Livres
510 784
Membres
521 118

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par Root 2018-11-09T01:56:48+01:00

« C’était ce truc qui passait en boucle sur M6. En général, ça donnait envie de casser une guitare ou de foutre le feu à son bahut, mais là, au contraire, chacun se recueillit. C’était presque encore neuf, un titre qui venait d’une ville américaine et rouillée pareil, une ville de merde perdue très loin là-bas, où des petits blancs crades buvaient des bières bon marché dans leurs chemises à carreaux. Et cette chanson, comme un virus, se répandait partout où il existait des fils de prolo mal fichus, des ados véreux, des rebuts de la crise, des filles mères, des releuleuh en mob, des fumeurs de shit et des élèves de Segpa. À Berlin, un mur était tombé et la paix, déjà, s’annonçait comme un épouvantable rouleau compresseur. Dans chaque ville que portait ce monde désindustrialisé et univoque, dans chaque bled déchu, des mômes sans rêve écoutaient maintenant ce groupe de Seattle qui s’appelait Nirvana. Ils se laissaient pousser les cheveux et tâchaient de transformer leur vague à l’âme en colère, leur déprime en décibels. Le paradis était perdu pour de bon, la révolution n’aurait pas lieu ; il ne restait plus qu’à faire du bruit. Anthony suivait le rythme avec sa tête. Ils étaient trente comme lui. Il y eut un frisson vers la fin et puis ce fut tout. Chacun pouvait rentrer chez soi. »

Afficher en entier
Extrait ajouté par Angèle 2018-07-12T11:25:22+02:00

Les hommes parlaient peu et mouraient tôt. Les femmes se faisaient des couleurs et regardaient la vie avec un optimisme qui allait en s’atténuant. Une fois vieilles, elles conservaient le souvenir de leurs hommes crevés au boulot, au bistrot, silicosés, de fils tués sur la route, sans compter ceux qui s’étaient fait la malle. Irène, la mère du cousin, appartenait justement à cette catégorie des épouses délaissées.

Le cousin avait vite grandi, du coup. À seize ans, il savait tondre, conduire sans permis, faire à bouffer. Il avait même le droit de fumer dans sa chambre. Il était intrépide et sûr. Anthony l’aurait suivi jusqu’en enfer. En revanche, il se sentait de moins en moins copain avec les manières de sa famille. Les siens, il les trouvait finalement bien petits, par leur taille, leur situation, leurs espoirs, leurs malheurs même, répandus et conjoncturels. Chez eux, on était licencié, divorcé, cocu ou cancéreux. On était normal en somme, et tout ce qui existait en dehors passait pour relativement inadmissible.

Les familles poussaient comme ça, sur de grandes dalles de colère, des souterrains de peines agglomérées qui, sous l’effet du Pastis, pouvaient remonter d’un seul coup en plein banquet. Anthony, de plus en plus, s’imaginait supérieur. Il rêvait de foutre le camp.

Afficher en entier
Extrait ajouté par PinkBird 2019-07-02T15:11:50+02:00

C'était quand même marrant. Les hommes de la génération de son vieux avaient quitté le Maroc parce qu'ils ne trouvaient rien à y faire, et qu'aucun de leurs problèmes ne trouvait de solution sur place. Et maintenant, c'était devenu la terre promise, le lieu parfait des origines, là où le mal était lavé après les corruptions et les déveines hexagonales. Quelles conneries...

Afficher en entier
Extrait ajouté par athega_ 2020-05-19T14:08:23+02:00

Il s’abîmait dans l’épopée nationale pour mieux oublier son drame quotidien.

Afficher en entier
Extrait ajouté par laccrodunet 2020-05-12T16:35:34+02:00

La vitesse leur tirait les larmes et leur montait dans la poitrine. Ils filaient sur la terre éteint, tête nue, incapable d'accidents, trop rapides, trop jeunes, insuffisamment mortels.

Afficher en entier
Extrait ajouté par A-Saulot 2019-07-03T13:26:59+02:00

Ils filaient sur la terre éteinte, tête nue, incapables d accidents, trop rapides, trop jeunes, insuffisamment mortels.

Afficher en entier
Extrait ajouté par SMichel 2018-12-24T09:28:13+01:00

Il se dégagea brutalement et Hélène fut alors saisie par la laideur de son fils. Depuis des mois qu'elle voyait s'accomplir sur lui les transformations de la puberté, elle avait accumulé pas mal de dégoût en elle, comme un méchant secret. Il avait l'air bête, il faisait la gueule sans arrêt. Son œil malade, qui donnait autrefois une bouille attendrissante, ressemblait maintenant à une infirmité. Et puis, par moments, dans ses gestes, ses intonations, elle reconnaissait l'autre. Le père.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Alias-Rosiel 2018-12-23T18:35:24+01:00

Ça laissait songeur. On s'aimait, on crevait aussi, on était maître de rien, pas plus de ses élans que de sa fin.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Alias-Rosiel 2018-12-23T18:03:11+01:00

C'était une vie réduite et anesthésiée sur laquelle il ne se posait pas trop de questions. C'était comme ça.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Alias-Rosiel 2018-12-23T17:35:43+01:00

Il restait entre elle et Paris un fossé irrémédiable. Il aurait fallu y être née.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode