Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Gem8ini : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
Quand l'ouragan s'apaise Quand l'ouragan s'apaise
Kathleen E. Woodiwiss   
Je crois que je m'attendais à tout autre chose de ce roman et je ne peux m'empêcher d'être déçue... Le héros... quel gougeat ! Violeur, autocratique, je n'y ai vu, au début de ce roman, qu'un butor odieux... Alors ça fait peut-être rêver les histoires de femmes prises de force par des mâles diablement beaux, mais quand le gars a 35 ans et que la fille est encore une minaude qui ne sait que répondre par la soumission eh bien moi, ça me laisse incrédule devant une lecture censée être romantique.
Jusqu'au bout il sera fier de son viol... mouais...
[spoiler]Le coup de la robe qu'il lui reproche d'avoir échangé, bien après leur mariage, parce que c'est celle qu'elle portait le soir où il l'a violée et qu'il se remémorait cette soirée avec excitation m'a laissée sur le c... Et elle de s'excuser... ourf ![/spoiler]
Après tout c'est un roman et rien n'interdit alors au personnage masculin principal d'être un salaud frustré, [spoiler]et encore frustré parce qu'il a décidé de la punir, pas par repentir ![/spoiler] mais là encore je n'ai pas trouvé son rôle crédible... C'était trop (pour faire une romance) ou pas assez (pour faire un drame) et l'acceptation d'Heather de son abaissement m'a quelque peu mise mal à l'aise.

Bref, lui est écrit pour être un gougeat incontenté et sexy et elle une jolie pouliche totalement assujettie qui fait tourner la tête de tout le monde par son joli décolleté. Une potiche, quoi... Dire que c'est une femme qui a écrit cette histoire et donne cette image de nous... Mais ce roman est ancien. Autre temps, autres fantasmes...

Malgré ça, ça se lit. L'écriture est fluide plutôt agréable et malgré la platitude du scénario (j'ai trouvé qu'il ne se passait pas grand chose quand même), la diversité des personnages a rendu ce roman convenable.
J'ai bien aimé les 50 dernières pages... Mais sur 400 ça fait pas beaucoup.

Allez, faut pas se décourager de le lire quand même ! Ce n'est pas un mauvais roman, c'est juste un roman qui m'a un peu asticotée... Ben c'est aussi fait pour ça, la lecture.

La Fiancée offerte La Fiancée offerte
Julie Garwood   
Je n'appréciais pas des masses la façon dot Royce donnait ses ordes à Nicholaa.
Au début, cette dernière est farouche, intelligente, intrépide et rusée puis petit à petit, elle devient plus douce, soumise et timide. C'est dommage.
Royce quant à lui est un guerrier, doux seulement avec sa femme sinon il est rude.
C'est pas une romance à couper le souffle. La passion ne m'a pas emporté totalement.


par OnlyLola
La Chronique des Bridgerton, Tome 1 : Daphné et le duc La Chronique des Bridgerton, Tome 1 : Daphné et le duc
Julia Quinn   
Je découvre cette auteure à la plume franche et drôle et dont le style d'écriture est un vrai régale.
Daphné est une jeune femme tout à fait charmante, entière et pleine d'humour. Elle est issue d'une fratrie importante (8 enfants) et nourrie l'espoir de fonder à son tour une famille nombreuse auprès d'un homme qui saura l'aimer toute entière.
Simon, enfant traumatisé par le rejet de son père à cause de son bégaiement, a grandi seul, à l'écart de l'héritage qui aurait dû être le sien et s'est forgé un caractère particulier qui l'amène à tout faire pour ne surtout pas être ce que veut son père. Lorsque le père décède, Simon hérite du duché qui lui revient mais refuse d'en assumer l'étiquette. Puis, il rencontre Daphné...
C'est une romance drôle, envolée, charmante et charmeuse. Les deux héros sont complexes, différents et pourtant tellement complémentaires.
J'ai été entraînée dans ma lecture dès les premières pages qui révèlent la toute jeune enfant de Simon et on se prend d'affection pour le jeune garçon qu'il était alors.
Au-delà de cela, naissent de véritables sentiments entre Daphné et Simon. Leur relation prend de l'ampleur crescendo jusqu'à la faille terrible où l'inadmissible pour Simon se produit – l refuse d'avoir une descendance.
Une lecture prenante, amusante, tendre et touchante. J'ai hâte de lire la suite des aventures de la famille Bridgerton !

par Christy
Honeycote, Tome 1 : Secrets et préjugés Honeycote, Tome 1 : Secrets et préjugés
Anne Barton   
Déjà, il faut préciser qu'exception faite de son titre, ce roman n'a absolument rien à voir avec Orgueil et Préjugés... Certes, les deux héros ne sont pas de la même classe sociale (encore que) mais ça s'arrête là.
L'histoire est celle de toutes les romances : tout les sépare mais ils tombent amoureux l'un de l'autre et blabla.... On est dans le pathos, la surenchère de bons sentiments et de tragédie (la mère malade, la sœur traumatisée...) Le héros est fabuleusement beau et intriguant, l'héroïne a du caractère et sous des dehors peu engageants (parce qu'elle se dissimule sous une coiffe) elle se révèle être une véritable beauté. Tous deux sont de "bonnes" personnes, généreuses, qui ne font le mal qu'à contrecœur, pour sauver quelqu'un qu'ils aiment. De lourdes responsabilités pèsent sur leurs épaules... Leur relation est folle, passionnée, sans le moindre respect des convenances et bien entendu, ils tombent amoureux presque au premier regard. Bref une romance. Pas désagréable à lire, pas non plus un chef d’œuvre. Le scénario est attendu, les rebondissements répondent à tous les codes du genre, l'écriture est assez soignée pour que ça glisse tout seul.

Ce que j'ai aimé : bah.... les scènes de sexe sont sympas. Le personnage de Rose, en dépit de son côté assez prévisible.

Ce que j'ai moins aimé : vu l'époque le comportement des personnages ne pas semblé très crédible: faisons fi des usages et jetons nous l'un sur l'autre : le premier baiser arrive trop vite. En même temps, ce n'est pas sensé être un livre historique. Les dialogues m'ont déçue, je les ai trouvés assez plats : pas mauvais, mais ça manquait de verve, aucun ne m'a marquée (parce que, tant qu'à lire de la romance, j'aime autant avoir des dialogues percutants). L'ascendance d'Annabelle qui "justifie" un peu l'attirance que le Duc éprouve pour elle...

En bref : Une romance qui se lit sans déplaisir mais sans forcément de plaisir non plus... Elle ravira certainement les amatrices du genre et occupera celles qui ne le sont pas ( dont je fais partie). Bref à lire si vous aimez les histoires de vilain petit canard devenant princesse grâce à l'amour d'un ténébreux prince....

Ma note : 5/10

par JessSwann
Lady Helen, Tome 1 : Le Club des mauvais jours Lady Helen, Tome 1 : Le Club des mauvais jours
Alison Goodman   
Je remercie tout d'abord la collaboration "Lire avant tout le monde" de Booknode pour m'avoir envoyé un exemplaire de Lady Helen, et également les éditions Gallimard !

J'ai totalement adhéré à ce roman !

Je ne connaissais pas encore l'auteure, mais au vu du résumé, ce premier tome d'une trilogie me tentait énormément.

Déjà je suis séduite par l'originalité de l'intrigue : on découvre des créatures qu'on ne connaissait jusqu'ici pas du tout, des dons incroyables et imaginez tout ça au 19ème siècle, c'était pour moi un mélange des plus passionnant !

Je ne cache pas qu'il y a eu un début un peu long à demarrer, mais on est vite happé par le contexte.

J'ai été très intrigué de ce Londre de 1812 et j'ai vraiment adoré ce mélange de Fantasy noire dans une époque passée. Le mélange est très addictif !

Les personnages sont vraiment un gros point fort pour le roman.
Helen est un personnage principal très intriguant, avec du caractère, j'aime !
Lord Carlston est le personnage le plus mystérieux que je connaisse, avec un passé qu'on ne connait toujours pas mais qui a rendu sa réputation catastrophique. Un personnage très intéressant, et qui, même après ce premier tome, reste un mystère !
Bien sûr j'ai adoré tous les autres personnages, tous aussi intéressant les uns des autres.

Une histoire très addictive qui nous plonge à l'époque de 1812. Un monde passionnant, quand on voit que les hommes ont le dessus sur les femmes, les obligations des femmes, les robes, les bals, le mariage, les ducs, tout un monde dont je n'osais pas vraiment me plonger mais avec sa touche de Fantasy/Fantastique et sa romance historique, c'était le moment de me lancer !

A la fin de ce premier tome, la romance n'est pas encore tout à fait installée, il présente des signes mais globalement elle n'est pas encore développée. Ce n'est en aucun cas dérangeant (romantique que je suis) l'attente nous donne encore plus envie de lire la suite et voir l'avancement !

L'écriture est sympathique, il y a assez de descriptions pour comprendre et se faire une idée de ce Londre de 1812, des robes magnifiques etc... Le descriptif est bien dosé, il n'y en a pas trop auquel cas ça aurait été assez pesant.

Bref, je vais pas m'étaler, ce premier tome est une réussite, l'histoire est originale et nous tient en haleine, on a encore beaucoup à apprendre sur les personnages (ça laisse un peu le mystère et l'envie de se plonger dans le second tome).

http://joyracamier.wixsite.com/lesgriffonneuses/single-post/2016/09/09/Lady-Helen-tome-1-Le-Club-des-Mauvais-Jours-Alison-Goodman


par lois21
Caraval, Tome 1 : Caraval Caraval, Tome 1 : Caraval
Stephanie Garber   
Caraval est un livre qui a beaucoup circulé sur les réseaux sociaux et son résumé très mystérieux m'a tout de suite attiré, j'ai donc été vraiment heureuse de pouvoir le recevoir grâce à Booknode que je remercie. La magie n'a pourtant pas opéré sur moi et je trouve que le bruit qu'on a fait pour ce roman n'est pas vraiment justifié.

Scarlett espère assister au spectacle de Caraval avec sa soeur depuis des années. Mais alors qu'elle perdait espoir et qu'un avenir plus radieux s'offrait à elle grâce à un mariage arrangé qui pourrait les mettre à l'abri de leur père violent, Scarlett reçoit enfin une réponse du maître du jeu de Caraval. Ils sont invités, sa soeur, son fiancé et elle, à assister au prochain spectacle. Alors que Scarlett se décide à refuser l'invitation -son mariage étant devenu plus important pour elle-, la jeune femme se retrouve malgré elle sur l'île des Songes où va se dérouler le prochain Caraval. Sa sœur a disparu et elle est obligée de jouer au jeu pour la retrouver. Car Caraval n'est pas vraiment un spectacle : complots, doutes, appât du gain, Scarlett va vivre une aventure loin d'être magique.

J'ai eu beaucoup de mal avec le début du livre. Entre Scarlett qui est un peu niaise et plutôt peureuse, sa soeur qui elle est dévergondée et égoïste, et Julian, un jeune marin qui n'y est pas pour rien à leur arrivée sur l'île, qui est un vrai pervers, je sentais que ma lecture allait être éprouvante. Et même si les personnages finissent par évoluer et devenir moins agaçants (quoi que, Julian m'a vraiment exaspéré jusqu'au bout à tout le temps se tromper sur le nom de l'héroïne), c'est ensuite l'histoire et l'univers qui m'ont posé problème.

J'ai vraiment été déçue par le spectacle. La magie n'est pas beaucoup présente, d'autant plus que, comme Scarlett, on se met beaucoup à douter de l'authenticité de ce qui nous est présenté. J'ai bien aimé l'inspiration vénitienne de son univers, mais j'aurais aimé que l'auteure s'attache plus à nous décrire Caraval et s'attarde moins sur les pensées et les questions de Scarlett. Je n'ai pas été immergée.

Le style de l'auteure, en général, m'a lui aussi posé problème. Je l'ai trouvé froid et il n'a pas réussi à m'émouvoir. Des personnages importants meurent et je n'ai absolument rien ressenti. J'ai pourtant beaucoup aimé les nombreuses comparaisons, l'auteure associe très souvent les émotions à une couleur, un aspect vraiment original et unique de son style.

L'histoire va elle aussi un peu dans tous les sens et j'ai trouvé que certaines scènes manquaient de cohérence. [spoiler]La potion qui a l'odeur de son père par exemple, son effet est complètement ridicule, surtout qu'elle la lance sur son fiancé...[/spoiler] L'histoire d'amour m'a fait ni chaud ni froid car tout est beaucoup trop confus. L'auteure essaye aussi de jouer sur l'aspect psychologique et angoissant du jeu, mais j'ai trouvé qu'elle n'allait pas jusqu'au bout. La fin lève le voile sur beaucoup de mystères, mais je l'ai trouvée un peu facile avec tous ces personnages qui ressuscitent...

Ainsi, j'ai malheureusement trouvé que Caraval était un livre vraiment trop brouillon. Son histoire est floue, ses personnages agaçants et son univers empreint de magie n'est pas assez bien décrit pour vraiment transporter le lecteur. Je ne pense pas lire la suite.
http://bookshowl.blogspot.fr/2017/02/caraval-tome-1-stephanie-garber.html
Titania 3.0 Titania 3.0
Pauline Pucciano   
Il y a beaucoup de bonnes choses dans ce livre – qui est au final une bonne façon d’entrer dans le monde de la SF quand on est ado.

D’abord, le monde créé, bien qu’étrange, reste pleinement crédible. J’ai eu un peu de mal à entrer dans ce monde pourtant peu éloigné du nôtre où l’essentiel des intérêts est virtuel, dans des connexions hallucinantes au milieu d’un monde en quasi friche. Un mélange de modernisme (pour les lieux et les possibilités d’achats, de changement) et de rétrograde (pour les lieux, la corruption, les méthodes policières…).

Les personnages m’ont donné la même difficulté – hors Mytho. Ils sont tellement excessifs, caricaturaux, du policier grosse brute au poète totalement léger en passant par cette fille éclatante. Et puis au fil des pages, vers la cinquantième, j’ai commencé à les apprécier. D’ailleurs, par la suite, ils se complexifient un peu. Bon, ça ne va pas super loin, on n’est pas dans Shakespeare, mais ça les rend plus intéressant.

J’ai aussi eu du mal dans les 50 premières pages pour deux autres raisons.

La première, ce sont les descriptions. Dans les 50 premières pages, elles paraissent interminables. Par la suite, ça s’allège énormément mais au début, on a droit à la description de tous les endroits, de tout ce qui se passe, avec des synonymes, sur cinq lignes ou plus. D’accord, c’est pour présenter le monde et les gens mais ça manque de subtilité, on a l’impression d’un exercice où il faut dire exhaustivement tout ce qu’il y a. Du coup, l’action ne prend réellement son envol que vers la 50ème page.

La seconde, c’est l’histoire d’amour qui se crée. Dans ces (toujours fameuses) 50 premières pages, une idylle romantico-guimauve se noue. Et je me suis forcé à continuer parce que ce n’est pas franchement ce qui m’intéresse le plus. Le livre début comme une bête romance qui a la seule particularité de se dérouler dans un monde futuriste. Il s’avère par la suite que c’est bien plus complexe que ça.

D’abord, cette histoire d’amour perd de sa naïveté au fil des pages, se densifie et devient plutôt intéressante, remontant (volontairement ou pas) vers d’anciennes histoires (on a tout inventé, c’est toujours simple de comparer) comme Roméo et Juliette, la Belle et la Bête…

Ensuite, diverses idées sont intéressantes : ces changements opérés sur soi, la relation de Titania avec Morgane Corp., le contrat, le monde des RH.

Il m’a semblé, cependant, au fil du livre, que s’il est classé dans la littérature pour ado ou jeune adulte, c’est principalement dû à la « naïveté » d’écriture de l’auteur et non pour le propos.

L’histoire est assez intéressante mais plusieurs fois, le fil, la trame, les évènements, paraissent « simplistes ». Il manque peut-être encore une maîtrise à l’auteur pour nous emporter pleinement, pour livrer les sentiments profonds des personnages, pour vivre à cent à l’heure les péripéties – Mytho, par exemple, qui me paraît le personnage le plus intéressant, n’est abordé qu’en surface. Certes, on sait tout de sa vie mais avec tout ce qu’il a vécu, il paraît étonnement lisse. Son incursion pour aller chercher Titania paraît étonnement simple. Comme si l’auteur avait eu une idée et s’était borné à la développer sans la vivre pleinement, parce que ça semblait suffisamment et qu’elle ne voyait pas qu’on pouvait creuser bien plus loin.

Cependant, ce n’est pas un réel défaut : le livre a certes quelques longueurs, manque parfois d’intérêt, mais s’adresse parfaitement aux jeunes qui ne connaissent pas la SF et pourront découvrir ici des personnages et réflexions intéressants dans un monde plutôt bien créé.

Beaucoup de bonnes choses, donc, dans ce livre – qui est au final une bonne façon d’entrer dans le monde de la SF quand on est ado.
L'Augure ou la Révolte céleste L'Augure ou la Révolte céleste
Plume de Loutre   
Mon protecteur, déjà loin, me lance un dernier conseil pour ce début de soirée :
« Essaie de ne pas crier quand il t’entubera, tu veux… Je vais me coucher ! »
Damien, outré, ne laisse passer ces inepties salaces que parce que je le lui demande.
« Mais il est…
— Je sais, Damien… Pense plutôt à mon médoc, tu… »
Un doux choc me fait perdre le fil de mes paroles.
« Oh ! oui, excuse-moi. Mais c’est lui et ses manières de chien ! Nilam ? Ça ne va pas ? »
Damien, pour une raison qui m’échappe, est habillé en civil. Son tee-shirt à manches courtes affiche le sourire niais d’un smiley jaune, et tombe sur un jean troué qui se termine sur des baskets Nike. Ses cheveux fins non disciplinés vont à leur guise sur son crâne alors que son maintien relâché clôture sa tenue désinvolte.
« C’est la première fois que je te vois sans ton costume, je lui réponds.
— Uniforme ! C’est un uniforme, me corrige-t-il en un tour sur lui-même.
— Mais oui, tu es très belle ! Mon Doliprane, s’il te plaît. »
Mon ami tressaille de son oubli et m’emmène dans leur infirmerie.
« Tiens… »
Professionnel, il note l’heure à laquelle j’avale la pilule blafarde.
« Il n’a pas l’air de s’améliorer, ton rhume, dis donc !
— À qui le dis-tu ! »

La fièvre s’en est allée il y a quelques jours à peine mais menace toujours ma santé. Ce n’est rien pour Damien qui semble prêt à faire fi de mon humeur exécrable au profit d’un grand projet !
« Bon, et maintenant, suis-moi ! », s’enchante-t-il sans raison apparente.
Il me traîne tout d’abord jusqu’au bureau du directeur. M. Harbel m’accueille par ailleur avec moins de brusquerie que son fils.
« Je suis désolé de t’avoir fait venir dans ton état mais la fête d’Halloween m’inquiète énormément, m’explique-t-il.
— Pourr… our… choi !!?... Fait chier ! »
Ma réserve de patiente est épuisée pour le reste de l’année et ce rhume qui n’en finit plus me met de très mauvaise humeur. Le directeur pardonne mes jurons et poursuit :
« Nous craignons que Néan ne profite de la pagaille causée par les déguisements dans les rues pour tenter de t’atteindre. Je préfère te garder dans le seul endroit où tu ne craindras rien… »
Je finis de me moucher avant de lui répondre :
« Snirff… Merci… »
Un sourire compatissant éclaire le visage du directeur.
« Oh ! Fais pas ta petite nature ! Allez, viens ! »
Malgré les protestations et soupirs de son père, Damien me tire jusqu’à ma chambre, plus exactement à mon dressing. Ce dernier, pour une obscure raison, est camouflé par des vieux draps.
« Sais-tu quel jour nous sommes ?
— Non, pourquoi ? Je dois te demander en mariage ? je lance, ironique.
— Nan, ça, c’est pour la semaine prochaine ! Mais ce soir… »
Tout à coup, les lumières s’éteignent pour laisser exploser la faible lueur d’une lampe de poche. Des ombres burlesques, mais pour le moins effrayantes, dansent sur le visage de Damien. Un sourire sadique laisse entrevoir quelque sordide destinée à laquelle il est sur le point de me confier.
« Ce soir… C’est l’heure où les morts reviennent hanter les vivants », clame-t-il en un murmure théâtral.

Je comprends alors où il veut en venir. Fatigué mais amusé, je le laisse me plonger dans l’ambiance sombre qu’il a si facilement instaurée.
« Ce soir… C’est l’heure où le pire de tes cauchemars devient réalité… »
Derrière lui, les draps sont survolés d’un courant d’air. Mise en scène ou tour de l’esprit ? Je me pose doucement la question alors que Damien continue sa litanie funeste.
« Les démons, tout droit sortis des enfers, viendront t’inviter à leur danse, mais prends garde, mortel, car elle ne se finira qu’à ta mort ! »
Les draps explosent subitement derrière Damien. Je sursaute tandis qu’un monstre sort d’entre les plis du tissu pour courir sur moi.
« Grrrhoooooohuuuuuu… »
Je sursaute de nouveau et, en une fragile tentative de fuite, tombe à terre. Mon cri de peur se perd dans le hurlement bestial de cette créature mi-homme mi-démon. Charmeuse, elle danse autour de mon corps encore sous le choc.
Des bourrelets qui la composent se détache une seule et unique griffe. Elle fend l’air pour se planter à une poignée de centimètres de mon entrejambe. Ahuri, je lève la tête sur cette étrangeté. Sa proximité me permet de deviner qu’elle n’est faite que d’un amoncellement de tissus plus moches les uns que les autres. Un éclat de rire derrière la créature me laisse à la fois désabusé et énervé.
« Oh, Nilam ! Tu devrais voir la tête que tu tires ! », hoquette Damien.
La créature tremble, pouffe et piaffe à son tour.
« Bande d’enfoirés ! »
Je bondis sur le fameux « démon » pour le plaquer au sol. Il se débat mais, empêtré dans son propre corps, il ne peut se défendre aussi bien qu’il l’aurait souhaité. J’arrache ensuite le châle hideux qui recouvre le visage rouge de Timothée.
« Et ça vous fait rire ? »
Damien, n’y tenant plus, se laisse rouler à terre dans un fou rire tel que les larmes l’assaillent.
Il leur faut pour se reprendre une bonne demi-heure. Demi-heure durant laquelle je dois subir leurs moqueries et jacassements quasi incompréhensibles.
« OK, maintenant à toi !
— De quoi ? »
Je n’ai pas le temps de comprendre ce que signifie cette insinuation que je suis traîné de force dans le dressing. Là où se trouvait il n’y a pas si longtemps une garde-robe normale, se profilent les peaux et fourrures des bêtes les plus excentriques.
« À ton avis Tim, qu’est-ce qui lui irait le mieux ? »
Mon geek en chef, toujours emmêlé dans son propre costume, n’a aucunement le loisir de lui venir en aide.
« Non, mais je te jure… »
Damien me lance alors les costumes les plus horribles qui lui passent sous la main.
Les Immortels, Tome 1 : La Compagne Les Immortels, Tome 1 : La Compagne
Amanda Bayle   
Un très bon premier tome et vivement la suite qui s'annonce prometteuse!
Une belle écriture, c'est fluide à lire.
Je ne m'attendais pas à tomber sur une lecture aussi sombre. Le monde décrit par l'auteur fait froid dans le dos et la vie des survivants est chaotique, dangereuse et pour les filles c'est encore pire. On suit Lise et Eve dans ce nouveau monde dirigé par les immortels qui ont dû se dévoiler pour prendre le pouvoir et empêcher les humains de détruire la terre. Je me suis tout de suite attachée à ces deux filles. Eve est impulsive, impétueuse, n'a pas sa langue dans sa poche, elle déteste l'injuste et ne se prive pas de le dire. Lise est plus réservée, elle est la voie de la raison. Mais quand les vampires débarquent pour trouver des futures compagnes, leur vie va être bouleversée et pas toujours en bien. Certains passages m'ont fait pleuré.
J'ai eu du mal à apprécier ces vampires au départ, ils sont imbus de même, sans compassion, cruel pour certain, manipulateur. Heureusement, on a le point de vue de Luderick. On le voit évoluer tout au long du livre. Lui qui ne ressentait plus rien depuis des années, recommence à ressentir des émotions au contact d'Eve. Leur relation ne va pas être de tout repos, surtout avec Eve qui déteste tous les immortels. J'ai aimé que leur relation avance à tâtons. Ils vont s'apprivoiser petit à petit ce qui rend ça plus crédible.
J'ai aussi beaucoup aimé les personnages d'Amel, de Cynthia, de Pierre, Nikolai et Rolf, ils forment un clan soudé. Par contre, Olrik est un monstre de la pire espèce. J'espère qu'il finira par payer.
Concernant l'intrigue, on n'a pas le temps de s'ennuyer, entre les loups sauvages, les humains anti-vampires, les attaques, les enlèvements, le clan n'a que peu de temps pour se reposer.

par cyn79
Evanescence, Tome 1 : La Mort est si romantique Evanescence, Tome 1 : La Mort est si romantique
Ericka Duflo   
Une très jolie romance gothique. Une histoire d’amour passionnelle entre la Mort et une ravissante Canadienne qui aurait dû avoir toute la vie devant elle… Je ne veux pas trop spoiler, mais j’ai beaucoup aimé lire ce récit qui se dévore en quelques heures à peine. Par contre, c’est un tome 1 (et comme je l’avais pas vu, cela m’a un peu surprise à la fin…). En tout cas, pour tous les fans de Twilight et autres romances fantastiques : allez-y ! Ça devrait vous plaire ! :-)