Livres
511 272
Membres
521 915

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par Jenifael_ 2017-11-08T04:53:04+01:00

Peu après le ciel se couvrit, il y eut des éclairs et du tonnerre et bientôt ce fut la pluie; les petits oiseaux avaient donc raison. Il pleuvait à torrents et il soufflait un vent comme je n'en avait jamais vu. C'était un de ces gros orages d'été. Il faisait si sombre que dehors tout était bleu noir. Ah! que c'était beau! Et la pluie fouettait si fort que les arbres à quelques pas étaient brouillés comme si on les avait recouverts de toiles d'araignées. Et puis, tout d'un coup, il venait un rafale qui les faisait plier et montrait le dessous clair de leurs feuilles; et après ça une tornade épatante s'animait et faisait remuer les branches comme des bras en colère, et au beau milieu de tout, au plus beau, au plus noir de l'orage, pfft! Voilà le soleil qui se mettait à briller comme une auréole et les arbres qui s'agitaient dans le vent tout là-bas, où l'on ne pouvait rien voir tout à l'heure. Une seconde après, il faisait plus nuit qu'en enfer, le tonnerre pétait avec un bruit terrible, grondait, grognait, dégringolait tout le long du ciel, jusqu'à l'autre côté du monde, comme si on faisait rouler des barriques vides dans les escaliers, et ça fait un raffut, vous savez!

Afficher en entier
Extrait ajouté par x-Key 2010-12-01T17:38:42+01:00

C'est toujours comme ça : une personne fait une mauvaise action et elle ne veut pas en subir les conséquences. Elle croit que tant que les autres n'en savent rien ça n'est pas un déshonneur.

Afficher en entier
Extrait ajouté par x-Key 2010-12-01T17:38:42+01:00

Je tremblais, parce que je devais trancher, à jamais, entre deux choses, et je le savais bien. J’ai étudié ça une minute, en retenant plus ou moins ma respiration, et puis je me dis :

"C’est bon, alors j’irai en enfer" […]

C’étaient des pensées terribles, et des paroles terribles, mais je les ai prononcées. Et je les ai laissées comme ça ; et j’ai jamais plus pensé à me réformer. J’ai repoussé tout ça de mon esprit ; et je me suis dit que j’allais reprendre le chemin du mal, ce qui était bien dans mon caractère, pasque c’était comme ça qu’on m’avait élevé, et que l’autre chemin était pas pour moi. Et pour commencer j’allais me mettre au travail et j’allais voler Jim de nouveau, pour le sortir de l’esclavage ; et si je trouvais quelque chose d’encore pire, je ferais ça aussi ; puisque, comme j’étais dedans, et que j’y étais jusqu’au cou, autant que j’aille jusqu’au bout.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode