Livres
511 544
Membres
522 249

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par amandinexo 2016-06-11T15:06:40+02:00

- Monsieur est plein de préjugés, je vois.

- Monsieur sait très bien ce que vous faîtes, là-bas, sous couvert de religion. Vous ne valez pas mieux que les mécréants que vous dénoncez.

- Les mécréants, c'est Allah qui les dénonce! C'est lui qui les juge. Nous sommes que ses bras ici-bas.

- C'est facile de mettre vos crimes sur le compte d'Allah. Vous croyez pouvoir agir en toute impunité grâce à ça. Au fond, vous êtes des lâches qui souillent leurs mères dès qu'ils parlent des femmes.

- Nous faire passer par des babares est le sport favori des occidentaux.

- Je n'ai jamais dit que vous étiez des barbares! Ca vous fait trop plaisir que l'on vous appelle ainsi, parce que ça vient de nous. Non, vous êtes de simples criminels de droit commun. Des violeurs qui cherchent à se donner bonne conscience, et qui comptent sur la religion pour leur procurer un alibi. Personne n'est dupe, à part vous.

[...]

- Vous faites plus de morts après l'arrêt des combats que pendant. Vous tuez des civils, vous...

- Parce que le bilan de siècles d'hégémonie occidentale est meilleur? Les empires coloniaux, des millions d'individus réduits en esclavages; 14-18, des millions de victimes; le IIIe Reich, des millions d'exterminés; le capitalisme, des milliards de gens qui meurent de faim... Le monde est un immense chaos où la débauche, la luxure et la drogue font la loi. Votre jeunesse est en quête de spiritualité, complètement à la dérive. L'islam est la réponse, la seule solution.

-Ne t'y trompe pas, Daesh aurait été du côté des nazis pendant la Seconde Guerre Mondiale. Les SS et vous ne différez en rien. Vous commettez les mêmes crimes, vous serez combattus de la même façon, vous serez défaits par les mêmes moyens et vous occupez la même place dans l'Histoire: celle de fous et de fustrés manipulés. Vous me faîtes honte, j'ai honte d'appartenir à la même race que vous.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Ridley_2001 2016-05-17T18:47:00+02:00

Peut-être que la lutte n'est plus à l'échelle d'un pays mais d'une personne... D'une gamine comme Lena qu'il faut sauver de son propre frère, un fou de Dieu qui a grandi dans une famille de républicains espagnols... Comble de l'ironie et de l'incompréhension. Peut-être que le combat n'est plus contre des Etats mais contre des individus... Ce qui m'atterre, mettant à bas tout ce qu'on m'a enseigné et qui a guidé mes actes. Putain de monde, plus compliqué que ce que nous pensions ! Je me félicite ce soir de n'avoir jamais eu de descendance.

Afficher en entier
Extrait ajouté par LeBlogLivre-Honorine 2016-07-23T14:09:35+02:00

Extrait p 141

Partie de Joan

"Peut être que la lutte n'est plus à l'échelle d'un pays mais d'une personne... D'une gamine comme Lena qu'il faut sauver de son propre frère, un fou de Dieu qui a grandi dans une famille de républicains espagnols... Comble de l'ironie et de l'incompréhension. Peut être que le combat n'est plus contre des États mais contre des individus... Ce qui m'atterre, mettant à bas tout ce qu'on m'a enseigné et qui a guidé mes actes. Putain de monde, plus compliqué que ce que nous pensions ! Je me félicite ce soir de n'avoir jamais eu de descendance."

Afficher en entier
Extrait ajouté par Biibette 2016-06-20T14:01:40+02:00

Nous souffrons d'un mal que nous alimentons tous les trois, chacun apportant sa contribution à la dépression familiale.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Biibette 2016-06-20T14:01:33+02:00

Pour moi, il était surtout un traître à ceux qui l'avaient toujours aimé, et un lâche qui refusait de s'expliquer auprès de ses parents et de sa soeur. Qui nous abandonnait e semant le malheur derrière lui.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Biibette 2016-06-20T14:01:29+02:00

Ne doit-on pas aimer sans juger, envers et contre tout ? N'est-ce pas cela, une famille ? si nous ne le faisons pas, qui pardonnera à Ivan ? Comment pourra-t-il un jour revenir parmi nous, les humains ?

Afficher en entier
Extrait ajouté par Biibette 2016-06-20T14:01:19+02:00

Je n'ai jamais dit que vous étiez des barbares ! Ca vous fait trop plaisir que l'on vous appelle ainsi, parce que vient de nous. Non, vous petes de simples criminelles de droit commun. Des violeurs qui cherchent à se donner bonne conscience, et qui comptent sur la religion pour leur procurer un alibi. Personne n'est dupe, à part vous.

Afficher en entier
Extrait ajouté par amandinexo 2016-06-11T14:54:08+02:00

C'est difficile d'en vouloir à un grand frère qu'on aime; difficile aussi d'aimer un frère à qui on en veut autant. Quand on est enfant, on grandit à ses côtés en se disant que c'est pour toujours, qu'il sera tout le temps là pour vous, qu'il viendra vous chercher à la sortie de l'école même quand on aura quitté les bancs de l'école depuis belle lurette, qu'il continuera encore longtemps à vous défendre. Et puis, en vieillissant, on comprend qu'on ne vivra pas avec lui, ni comme lui, mais on continue à partager ce qu'il y a de plus précieux, de plus beau, ce qui nous a fondés: l'enfance. Quelque chose nous unit, un lien indestructible... C'est ce lien qu'Ivan a détruit.

Afficher en entier
Extrait ajouté par revesurpapier 2016-03-15T18:35:44+01:00

"... J'en voulais à mes parents pour n'avoir pas réussi à éviter ça, pour avoir engendré un monstre que je n'arrivais pas à détester, que je pleurais, que j'insultais tout en l'appelant au secours, et qui me manquait. Je m'en voulais à moi-même d'avoir de tels sentiments pour cet homme, cet étranger qui avait grandi au sein de ma famille... "

Afficher en entier
Extrait ajouté par AudacieuseErudite 2016-10-22T17:46:14+02:00

- Viens, Lena, laissons-la à ses illusions et allons plutôt assister à la rencontre mythologique entre vingt-deux demi-dieux.

- ça fait onze dieux, si je compte bien, raille ma tante. C'est beaucoup de divinités pour un vieil anarchiste soi-disant athée, si tu veux mon avis.

- Bah, tais-toi, mégère. Ne pas croire en Dieu n'empêche pas d'être sensible au spirituel. ça t'échappe, ça !

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode