Livres
512 569
Membres
523 924

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

L'Empire Brisé, Tome 1 : Le prince écorché



Description ajoutée par Gkone 2012-02-02T13:09:38+01:00

Résumé

À neuf ans, il aidait des bandits à s’échapper du château familial. À treize ans, il est à la tête d’une bande de hors-la-loi assoiffés de sang. Ce qu’il a prévu pour ses quinze ans ? Être roi, tout simplement. Mais de retour à la cour paternelle, c’est la traîtrise qui attend l’immoral et charmant Jorg Ancrath, celui qui ne craint ni les morts ni les vivants. Dans ce monde de cauchemar où règnent chaos et violence, un jeune homme, même animé d’une volonté aussi farouche, peut-il venir à bout d’ennemis dotés d’incommensurables pouvoirs ?

Afficher en entier

Classement en biblio - 539 lecteurs

Extrait

Ce sont elles qui m'ont enseigné le jeu. Elles m'ont permis de comprendre ce que tous ces messieurs sinistres et sérieux qui ont combattu pendant la Guerre des Cent n'ont pas encore assimilé. Vous ne pouvez remporter le jeu que si vous comprenez que c'en est un. Prenez un joueur d'échec, dites-lui que chaque pion est un de ses amis. Incitez-le à penser que les deux fous sont sacrés. A se souvenir des jours heureux passés à l'ombre de ses tours. A aimer sa reine.

Voyez comme il les perdra tous.

Afficher en entier

Commentaires les plus appréciés

Argent

Avis à tous ceux qui cherchent un bon antihéros : vous êtes ici chez vous ! Dès les premières pages (dès le résumé, en fait), on est absolument sûrs d'une chose : Jorg est un connard de première. C'est un menteur, arrogant, ambitieux, meurtrier, violeur et mangeur de cœur (oui oui)... Et pourtant, comme il nous le dit si bien : "Il y a du sang sur ces mains, mais je n’ai pas l’impression d’avoir péché". Parce qu'il a malgré tout une intelligence incroyable, un passé ignoble, et une philosophie qui se tient. Alors non, ça n'excuse pas ses erreurs, et ça ne devrait pas nous faire l'apprécier mais... le style de l'auteur est tellement particulier, tellement entraînant, qu'on ne peut pas détester Jorg et que sa colère devient la nôtre, tout comme son refus de ressentir la peur, d'être manipulé ou encore de courber l'échine. Ne pas être du bon côté de la barrière, pour une fois, incarner la folie et la cruauté plutôt que les valeurs des héros traditionnels... ça change, c'est sûr. Et malgré tout, on a envie que Jorg s'en sorte, même si on compatit totalement avec la haine que les autres personnages lui vouent.

Ce roman est plein de colère, de sang, de boue, d'horreurs, mais il est étrangement addictif et fascinant. Le héros prend la vie avec une telle simplicité qu'on ressent, nous lecteurs, encore plus le poids de nos principes et de nos valeurs... dont Jorg est totalement dépourvu. Au final, le Prince Fou parvient à nous entraîner avec lui dans sa crasse, et on n'a qu'une seule envie... en redemander !

Afficher en entier
Or

Le ton est donné dès les premières phrases, et l'on comprend clairement que l'on a affaire ici à un univers sombre. Pas de doute.

Les 100 premières pages se sont révélées difficiles. J'avais du mal à m'immerger dans l'histoire et à accrocher pleinement pour plusieurs raisons : la 1 ère concerne le style d'écriture. Je me suis demandée si c'était un problème de traduction ou si cela venait de l'auteur et il s'avère que cela proviendrait de la traduction. L'écriture m'a donc un peu échappée au départ, avec en outre des répétitions produisant un effet bizarre sur la lecture. Bref, ça clochait. Mais passé ces 100 premières pages, l'univers s'est enfin dévoilé et je peux dire que j'ai adhéré à l'ensemble. On fait également davantage connaissance avec le personnage principal, Jorg. (Un petit détail qui a déjà été souligné : je n'ai pas saisi l'intérêt d'avoir représenté sur la couverture un jeune homme plutôt mûr, alors que Jorg n'a que 13 ans. Mais bon... )

Jorg présente un penchant indéniable pour le meurtre. Il a des espèces de "pulsions" meurtrières, toutefois, elles sont en réalité bien plus complexes et ont une origine riche de sens : un traumatisme de son enfance et Spoiler(cliquez pour révéler)une manipulation mentale par autrui. Il ressort de ce traumatisme, une part de culpabilité ainsi qu'un lien étroit de Jorg avec la peur.

Je ne chercherai pas à l'excuser mais l'on peut observer qu'il a des actions ou un comportement qui sont le fruit d'un passé violent. Son père a vendu sa femme en guise de meurtre. J'imagine par là qu'il a dû mal avec la notion "d'amour" entre un homme et une femme. Ses attitudes avec les filles ne sont pas toujours honorables, il renvoie l'impression de ne pas savoir ce que c'est que d'aimer, de ne pas bien savoir comment fonctionne une relation, si bien qu'il peut tout à la fois se montrer joliment attiré par le sexe opposé et en même temps, se montrer odieux.

Jorg est ferme pour un individu de 13 ans. Il a du charisme, il sait guider des hommes et les mener. C'est un garçon intelligent. Il est capable d'avoir des réflexions et des pensées profondes, et parfois des dialogues teintées d'humour noir.

J'ai trouvé la fin de ce tome plutôt bonne. En ce sens, qu'elle cloue le bec : Jorg, après recul, s'assume, lui et ses actes. Il montre alors une aptitude à l'introspection dans le dernier chapitre.

C'est un personnage que j'ai finalement apprécié. Il est ambigu intérieurement parlant, emprunt d'une noirceur qui est loin d'être superficielle. Non, ce n'est pas un gentil, mais comme il l'a dit :

"Je suis ainsi fait, et si vous voulez des excuses, venez les chercher. "

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Argent

Très bon livre dans son ensemble. Plusieurs qualifient le prince Jorg d'un anti-héros, mais pour moi c'est plus un magané, qui s'est fait manipulé et qui recherche vengeance.

Tant j'ai adoré cette lecture, je serais surement horrifié de voir une adaptation télévisé tant l'imagination de l'auteur est fertile dans le département des dégueulasseries, ou des moyens de donner la mort.

Un livre à livre soi-même pour se forger une opinion!

Afficher en entier
Bronze

https://littcentcinquante.wordpress.com/2020/06/11/lempire-brise-tome-1-le-prince-ecorche/

Public sensible, s’abstenir de s’intéresser à cet ouvrage !

Parce qu’on part sur de la bonne (de la vraie) dark fantasy immorale et sale, avec un anti-héros terrible, des personnages presque grotesques de cruauté, des âmes torturées, de la magie sombre, des créatures glauques, une ambiance oppressante et malsaine… J’ai d’ailleurs eu du mal à terminer cet ouvrage, tant les personnages et l’histoire me semblaient embourbés dans l’obscurité et le désespoir.

Le Prince Écorché offre une escapade dans la vie tourmentée de Jorg, prince damné d’un royaume en compétition avec ses voisins, qui a vu sa mère et son frère se faire assassiner lorsqu’il avait sept ans. Il y a réchappé par un malsain miracle qui a fait de lui un jeune garçon pétri de peur, de haine, de désir de vengeance et d’ambition folle. J’ai d’ailleurs presque trouvé incohérente l’histoire de Jorg. A dix ans, il s’échappe du château familial pour espérer assouvir sa vengeance sur le commanditaire de l’assassinat de sa famille. A 13 ans, il est chef d’une compagnie de… mercenaires (les mercenaires « classiques » de fantasy sont des anges à côté des « Frères » de Jorg) cruels, avides, parfois moyennement pourvus de cervelle grise. 13 ans. NANI. Même si l’auteur a bien expliqué son parcours pour en arriver là, j’ai trouvé ça trop osé. Je n’y ai pas cru. Oui, il a existe, il existé, il existera sûrement des « génies » comme lui qui lisent Platon à 8 ans, défoncent des crânes à 11, veulent être roi à 14, mais… j’ai estimé que c’était trop tiré par les cheveux. Surtout que Jorg ne m’a pas paru si intelligent… Bref, comme un sentiment de décalage dans son âge, je lui donnais facile 4 ans de plus, tant pour sa mentalité que son physique (1,80m à 13 ans, capable de résister à des hommes mûrs… moui). L’auteur semble d’être inspiré d’Alexander le Grand, qui avait déjà fait de sacrés trucs à 20 ans, mais bon, moui. Je suis pas fan des héros pour qui tout semble facile (même si c’est pas nécessairement le cas pour Jorg), pour qui tout semble évident, qui sont des prodiges… Bref, j’ai pas vraiment aimé Jorg, même si, oui, c’est un modèle de persévérance, d’audace, ça reste un gamin qui joue avec sa peur (et son père) en mettant tout son environnement en danger au passage. J’accroche pas du tout à ce genre de caractère, ça me laisse de marbre. MERDE CE GAMIN EST TARÉ. ARRETEZ-LE.

Bon, du coup, c’est loin d’être un coup de cœur, notamment pour tout ce que j’ai expliqué auparavant et qui ont des conséquences sur le reste du roman. L’intrigue était inégale à mes yeux, tristement prévisible (on savait que Jorg allait réussir, car Jorg ne peut que réussir n’est-ce pas), souffrait de passages lents, pas toujours intéressants, et de moments qui se déroulaient trop vite. L’écriture était trop pleine d’images, de sarcasme, d’air pompeux (la faute à Jorg le narrateur), pour moi, ça n’a pas été fluide.

Et l’univers. Faux monde de fantasy :’c C’est l’Europe, dans très longtemps, qui revient à l’âge sombre sûrement suite à des guerres totales nucléaires (j’en sais rien, je présumé, c’est pas du spoil). Sauf que c’est l‘Europe avec ses tares de l’époque : racisme, xénophobie, misogynie, sexisme… MAIS OSKUR. J’EN AI MARRE. Merde alors, ces thématiques sont super cool à traiter en fantasy, car normalement le terrain est vierge. Dans notre monde, réutiliser ces principes, ça me donne juste cette impression de vieux paumé qui est là en mode « Oh, quand même, traiter les femmes et les Africains comme inégaux aux hommes Blancs, c’est pas ouf ». Merci monsieur. Bref, j’ai détesté qu’il reprenne les codes de l’Europe moyenâgeuse (et encore, moyenâgeuse, on peut pas vraiment dire que ce soit plus le cas aujourd’hui…) alors que c’est une nouvelle Histoire qu’il a inventée pour son monde. Ras-le-bol (oui, c’est un coup de gueule, j’en prends pas souvent).

Je ne pense pas lire la suite, mais si y’en a qui ont lu et qui ont adoré, n’hésitez pas à me convaincre !

Afficher en entier
Bronze

Pour une découverte de Mark Lawrence, je n'ai pas tiré le gros lot. J'ai détesté jusqu'au bout le personnage de Jorg qui est pourri jusqu'à la moelle. Et les événements douloureux de son passé ne peuvent, selon moi, pas expliquer qu'il soit aussi barbare avec les gens du peuple qui ne lui ont strictement rien fait. Ses ennemis je peux le comprendre, mais pas le commun des mortels. Par ailleurs j'ai un peu de mal à trouver crédible tout ce qu'il a fait entre 10 et 15 ans, beaucoup trop jeune pour moi pour accomplir tout cela.

Au delà du personnage, l'histoire est par contre intéressante et je continuerai l'aventure avec les prochains tomes. En fait, à la base, j'avais lu les premières lignes du livre "prince des fous" que j'avais beaucoup aimé mais j'avais lu qu'il était préférable de lire la trilogie du prince brisé au préalable.

Je donnerai encore une chance à Mark Lawrence avec le prince des fous si l'empire brisé ne me tente pas.

Afficher en entier
Diamant

J'étais à la FNAC, les mains chargées de livres quand je suis tombée par hasard sur celui-ci. Une citation de Robin Hobb sur la quatrième de couverture indiqué qu'elle l'avait apprécié ; j'ai donc lâché ma pile et acheté ce livre - toujours faire confiance à ses auteurs.es favoris. Et quelle surprise ! Après quelques premières pages d'incertitude-il faut dire que le ton est donné dès le départ avec ce personnage haïssable- je suis tombée sous le charme !

Le personnage principal, Jorg, est une ordure, et plonger le lecteur dans sa tête, raconté sa vie est un risque qu'a osé prendre Mark Lawrence pour notre plus grand plaisir !

Je préfère être honnête : vous n'allez pas apprécier Jorg, vous n'allez pas cautionner ses gestes, vous ne voudrez pas qu'il réussisse... en tout cas votre conscience vous en voudra de lui souhaiter bonne chance.

Mais quel obstacle peut arrêter un homme dénouer de conscience, qui semble visiblement incapable de ressentir des émotions, un homme impulsif et, vous l'aurez compris, dangereux ?

Âmes sensibles s'abstenir, nous sommes ici témoins d'actes horribles et sans pitié ! Mais pour les friands d'anti-héros... Ce livre est fait pour vous !

L'ironie a fait que Mark Lawrence surclasse désormais Robin Hobb dans ma liste d'auteurs.es préférés.ées (il détient la première place aux côtés de Patrick Rothfuss) et c'est sans doute possible que je le recommande à tout amateur de fantasy ! Cette série est sa meilleure, mais les autres sont toutes aussi intéressantes à lire...

Afficher en entier
Argent

Les premières pages donnent le ton avec un antihéros extrêmement violent. Il nous présente un univers très sombre, qui se passerait mille ans après la chute de notre civilisation et serait revenu à un mode de vie médiéval. J’ai beaucoup aimé découvrir cet univers et j’ai adoré la carte en début de livre !

Le héros est très jeune, 13 ans au début du livre, mais il est très adulte, très intelligent. Je pense que c’est un petit génie qui n’a pas grandi dans le meilleur environnement. Mais il comprend des choses que le commun des mortels ne voit pas. Et on le comprend davantage en lisant les chapitres qui se passent quatre ans avant et dévoilent ce qui a conduit le petit prince à devenir le chef d’un troupe de mercenaires barbares.

L’univers, comme le héros, est impitoyable et on comprend comment Jorg a pu devenir ce qu’il est devenu. Malgré tout, on l’apprécie.

J’ai aussi beaucoup aimé également la magie qui s’installe petit à petit dans l’intrigue et qui va prendre plus de place dans les tomes suivants, je pense.

Il y a de nombreuses bagarres/batailles/combats dans l’intrigue mais il y a également une grande partie « intellectuelle » avec de la manipulation, de la politique, la course au pouvoir. Car tous les roi veulent être élu Empereur de l’empire brisé (en une centaine de petits royaumes). Jorg va devoir démêler ce sac de nœuds et il aura bien besoin des 3 tomes pour ça !

Note : 8/10 https://wp.me/p78wgt-5z

Afficher en entier
Pas apprécié

J'ai eu beaucoup de mal à rentré dans le l'univers, ce qui est dommage car j'attendais cette série avec impatience, Bragelonne en avait la pub et ça donnait envie; et au final, j'ai été déçue, je ne dirai pas que tout est à mettre à la poubelle dans cette série, mais je n'ai pas trouver les personnages realistes, je les ai trouvé même un peu inachevés, l'intrigue met un pu de temps à se mettre en place selon moi et quand enfin elle commence je me suis juste ennuyé! Je ne pense pas que je lirai le deuxième tome. C'est dommage moi qui voulait un anti-heros.

Afficher en entier
Or

Un anti-héros d'excellence, une moralité inexistante, et une histoire horrible racontée sur un ton banal, comme si notre ami nous racontait sa semaine. Sauf que cette semaine est remplie de meurtres, viol, saccages et incendies. Le décalage est énorme, et on ne sait très bien comment l'auteur s'y prend, mais on arrive presque à s'identifier à Jorg, à comprendre sa logique et à le soutenir dans sa vengeance (presque). La facilité avec laquelle les frères meurent, et régulièrement de la main de Jorg d'ailleurs, m'a parfois dérangé mais c'est à vrai dire l'un des éléments qui fait pencher la balance de "anti-héros prêt à tout pour arriver à ses fins" à "psychopathe qui n'a aucune notion de la valeur humaine". Bref, si vous êtes à la recherche d'un anti-héros circulant dans un monde fantasy moyenâgeux, vous êtes au bon endroit.

Afficher en entier
Or

À dix ans, Jorg rejoignait et dirigeait un groupe de hors-la-loi sans pitié. Pour ses 15 ans, il a prévu de devenir roi. Prince d'Antras, il a apprit que son propre père a cautionné l'attaque de la diligence qui a mené au meurtre crapuleux et violent de sa mère et de son jeune frère William, par un comte voisin. Depuis, il a fait une croix sur tout bons sentiments et est devenu un jeune homme cruel, sans vergogne et rempli de haine. Son esprit est demeuré vif, cependant, et il mène sa petite armée de brigands contre ses ennemis avec le but ultime de devenir l'empereur de tous ces petits royaumes morcelés qui se battent depuis très longtemps. Son retours à la cour de son père lui vautb de nouveaux ennemis, certains doté de sombres pouvoirs. Son père l'envois alors relever un défi en apparence impossible: prendre Galleth, une cité imprenable. Malgré ses succès, Jorg pourrait bien découvrir qu'il est un joeur dans une ligue beaucoup plus sombre et pernicieuse que lui-même.- Alors là, voilà un vrai anti-héro comme on en voit très peu. Brisé par la cruauté des hommes, Jorg devient une véritable ordure dénué de toute sympathie et qui se sert des autres pour parvenir à ses fins. Pourtant, on se surprend à aimer ce personnage pour autre chose que ses bons sentiments. Après tout, c'est aussi une question d'époque: peu d'homme connaisse la pitié, puisque pour les rois, il s'agit presque d'un jeu que de sacrifier la vie des paysans et des soldats pour leurs guerres de pouvoir. On est à des années lumières de "Chevalier d’émeraude", qui passe pour un vulgaire conte raté à coté d'"Empire brisé", et même meilleur que "Chacal de Nar", pourtant assez bien comme histoire de guerre violente aussi. Parlons de la plume de l'auteur, toute en subtilités, en figure de styles et en sous-entendus. Le genre de lecture où il faut clairement avoir un certain niveau en français , selon moi, car il ne dit pas tout, il nous laisse nous faire des idées. J'adore son style. C'est le genre de lecture qui nous pousse à lire chaque mots, car ils cachent parfois une tournure sngulière ou un indice. Bon, pargfois, je dois carrément relire, mais j'adore tout de même. Aussi, certains éléments du livre nous suggère que cette histoire se déroule non pas avant notre ère, mais après! Les "bâtisseurs", les noms de pays similiaires comme "Normandy", Spagne" ou les villes comme "Lyon". "Le jour des mille soleils" qui tua un nombre effarant de gens, me laisse penser qu'une bombre atomique à raser une partie du monde. Le journal de Jorg contient même le vocabulaire de notre époque tel que "mutagène", "destruction massive" ou "neurotoxicologique".La présence de notre ère est aussi plus manifeste vers la fin: Jorg converse avec une IA, qu'il prend pour un fantôme, tente de forcer une porte blindée et fait exploser une bombe nucléaire...ou quelque chose de similaire. Intéressant. Finalement, ce personnage tout en sombres nuances, s'adresse parfois à nous: on peut supposé qu'il écrit à la manière d'un journal de bord.

Afficher en entier
Pas apprécié

Je n'ai pas adhéré à la proposition de l'auteur. Dans un monde de violence médiévale un enfant voir un adolescent quelque soit son titre n'a pas même le droit de s'exprimer ! quand à commander et vaincre un adulte !!!?.D'autre part l'écriture manque de souffle de volume, bref pas aimé.

Afficher en entier
Or

Violence, meurtres, souffrance et désirs. Voilà pour moi ce que ce premier tome m'a évoqué à la fin de sa lecture. Dans un premier temps on a du mal à se situer. Univers moyenâgeux : mais d'où viennent toutes ses références ? Monde post apocalyptique : d'où vient leur magie ? Univers fantastique : un monde parallèle sombre où l'on suit l'histoire d'un garçon (10 ou 14 ans) qui veut se venger, bataillant aussi bien physiquement que psychologiquement.

Impatiente de lire la suite

Afficher en entier

Dates de sortie

L'Empire Brisé, Tome 1 : Le prince écorché

  • France : 2012-06-22 (Français)
  • France : 2015-06-19 - Poche (Français)
  • USA : 2011-08-02 (English)

Activité récente

Titres alternatifs

  • Prince of Thorns (The Broken Empire #1) - Anglais

Distinctions de ce livre

Évaluations

Meilleurs classements dans les Listes Booknode

Quiz terminés récemment

Les chiffres

Lecteurs 539
Commentaires 91
Extraits 31
Evaluations 141
Note globale 7.59 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode