Livres
511 263
Membres
521 865

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

La Sonate oubliée



Description ajoutée par x-Key 2016-11-18T00:37:03+01:00

Résumé

À 17 ans, Lionella, d’origine italienne, ne vit que pour le violoncelle, ce qui la distingue des autres adolescents de Seraing, la ville où elle habite en Belgique. Elle peine toutefois à trouver le morceau qui la démarquerait au prochain grand concours Arpèges. Jusqu’au jour où son meilleur ami lui apporte un coffret en métal, déniché dans une brocante. Lionella y découvre un journal intime, une médaille coupée et... une partition pour violoncelle qui ressemble étrangement à une sonate de Vivaldi. Elle plonge alors dans le destin d’Ada, jeune orpheline du XVIIIe siècle, pensionnaire de l’Ospedale della Pietà, à Venise, dans lequel "le prêtre roux", Antonio Vivaldi, enseignait la musique à des âmes dévouées.

Entremêlant les époques avec brio, ce premier roman vibrant nous fait voyager à travers la Sérénissime, rencontrer l’un des plus grands compositeurs de musique baroque, et rend un hommage poignant à ces orphelines musiciennes, virtuoses et très réputées au XVIIIe siècle, enfermées pour toujours dans l’anonymat.

(Source : Préludes)

Afficher en entier

Classement en biblio - 23 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par hcdahlem 2017-03-30T21:28:11+02:00

Seul Kevin concevait sa passion. Il enviait cet engouement, fût-ce pour un instrument. Il adorait l’écouter jouer et pouvait rester assis des heures sans bouger dans un coin de la chambre tandis qu’elle exécutait sa partition. Lionella aimait le savoir là, admirateur silencieux. Kevin demeurait après toutes ces années son seul véritable ami. Familier et commode, bienveillant bien qu’un peu rustique, c’était un bon camarade sur lequel elle pouvait compter.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par mimga 2018-08-27T19:47:54+02:00
Argent

Un vraiment très très chouette livre, on voit que Chritiana s'est bien renseignée sur les sujets qu'elle aborde (mais parfois un peu trop d'ailleurs, elle étale un peu trop son savoir et on dirait plus un cours d'histoire qu'un roman)

Deuxième bémol, l'histoire de Lionella va un peu trop vite à mon goût et est un peu trop rapide aussi, un peu trop facile. Je sais pas trop comment exprimée se ressenti mais je ne suis pas très convaincue par son histoire

Par contre pour l'histoire d'Ada, là c'est autre chose. Je suis sous le charme, subjuguée et l’entremêlement des deux histoires est tout bonnement magnifique!

Bref, deux petits défauts à cette histoire, qui n'en font pas un coup de coeur mais un très beau roman, une belle histoire pleine de poésie qui valent le détour. Une auteure Belge avec une histoire qui se passe en Belgique et rien que pour ça je dis oui!

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Granny-1 2018-03-23T14:01:44+01:00
Lu aussi

Bonjour les lecteurs

Voici une jolie histoire pour les passionnés du prêtre roux et de Venise Maus sûon aurait peut-être aimé un peu plus approfondie .

Lionella vit dans la ville sidérurgique de Seraing ( province de Liège) et n’a qu’une passion, le violoncelle. Elle est retenue pour passer le célèbre concours Arpèges mais a du mal à choisir son morceau.

Son meilleur ami va changer le cours de son destin le jour où il lui offre un coffret, déniché aux puces,contenant une vieille partition pour violoncelle et le journal d’Ada.

Bon page-turner (lu en quelques heures cette nuit).

Certes on n’apprend plus grand chose sur Vivaldi, mais on se laisse porter par ce récit assez bien documenté même si il est cousu de fil blanc.

À lire en écoutant le Maestro.

L’image contient peut-être : une personne ou plus, personnes assises et texte

Afficher en entier
Commentaire ajouté par hcdahlem 2017-03-30T21:28:07+02:00
Argent

Christiana Moreau a choisi de nous offrir deux romans en un pour ses débuts en littérature. Elle va d’une part nous raconter le parcours de Lionella qui vit à Seraing, cité industrielle belge en reconversion et d’autre part nous plonger dans le quotidien d’Ada qui vivait à Venise au XVIIIe siècle.

La technique du document ancien retrouvé par hasard n’est certes pas nouvelle – on se souviendra par exemple de la carte au trésor de Rackham Le Rouge cachée dans le mât d’une maquette de la Licorne, également découverte par Tintin dans une brocante en Belgique – mais elle est crédible. Comme on le découvrira au fil du récit, les relations entre Venise et le Nord de l’Europe étaient alors intenses et ce type de manuscrit a très bien pu faire partie des bagages d’émissaires ou de commerçants reliant la Sérénissime à l’actuelle Belgique.

Lionella fait partie d’une famille d’origine italienne venue chercher dans ce pays de charbon et d’acier un avenir plus prospère. Enfant de la seconde, voire de la troisième génération d’immigrés, elle assiste à la transformation de la ville, après la fermeture des hauts-fourneaux. Comme nous l’apprend le quotidien La libre Belgique dans un joli jargon technocratique il s’agit désormais de « procéder à une requalification urbaine et à une rénovation, de manière notamment à créer des espaces tampons entre les zones d'activités économiques reconquises et l'habitat, aujourd'hui entremêlés. L'idée est aussi de détourner certaines voiries longeant la Meuse pour permettre un accès direct des entreprises au fleuve. » Mais bien entendu, entre le projet et les réalisations, entre les métiers d’avant et ceux de demain, l’ambiance est davantage à la crainte – mêlée d’un brin de nostalgie – plutôt qu’à l’optimisme.

Lionella a pour sa part choisi la musique pour s’en sortir. À en croire son professeur de violoncelle, une belle carrière s’ouvre à elle et le concours télévisé des jeunes talents doit lui permettre d’accélérer sa carrière. C’est Kevin, son ami et amoureux transi, qui va lui offrir le moyen d’épater le jury en dénichant une partition en italien parmi les vieilleries du marché aux puces. Il a, sans le savoir, mis la main sur une sonate oubliée et un journal intime.

En déchiffrant le précieux manuscrit Lionella découvre qu’il est l’œuvre d’Ada, une pensionnaire de l'ospedale della Pieta à Venise qui va aussi trouver dans la musique le moyen de s’évader. Au fil des chapitres, on va pouvoir suivre leurs deux histoires en parallèle. Ada va très vite assimiler les cours de son Maître, Vivaldi en personne, et se lancer dans la composition d’une sonate. Un engagement qui va aussi lui permettre de sortir de son couvent, puisqu’elle se voit confier les achats de fournitures auprès d’un prestigieux luthier. Elle va en profiter pour nous faire découvrir Venise et tomber dans les bras d’un jeune et noble admirateur. Parviendra-t-elle à s’enfuir avec lui ?

De son côté Lionella a franchi les présélections du concours Arpèges et décide de jouer la sonate d’Ada pour la finale. Mais cette œuvre oubliée sera-t-elle du goût du jury ?

Jouant avec les contrastes, mais aussi avec les liens entre les deux époques, Christiana Moreau parvient à maintenir la tension dramatique jusqu’à l’épilogue des deux histoires, à rapprocher au-delà des siècles les deux jeunes filles, éprises de musique et de liberté. Ainsi, ce qu’écrit Ada en 1723 aurait pu être tout aussi bien écrit par Lionella des centaines d’années plus tard : «La sensualité de la musique m'habite comme une fièvre nouvelle. Vivre la musique empêche de mourir. J'ai goûté cette évidence en cette année 1723. Quand j'ai glissé l'archet sur les cordes, une myriade de notes se sont mises à vibrer dans la salle d'étude. L'émotion était si forte que les yeux me piquaient, m'obligeant à fermer les paupières pour retenir mes larmes...

C'était comme si mon âme avait trouvé la clé qui ouvre sur l'enchantement. Mon âme et l'âme du violoncelle réunies. » http://urlz.fr/539g

Afficher en entier
Commentaire ajouté par uneetoilereveuse 2017-03-08T14:08:21+01:00
Or

Ce roman a tout d'abord un magnifique rapport avec l'art musical. Nous sommes envahis de sensations, d'émotions et de perceptions artistiques nouvelles avec le point de vue de Lionella et d'Ada. Ce sont deux jeunes filles d'une incroyable sensibilité artistique, donnant une dimension très profonde et enivrante à l'oeuvre.

De plus, la plume de l'auteur est admirable. Elle est à la fois douce, parfois tranchante mais toujours extrêmement poétique. L'auteur nous plonge dans deux univers différents avec beaucoup de réalisme et de vivacité. Les descriptions sont très fines et très raffinées nous donnant l’impression de nous y trouver, et les émotions sont exprimées avec vigueur, ce que j'ai particulièrement aimé.

L'auteur dénoncé également l'Italie du XVIII ème siècle, époque très ségrégée qui refusait le mélange des classes sociales. Nous découvrons une histoire d'amour sincère qui fait évoluer Ada dans une société où tout lui est défendu.

Il y a un grand mystère qui tourne autour de cette jeune femme, donnant rythme et piment au roman. J'ai adoré ce personnage si complexe et plein de vie.

Cependant, il y a un point qui m'a fortement dérangé, c'est la personnalité très égocentrique et égoïste de Lionella. Je l'ai trouvé assez hautaine, avec des mots méchants lorsque la situation ne va pas en sa faveur. Je conçois qu'il peut paraître oppressant de devoir participer à un grand concours de musique, néanmoins ce n'est pas une raison pour dénigrer les gens qui tiennent à nous, ni pour avoir des excès de violence et de négativité.

pour conclure

J’attribue à ce roman un 18.5/20, car j'ai vraiment été conquise par la magnifique plume de l'auteur ainsi que par l'histoire bourrée de sensibilités, cependant j'aurais aimé que Lionella soit moins égocentrique et plus optimiste.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par sagweste 2017-01-19T17:48:19+01:00
Or

http://saginlibrio.over-blog.com/2017/01/la-sonate-oubliee-de-christiana-moreau.html

Je remercie les Editions Préludes pour m’avoir fait confiance pour la lecture de ce livre.

C’est un très beau roman que je viens de finir. L’auteur nous plonge à la fois dans la Venise du 18ème siècle et la Belgique de nos jours. Nous suivons en parallèle l’histoire de cette jeune fille, Lio, dont le meilleur ami va lui offrir un coffret qu’il a chiné aux puces dans lequel se trouve une partition et un journal intime. Ce dernier relate une tranche de la vie d’Ada, qui a vécu au 18ème à Venise au sein d’une prestigieuse institution où le maestro n’était autre que Vivaldi.

A la lecture de ce journal, Lio va profiter de la partition pour la présenter à un grand concours de musique dans lequel elle est violoncelliste. Mais cette partition est elle vraiment du grand maître ?

Le livre est tout en beauté, il se lit calmement, berçant le lecteur au gré des émotions d’Ada, et de celles plus vives de Lionella. Ada rencontrera l’amour, ses sensations menant à la rêverie et ses déboires également. Lio, elle, préfére se consacrer à son art et ne pas voir que son ami de toujours pourrait être l’homme de sa vie si elle ouvrait un tant soit peu les yeux.

L’auteur nous la montre sûre d’elle, voulant faire connaitre son art et ne s’arrêtant devant aucun obstacle. A l’inverse, Ada doit se plier à ce qui se fait ou non à son époque, à se cacher pour pouvoir ressentir cette félicité qui l’envahit.

Deux jeunes femmes, aimant la musique plus que tout, deux époques qui les séparent mais qui les rapprochent également.

Pour un premier roman, bravo Madame MOREAU, il transporte sous la houlette du maestro, il m’a fait vivre à Venise dans l’Ospedale della Pieta.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Beliwei 2017-01-04T08:55:52+01:00
Or

Du XVIIIe siècle à nos jours, nous effectuons à travers notre lecture un voyage au grès des notes de musiques que nos deux héroïnes nous proposent. L'une est une jeune fille de 17 ans d'origine italienne, vivant actuellement en Belgique, passionnée de violoncelle, elle est dictée par l'exubérance de sa jeunesse et un talent inné qui transporte toute personne l'écoutant dans des songes merveilleux, l'autre est une jeune orpheline de vingt ans que nous suivons alors dans un siècle passé, elle ne vit que pour la musique, c'est alors son unique droit et elle a toute conscience qu'au vu de son statut c'est un immense privilège. Tout comme Lionella, jeune prodige du violoncelle, Ada, orpheline vénitienne a un talent certain pour le violon.

L'auteure nous transporte d'un siècle à l'auteure à travers cette passion commune qu'est la musique, les allers-retours effectués du XXe au XVIIIe se font de façon tout à fait naturel et nous avons plaisir à les suivre toutes deux. Le XVIIIe, le temps de Vivaldi et de ses compositions nous transportent à travers ses partitions et l'auteure arrive parfaitement bien à imprégner le lecteur de l'atmosphère particulière de la ville de Venise, nous avons l'impression d'y être, cachée derrière notre masque, dans les ruelles, à travers les canaux et le carnaval. L'atmosphère magique de cette ville est parfaitement bien décrite, j'ai eu l'impression d'y être, c'est un des points que j'ai particulièrement apprécié dans ma lecture, cette imprégnation des lieux et du temps.

Nous découvrons la Belgique différemment, à travers le regard de Kevin, le meilleur ami de Lionella : une Belgique plus sombre, industrielle qui connait le changement avec la destruction des usines pour voir la construction de bâtiments nouveaux. Kevin et Lionella ont été élevés dans un quartier pauvre, parqués face à un mur d'usine où la grisaille prédomine, c'est un tableau assez triste, Lionella semble s'en tenir bien loin, ne vivant qu'à travers les notes de musique qui sortent de son violoncelle. C'est à travers les balades de Kevin, que nous découvrons cette image de cette petite ville où ils logent tous deux, Kevin est un personnage solitaire qui vit à son frère peu aimable et sa mère qui les a élevés seule depuis toujours. Il est amoureux et très attaché à Lionella, mais ne tente rien, se contentant de l'observer à la dérober, planant en écoutant sa musique. La narration de ce personnage nous permet de localiser et de voir dans quel contexte Lionella et lui même vivent.

Nous sommes portés par l'engouement de Lionella qui lit le journal d'Ada, curieuse de découvrir d'où vient la partition qui l'accompagne. Elle voit en ce morceau, la possibilité de jouer quelque chose d'unique pour ce concours où son professeur l'a inscrite, elle ne s'imagine pas alors que derrière ces quelques pages se cachent un petit trésor de musique, une tranche de vie d'une jeune fille qui a découvert l'amour grâce à la musique. La vie actuelle de Lionella tout comme la découverte de la vie d'Ada sont toutes deux intéressantes et captivantes, c'est plaisant de lire les deux périodes avec deux jeunes femmes liées par cette même passion.

C'est une lecture très douce, portée par la musique avec la découverte d'une période et d'une ville passée qui accorde merveilleusement bien deux jeunes prodiges de la musique. Certains passages sur la vie d'Ada m'ont bien ému, sa condition d'orpheline et sa dette envers l'hospice qui l'a recueilli à sa naissance n'inaugurent pas une vie heureuse et les différents abandons des gens qu'elle aimait la rendent encore plus triste. Découvrir sa vie à travers son journal et se demander ce qu'il a pu advenir d'elle nous rend curieux, curieux d'en découvrir plus sur elle mais aussi sur les conditions de vie de l'époque, sur Venise et la musique. Nous côtoyons Ada, mais aussi Vivaldi qui fut professeur à La Piéta auprès de ses jeunes filles orphelines qui ont pu ainsi étudier la musique.

La couverture du roman convient tout à fait au ton donné au récit, nous y retrouverons cette atmosphère typique de Venise avec son brouillard mystérieux et la représentation de cette jeune fille colle parfaitement bien à l'histoire d'Ada, si seule tout comme à la personnalité de Lionella.

Ce roman m'a permis de voyager, je n'ai qu'une envie c'est d'aller découvrir moi aussi les lieux évoqués à Venise, avec la lumière, le soleil ou encore le carnaval au détour d'une ruelle, j'ai été conquise par ma lecture, découvrant tel un tableau un lieu, le tout porté par la musique. La plume de l'auteure a réussi là où je ne l'attendais pas forcément, elle écrit avec beaucoup d'émotions les arts et la vie de ses personnages.

Une lecture qui m'aura ravie, pas loin d'un coup de coeur, il n'aura pas manqué grand chose.

http://www.livresavie.com/la-sonate-oubliee-de-christiana-moreau/

Afficher en entier
Commentaire ajouté par heleniah 2016-12-22T20:45:23+01:00
Argent

Lionnella, 17 ans, vit à Seraing en Belgique. Passionnée par le violoncelle, elle se prépare pour un concours international, mais n’arrive pas à trouver un morceau qui lui convienne. Elle les trouve tous rebattus, entendus mille fois. C’est alors que son meilleur ami lui trouve au fin fond d’une brocante, une vieille boîte métallique avec une sonate pour violoncelle. Accompagnée d’un cahier écrit il y a plusieurs siècles, la partition semble être une sonate inédite de Vivaldi !

Lionnella décide alors de lire le cahier qui s’avère être celui d’Ada, vénitienne du XVIIIème siècle. Elle découvre alors la vie de cette orpheline élevée à l’Ospedale della Pièta, violoncelliste elle aussi, musicienne de Vivaldi, surnommé le prêtre « roux ».

Ce roman assez court est plutôt agréable à lire. On découvre l’univers de la musique du XVIIIème siècle et j’ai ainsi appris l’existence de l’Ospedale della Pièta. L’alternance des deux époques est bien faite, même si j’ai préféré la partie qui se déroule à Venise. Le personnage du meilleur ami est à mon avis un peu sous-exploitée et l’intrigue qui se déroule à l’époque actuelle un peu plus facile et expédiée que l’autre partie.

Néanmoins on passe un bon moment, ce n’est pas tous les jours qu’on peut lire un roman dans l’univers de la musique et c’est agréable !

Afficher en entier

Dates de sortie

La Sonate oubliée

  • France : 2017-01-04 (Français)
  • France : 2019-04-24 - Poche (Français)

Activité récente

Distinctions de ce livre

Évaluations

Les chiffres

Lecteurs 23
Commentaires 8
Extraits 1
Evaluations 8
Note globale 7.88 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode