Livres
521 198
Membres
537 400

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

"Je suis une légende.

La mort n'a aucun droit sur moi, la maladie aucune emprise. Si vous pouviez me voir, vous auriez des difficultés à me donner un âge; et pourtant, je suis né en l'an de grâce 1330, il y a presque six cent quatre-vingts ans. J'ai exercé de nombreux métiers: médecin, cuisinier, libraire, soldat, professeur de langues et de chimie, homme de loi et voleur. Mais, avant tout, j'étais alchimiste. J'étais l'Alchimiste. Considéré comme le plus grand alchimiste de tous les temps, j'ai été pourchassé par des rois et des princes, des empereurs, et même le pape. J'ai transformé des métaux ordinaires en or, j'ai changé de banals cailloux en pierres précieuses. Plus remarquable encore, j'ai découvert le secret de la vie éternelle enfoui dans les pages d'un vieux livre de magie. Il y a quelques jours, ma femme, Pernelle, a été enlevé et le manuscrit volé. Sans lui, Pernelle et moi vieillissons. Lorsque la lune aura achevé son cycle, nous dépérirons, et nous mourrons. A notre mort, le mal que nous avons si longtemps combattu triomphera. La race des Ainés reconquerra la Terre et effacera toute trace d'humanité de sa surface. Mais je ne partirai pas sans me battre."

Afficher en entier

Elle roula sur le dos et dévisagea le sphinx, à présent couché devant sa cellule. Les ailes pliées dans le dos, sa tête humaine posée sur ses énormes pattes de lion, la créature souriait paresseusement et agitait de temps en temps sa longue langue noire et fourchue.

- C'est la fin, Immortelle, chuchota le sphinx.

Pernelle lui décocha un sourire terrifiant :

- Au contraire, répliqua-t-elle, ce n'est que le début.

Afficher en entier

- Je n'en sais absolument rien. Elles sont arrivées en force. Leurs armées les suivent.

- Leurs armées ? répéta Josh. Quel genre d'armée ? Des hommes de boue ?

- Non, pas de golems, cette-fois-ci. L'une est céleste : elle se compose d'oiseaux. L'autre, terrestre, rassemble des chats.

Sophie éclata d'un rire nerveux :

- Des oiseaux et des chats ! Drôles de soldats !

Scatty la foudroya du regard. Ses yeux entourés de peinture noire étaient terrifiants.

- Souviens-toi de l'attaque des corbeaux sur le pont !

Sophie eut soudain la nausée. Les images de ces corbeaux noires déchaînés tambourinant contre le pare-brise de la voiture, perçant le capot en métal, la hanteraient le restant de ses jours.

- Imagine un rassemblement de dizaines de milliers d'oiseaux...

- Des dizaines de milliers, répéta Sophie.

- Voire des centaines de milliers, se reprit Scatty, qui s'engagea dans un couloir étroit. Les nathairs envoyés en éclaireurs estiment leur nombre à un demi-million.

- Vous n'aviez pas parlé de chat ? demanda Josh.

- Si. On n'a pas pu tous les compter.

Afficher en entier

Il y eut un long silence que Sophie finit par briser.

- Merci, murmura-t-elle.

- Ne me remercie pas. Ceci n'a rien d'un don. En vérité, je t'offre une malédiction.

Afficher en entier

Elle se tourna vers son frère, qui la regardait avec étonnement. Sophie était auréolée d'argent. Le halo flottait autour d'elle, scintillant.

Afficher en entier

Qui part à temps vit plus longtemps

Afficher en entier

Sophie ouvrit la bouche pour lui poser une question... À cet instant, un des colosses qu’elle avait aperçus plus tôt vola par la porte de la librairie et s’écrasa sur le trottoir. Maintenant qu’il n’avait plus ni chapeau ni lunettes, Sophie remarqua sa peau terreuse et ses yeux d’onyx. Prostré sur la chaussée, il leva la main pour protéger son visage du soleil

Afficher en entier

Sous le regard médusé de Sophie, Perry Fleming écarquilla ses grands yeux verts et fit volte-face. Au même moment, les petites fenêtres carrées de la librairie se fendillèrent, et deux grandes explosèrent en mille morceaux. Des volutes de fumée vertes et jaunes tourbillonnaient dans la rue, et l’air empestait l’œuf pourri. Sophie perçut une autre odeur, plus franche et plus saine, celle de menthe poivrée

Afficher en entier

Au fil de l’été, elle avait appris à différencier les dizaines de thés et de cafés exotiques en vente au salon. Elle distinguait l’Earl Grey du Darjeeling, connaissait la différence entre le café javanais et kenyan. Elle aimait l’odeur du café, alors qu’elle détestait son amertume. Par contre, elle adorait le thé. Depuis deux semaines environ, elle les goûtait les uns après les autres, sa préférence allant aux tisanes aux saveurs fruitées et aux arômes incongrus

Afficher en entier

 Je me suis entraîné, John, répliqua Nick Fleming. Il s’approcha de la porte coulissante menant à la cave et repoussa Josh du pied. — Je savais que tu finirais par me retrouver. — Nous te cherchons depuis très longtemps, Nicolas. Tu as quelque chose qui nous appartient. Et nous voulons le récupérer. Une légère fumée jaune tournoya au-dessus de la tête de Josh et Nick. Une pluie de morceaux de plâtre noirci et boursouflé tomba du plafond

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode