Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de lilieatbooks : Ma PAL(pile à lire)

retour à l'index de la bibliothèque
Dans le livre des rêves Dans le livre des rêves
Mikkel Birkegaard   
un jour qu'a le terrasse d'un café sir arthur conan doyle et hg wells savourai une bière vint a passer carlos ruiz zafon qui revenait de Barcelone "ça vous dirai un ciné les gars" demanda t il ils décidèrent d'aller voir le film inception
c'est en sortant du cinema qu'il rencontrèrent Mikkel Birkegaard
- je cherche une idée de bouquin vous auriez pas ça demanda Mikkel au 3 écrivains
et les trois répondirent en coeur "si et on a même le titre :Dans le livre des rêves "

par GILFIL
Julie's way Julie's way
Pierre Chazal   
http://attrape-mots.blogspot.fr/2016/05/julies-way-de-pierre-chazal.html

Je découvre Pierre Chazal avec ce roman, et j’avoue avoir été séduite dès les premières pages par sa plume si poétique et authentique. Parfois tendre, parfois piquante, j’ai aimé l’atmosphère que crée l’auteur autour de ses personnages! Quelques longueurs sont venus obscurcir ma lecture, mais rien de désastreux grâce une plume fluide et agréable. Pierre Chazal est un auteur à suivre de près.

Dans Julie’s way, on suit Nicolas dans sa quête pour retrouver son premier et seul amour : Julie (la soeur de son ami Yann) qui a fui quelque part en Angleterre quelques années plus tôt. Sans signe de vie de sa part, et sans savoir où elle est allée, Nicolas, à la recherche de Julie, mais aussi de lui-même, va tout quitter pour l’Angleterre.

Nicolas va alors débarquer chez Mrs Pimpleton, sa logeuse très british - adepte de littérature française et de thé. Sans conteste mon personnage préféré, Mrs Pimpleton apportera à Nicolas réconfort et aide. Tous deux vont tisser des liens touchants qui ne cesseront de se renforcer au fil des pages.

L’amour que porte Nicolas pour Julie est fort comme seuls peuvent l’être les premiers amours. Julie occupe toutes ses pensées, et l’ombre de son fantôme hante presque chaque page du livre! Néanmoins, je n’ai pas accroché au personnage de Julie que j’ai trouvé trop insaisissable et changeante pour être attachante : ce que j’ai pu entrapercevoir d’elle ne m’a tout simplement pas plu.

Un charme britannique transparait du roman, et on se laisse à rêver des paysages de Grande-Bretagne. Certains dialogues sont d’ailleurs écrits en anglais (avec traduction en bas de page), ce que j’ai beaucoup apprécié : cela donne un peu plus de réalisme au récit, et crée une atmosphère so-british savoureuse à souhait!

On découvre également, au fil des pages, l’envers de Londres. Un Londres où les habitants se perdent dans les fêtes, l’alcool et les plaisirs faciles. J’ai aimé découvrir cette ville sous un jour si inhabituel.

Pour conclure, Julie’s way est un roman initiatique savoureux que je conseille de tout coeur!
La Dernière des Stanfield La Dernière des Stanfield
Marc Levy   
J'ai mis du temps à lire La dernière des Stanfield, plus les jours passaient et plus mon enthousiasme baissait. En fait, j'étais en manque de rebondissements, de stupéfaction et puis je trouvais que l'histoire était un petit peu trop longue à se mettre en place.
Ce que je reproche vraiment à ce roman ce sont entre autres les nombreuses longueurs présentes tout au long de l'histoire, c'est aussi le manque de rythme, la mollesse, la nonchalance que l'on trouve à chaque page. J'ai trouvé que l'histoire avait du mal à démarrer, il m'a fallu lire 200 pages pour dépasser ce qui est écrit dans le résumé, soit presque la moitié du livre. Puis il s'est passé 100 pages avant qu'un nouvel événement intéressant n'apparaisse.
Je regrette également le manque d'émotion et de suspense, je ne partage donc absolument pas l'avis de Philippe Chauveau qui dit en quatrième de couverture : « Entre émotion et suspense : un jeu de piste haletant. » C'est à se demander si on a lu le même livre !
L'intégralité de ma chronique est disponible ici → http://www.leslecturesdelily.com/2017/05/la-derniere-des-stanfield-ecrit-par.html
Le Pique-nique des orphelins Le Pique-nique des orphelins
Louise Erdrich   
Hum... Je pense n'avoir nullement saisi ce que l'auteur cherchait à nous transmettre. Parfois il s'agit de données historiques, parfois d'émotions, parfois de constats sur la société, bref, il y a toujours un message dans un livre, un partage. Ici, le but du livre m'est toujours inconnu.
Ça se lit, certes, mais les personnages ne sont pas attachants, ils ne possèdent rien de particulier. J'irai même jusqu'à dire qu'ils sont antipathiques en réalité. L'histoire me semble décousue, sans fil conducteur, sans réel intérêt.
Bref, certainement pas le roman de l'année, ni même du mois.

par Nie-chan
Ne la quitte pas des yeux Ne la quitte pas des yeux
Linwood Barclay   
J'adore Linwood Barclay et c'est toujours la même chose:on ne peut plus lâcher le livre et on ne s'attend jamais au dénouement.
C'est un maître en la matière!
2666 2666
Roberto Bolaño   
Oups. J'ai commencé. Lu 100 pages. Puis abandonné. Mais quelque chose me dit que j'y reviendrai.

A suivre...

par Brodi
Zone Danger, Tome 1 : Le Souffle du diable Zone Danger, Tome 1 : Le Souffle du diable
David Gilman   
Pour la Jeunesse mais malgré tout un très bon roman d'aventures, qui nous entraîne en Afrique et est rempli de rebondissements. Le scénario est bien écrit et on apprécie cette lecture. Je le conseille !
Les règles du jeu Les règles du jeu
Amor Towles   
Premier roman de cet auteur qui avait fait grand bruit aux Etats Unis. Je l’ai lu avec plaisir mais je n’ai pas ressenti un grand emballement pour ce livre. J’ai tenu jusqu’au bout car les points positifs m’ont permis de terminer ce livre ; autrement je ne sais pas si je l’aurai fait.
Pour le premier gros point positif et pas des moindres, c’est l’aspect historique du roman. On se trouve ici fin des années 30 à New York. L’atmosphère est absolument bien retranscrite. L’auteur nous donne une profusion de détails sur les aspects économiques, sociaux et culturels de l’époque qui nous immergent totalement dans cette période. Le côté immersif du livre est très réussi et l’histoire nous semble d’autant plus réelle et vraisemblable, tant l’ambiance est soignée.
L’autre aspect positif, qui rejoint le premier et qui m’a beaucoup plu, est cette ambiance années folles que le livre nous donne à découvrir. New York dans les années 30, c’est un peu la terre de tous les possibles, l’endroit où tout le monde fait la fête et s’enivrent au son du jazz. Il y a une grande rage de vivre, une ambiance assez glamour, une insouciance et une légèreté qui est très caractéristique. Je trouve que New York se prête très bien à cette atmosphère et j’ai beaucoup aimé me plonger dedans.
Troisième et dernier point positif, l’écriture de l’auteur. Elle est simple mais efficace. Il y a des réflexions assez profondes. Il y a comme un peu de Scott Fitzgerald dans cette façon d’écrire et de construire les personnages qui m’a également beaucoup plu.
Pour les points négatifs, maintenant, qui m’ont grandement gâché mon plaisir : L’intrigue est un peu plate. Il n’y a pas beaucoup d’actions. Et les seuls évènements assez importants qui ponctuent la narration ne sont, à mon sens, pas assez exploités ou alors arrivent trop tard. J’ai trouvé les 150 dernières pages bien meilleures que le reste mais c’est un peu tard pour un livre qui en fait 480. Je ne me suis pas du tout attachée aux personnages. Le personnage principal qui est Katey est un personnage assez froid et distant. Une beauté froide, intelligente, ambitieuse, incisive mais tellement distante. Je pense que c’est voulu par l’auteur mais je n’ai pas réussi à m’y attacher. Tinker ne m’a pas ému une seconde et pourtant il n’a pas une vie très facile. Le seul point positif réside dans les relations tissées entre les personnages et encore.
En conclusion, une lecture sympathique que je suis contente d’avoir découvert mais je n’en garderai pas un souvenir impérissable.

par Pulusuk
Ceux qui restent Ceux qui restent
Marie Laberge   
Livre très touchant qui raconte le vécu des gens qui reste lors d'un suicide. Très touchant et nous fait voir le suicide ave un autre vision de la vie.

par Bidule2
Trente filles Trente filles
Susan Minot   
Le monde entier a été bouleversé par l’enlèvement de 220 très jeunes filles par Boko Haram voici quelques mois. Depuis, il y a eu au moins deux tragédies semblables et malgré des manifestations unanimes, « Rendez-nous nos filles », à travers la planète, on n’a jamais revu ces enfants.
Mais ce genre de tragédie n’a hélas rien de nouveau. Le livre de Susan Minot a pour point de départ le kidnapping en 1996 de 139 élèves, toutes des filles, au collège catholique St Mary’s, à Aboke, en Ouganda. Il est tout à fait authentique qu’une des religieuses italiennes qui dirigeait cette école s’est lancée à leur poursuite, à pied, et les a retrouvées. Là, le chef de ce qu’on nommait alors « les Rebelles », lui a mis le marché en mains : « je vous en rends 109, j’en garde 30, que vous désignerez vous-même – en leur présence bien sûr ». Ce qui fut fait. Avait-elle le choix ?
À partir de là, Susan Minot a écrit en parallèle deux histoires, en chapitres alternés : celle des trente petites victimes, battues, violées, terrorisées, et celle d’une jeune journaliste américaine venue enquêter au Kenya et en Ouganda sur ce drame. Jane va d’abord connaître la vie encore insouciante des expatriés et des anciens colons, avant de savoir regarder en face la réalité africaine. Jusqu’à sa bouleversante rencontre avec une des petites rescapées.

Susan Minot est l’auteur de sept romans dont Mouflets, chez Gallimard, couronné par le Prix Femina étranger. Elle vit à New York où elle enseigne à l’université.

par x-Key