Livres
511 131
Membres
521 676

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par Chrichrilecture 2017-09-27T03:43:43+02:00

Maitre, esclave ?

N’est-ce pas quand le dominant et le soumis vivent ensemble ?

Oui, le plus souvent, mais pas forcément. Et il y a des gens qui vivent ensemble et pratiquent des activités BDSM, mais ne se considèrent pas comme Maitres esclaves. Ils se contentent de s’amuser à l’occasion, quand ça leur tente. Le reste du temps, ils vivent comme un couple vanille. Tu sais ce que veut dire par vanille, n’est-ce pas ?

Oui, c’est quand notre relation et notre sexualité sont… conventionnelles.

Oui, c’est pas mal ça.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Pegh 2020-06-03T08:06:11+02:00

Nous étions sur le point d’entrer dans la salle de conférence quand le plus jeune homme en est sorti.

– Puis-je savoir où vous allez, monsieur Lapierre ? a demandé Christian.

– Je ne veux pas travailler pour des tortionnaires. C’est honteux ce que vous avez infligé à ce jeune homme.

– Que dis-tu de ça, Fabien ?

– Je pense que monsieur Lapierre ne sait pas de quoi il parle, Maître. Je ne suis pas une victime et vous n’êtes pas un tortionnaire.

Le jeune homme nous a regardés, bouche ouverte, pendant que nous lui souriions.

– Vous devriez vous faire soigner tous les deux ! a-t-il affirmé.

– On disait la même chose aux homosexuels au début du siècle dernier, a déclaré Christian.

Je réalisais à quel point la situation des gens de la communauté LGBTQIA2+ de cette époque-là était semblable à ce que vivent ceux de la communauté BDSM d’aujourd’hui. Christian avait raison. Nous étions aussi différents de la « norme » actuelle que les gays d’autrefois l’étaient de celle de leur époque. « Et nous ne sommes pas plus responsables de ce que nous sommes qu’eux le sont ou l’étaient. Comme eux, nous avons le droit au bonheur, envers et contre tous les préjugés, » ai-je pensé.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Chrichrilecture 2017-09-27T03:43:20+02:00

Je me suis souvenu d’un article que j’avais lu sur la psychologie canine. Ce texte disait à quel point le bonheur d’un chien peut être centré sur celui de son propriétaire. Si le chien peut faire quelque chose pour plaire à son propriétaire, son alpha, son maitre, il est au nirvana canin.

J’avais l’impression que la psychologie du soumis était assez proche de celle du chien. Ce qui m’a fait sourire, jusqu’à ce que je me rappelle Pécari. Accepterais-je un jour d’être déguisé en chien et de japper pour mon maitre ? S’il l’exigeait et que cela le rendait heureux, y trouverais-je mon bonheur, moi aussi ? Est-ce que Christian se mettrait à m’appeler Cabot ou Cleb ? Pour le moment, j’espérais qu’on n’en arriverait jamais là. Mais qui sait ou l’aventure de la soumission me mènerait.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Chrichrilecture 2017-09-27T03:42:53+02:00

Puis, un matin, en sortant de chez moi à huit heures, je ne regarde pas ou j’allais et il m’est rentré dedans, me projetant au sol. Il avait retrouvé difficilement son équilibre. Un peu plus, il s’étalé sur moi. Je l’ai regardé et j’ai vu de l’inquiétude dans ses beaux yeux verts.

Vous n’avez rien ? m’a-t-il demandé.

Comme j’aurais aimé avoir plusieurs blessures à soigner ! Mais je n’avais qu’une minuscule égratignure sur la paume d’une main.

Non rien du tout. Excusez-moi. Je ne regardais pas ou j’allais, ais je dis.

Non, ça, c’est mon texte, a-t-il répondu en souriant.

Quoi ?

Je me préparais à vous demander de m’excuses de ne pas avoir regardé ou j’allais, a-t-il ajouté, toujours avec le même magnifique sourire.

Pendant que nous nous parlions, il m’avait aidé à me relever. J’ai brossé mes vêtements d’un rapide coup de main. Il m’a contourné. J’ai cru qu’il allait s’éloigner et que je le perdrais encore. J’avais imaginé un accident comme celui-ci pendant des semaines. J’en avais rêvé et je m’étais même masturbé en y pensant. Je n’allais pas laisser passer une telle occasion de faire connaissance.

Afficher en entier
Extrait ajouté par MAMIKAT31 2017-06-26T10:19:37+02:00

Enfin, j’avais entendu sa voix ! Baryton, je dirais. Avec quelques détours dans les graves de temps en temps. J’avais même noté une ou deux syllabes d’une chaude raucité qui m’avait chatouillé les cordes vocales, comme si je cherchais inconsciemment à l’imiter.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode