Livres
510 784
Membres
521 112

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Leurs enfants après eux



Description ajoutée par TERVERCHANTAL 2018-07-05T11:10:29+02:00

Résumé

Août 1992. Une vallée perdue quelque part à l'Est, des hauts fourneaux qui ne brûlent plus, un lac, un après-midi de canicule. Anthony a 14 ans, et avec un cousin, ils s'emmerdent comme c'est pas permis. C'est là qu'ils décident de voler un canoë pour aller voir ce qui se passe de l'autre côté, sur la fameuse plage des culs-nus. Au bout, ce sera pour Anthony le premier amour, le premier été, celui qui décide de toute la suite. Ce sera le drame de la vie qui commence. Avec ce livre, Nicolas Mathieu écrit le roman d'une vallée, d'une époque, de l'adolescence, le récit politique d'une jeunesse qui doit trouver sa voie dans un monde qui meurt, cette France de l'entre-deux, celle des villes moyennes et des zones pavillonnaires, où presque tout le monde vit et qu'on voudrait oublier.

Afficher en entier

Classement en biblio - 192 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par Root 2018-11-09T01:56:48+01:00

« C’était ce truc qui passait en boucle sur M6. En général, ça donnait envie de casser une guitare ou de foutre le feu à son bahut, mais là, au contraire, chacun se recueillit. C’était presque encore neuf, un titre qui venait d’une ville américaine et rouillée pareil, une ville de merde perdue très loin là-bas, où des petits blancs crades buvaient des bières bon marché dans leurs chemises à carreaux. Et cette chanson, comme un virus, se répandait partout où il existait des fils de prolo mal fichus, des ados véreux, des rebuts de la crise, des filles mères, des releuleuh en mob, des fumeurs de shit et des élèves de Segpa. À Berlin, un mur était tombé et la paix, déjà, s’annonçait comme un épouvantable rouleau compresseur. Dans chaque ville que portait ce monde désindustrialisé et univoque, dans chaque bled déchu, des mômes sans rêve écoutaient maintenant ce groupe de Seattle qui s’appelait Nirvana. Ils se laissaient pousser les cheveux et tâchaient de transformer leur vague à l’âme en colère, leur déprime en décibels. Le paradis était perdu pour de bon, la révolution n’aurait pas lieu ; il ne restait plus qu’à faire du bruit. Anthony suivait le rythme avec sa tête. Ils étaient trente comme lui. Il y eut un frisson vers la fin et puis ce fut tout. Chacun pouvait rentrer chez soi. »

Afficher en entier

Commentaire le plus apprécié

Pas apprécié

Honnêtement, je n'ai jamais autant détesté un livre de toute ma vie. Et pourtant je suis bonne lectrice et bon public. Mais je n'arrive pas à comprendre comment ce roman a pu arriver jusqu'au prix Goncourt ! Je l'ai lu dans le cadre du Goncourt des lycéens, et jamais je n'aurais imaginé qu'il arriverait jusque là. Ce roman n'est ni plus ni moins qu'un gros pâté de clichés très mal écrits. Des garçons qui ne pensent qu’au sexe aux filles qui les enchaînent, des enfants de quatorze ans qui fument des joints à l’inévitable Arabe dealeur qui brûle des motos, tout y passe. Et l'histoire, parlons-en. Ce livre est vendu comme une histoire d'amour et une réflexion politique, mais pour l'avoir lu jusqu'au bout, je ne vois ni l'histoire d'amour, ni la réflexion politique ! Je n'ai vu qu'un garçon qui voit une fille avec un beau cul et qui rêve de la baiser pendant presque 500 pages. Pardonnez-moi l'expression, mais je ne fais que reprendre les mots du livre. Quand je dis que c'est mal écrit... Et pour ce qui est de la politique, on m'a dit que le roman est une réflexion sur la situation des personnes vivant dans des régions isolées et qui souffrent du déclassement. Soit, je suis d'accord qu'il faut en parler, mais dans ce roman, cela ne va pas plus loin qu'un simple constat. La situation est expliquée, répétée en long en large et en travers, et c'est tout. J'ai l'impression que l'auteur a introduit cet élément juste pour pouvoir dire que son roman avait une dimension politique. En bref, cette histoire est ennuyeuse, mal écrite et débordante de clichés : au bout d’une vingtaine de pages, cela devient lassant. Jetez Leurs Enfants après eux à la poubelle et donnez le Goncourt à Frère d'âme !

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par BleuennMoana 2020-07-01T21:46:52+02:00
Bronze

J'ai rapidement laissé tomber. Je ne demande pas à un auteur d'être Victor Hugo ou Racine mais le langage familier (pour un prix Goncourt qui plus est) très peu pour moi. Je veux bien que les personnages aient quatorze ans mais je ne connais personne qui parle aussi mal dans la vraie vie et cela m'aurait écorché la bouche de le faire à leur âge. D'autant que l'histoire est sans intérêt.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par JosephineCha 2020-05-04T22:52:33+02:00
Bronze

Si j'ai eu quelques difficultés à entrer dans le roman, je me suis vite attachée aux personnages (et à leurs destins croisés), à Anthony surtout. On veut connaître les conséquences de la moindre de ses actions et on espère qu'il se sortir de ce chemin qui semble tout tracé. J'ai retrouvé des souvenirs adolescents, presque nostalgique quand se tourne la dernière page.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Serablabla 2020-04-28T11:52:31+02:00
Argent

Ces derniers temps les lauréats du Goncourt sont déroutants et celui-ci ne fait exception. Je ne saurais pas dire si j'ai aimé ou non ! C'est là toute la magie de la littérature, nous laisser perplexe quelques fois...

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Esile44 2020-02-04T23:27:45+01:00
Pas apprécié

Très déçue.

J'avoue avoir été attirée par ce livre grâce à la mention "Goncourt" dessus, mais ce roman prouve bien que les prix ne sont pas gage de qualité.

Roman plat, sans intérêt, bourré de clichés, bref, à éviter.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par roquain 2020-01-16T14:16:48+01:00
Pas apprécié

Ce livre m'as beaucoup déçu..

Je m'attendais a une histoire passionnante le livre est plat sans sentiments sans rebondissements l histoire ne mène nul part

J étais pourtant attiré par cette couverture fraîche avec l'idée de franchir les interdits

Pour moi la seul chose que j' ai pu apprécier et le retour aux années 90 avec des souvenirs de titres de jeunesse

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Amiiii 2020-01-03T22:55:10+01:00
Or

J’ai longtemps repoussé la lecture de ce livre en raison des mauvaises notes et commentaires qu’il avait sur Booknode. Heureusement que je n’ai pas plus attendu !

Il mérite parfaitement son prix Goncourt. Les personnages sont profonds, la société est très justement dépeinte.

Chaque personnage du roman m’a rappelé des personnes que j’ai pu côtoyer, amis ou parents, ainsi que moi-même. J’ai pu me revoir à mes 14 ans avec ces jeunes du même âge, partagés entre leur ennui et leur volonté de découvrir la vie. Nous suivons successivement les aventures d’Anthony et de Hacine, leurs conneries d’adolescent, les pensées vers les filles ou vers les mecs lorsque l’on bascule sur une Steph, une Clem ou Vanessa. Chaque personnage possède des attributs ou se retrouvent face à des situations à un moment donné familières.

Nicolas Mathieu a très bien représenté le brûlant désir d’émancipation d’une jeunesse grandissant dans une ville déclassée. Une ville où l’âge d’or, avec ses hauts-fourneaux désaffectés, semble n’avoir existé que pour les baby-boomers.

Bien que les départs vers de nouveaux horizons prennent des itinéraires différents, les personnages resteront liés par leur passé commun, prenant sa source au cœur de la ville d’Heillange.

Cependant, là où Nicolas Mathieu m’a particulièrement touché, c’est lorsque les années se sont écoulées et que désir d’émancipation commence déjà à se mêler à une forme de nostalgie. Finalement, on finit par être à la recherche du temps perdu et l’on regarde avec tendresse notre enfance pourtant clairsemée d’ennui. Ces longs mois d’été passés aux abords d’un lac aux lourdeurs de pétrole, ou à traîner en ville…

En définitive, ce livre est une très belle surprise et je compte bien lire les prochains de Nicolas Mathieu.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par YumeGekkou 2019-12-18T16:44:47+01:00
Argent

J'ai adoré lire ce livre et il mérite parfaitement son prix Goncourt.

En effet, l'histoire peut paraître longue et pour certains "dénuée de sens" mais ce qui est prenant c'est justement la peinture de la société absurde et moribonde que nous décrit l'auteur au fil des pages.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par marie-nel 2019-12-13T14:28:39+01:00
Or

J'avais envie de lire ce roman depuis sa sortie à l'automne 2018. Le sujet m’intéressait beaucoup. Le fait qu'il ait obtenu le prix Goncourt cette même année m'a confortée dans ma curiosité de le découvrir. C’est maintenant chose faite grâce à un emprunt à ma médiathèque. Et je pense que je vais très certainement l'acheter car j'ai beaucoup aimé cette plongée dans la Lorraine des années 90. Je découvre Nicolas Mathieu avec ce titre, et j'ai été fascinée par sa plume et son style d'écriture, la justesse du ton et sa manière très juste de dépeindre la société. Moi qui aime beaucoup Zola, les Rougon-Macquart et Germinal notamment, je me suis retrouvée ici dans la même configuration. À travers des personnages, l'auteur brosse un portrait de la société. Cela se passe en Lorraine avec l'arrêt des hauts fourneaux, mais cela pourrait également se transposer dans le Nord avec l'arrêt des mines ou des usines de textile, ou dans ma région actuelle avec la fermeture des horlogers et lapidaires. Chacun retrouvera dedans un peu des problèmes qu'il vit dans sa région.

L'histoire va s'étaler sur six ans, de 1992 à 1998, et ce tous les deux ans. Quatre parties représentant à chaque fois une année, 1992, 1994, 1996 et 1998. Et toujours à la même période de l'année puisque l'on est à chaque fois pendant les vacances d'été. On va ainsi suivre sur ce laps de temps un jeune garçon, Anthony, il a 14 ans en 1992. Il fait les quatre cent coups avec son cousin, comme tout adolescent. Tous les deux s'amusent beaucoup, c'est l'été des premiers flirts qu'on aimerait concrétiser, des premiers émois, des premiers regards vers les filles. C'est le moment aussi des nouvelles expériences, l'alcool, le tabac, les joints. Anthony se cherche, voudrait déjà être un homme. Son père vit de petits boulots depuis que les hauts-fourneaux ont fermé et oublie ses problèmes dans l'alcool. On va suivre également Hacine qui vit avec son père, sa mère étant retourné au bled. Lui il vit du trafic de la drogue. Et il y a aussi Steph, Simon, Coralie, Vanessa....

J'ai pu regarder évoluer ces jeunes, d'été en été. Ils grandissent, deviennent un peu plus mature tout en restant encore gamins dans certaines de leurs réactions. Peu à peu se profile le choix du métier avec les années lycée. Et dans une région où le chômage fait partie de la vie courante, il est très difficile pour ces jeunes de s'imaginer un avenir tranquille et florissant. Certains vont faire des études en université, ils vont tenter, se donner à fond, d'autres préfèreront rentrer dans la vie active, quitter le nid familial pour devenir indépendants, même s'ils vivent des débuts pas faciles.

Tout le monde connait tout ce que raconte Nicolas Mathieu. Je me souviens très bien de mes années où j'avais espoir dans tout et était positive, je me sentais invulnérable et tout était possible. Mais la société et ses problèmes nous rattrapent bien souvent, nous transforment et nous mènent sur des chemins inattendus. Les personnages sont vraiment très bien travaillés, je me suis retrouvée dans certains, ou j'ai retrouvé des gens que je connaissais dedans. La société tient un rôle très important ici et est un personnage à elle toute seule. L'auteur est très juste dans ses descriptions, il ne la glorifie pas et ne la noircit pas non plus, il est vrai et dit les choses telles qu'elles sont. Pour elle aussi on voit une évolution. Les villes et villages qui s'isolent de plus en plus, les centre-villes qui se désertifient avec les constructions des premiers ultra centre commerciaux qui sont, à l'heure actuelle, de véritables villes à eux tout seuls. C'est un détail qui me choque à chaque fois que je fais de la route et que je traverse des villes de France. Tous les abords se ressemblent, avec des zones commerciales immenses où tous les magasins sont regroupés et causent la fermeture de ceux qui se trouvaient dans la ville et créaient de l'animation. Une évolution de la société de consommation que je n'apprécie pas.

Mais bon, pour revenir à ce livre et cette histoire, tous les faits de société sont représentés, ceux que l'on vit, ceux que l'on voit à la télé. L'auteur parle de tout, du chômage, du racisme, de l'intégration. Mais tout n'est pas sombre, je vous rassure, il y a tout de même beaucoup d'espoir à travers ces jeunes qui pensent changer le monde. Vingt ans après, les espérances sont autres. Dans les années 90, on parlait très peu de climat et de pollution, disons que ce n'était pas un sujet de conversation récurrent comme aujourd'hui. Tout à cette époque reposait beaucoup plus sur le travail, le chômage. Les jeunes de maintenant ont toujours les mêmes questionnements, il n'y a pas plus de travail maintenant, mais sont en plus touchés par les problèmes du climat, beaucoup se remettent en question et ont des interrogations que nous n'avions pas dans ces années là. Vingt ans, c'est pas si loin, mais comme nous avons déjà changé ! C'est en lisant des romans comme celui-ci que l'on s'en aperçoit. Il y avait encore des cassettes stéréo, des VHS, il n'y avait pas encore de téléphones portables, internet en était à ses balbutiements, il n'y avait pas autant d'ordinateurs chez les gens, tout ne se faisait pas par internet, il fallait bouger pour avoir un renseignement. Quand on compare, on se rend compte des bouleversements que nous avons nous-mêmes vécu, et j'ai la sensation qu'il y a beaucoup plus que vingt années qui ont passé tellement il me semble que l'on est différents...

J'ai vraiment beaucoup aimé ce roman. J'aime lire les prix Goncourt, j'en ai lu des bons et des moins bons. Celui-ci est un très bon crû pour moi. L'auteur a vraiment très bien décortiqué toute la société, dans ses travers et dans ses bonnes choses. Le tout est bien entendu ponctué par les événements nationaux importants, ou par la musique. Les quatre parties portent d'ailleurs le titre de chansons qui ont marqué cette décennie, avec des groupes mythiques tels que Nirvana ou Guns N'Roses. L'été 1998 est d'ailleurs marqué par un événement qui est dans les souvenirs de tout le monde, et ce n'est pas spoiler que d'en parler, puisque tout le monde pense à la coupe du Monde de football gagné par les Français cette année-là. Ce fut assez marrant pour moi de revivre cet événement alors que nous venons de vivre le même l'année dernière. Je ne suis pas du tout une fan de ce sport, mais une telle compétition reste quelque chose d'exceptionnel quand c'est notre pays qui gagne.

Ce roman est vraiment très complet et aborde tous les phénomènes de société de ces années là sans que ce soit répétitif ou lassant. L'auteur a très bien su incorporer la vie de ses personnages dedans et retranscrire ainsi leur vie. C'est tellement réaliste et criant de vérité que j'avais l'impression de voir les images défiler devant mes yeux au fur et à mesure de ma lecture. C'est un récit sensible, bouleversant, qui prend aux tripes. J'ai vécu cette lecture en apnée, dans l'attente des événements. Une lecture très dense, très forte émotionnellement parlant, j'ai retrouvé mes jeunes années au travers certains des personnages. Une lecture intense et prenante, les pages se tournent facilement, les unes après les autres. Une lecture pleine d'espoir, profonde que j'ai beaucoup aimé.

J'aimerais bien voir cette histoire adaptée et retranscrite à la télé ou au cinéma. Ce serait fort intéressant. Je n'ai pas été étonnée en lisant la biographie de l'auteur de voir qu'il avait fait des études dans le cinéma et des stages dans cette profession, je comprends mieux son style justement très imagé et réel. D'ailleurs, son premier roman a été adapté à la télé. Je serai vraiment curieuse de voir l'histoire d'Anthony en images.

Je ne connaissais pas encore Nicolas Mathieu avant, cette lecture m'a donné envie de lire son premier roman, Aux animaux la guerre, qui se passe dans les Vosges. Je ne peux que vous conseiller ce roman si vous ne connaissez pas encore. N'ayez pas peur du prix obtenu, sa plume est très accessible.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par EkkyKnox 2019-11-24T10:05:32+01:00
Lu aussi

J'ai adoré ce livre. La manière dont il a été écris. il m'a beaucoup touché.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Stephanie-354 2019-10-07T13:46:41+02:00
Argent

Bon livre, assez triste mais original dans son découpage.

Afficher en entier

Date de sortie

Leurs enfants après eux

  • France : 2018-08-22 (Français)

Activité récente

lexxi l'ajoute dans sa biblio or
2020-02-29T12:27:22+01:00

Évaluations

Meilleurs classements dans les Listes Booknode

Editeurs

Les chiffres

Lecteurs 192
Commentaires 35
Extraits 21
Evaluations 81
Note globale 6.44 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode