAIS et loufoques les uns des autres et c’était franchement une bouffée d’air frais qui décomplexe l’univers créé autour de cette saga. Il ne faut pas être coincé et aimer le second degré pour lire cette BD car c’est ce qu’elle est et ça fonctionne.

Les dessins sont superbes, simples mais très beaux et la colorisation est en accord avec le reste, c’est aéré et j’ai adoré !

En bref, c’était une super lecture et il me tarde de découvrir la suite même s’il m’a manqué un petit truc pour accéder au coup de coeur (je ne sais pas quoi !) !
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 15-07
Photos de l'intérieur des BD : https://booksbookmarks.wordpress.com/2020/07/15/freaky-mouse-t1-et-2-alexandre-arlene-gyom-mista-blatte/

9/10

Tout comme Bloody Harry, j’ai dévoré ces deux tomes de Freaky Mouse que j’ai trouvés par hasard au rayon BD de mon Cultura et que je ne connaissais absolument pas mais qui, pour autant, m’intéressaient grandement. Je suis donc ravie de les avoir trouvés.

Je vous fais un avis complet sur les deux tomes car chacun est indépendant l’un de l’autre et j’ai globalement le même avis sur les deux même si je me suis davantage retrouvée dans les gags du tome 2. Il n’empêche que je ne regrette pas ma découverte de cette saga car elle est excellente.

Ces BD remanient les plus grands classiques Disney (tels que Aladdin, La Reine des Neiges, Le Roi Lion..) à leur sauce mais aussi de manière gore et affreuse parfois (je pense au délire que les créateurs ont eu de remuer le couteau dans la plaie en ce qui concerne Mufasa dans le Roi Lion, n’est-ce pas..). Il ne faut pas être susceptible et ne pas avoir peur du second degré car ils y vont fort et j’ai franchement adoré rigoler sur ces gags remplis de réalité ainsi que de sarcasme mais aussi de moquerie.

J’ai passé un super moment, autant à contempler les planches trop jolies, que par l’imagination dont font preuve les créateurs et j’en redemande, à quand un prochain tome ?
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 15-07
Photos de l'intérieur de la BD : https://booksbookmarks.wordpress.com/2020/07/15/le-loup-jean-marc-rochette/

10/10

Eh bien, c’est un coup de coeur pour cette BD. Je remercie grandement la conseillère France Loisirs qui me l’a recommandée en disant « c’est une BD qui devrait être lue par tous », et maintenant, c’est moi qui prône ce discours. Franchement, elle avait raison, c’était tellement bien et je partage l’avis qu’elle m’en a donné.

C’est beau, fort, poignant mais aussi percutant. Le texte est brut, sans filtre, et montre les choses telles qu’elle le sont. Il nous confronte les pensées d’un chasseur face à un loup qui s’attaque à son troupeau. Nous avons les deux points de vue ici. J’avais peur de faire face au chasseur et de ne pas tomber en accord avec lui car j’aime tellement les animaux que je savais que j’allais être confrontée à de dures images. En effet, j’ai eu le coeur serré de nombreuses fois mais c’est ce qui rend le récit si réel, si vrai et tout ceci sans filtre pour qu’on arrive à comprendre l’histoire. Finalement, je n’ai pas été dérangée par le point de vue du chasseur qui, même si ses actions laissaient parfois à désirer, j’ai réussi à le comprendre parfois et j’ai adoré la fin qui nous est proposée de ce livre.

Cette BD n’est pas juste des images avec des bulles de texte pour se détendre, pour moi, c’est une vraie aventure profonde. C’est un récit qui nous fait part d’une morale saisissante dont tout le monde devrait prendre de la graine. D’ailleurs, les dessins et l’ambiance m’ont à de nombreuses reprises fait penser à Balto et Togo (juste la neige et le loup, voilà.. XD)

J’ai adoré, sincèrement, purement et simplement. La fin, le style, le récit en entier pour finir par les dessins ainsi que la colorisation. Tout était superbe. Je vous demande, et même vous supplie de découvrir cette oeuvre qui saura vous toucher au plus profondément de votre esprit et rester en vous un certain temps.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 15-07
Photo de l'intérieur de la BD : https://booksbookmarks.wordpress.com/2020/07/15/dad-t1-nob/

9/10

Je ne pensais pas autant aimer cette BD en la commençant, et pourtant ! J’ai tellement adoré cette lecture ! Carton plein pour ce premier tome.

J’avais découvert cette bande dessinée dans le journal de Spirou il y a des années, puis je n’étais plus abonnée, et cet été, j’ai décidé de me réabonner pour trois mois, et mon offre découverte comprenait un album Dad gratuit et je ne regrette sincèrement pas de l’avoir reçu.

Au départ, je pensais que ça allait être une lecture légère centrée sur l’humour principalement mais pas super inoubliable. Au contraire, même si l’humour et la légèreté rentrent en compte, un aspect dramatique s’ajoute à l’équation et j’ai été touchée par notre père de famille en charge de ses quatre filles. La mère de ces jeunes filles a totalement disparu de leur vie, et même si on a l’occasion de l’apercevoir lors d’une planche, j’ai trouvé dommage qu’elle soit aussi effacée et agisse aussi égoïstement. Je ne l’ai pas du tout aimée, et cela m’a fait m’attacher davantage à Dad ainsi qu’à ses quatre filles attachantes bien qu’excentriques.

C’est aussi la première fois où, dans une bande dessinée, je me rappelle des prénoms de quasiment tout les personnages. Ici, au bout d’une dizaine de pages, je n’avais plus aucune difficulté à identifier qui était chaque fille de Dad et j’ai beaucoup apprécié cet aspect, qui m’a davantage fait m’attacher aux personnages et j’ai été nettement plus investie dans l’histoire.

C’est clairement une BD que je vous conseille à la fois pour vous détendre mais aussi pour aborder des sujets plus profonds remaniés de façon légère mais qui vous restent tout du moins à l’esprit.

Au niveau des dessins, ils sont super agréables et très beaux, que ce soit les coups de crayon mais aussi au niveau de la colorisation, c’est très frais et agréable à voir, et il ne m’en faut pas plus pour passer un excellent moment.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 12-07
Lien vers ma chronique : https://booksbookmarks.wordpress.com/2020/07/12/4-jours-de-folie-emma-hart/

8/10

"C’est un vrai baiser, un baiser qui laisse le temps à vos sentiments de s’installer pour que vous puissiez les prendre en compte, même si votre esprit voudrait qu’ils se taisent."

Tout d’abord, je souhaite remercier les éditions Hugo pour l’envoi de ce roman en avant-première.

J’ai beaucoup, beaucoup aimé ma découverte de ce roman ainsi que l’auteure par la même occasion.

Je ne suis pas très comédies romantiques et forcément, je me suis un peu ennuyée vers la mi-fin du roman car, étant donné que la romance est déjà présente dès le début du livre, mon intérêt est légèrement tombé car il n’y a pas grand chose à découvrir d’autre et je remarque que cela me le fait avec toutes les comédies romantiques. Je suis vraiment enchantée au début de ma lecture, puis, peu à peu, je commence à m’ennuyer et je me dis « bon, trêve de plaisanteries ». Sauf que l’intérêt d’une comédie romantique est que cela soit amusant du début à la fin, et j’adore cela, mais il faut croire que cela m’ennuie à la longue. J’ai tout de même relevé certaines répliques piquantes qui m’ont beaucoup fait rire et cette lecture s’est beaucoup apparentée à L’Anti-lune de Miel de Christina Lauren, que j’avais bien aimée aussi, mais je crois avoir plus un faible pour 4 jours de folie, que j’ai davantage aimé (à voir dans le futur comment mon avis évolue).

J’ai tout bonnement adoré la romance qui, même si elle prend place dès le premier chapitre et est donc assez rapide, ne m’a pour une fois pas dérangée et j’ai même adoré le « faux » couple formé par Poppy et Adam. On pouvait ressentir la tension, les sentiments étaient superbement bien décrits et je n’ai pas senti la rapidité des événements car, pour moi, c’était naturel et leur relation se devait d’aller rapidement. Franchement, leurs joutes verbales sont une bouffée d’air frais et j’ai beaucoup trop aimé. Voici par exemple une citation qui m’a fait sourire d’une de leurs discussions :

"– Tu viens de m’appeler chéri ?
– Tu préfères que je revienne à Hockey Boy ?
– Non, en fait. Pas vraiment.
-Très bien. Va pour Hockey Boy."

La fin m’a assez convaincue et j’en regrette presque de ne pas avoir de suite à cette histoire. J’aurais peut-être aimé plus de pages même si j’étais contente que cela se finisse car je ne voyais pas ce que l’auteure pouvait nous dire de plus. Mon sentiment est assez paradoxal à vrai dire.

En bref, c’est une lecture que j’ai beaucoup aimée et est peut-être une des meilleures comédies romantiques que j’aie pu lire jusqu’à présent (en tout cas, chez Hugo) et je vous la conseille grandement pour l’emmener en vacances cet été et à lire sans modération.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 07-07
Lien vers ma chronique : https://booksbookmarks.wordpress.com/2020/07/07/landon-shay-t2-brittainy-c-cherry/

10/10

"Soudain, mon vrai coeur, celui qui dort profondément dans ma poitrine, coupé du reste du monde depuis si longtemps… se remet à battre.
Or cet après-midi, il se met à battre pour Landon."

Je remercie tout d’abord les éditions Hugo Roman pour l’envoi de ce roman en avant-première.

Wow. C’est le mot. Encore une fois, Brittainy C. Cherry a su se surpasser et c’est clair qu’à partir de cet instant, je ne lâcherai plus cette auteure dans ses prochains écrits. J’ai l’impression que chaque parution est meilleure que sa précédente. Pour rappel, je n’avais pas réussi à aimer la saga The Elements et j’avais beaucoup aimé Behind the Bars et Eleanor & Grey. Mais laissez-moi vous dire que la duologie Landon & Shay surpasse tout ses précédents livres (selon moi).

C’est beau, c’est fort, c’est poignant et rempli d’émotions. On ressort de ce tome 2 avec la sensation d’avoir effectué un long voyage semé d’embûches et de fêlures de par nos personnages et on a juste envie de relâcher la pression et de se dire : eh ben, c’était quelque chose. Cela me fait même rappeler le dernier épisode de The Vampire Diaries quand Stefan nous dit « I was feeling epic« . C’est exactement la sensation que j’ai eue une fois avoir terminé cette histoire.

Je ne saurais dire si ce tome 2 surpasse le tome 1 car, pour moi, les deux se valent. Ils sont différents et émouvants de bien des manières. Ils sont percutants sous différentes façons et je les ai adorés au même niveau.

La première moitié de ce tome 2 nous détruit et j’avoue avoir versé des larmes quant on voit la destruction qui alimente nos deux personnages. Cela va être cette partie qui va me rester en mémoire pendant longtemps. C’est beau, touchant, dramatique, SURTOUT dramatique et tellement, TELLEMENT poétique qu’il n’y a aucun moyen que cela nous percute autrement que directement dans le coeur. On y reçoit des coups, on ne ressort fatalement pas indemnes, tout comme Landon & Shay. Tout le long de ce roman, on rit, on pleure, on est malmenés par les mêmes événements que vivent nos personnages tellement c’est profond et bien exploité. L’auteure nous mène à la baguette et malgré tout on en redemande même si on doit y laisser des plumes au passage.

J’ai encore une fois adoré les personnages. Dans le tome 1, ma préférence a été pour Landon, mais ici, j’avoue avoir eu mon penchant pour Shay. Elle nous transmet son incompréhension et son amour par rapport à Landon, on la comprend et la soutient totalement. Landon incarne vraiment le personnage brisé et tourmenté et on a vraiment envie de l’aider à remonter la pente. Je l’aime tellement (mais pas plus que Shay, attention xD). Les deux forment un couple si parfait et tellement imparfait en même temps que c’est magnifique à voir tout à la fois.

En bref, vous l’aurez compris, c’est encore une fois un magnifique coup de coeur, si ce n’est « coup de poing », si vous lisez cette saga, sachez que votre esprit, votre coeur, n’en ressortiront certainement pas indemnes.
Avez vous apprécié ce commentaire ? +2
date : 06-07
https://booksbookmarks.wordpress.com/2020/07/06/contrecoup-malora-cassis-et-flora-armonie/

6/10

Tout d’abord, je souhaite remercier les deux auteures pour l’envoi de ce livre numérique en avant-première !

Je me faisais une telle joie de le lire et en le commençant hier, j’adorais ma lecture, jusqu’à environ 70% où cela s’est assez dégradé…

Déjà, je tiens à dire que c’est ultra addictif et on en redemande tellement l’histoire est intrigante et on veut toujours en savoir plus. Le personnage de Léonard est intriguant et j’ai adoré les passages sous son point de vue qui lèvent le voile sur pas mal de choses qui sont arrivées dans sa jeunesse. C’est tout simplement dur, fort et affreux. J’ai eu une espèce de curiosité malsaine à vouloir savoir jusqu’où cela a été et j’ai vraiment adoré découvrir ce côté-là, qui est quelque chose que je n’avais jamais vu ailleurs.

Jusqu’ici, tout allait bien, on découvrait l’histoire et ses personnages, jusqu’à ce qu’arrive la romance, que je n’ai pas franchement appréciée. J’adorais la dynamique de Léonard et Enora au tout début et cela promettait des étincelles qui ne sont pas arrivées ou bien se sont éteintes à peine allumées. Mon intérêt est ainsi retombé comme un soufflé. J’ai trouvé Enora assez naïve et fort influençable à l’égard de Léonard; elle mange, vit, respire LUI, et ça en devenait assez étouffant, même si on peut comprendre de par leur passé. Ce que j’ai moins compris en revanche, c’est la tournure rapide qu’a pris la relation vers la fin où on est passé d’un extrême à l’autre (de la haine à l’amour) en 1 paragraphe sans plus d’explications et le comportement de Léonard était pour moi assez impardonnable, donc je n’ai pas compris les actes de Enora tout au long du roman. J’ai trouvé qu’elle avait le pardon « facile » compte-tenu de tout ce qu’elle a subi à cause de Léonard quand il a mis un terme à leur amitié. Même si on a certaines explications plus profondes bien après, j’aurais préféré que cela se fasse avant la réconciliation trop rapide.

En revanche, si les deux personnages principaux ne m’ont pas plus transcendée que cela quand ils étaient ensemble, j’ai adoré le personnage de Jaimie qui est tout simplement « sain » et dit ce qu’il pense. J’aurais aimé le voir davantage car je me suis beaucoup attachée à lui.

Pour ce qui est du dénouement, à vrai dire, je m’y attendais tout du long ainsi que de l’identité du « Stalker » donc je n’ai été surprise à aucun moment de ma lecture, mais j’ai tout de même passé un agréable moment de par l’écriture divine (qui m’a fait ressentir pas mal de choses) des deux auteures combinées.

Même si j’aurais préféré que l’histoire soit tournée autrement au niveau des événements, j’ai tout de même passé un agréable moment, certes, pas inoubliable, mais je pense tout de même me procurer la version papier dès sa sortie, et vous ?
Avez vous apprécié ce commentaire ? +2
date : 04-07
Lien vers ma chronique : https://booksbookmarks.wordpress.com/2020/07/04/malgre-tout-julie-dauge/

8/10

"Une seule chose reste universelle : la vie que nous sommes en train de vivre est forcément amenée à s’achever un jour. Pour certains, ce moment arrive simplement plus vite que pour d’autres."

Tout d’abord, je souhaite remercier les éditions Nisha pour l’envoi de ce roman en avant-première.

J’ai beaucoup aimé ma lecture qui s’est avérée, à de multiples reprises, touchante et révoltante. J’ai adoré les personnages, et surtout Cassie, qui m’a beaucoup fait penser à l’héroïne de J’y crois encore, un film que j’ai vu récemment et qui m’a laissée en larmes ahah. Elle m’a aussi fait penser au héros du film Avant toi, mais aussi, et bien plus important, à une personnalité scientifique reconnue de par son affection et j’ai trouvé l’histoire très originale car je n’avais jamais rien lu de tel et j’avais très envie d’en savoir plus. Je ressors de ce livre non seulement meurtrie mais aussi très documentée par ce qui touche l’héroïne et cet aspect s’est avéré très intéressant dans ce roman. Cela m’a fait tourner les pages avec une rapidité monstrueuse.

J’ai aussi adoré le fait que Cassie soit une fervente lectrice de romances. Cela m’a fait me retrouver dans son personnage mais aussi de m’identifier et de m’attacher plus rapidement à elle. Je n’ai absolument rien à lui reprocher et j’ai adoré la suivre.

Là où j’ai été moins transcendée, c’est par la romance et le personnage de Cole, que j’ai trouvé cliché. La romance se déroulait trop rapidement et je n’ai pas été fan des « Je t’aime » à répétition, qui, pour moi, m’ont freinée dans ma lecture et m’ont fait sauter plusieurs pages pour en venir au plus important de l’histoire et ce qu’il allait se passer sur la fin.

En parlant de la fin de ce roman, je ne pouvais pas m’attendre à mieux. J’ai été retournée et je suis ressortie assez brisée de ma lecture. On ressort avec un sentiment de détresse et je me demande bien ce que le tome 2 peut me réserver.

Même si l’écriture ne m’a pas spécialement fait ressentir des montagnes russes, notamment par la romance qui m’a laissée de marbre car j’y ai trouvé un manque d’approfondissement de ce côté-là, j’ai été touchée par l’histoire autour et l’angoisse grandissante qu’on ressent au fur et à mesure que les pages défilent.

En bref, je ne vous recommande pas ce livre si vous êtes en pleine phase de dépression, mais plutôt si vous aimez vous faire du mal avec des histoires d’amour déprimantes (comme moi lol) et originales. Même si je n’ai pas pu accéder au coup de coeur à cause de la romance à laquelle je n’ai pas pu accrocher, je suis sûre que vous trouverez votre bonheur avec ce livre-là niveau émotions.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 02-07
Lien vers ma chronique : https://booksbookmarks.wordpress.com/2020/07/02/miguel-dauphin-rebelle-cecile-alix-marie-de-monti/

10/10

"Je me sens comme un crabe sans pinces, une crevette sans antennes, un esturgeon sans oeufs, un poulpe sans tentacules, une coquille sans Saint-Jacques, un bernard sans l’hermite…"

Tout d’abord, je tiens à remercier les éditions Poulpe Fictions pour l’envoi de ce roman en avant-première que je ne m’attendais pas à recevoir.

Cela tombait bien, car je n’avais pas de lecture en cours, ce livre me tentait ainsi beaucoup et j’avais hâte de le découvrir. Je l’ai donc entamé et l’ai lu d’une traite. C’était si bien !

Déjà, l’histoire est totalement loufoque et est dotée d’un humour palpitant. J’ai adoré, mon exemplaire est truffé d’annotations de certaines des blagues que l’on peut retrouver dedans. C’est à mourir de rire.

J’ai passé un excellent moment aux côtés de Miguel, notre dauphin rebelle ainsi que de Simone, notre étoile de mer flemmarde à 5 yeux. Je me suis beaucoup attachée à eux en un si court nombre de pages et j’ai été triste de quitter cet univers.

Ce que j’aime tant chez les ouvrages de chez Poulpe Fictions, c’est qu’on en apprend beaucoup dans leurs romans jeunesse. Ici, on fait la connaissance des dauphins et aussi de leurs particularités. J’ai appris beaucoup de choses que je ne soupçonnais pas chez ces espèces. Par exemple, j’ai appris que respirer, pour les dauphins, n’était pas automatique mais que c’était quelque chose qu’ils provoquaient quand ils en avaient besoin. Ce livre s’est avéré extrêmement intéressant à lire rien que pour en savoir plus sur les dauphins (mais aussi sur les étoiles de mer) de façon ludique et je m’endormirai moins bête ce soir ahah.

Mais encore, comme d’habitude chez ces romans jeunesse, on nous offre une morale digne de ce nom pour éduquer les enfants qui liraient ce roman. Ecouter ses parents est important et s’ils peuvent paraître durs, c’est peut-être parfois pour notre bien. Mais encore, on ressort de ce roman en tirant une belle leçon d’amitié entre Miguel et Simone et le livre appelle à la tolérance. On ne choisit pas forcément nos (vrais) amis et leur physique, et il ne faut pas se cacher d’être ami avec quelqu’un juste parce que son physique pourrait ne pas plaire à nos autres amis.

En bref, j’ai adoré ma lecture qui s’est avérée être un joli coup de coeur. Je le conseille à tout le monde, petits et grands, rien que pour passer un moment fun et addictif en l’espace d’une bonne heure ou plus ! Petite mention aux dessins qui ornent ce roman et qui sont super agréables à admirer et si divertissants !
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
6 ans écrit par Elle Séveno
date : 30-06
Lien vers ma chronique : https://booksbookmarks.wordpress.com/2020/06/30/6-ans-elle-seveno/

8/10

Tout d’abord, je souhaite remercier les éditions Hugo Roman pour l’envoi de cette parution poche en avant-première.

J’avais déjà essayé de lire ce livre l’année passée mais je l’avais reposé car je sentais que je ne l’aimerais pas donc j’ai préféré le mettre de côté. Puis, quand j’ai vu que Hugo Roman proposaient sa parution poche dans le programme de Juillet, je me suis dit que c’était l’occasion de lui redonner sa chance, surtout que quand je l’avais abandonné pour la première fois, je ne lisais pas trop de romances à l’époque.

Grand bien m’a fait de retenter ma chance avec ce livre car je l’ai beaucoup aimé. J’ai apprécié retrouver la plume de Elle Seveno qui m’avait assez plu dans T’atteindre (à paraître aussi le 2 juillet).

J’ai bien aimé la romance que j’ai trouvé assez mignonne et j’ai trouvé intéressant d’exploiter la différence d’âge qui est assez importante chez nos deux personnages de telle sorte à ce qu’on arrive à distinguer le fossé présent entre les deux. Bien sûr, c’est extrapolé dans ce cas-là, tout le monde ne réagirait pas de la même façon, mais je pense que c’est un choix de l’auteure pour justement appuyer le titre, qui est assez important dans l’histoire.

L’histoire aurait par contre parfois mérité un peu plus d’approfondissement sur certains côtés qui sont assez vite traités mais cela ne m’a pas dérangée et je pense que c’est une lecture parfaite pour l’été, sans prise de tête et qui est dotée d’une écriture très fluide et addictive.

Le seul petit point noir que je pourrais trouver est que j’ai trouvé parfois Raph trop immature dans certaines situations et ses actes ne sont pas toujours corrects, mais cela ne m’a pas empêchée de m’impliquer à 100% dans l’histoire, j’étais à fond dedans et je n’ai pas pu le lâcher avant d’avoir eu le fin mot de l’histoire.

En bref, c’est une super lecture avec laquelle j’ai passé un super moment et que je vous conseille grandement si vous aimez les histoires d’amour traitant d’une différence d’âge.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 27-06
Lien vers ma chronique : https://booksbookmarks.wordpress.com/2020/06/27/so-what-lou-marceau/

8/10

Tout d’abord, je souhaite remercier les éditions Hugo Roman pour l’envoi de ce roman.

Je n’ai qu’un mot pour vous décrire ma lecture : déjantée. C’est le mot, vraiment. J’ai beaucoup aimé ce livre de par cet attrait dont je vais vous préciser les détails ci-après.

L’histoire commence sur un quiproquo dont je vous laisserai découvrir par vous-même la raison, mais rien qu’en commençant comme ceci, j’étais déroutée et cela allait s’annoncer joyeux. Ca n’a pas loupé puisque j’ai passé un super moment auprès de notre clique de personnages principaux comme secondaires.

On sent que l’auteure y a mis sa patte de par l’humour décapant dont elle nous fait part avec ses références en dédicace au début du livre à divers chanteurs et chansons d’une manière si humoristique que c’est obligé, vous ne pourrez que passer un super moment à la plage cet été !

J’ai beaucoup aimé que le livre aborde une culture musicale variée, que ce soit des années 80 en passant par Claude François jusqu’à nos jours avec Avicii par exemple. On voyage à travers les paysages tropicaux associés à des festivals de musique, bien entendu, comme le Tomorrowland et c’est un dépaysement total de découvrir tout ceci à travers les yeux de Alexandra ou Leandro.

Tout au long de ma lecture, j’ai beaucoup ri et ai été transportée par le degré de « loufoquerie » des amies de Alexandra, il n’y en a pas une pour rattraper l’autre et j’ai apprécié explorer leurs liens d’amitié à travers l’histoire qui se déroule mais aussi par leurs conversations Whatsapp qui m’ont beaucoup fait rire.

Si le côté comédie a su me convaincre, j’ai été un peu plus rebutée par le côté romantique qui met à la lumière Alexandra et Leandro. J’ai trouvé leur début de relation assez rapide, je trouve qu’il manquait un peu d’approfondissement du côté de leurs sentiments et j’ai été assez détachée de leur idylle qui m’aura laissée de marbre. Malgré tout, j’ai quand même adoré les suivre, voir leur relation se former car ils étaient néanmoins trop mignons et j’avais envie de voir le dénouement avec hâte !

En bref, si vous recherchez une lecture rafraîchissante et sans prise de tête parfaite pour l’été avec un cocktail tropical, je vous conseille vivement cette lecture car vous ne serez pas déçu par le côté humoristique qui remplit son rôle à la perfection et par la romance qui fait son petit bonhomme de chemin au milieu de tout cela. Quoique je ne sais pas si cette lecture est parfaite pour l’été étant donné que la température grimpera facilement avec notre brésilien (Leandro) pour intérêt amoureux..
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 24-06
Lien vers ma chronique : https://booksbookmarks.wordpress.com/2020/06/24/tatteindre-elle-seveno/

8/10

« Je reste comme un con alors qu’elle m’offre un simple baiser, d’une pression aussi légère qu’une caresse. Mes neurones grillent, mon corps tombe en panne, seul mon coeur tient le coup. »

Tout d’abord, je souhaite remercier les éditions Hugo Roman pour l’envoi de ce roman qui paraîtra le 2 juillet.

J’attendais ce livre avec grande impatience mais aussi avec une quelque appréhension car je n’avais pas accroché plus que cela à Restart with song de la même auteure et j’avais envie de tenter un autre livre de cette auteure pour me faire une opinion plus précise. Ce roman a été le bon car j’ai été agréablement surprise par cette histoire originale.

L’originalité du roman réside dans le fait que le roman est découpé en parties dont chacune présente le point de vue d’un personnage et, dans ces parties, à chaque chapitre, on alterne les avant/après de la vie des deux personnages principaux. J’ai vraiment adoré ce côté-là et c’est ce qui m’a happée dès le début. La troisième partie compose une moitié de livre et là, nous avons les points de vue de nos deux personnages principaux en alternance comme dans un romance classique. Ce que j’ai trouvé super dans ce livre est que l’on voyage à travers les âges de nos personnages, de 11 à 25 ans environ et c’est ce qui les rend beaucoup plus attachants. Nous avons le privilège de les connaître depuis leur enfance/adolescence, et l’auteure a effectué un beau travail dans la profondeur de ses personnages.

Pour ce qui est de la romance, j’ai beaucoup aimé la voir se développer tout doucement. J’adoooore les romances qui prennent leur temps et une chose est sûre, vous ne verrez pas de bisou avant les 200 pages passées et c’est ce qui rend l’histoire meilleure car on s’implique davantage dans l’histoire vécue par nos personnages ainsi que leur passé. On arrive à ressentir une certaine tension à travers les personnages, qui est encore plus présente quand ils se mettent à danser. L’univers de la danse est tellement bien exécuté et prend une grande place pour le coup. Le duo que forment Aidan et Maya y est rendu sensuel, froid, électrique et fait des étincelles à travers la danse. J’ai beaucoup aimé voir ce côté-là exploité.

Ici, on aborde plusieurs types de danses mais principalement la danse classique et le hip-hop, ce qui n’est pas sans rappeler le film Netflix « Battle » que j’avais A-DO-RÉ et où sont confrontées ces deux danses avec lesquelles des battles sont organisées. Ce livre me l’a beaucoup fait rappeler, notamment par cette citation :
« L’heure d’après, entre nos portés, nos battles, moi qui essaie d’imiter ce qu’il fait, puis l’inverse, je ne me suis jamais autant amusée. »

Puis, si on arrive à discerner la tension évidente qui lie nos deux personnages à travers le roman, j’ai été malheureusement refroidie par un des personnages de par ses actions (notamment tromperie et je déteste cet aspect dans les romances…), et je ne pouvais m’empêcher de me sentir mal pour la personne à qui ça arrivait. Cela a provoqué un détachement envers la relation qui naissait chez nos deux personnages principaux et je n’ai pas pu m’impliquer à 100%. Même si cette mauvaise passe se résout rapidement, le mal était fait pour moi, ce qui est dommage, mais j’ai réussi à passer outre car l’histoire vaut quand même le détour, clairement.

Malgré que je ne sache pas me positionner concernant la relation amoureuse entre Maya et Aidan (d’un côté, j’ai adoré la tension qui régnait entre eux mais d’un autre côté, cette histoire de tromperie m’a empêchée de m’attacher plus que cela), j’ai tout de même adoré la dynamique de l’histoire et le milieu de la danse additionnés à la plume entraînante et addictive de l’auteure que je découvrais plus en profondeur avec ce livre-là. Ce qui est sûr, c’est que je n’ai pas fini de m’intéresser à cette auteure car son écriture m’a suffisamment convaincue dans T’atteindre pour que je veuille continuer l’aventure.

PS : les chansons en début de chapitre sont un gros point positif ahah, ça permet d’être à fond dans le livre, j’adore ce côté-là. Je le préfère à une simple playlist en début ou fin de roman, car j’ai pas forcément le temps d’y revenir pour écouter telle ou telle chanson et je ne sais pas laquelle écouter à quel moment etc.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Brume écrit par Stephen King
date : 20-06
Lien vers ma chronique : https://booksbookmarks.wordpress.com/2020/06/20/brume-stephen-king/

6/10

Moi qui n’ait soit que des coups de coeur ou des abandons chez mon auteur favori, je ne trouvais aucune lecture qui se situe entre les deux. Laissez-moi vous annoncer que "Brume" fait partie de cet entre-deux puisque je suis ressortie mitigée de ma lecture alors qu’elle partait très bien.

Cette nouvelle fait partie de la collection Wiz « jeunes adultes » de Albin Michel dont le travail d’édition à chaque fois est splendide. Cette collection comporte pour le moment trois ouvrages du King, et je les ai tous lus. "Le Corps" a été un abandon pour ma part, "Le Molosse surgi du soleil" fut un beau coup de coeur alors que "Brume" se trouve être entre les deux.

Il est clair que j’en attendais plus, hélas, mes attentes n’ont pas été comblées. Je me suis vite lassée de cette lecture au bout de cent pages. Je n’arrivais pas à avancer plus malgré le court nombre de pages de cette nouvelle. J’avoue avoir lu en diagonale certains passages alors que ce n’est pas mon habitude de faire cela chez un livre de Stephen King. Or, j’avais l’impression que l’action était trop peu présente et assez molle même s’il se passait pas mal de choses. Encore une fois, quand notre héros et son fils se sont retrouvés coincés dans le supermarché à cause de la brume, trop de nouveaux personnages se sont amoncelés et je n’arrivais plus à suivre car je ne me rappelais plus du nom des personnages donc j’ai un peu perdu intérêt à ma lecture.

Pour tout dire, la fin ne m’a pas davantage convaincue car j’avais l’impression que l’auteur en a eu marre d’écrire et s’est dit « bon on va s’arrêter là et dire que c’est la fin ». Vous l’aurez sans doute compris, la fin était beaucoup trop ouverte pour moi, il n’y a pas de vraie résolution ni de précisions sur la provenance la « brume ». J’ai eu le sentiment qu’il manquait des pages et je suis ressortie déçue de cette lecture.

Malgré tout, si je devais en tirer du positif, je dirais que Stephen King réussit toujours aussi bien à nous tenir happé par une histoire de son invention. Son écriture est envoûtante et on veut toujours en savoir plus. J’ai aussi beaucoup aimé les deux personnages principaux, mais voilà, la fin nous empêche de savoir comment tout cela se finit vraiment et c’est assez dommage. Sur ce, je vais aller regarder l’adaptation filmique car j’ai envie de me visualiser mieux que cela l’univers et voir ce que les réalisateurs ont fait de la fin, car malgré tout, cela m’intrigue !
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 20-06
Lien vers ma chronique : https://booksbookmarks.wordpress.com/2020/06/20/lamour-la-vie-et-ma-liste-kasie-west/

9/10

Ce roman est le troisième que je lis de cette auteure, et je crois que c’en est devenue une valeur sûre pour moi. Pour l’instant, je n’ai encore jamais eu une seule déception venant de ses écrits. A ce stade, je pense pouvoir la qualifier d’auteure favorite.

Si "PS: I like you" avait été une super lecture, "Cette fois peut-être" en avait été un coup de coeur. Avec "l’Amour, la vie et ma liste", on est un poil en-dessous du coup de coeur mais ça n’en reste pas moins une superbe lecture à découvrir.

Comme d’habitude, Kasie West manie à la perfection les sentiments, ils sont superbement bien retranscrits, de telle sorte à ce que l’on arrive à ressentir des émotions. La preuve en est que j’ai lâché une larme durant ma lecture au moment où je m’y attendais le moins. La romance est, comme je la préfère dans chacun de ses récits; lente, ne se conclue pas avant la fin et j’aime vraiment ce procédé. En effet, quand la romance prend son temps, cela nous laisse le temps de bien nous attacher aux personnages et à leurs sentiments pour nous rendre l’attente qu’ils se mettent ensemble plus atroce mais en même temps fabuleuse quand cela arrive.

J’ai adoré les personnages, aussi bien Abby que Cooper (même s’il m’a beaucoup énervée à certains moments, j’avais envie de lui dire de se bouger ahah) mais aussi certains des personnages secondaires comme le grand-père de notre héroïne et Lacey, une de ses amies. Abby m’a touchée à de plusieurs reprises étant donné qu’elle vit non seulement un amour non-partagé la plupart du roman mais elle a beaucoup de problèmes pour exprimer son art et c’est ce qui va l’encourager à créer sa liste, d’ailleurs. On va la suivre tout au long du roman à essayer de résoudre ses divers problèmes à travers sa liste et ce fut divertissant, rempli d’émotions et de fraîcheur, par-dessous tout exprimée par l’humour qu’on retrouve dedans. J’ai beaucoup souri ou même franchement rigolé en voyant les joutes verbales et le comportement burlesque de Cooper en compagnie de Abby. C’est un duo flamboyant, drôle et harmonieux, on ne saurait les voir séparés et j’ai adoré explorer leur dynamique tout au long du récit.

L’écriture de l’auteure y est exquise, mais je ne suis pas étonnée étant donné que j’avais déjà beaucoup accroché à ses précédents écrits. En plus d’être addictive et réaliste (par certaines situations), elle nous emporte dans un tourbillon d’émotions non négligeable et nous fait ressentir l’angoisse comme l’amour sous diverses formes (amoureux, amitié ou familial) tout ceci saupoudré d’une touche d’humour pour nous donner un parfait mélange de la lecture feel-good (sans prise de tête) par excellence.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Lien vers ma chronique : https://booksbookmarks.wordpress.com/2020/06/15/josh-hazel-ou-comment-ne-pas-tomber-amoureux-christina-lauren/

3/10

Tout d’abord, je souhaite remercier les éditions Hugo Roman pour l’envoi de ce roman en avant-première.

Ce livre constitue mon deuxième roman lu de ces auteures, et si j’ai adoré le premier (Anti lune de miel), celui-ci fut un total flop pour moi..

Certes, dans ce roman, on retrouve des caractéristiques des auteures bien à elles. Ce qui prédomine et qui fonctionne assurément est l’humour présent. Même si je n’ai pas forcément aimé ce livre, certaines phrases drôles ont retenu mon attention et je ne pouvais que les annoter tellement c’était incongru, frais et tellement drôle !

Je pense que si ce roman ne l’a pas fait avec moi, c’est parce que c’était justement « trop » drôle pour moi ? Je crois que je préfère les romances dramatiques aux comédies romantiques car j’ai eu beaucoup de mal avec la romance et à m’attacher aux personnages. Ici, c’était drôle, certes, mais peut-être un peu trop et pas assez dramatique ?

Je m’explique; j’ai eu beaucoup de mal à m’attacher à Hazel d’une part, car je l’ai trouvée beaucoup trop excentrique pour moi et trop « folle » on va dire, et je n’ai pas réussi à cerner son caractère, j’avais l’impression qu’elle ne se prenait jamais au sérieux (pourtant je suis pareille, mais il faut croire que le voir est insupportable pour moi ahah) et qu’elle tournait tout en dérision. D’autre part; Josh. Je n’ai pas compris comment ces deux êtres totalement différents pouvaient un jour se mettre ensemble. J’ai trouvé Josh trop sérieux pour être avec Hazel et son caractère ne me faisait pas rêver parce que justement, il se prenait « trop » au sérieux alors qu’Hazel pas assez selon moi ahah. J’ai trouvé que la relation arrivait trop rapidement et je n’ai pas été enchantée par le déroulement du scénario. Je n’arrivais pas à ressentir d’émotions et du coup, mon investissement dans leur relation était proche du néant, ce que je regrette.

Cependant, ce n’est que moi, cette avis est totalement subjectif et ce livre n’est absolument pas mauvais (la preuve en témoigne des avis super positifs), cela ne l’a juste pas fait avec moi à ce moment-là, peut-être que ça le fera davantage si je le lis à un autre moment. La plume des Christina Lauren est bien entendu fidèle à elle-même et est entraînante malgré de longs chapitres. C’est aéré et burlesque à l’image de l’histoire et j’ai bien aimé cet aspect mais ça s’est arrêté là pour moi malheureusement.

Même si je n’ai pas adhéré à cette histoire, ce livre est quand même parfait à lire l’été avec un grand verre de limonade (ou autre (moi-même je n’aime pas la limonade aha mais je pensais à Bob l’Eponge, ne me demandez pas pourquoi svp)) avec une petite romance qui joue au jeu du chat et de la souris.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Pardon écrit par Erika Boyer
date : 15-06
Lien vers ma chronique : https://booksbookmarks.wordpress.com/2020/06/15/pardon-erika-boyer/

9/10

Ce roman est un des premiers que je lis en auto-édition. Je ne vais pas cacher que mes deux derniers essais en auto-édition dataient d’il y a pas mal de temps et j’étais ressortie avec une assez mauvaise image et je m’étais mise en tête de ne pas retenter le coup.

Heureusement pour moi, j’ai eu l’occasion de découvrir chez Hugo Roman; Promesse Tenue, d’une certaine Erika Boyer et j’ai vraiment adoré cette duologie. En lisant celle-ci, j’ai fait la rencontre, derrière tout cela, d’une auteure adorable qui avait déjà plusieurs romans auto-édités à son actif. Sa plume dans Promesse Tenue m’inspirait tellement confiance et m’avait convaincue donc je me suis dit que j’allais faire un écart et redécouvrir le monde de l’auto-édition avec son premier roman; Pardon.

Laissez-moi vous dire que ce fut un bonheur de retrouver la plume addictive et poétique de Erika Boyer. Je savais que je n’allais pas être déçue car son écriture est tellement douce que je me doutais que ça allait fonctionner sur moi comme ça l’avait fait avec Promesse Tenue.

Ici, nous découvrons le monde de l’inceste (qui, personnellement ne me dérange pas, je suis très ouverte, mais je comprends aussi grandement les réticences et les enjeux !) et j’avais déjà tâté le terrain avec Forbidden de Tabitha Suzuma, donc je savais à peu près dans quoi je me lançais.

Sans surprise, j’ai absolument tout aimé dans ce roman. Les personnages principaux (Will et Sarah) sont tellement touchants, leurs réactions sont très bien amenées et je me suis sentie impliquée dans leur histoire. J’ai adoré leur relation qui prend son temps, n’est pas précipitée et est assez crédible. Will, dans son rôle de grand frère, se pose beaucoup de questions, il apparaît comme quelqu’un de réfléchi, alors que Sarah, sa petite soeur, représente l’insouciance et la fraîcheur, elle vit l’instant présent sans se soucier des autres et des possibles conséquences. Pour ma part, il n’y a pas un personnage que j’ai apprécié plus que l’autre étant donné que j’ai compris les deux caractères divergents de Will et Sarah face à leur situation inédite.

Le récit de Erika Boyer présente l’inceste dans un récit plutôt optimiste et c’est agréable de lire une histoire sur le même sujet que dans Forbidden mais si différente à la fois dans Pardon. Les deux histoires se valent pour avoir deux types de finalités. Cependant, même si j’ai apprécié Pardon dans sa globalité, j’ai eu un peu de mal avec le dénouement, même si je ne pouvais pas rêver meilleure fin (quoique assez triste), j’ai trouvé que cela se finissait trop vite et qu’il n’y avait pas assez d’enjeux quant à leur relation interdite.

Malgré cela, j’ai passé un super moment addictif et doux en compagnie de Will et Sarah. C’est une romance qui se dévore sans faim et vous serez pressés d’en avoir le mot final. C’est beau, doux, poétique et je vais m’empresser de jeter un oeil aux autres récits de Erika Boyer !
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 12-06
Lien vers ma chronique : https://booksbookmarks.wordpress.com/2020/06/12/le-molosse-surgi-du-soleil-stephen-king/

10/10

Ce livre constitue encore un autre livre à rajouter dans ma collection de Stephen King, l’objet-livre est magnifique et merci Albin Michel de rééditer plusieurs nouvelles du grand maître de l’horreur dans la collection Wiz. C’est bien parti pour que je me les procure toutes !

Je n’avais pas trop accroché à la première nouvelle Le Corps, que j’ai mise en stand-by en attendant de la reprendre, mais l’édition est tellement magnifique que je ne voulais pas m’en débarrasser. Je comptais attendre avant de me procurer Brume, et, finalement, en me promenant dans les rayonnages de mon Cultura par hasard, je suis tombée sur une nouvelle nouvelle (lol) de Stephen King éditée chez Albin Michel, et je suis immédiatement tombée folle amoureuse de la couverture. Je l’ai prise, je l’ai lue la semaine suivante, et laissez-moi vous dire que j’ai adoré ce que j’y ai découvert. Je me suis donc procurée Brume dans la foulée, car mon envie de continuer à lire Stephen King s’est réveillée et je compte la lire très prochainement.

Avec SK, soit ça passe, soit ça casse. Ici, c’est passé directement, on en est même au stade du coup de coeur, et je pense que ce qui fait que j’adore certains de ses récits et pas d’autres, est le nombre réduit de personnages. J’aime quand il écrit des histoires se focalisant sur 4-5 personnages maximum et non pas quatre gosses + chacun de leurs parents (on rajoute huit personnages à l’équation (et on en rajoute s’ils ont d’autres enfants, help..) comme j’avais pu le constater chez Le Corps, et cela m’avait perdue. Dans Le Molosse surgi du Soleil, nous sommes focalisés sur Kevin et son père, ainsi qu’un brocanteur surnommé « Pop ». J’ai beaucoup aimé le déroulement de l’histoire. Encore une fois, Stephen King aime s’attarder sur les détails et les histoires de tout un chacun, et cela fonctionne toujours aussi bien avec moi; j’aime qu’il raconte la vie de ses personnages. En effet, pour certains, ces digressions à l’histoire pourraient créer des longueurs, or pour ma part, je ne l’ai pas du tout ressenti comme cela et j’ai vraiment adoré la journée que j’ai passée à lire ce roman.

J’avais peur que la fin soit bateau car j’appréhende toujours de ne pas comprendre le dénouement des histoires du King (comme avec Misery…), mais que nenni, c’est un vrai cliffhanger (qui n’amènera malheureusement pas à de suite) et l’angoisse est toujours présente à la fin du récit. C’est un coup de maître pour moi !

L’écriture est toujours aussi fluide, et le travail éditorial de Albin Michel y est aussi pour beaucoup; comme la collection Wiz est adaptée pour un public « adolescent », le texte y est aéré, c’est écrit gros et les pages se tournent toutes seules. On alterne des chapitres (rudement) longs à des chapitres plus courts qui nous permettent de tenir le rythme. J’avais du mal à reposer le livre.

L’histoire est entraînante et on se demande vraiment où l’auteur pêche ses idées saugrenues. J’ai adoré les références à Cujo (mon livre préféré) que j’ai pu retrouver dans cette nouvelle (d’ailleurs, j’avais aussi trouvé une référence à Cujo dans Le Corps, décidément, SK aime citer ce roman, ahah), et j’aime l’écriture franche et brute de l’auteur, comme toujours. Cette nouvelle se hisse parmi l’une des meilleures que j’aie lues de lui (en même temps, j’ai juste lu L’année du Loup-Garou et Le Corps xD) et j’ai hâte d’en découvrir de nouvelles (surtout si elles sont éditées par cette collection magnifique).
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0


  • aller en page :
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4