Livres
516 097
Membres
530 095

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode


Ajouter un commentaire


Liste des commentaires

Or

Que dire de ce tome... J'ai aimé retrouver l'univers d'Hunger Games et en apprendre plus sur les premiers jeux. On découvre, à travers ce tome, que les premiers Hunger Games n'ont rien à voir avec ceux vécus par Katniss! Spoiler(cliquez pour révéler)Les tributs sont, certes, transporté dans un train mais, au contraire du traitement "privilégié" des tributs lors des Hunger Games auquel participe Katniss, les tributs des toutes premières éditions sont traités comme du bétail. Transporté par des trains de marchandises, dans le noir, sans rien manger ni boire, pour au final atterrir dans la cage d'un ancien zoo où ils sont observés de tous comme s'ils étaient des phénomènes de foire. Un traitement bien différent des Hunger Games qu'on connaît! J'ai également aimé en apprendre plus sur Snow, qui est tout juste âgé de dix huit ans dans ce tome et qui nous semble loin du Snow qu'on connaît malgré que son désir de pouvoir soit déjà bien présente. On en apprend plus sur sa famille également et sur sa vie en général. J'ai également apprécié les quelques références qu'on peut retrouver des premiers tomes. Spoiler(cliquez pour révéler)Comme les chansons chantées par Katniss qui, ici, on le découvre, sont composées et chanté par Lucy Gray ou encore l'expression "ce n'est pas fini tant que le geai moqueur n'a pas chanté" ce qui, à mes yeux, fait bel et bien référence aux précédents tomes et au rôle de geai moqueur que Katniss interprète. Dans ce tome, on rencontre un Snow qui semble plus "humain" que dans les précédents tomes et qu'on voit évoluer petit à petit. J'ai bien aimé le personnage de Lucy Gray, fort caractère, qui ne se laisse pas faire. Une héroïne comme je les aime! En résumé, ce tome est agréable à lire malgré quelques longueurs vers le début selon moi. Il nous permet d'en apprendre plus sur Snow et sur les premiers Hunger Games, très différents de ceux qu'on a pu vivre avec Katniss. On se rend compte qu'au tout début, ils n'étaient pas réellement considéré par un spectacle, que ce soit par la population du Capitol ou par les districts et qu'aucune loi les obligeait à regarder. Tout comme l'arène, au contraire de ce qu'on savait grâce à Katniss, n'était au début qu'un simple lieu abandonné reconvertit en arène et non une arène spécialement crée pour les Hunger Games. En somme, je trouve ce tome plutôt bon bien que je garde une préférence pour les trois premiers.

Afficher en entier
Argent

J’ai été tellement heureuse de retrouver la plume de Suzanne Collins ainsi que son univers si unique. On se plonge dans le monde de Coriolanus Snow, personnage que j’avais (comme tout le monde je pense) détester lors de ma lecture de la trilogie.

Pourtant je dois avouer qu'au cours de la premier parie, j'ai réussi a l'apprécié d'une certaine manière. En comprenant son passé et ce qu'il a traversé, ça n'a pas été difficile, mais j'ai vite déchanté en attaquant la seconde moitié. C'est un personnage totalement antipathique et avide de pouvoir, il a son caractère, c’est indéniable, il fonctionne toujours par intérêt, et n’agit jamais a la légère mais ce coté manipulateur m’a, à la fois fasciné, et déranger. Sa possessivité envers Lucy Gray a fini par me laisser un gout amer, je dois l'admettre, on sent bien que le personnage n'est pas totalement équilibré. Spoiler(cliquez pour révéler)De même avec Sejanus, se faisant passer pour un gentil auprès de sa famille et lui, pour au final le tuer et profiter des finances des Plinth, voila qui était gros. L’évolution de Snow au cours de la lecture est assez impressionnante. Ce personnage toujours tiraillé entre deux idées, si fidèle a ce qu’il croit juste -le Capitole- et pourtant si perdu avec ce qu’il ressent. Même si j'ai peiné a comprendre ses choix parfois, sa façon de penser, je suis impressionnée par la maniere dont Suzanne Collins a amener ce personnage.

En ce qui concerne Lucy Gray, la tribut de Coriolanus, de même. Voila une fille qui ne manque pas de panache et de charisme ! J’ai beaucoup aimé son caractère et ce coté tres indépendant qu’elle a, même si je n’ai pas toujours compris certaines de ses actions.

L’histoire se place évidemment sous le regard de Snow, et donc, j’ai trouvé que quelques fois cela manquait cruellement d’interaction avec Lucy Gray, mais ce n’est qu’un petit détails.

Collins réussi a nous montrer tous les non-dits et autres symboles présents dans l’histoire, tous est dans le détails et je suis très admirative pour ça.

Je ne dirais pas que ce prequel est aussi bien que la trilogie, c’est different, c’est bien, palpitant, on est toujours tenu en haleine a la fin des chapitres -ce que j’apprécie beaucoup- mais il n’égale pas la trilogie. Oui, ce livre apporte beaucoup de réponses et d’explications au monde dans lequel nous nous sommes plongés quelques années plus tot.

Si je peux souligner un seul point négatif, je dirais que j’ai senti quelques «longueurs ». Je n’ai pas envie de les qualifier ainsi mais c’est le mieux que j’ai trouvé, je ne me suis pas ennuyée parce qu’il se passe toujours quelque chose, mais parfois j'étais dans l’attente constante de quelque chose qui finissait pas arriver, ou pas.

Je ne saurais dire pourquoi, mais je reste un peu sur ma faim, peut-être parce que je trouve que Snow change un peu trop a la fin, ou que j’ai eu du mal à vraiment comprendre sa façon de penser en arrivant sur les dernières pages.

En bref, un roman très sympa à lire, qui apporte beaucoup d’explications sur la saga et nous fait comprendre les rouages du monde dans lequel à évoluer Katniss.

Afficher en entier
Argent

La trilogie Hunger Games est en première position dans ma liste diamant et j'aurais aimé pouvoir y ajouter cette préquelle, mais j'ai été relativement déçu. On y retrouve bien la plume de Collins, très agréable à lire, ainsi que ses thèmes de prédilection dans la saga originelle.

Néanmoins, je n'ai pas été emporté par le scénario comme j'avais pu l'être dans les autres tomes, pour plusieurs raisons. La principale étant que le personnage central est évidemment antipathique et ne connaît pas vraiment d'évolution au cours de l'histoire. Spoiler(cliquez pour révéler)On le découvre isolé, seul avec son ambition, et on le quitte isolé, seul avec son ambition. Il s'est simplement rapproché de la Dr Gaul et de son point de vue sur la cruauté humaine, et s’est sorti de la "pauvreté". Ok. Et sinon ? Il n'appréciait pas Sejanus, s'est légèrement rapproché de lui en début de partie 3, pour s'en éloigner (définitivement). Il s'est rapproché de Lucy Gray, l'a considérée comme sienne (alors qu'en soit, ils se sont très peu côtoyés, d'ailleurs) et s'en est éloigné. D'accord, bon... Il avait d'entrée de jeu été décrit comme manquant de sentiments, ayant des problèmes avec l'amitié et l'amour, l'issue de ses relations n'a donc rien apporté à son caractère et prouve juste qu'il n'a pas évolué. Tout ce qui arrive à Coriolanus est une succession et une accumulation d'évènements qui n'apportent pas grand chose et sont pour certains incongrus, improbables, j'ai même envie de dire "forcés". Spoiler(cliquez pour révéler)Tigris est sa cousine. Il vit à l'étage de l'immeuble qui comme par hasard va devenir celui de Katniss dans le centre des tributs. Il se trouve être de la seule et unique génération d'étudiants impliquée dans les Jeux et c'est lui qui va donner naissance aux Hunger Games à venir (en 10 ans, aucun adulte n'avait pensé à faire des paris, vraiment ? Et d'ailleurs, pourquoi leurs professeurs ne leur ont pas demandé leurs idées pour améliorer les jeux avant que les Hunger Games ne commencent ? Il fallait vraiment attendre J-3 avant le début des jeux pour leur demander leurs idées ? Enfin bon, ils ont été réactifs pour mettre en place les paris, apparemment.). Il découvre d'ailleurs au final que c'est à cause de son père, comme par hasard, que les jeux existent. Il écope de la fille du district 12, qui comme par hasard n'est pas comme les autres et se fait remarquer, et qui semble être à l'origine de la mode vestimentaire future du Capitole. Il est systématiquement impliqué dans tous les évènements invraisemblables qui arrivent avant les jeux, même une explosion de l'arène, imputée aux rebelles (ils n'avaient rien de mieux à faire exploser au Capitole ?), et qui est leur seule action dans la capitale dont on entende parler. Dès qu'il entend parler des geais moqueurs, il les prend en grippe sous prétexte qu'ils ne devraient pas exister (et les mutations génétiques alors ?). Etc. Et même au-delà de ce qui arrive au personnage principal, j'ai trouvé qu'il y avait beaucoup trop de références/clins d'oeil à la trilogie, ce qui est plutôt lourd et un grand manque de subtilité à mon goût. Spoiler(cliquez pour révéler)On retrouve les noms de famille Crane, Heavensbee, Flickerman, Cardew. Ok, c'est peut-être des familles importantes du Capitole, mais quand même. On a les références aux serpents et aux geais moqueurs, à croire qu'il n'y a pas d'autres animaux. Toutes les chansons que Katniss a appris de son père viennent de Lucy Gray et des Covey (ce n'est qu'une théorie mais il est probable que Maude soit même la grand-mère de Katniss). Etc. Le point de vue à la troisième personne a sûrement également joué. Bref, ce livre me donne l’impression que Suzanne Collins a voulu faire du fan-service en créant une multitude de liens entre Snow et Katniss, ce que je ne trouve pas crédible et même dommage. J’aurais préféré qu’elle développe d’autres pistes plutôt que de rester dans un vase clos…

Afficher en entier
Diamant

Un prequel qui aurait pu être le livre de trop, mais non, j'ai pris autant de plaisir à le lire que la saga originale. On y apprend beaucoup sur les Temps sombres et les origines des Hunger Games, qui n'ont pas grand chose à voir avec ceux de Katniss, et le futur président Snow s'y révèle déjà fort ambitieux, tortueux et torturé. Lucy est incontestablement le personnage du roman avec son caractère entier et son irrépressible envie de liberté, j'apprécie également de voir les origines des nombreuses ballades qui ponctueront les futurs romans. Et pourquoi pas envisager un autre prequel ?

Afficher en entier
Diamant

Malgré la grande joie que j'ai ressentie en apprenant la sortie de ce livre, j'avais quelques appréhensions en le commençant. Évidemment, l'envie de retrouver cet univers était là, mais j'avais aussi peur de ce qui pouvait se passer dans ce préquel.

Autant le dire tout de suite, je n'ai pas été déçue du tout.

Pour commencer, j'ai beaucoup apprécié le fait de suivre Snow. J'avais peur de m'attacher à lui, ce que je ne voulais pas vraiment, mais je me suis vite rendue compte que malgré le fait qu'on puisse parfois le comprendre, il restait un personnage difficile à apprécier en général. Spoiler(cliquez pour révéler)Les conséquences de la guerre ont forgé une partie de son caractère, mais cela ne justifie pas pour autant toutes ses pensées et ses actions. Il compatit un peu pour les tributs et n'apprécie pas forcément les Hunger Games, mais que fait il contre ça ? Pas grand chose. Il est aussi très égoïstes et la façon dont il traite les autres le montre bien. Ses amis lui servent plus de relations pour garder les apparences autour de sa condition, qu'à être de vrais amis. Même celui qu'il appelle son frère (bien qu'il dise aussi souvent ne pas le considérer comme ami), il n'hésite que très peu avant de le trahir pensant surtout à ce que cela lui apportera. Malgré qu'il soit de plus en partie responsable de sa mort, il n'hésite pas ensuite à se servir de sa famille !

De son côté Lucy Gray est évidemment le personnage qu'on aime ! Déjà, c'est une victime, et son district nous donne tout de suite un petit attachement envers elle. Je l'ai trouvé à la fois très similaire à Katniss mais aussi très différente. Spoiler(cliquez pour révéler)Elles ont peut-être la même capacité à se faire apprécier du public, mais des personnalités bien différentes dans le fond. Ce personnage permet aussi de se questionner sur la définition de l'amour pour Snow. Il a une possessivité dérangeante envers elle, et malgré qu'il l'appelle l'amour de sa vie, il ne lui faut que très peu de choses pour se décider à l'abandonner : une matinée dans les bois et la certitude de ne pas être arrêté pour le meurtre qu'il a commis...

Les jeux dans ce préquel ne sont qu'à leur début, et malgré leur aspect horrible et inhumain lors des éditions de Katniss, on ne peut que constater qu'ils se sont amélioré... J'ai beaucoup aimé cet aspect de l'histoire qui nous permet de comprendre comment ils ont évolué et les actions plus ou moins volontaires de Snow qui les ont mené à ce qu'ils sont bien des années plus tard.

Cette histoire apporte donc pas mal d'éléments de compréhensions quand à l'histoire des jeux. Même s'ils ne sont pas forcément au centre du livre, on a pu voir comment ils étaient considérés peu de temps après la guerre par les habitants du Capitole, et les étapes majeures de son développement. Spoiler(cliquez pour révéler)Ce préquel permet aussi de comprendre certaines choses autour des chansons de Katniss, d'où elles viennent et pourquoi Snow ne les appréciaient pas vraiment...

Finalement, même si je n'irai pas jusqu'à dire que ce préquel est indispensable à la série, je trouve qu'il apporte beaucoup de choses à l'histoire et je l'ai beaucoup apprécié !

Afficher en entier
Or

« Le spectacle n’est pas fini tant que le geai moqueur n’a pas chanté »

Je n’ai pas été déçu, au contraire, j’ai bien aimé. Moins que la trilogie mais je pense que ce roman était obligatoire pour comprendre l’origine des jeux, des mentors, sponsors et encore de chansons, comme l’arbre du pendu. J’ai également appris à connaître Snow et j’avais l’impression de ne plus voir le même personnage que dans les autres Hunger Games. Je pense que Lucy Gray Baird l’aura changé à jamais... Les personnages sont bien mais je n’ai pas vraiment réussi à m’attacher à certains d’entre-eux. Je relirai ce livre pour le plaisir, comme pour les autres. Mais mon coup de cœur reste tout de même sur les 74ème Hunger Games... Il est vrai que les références étaient, je pense, un peu trop présente et de manière pas très subtil. Je pense que si elles avaient été sous-entendu, ça aurait été mieux. Mais c’est un avis personnel. J’attends tout de même le film avec impatience... Si vous n’avez pas encore lu ce roman, foncez !

« La neige se pose toujours au sommet »

Afficher en entier
Bronze

La lecture de ce tome est sympathique sans pour autant être nécessaire. C'était une bonne idée en soi, mais plus d'un point de vue lucratif qu'un réel apport à l'histoire.

Les deux premiers tiers sont plutôt intéressants et présentent les Jeux d'une façon plutôt inattendue. J'ai aimé la réflexion portée sur le Hunger Games : leur utilité, la façon de les rendre plus attractifs,... On voit vraiment le sadisme dans toute sa splendeur. Et le fait que Coryo Snow ai été un mentor m'a pausé problème puisque je vois difficilement comment on peut maintenir et "améliorer" un tel carnage après en avoir été "une victime" et s'être battu désespérément pour sauver son tribut. Non, vraiment je trouve que ça ne passe pas.

De plus, Snow est un garçon intelligeant qui devient insipide à partir du début du dernier tiers. Quoi ? Il se concentre sur son nombril et s'étonne des conséquences de ses actes ? Spoiler(cliquez pour révéler) Pas étonnant que Lucy Gray ait fini par se barrer ! Je trouve aussi détestable la façon qu'il a de s'approprier les parents de Sejanus après ce qu'il lui a fait. J'ai l'impression que l'autrice s'était trop attachée à lui et qu'après 350 pages elle s'est souvenue qu'il fallait expliquer pourquoi il était détestable pour que ça colle avec la suite et le résultat ne m'a pas convaincue. Cette dernière partie ressemblait à une introduction de la trilogie et ne servait qu'à faire du fan service. Dommage vraiment.

Bref. Ce livre qui m'a d'abord intéressée m'a laissée mitigée.

Afficher en entier
Diamant

J'ai été agréablement surprise de ce préquel. Je me suis rapidement attachée à Snow. Voir comment les Hunger Games et comment Panem fonctionnaient juste après la guerre été très intéressant à suivre. Spoiler(cliquez pour révéler)Découvrir d'ou venait la chanson du Pendu que j'aime tellement. Et c'est complètement fou de vois les conditions dans lesquelles étaient détenues les candidats un fort éloignée par rapport à la Trilogie J'ai retrouvé ce suspens et cette même adrénaline que dans la trilogie. J'avais peur que le livre ne soit qu'un moyen de faire des ventes mais non il y a vraiment quelque chose intéressant dans son contenu et surtout ce qu'il apporte à la trilogie. Cependant, Spoiler(cliquez pour révéler)J'ai trouvé que la fin était un peu tiré par les cheveux. Lucy Grey qui disparaît d'une page à l'autre. J'ai eu l'impression que l'auteur ne savait pas comment terminé l'histoire. Je m'attendais à une trahison quelque chose de dur qui aurait pu justifier la haine du Président Snow pour le district 12 ou pour les districts. Au niveau du personnages de Lucy Grey Spoiler(cliquez pour révéler)Dès le début on voit qu'elle a une grande ressemblance avec notre Katniss de la trilogie on ressent la même force chez ses deux personnages bien qu'elles soient également différentes sur certaines points comme le fait de se valoriser devant le public. . Je comprends mieux pourquoi le Président Snow déteste autant Katniss. Il y a également de joli référence et clin d’œil à la trilogie mais pas à accès.

Je vous conseil de le lire en tout cas en espérant que mon commentaire vous aura plu :)

Afficher en entier
Diamant

Coucou tout le monde ! Comment allez-vous ? Aujourd'hui on se retrouve pour parler du nouveau hunger games: La ballade du serpent et de l'oiseau chanteur, un de mes derniers coups de coeur.

Dans ce nouveau roman, un prequel qui se passe donc avant la saga principale, on est 10 ans après la fin de la première guerre et on suit celui qui deviendra le président Snow. Ce jeune homme, Coriolanus vient d'être sélectionné pour être mentor pour la 10ème édition des jeux car les organisateurs veulent intéresser le public.

J'ai adoré retourner dans l'univers de Panem au capitole et dans le 12. C'était agréable.

J'ai adoré suivre Snow, personnage antipathique voir grand méchant dans la trilogie mais au combien mystérieux. J'ai aimé ce personnage autant que je l'ai détesté car il est plus complexe qu'on pense.

J'ai bien aimé la totalité du livre mais j'ai trouvé la partie sur les jeux en eux même particulièrement sommaire et la troisième partie un peu longue bien qu'essentielle pour la construction du personnage.

J'ai pas vraiment d'avis sur Lila Gray Bard qui m'a surtout rappelé Katniss et qui peut expliquer la haine de Snow pour cette jeune femme.

Ce qui m'a le plus intéressé dans ce livre, c'est ce qu'il y a autour et qui pousse la réflexion. Les questions mise en évidence par le roman et par le biais du personnage de la haute juge. Des questions presque philosophiques : sur la société, la guerre, le pouvoir, le chaos.

J'ai adoré toute les chansons dans ce livre et découvrir l'origine de la mythique chanson de l'arbre du pendu. J'aimerais beaucoup voir ce roman adapté, je pense que ça rendrait bien.

Bref, j'ai adoré ce livre qui explique certains détails de la trilogie : les roses de Snow, sa haine pour Katniss et même les geais moqueurs.

L'avez-vous lu ? Qu'en avez-vous pensé ?

Afficher en entier
Diamant

(Chronique complète : https://chroniquesdunechouetteaventureuse.blogspot.com/2020/05/titre-la-ballade-du-serpent-et-de.html)

En résumé, que dire sur ce préquel ? Ai-je le sentiment de m’être fait arnaquée ? Pas du tout. Est-ce qu’il apporte quelque chose à la trilogie ? Oui, complètement : on apprend plein de choses sur l’univers imaginé par Suzanne Collins, aussi bien en ce qui concerne les Hunger Games que les Jours sombres. Bien sûr, j'ai également apprécié les nombreux clins d'oeil faits à la trilogie.

En revanche, et même si c’est lui le protagoniste et la raison d’être de ce préquel, j’avoue avoir plus de réserves sur Snow (ou Coriolanus, mais qui aime vraiment ce prénom ?). OK, j’ai acheté ce livre avant tout pour lui, parce que je voulais le connaître mieux et aussi parce que c’était le premier livre que je voyais consacré au passé d’un antagoniste. De ce côté-là, aucun souci, je n’ai pas été déçue de découvrir ses origines ni d’avoir un bel aperçu de sa psychologie très complexe – je dirais même torturée. Mais d’un autre côté, Coriolanus n’a absolument rien à voir avec le Snow de la trilogie : dans ma tête, c’est comme s’ils étaient deux personnes séparées.

Certes, il apparaît comme quelqu'un d'ambitieux et de calculateur, malgré quelques éclairs de générosité plus ou moins désintéressés mais au fond, on ne peut pas ne pas s’attacher à lui. Le point de vue n’est peut-être pas interne comme dans la trilogie, mais une grande importance est donnée à ses réflexions, à ses doutes et à ses motivations ; sans parler de sa relation avec Lucy Grey (la tribut du District Douze et sa protégée) qui est assez touchante même si j'ai eu un peu de mal à savoir quoi penser de celle-ci.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode