Livres
515 451
Membres
528 991

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par Matoline 2018-07-17T21:15:25+02:00

Chapitre 1 :

Deux jours plus tard

Jour 1

«…— Donne-lui à boire.

À ces mots, ma tête se releva. Je tentai de me retourner en me balançant, mais l’homme m’empoigna par les cheveux et, me tirant la tête en arrière, commença à me verser de l’eau tiède dans la gorge. Ç’aurait pu être l’eau la plus croupie du monde, ça m’était égal tant j’avais soif. Rien qu’à la sensation du liquide qui coulait dans ma gorge, j’eus l’impression de revivre. L’eau débordait au coin de mes lèvres, et je faillis m’étrangler une ou deux fois tandis qu’il versait sans s’arrêter. J’avalais aussi vite que je le pouvais, de crainte qu’il ne s’arrête. C’est alors qu’une porte grinça sur ses gonds, puis se referma dans un claquement. Alfonzo me relâcha la tête d’un geste si brusque que je me mis à me balancer au bout de mes chaînes sans pouvoir m’arrêter.

Et soudain :

— Est-ce que tu es déjà en train de foutre en l’air notre arrangement, Raul ? Elle est à moi. Ce n’est pas négociable. Il me semblait avoir été clair.

C’était la voix de Logan. Chaude et rassurante. J’eus l’impression qu’elle m’enveloppait comme une couverture. J’éclatai en sanglots et me mis à gigoter jusqu’à ne plus sentir mes bras ni mes épaules. Logan m’avait retrouvée. Il allait me sauver. Il allait mettre fin à ce calvaire.

— Elle sera à toi quand je le déciderai. Et cesse de me prendre de haut, sans quoi il n’y aura pas de deal. Compris ?

Silence. On n’entendait que le mugissement du vent qui s’engouffrait dans les interstices des fenêtres mal scellées.

— Notre deal tient toujours.

Logan ? Mais de quoi parlaient-ils ? Quel était donc ce deal ? Était-il venu pour me sortir de là ? J’essayai de me retourner pour pouvoir le regarder, mais mon pied ne touchait pas assez terre pour que je puisse pivoter.

Un rire fusa. Froid. Brutal. Sinistre… »

Afficher en entier
Extrait ajouté par loona10 2018-05-28T20:32:23+02:00

Pourquoi est-ce qu’il ne s’élançait pas vers moi pour me prendre dans ses bras ? Comment avait-il fait pour me retrouver ? Pourquoi est-ce qu’il parlait à ce type comme s’ils se connaissaient ? Ne m’avait-il pas vue ? Ne m’avait-il pas reconnue ?

— Logan ! S’il te plaît.

Je me débattis à nouveau, les menottes me blessant les poignets.

— Cesse de l’appeler comme ça ! rugit l’homme. Tu dois l’appeler Maître, maintenant.

Soudain, j’entendis siffler une lanière de cuir. Ce fut comme si un millier de lames me transperçaient la peau. Je hurlai :

— Logan !

— Fais ce qu’on te dit, Emily.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Lenaic-2 2020-04-05T16:53:42+02:00

Chapitre 14

« - Logan...

- Non, m'interrompit-il abruptement, me faisant sursauter.

C'est alors que je vis la colère dans ses yeux se dissiper peu à peu. Les plis amers autour de sa bouche s'effacèrent et il inspira profondément.

- Ne me dis pas que tu sors avec ce trou du cul.

- Non. Mais quoi qu'il en soit, il ne méritait pas...

- Ce connard était en train de te lécher l'oreille.

- Pas du tout.

Enfin, pas vraiment, mais quand bien même il l'aurait fait, ça n'était pas une raison pour lui écrabouiller la figure.

- Et de toute façon, ça ne te regarde pas.

- Si, ça me regarde, Emy. Il m'a fallu deux ans pour te retrouver, ça n'est pas pour voir ce demeuré te peloter et te lécher comme un cône de glace.

Oh. Mon Dieu. Il avait complètement perdu la boule. Mister Cool avait littéralement pété un boulon. Lui qui contrôlait toujours ses émotions, même avant l'épisode mexicain, sauf, peut-être, son désir.

- Sculpt, j'étais en train de danser. Avec un type. Pas de quoi faire un fromage. Je peux danser avec qui je veux.

Il m'attrapa par les épaules et plongea ses yeux dans les miens. Je vis battre une veine sur son cou.

- Pas tant que je serai vivant.

Nous nous toisâmes, tiraillés entre la colère et... le désir. Car même après deux ans, il continuait de palpiter entre nous.

- Pourquoi est-ce que tu es comme ça ? demandai-je en m'efforçant de dissimuler le tremblement dans ma voix. De quel droit viens-tu ici pour cogner un type avec qui je suis en train de danser ?

Il recula avec un grognement, puis s'approcha à nouveau et me prit par le menton.

- Chaton.

- Et ne m'appelle pas comme ça.

Il retrouva subitement son calme, comme un bouclier qui s'abaisse.

- Je vais les faire voler en éclats.

- Faire voler quoi en éclats ?

- Tes pièces de Lego, Emily. »

Afficher en entier
Extrait ajouté par Lenaic-2 2020-04-05T16:39:30+02:00

Chapitre 18

« - Ecoute, Sculpt, j'avais pensé que...

- Chaton, arrête de cogiter, tu veux ?

Sa voix était dure, exigeante. Les papillons s'envolèrent. Etait-ce parce qu'il m'excitait ou parce qu'il me faisait peur ? Ou les deux ? Pourquoi est-ce que j'aimais ça, quand il me parlait sur ce ton ?

- Ce n'est peut-être pas une bonne idée qu'on se téléphone.

Silence.

- Est-ce que tu as écouté ce que j'ai dit hier ?

- Comment ?

Je l'imaginais, fronçant les sourcils, sa main crispée sur son téléphone.

- Emily ?

- Bien sûr.

- Donc tu as entendu quand je t'ai dit que je t'aimais ?

Oui, et aussi que je lui manquais. Et j'avais envie de le lui dire aussi, mais j'aurais eu l'impression de me mettre à nu si je l'avais fait.

- Je ne suis pas en train de draguer une nana que j'ai envie de baiser. Je suis à fond sur une femme que j'aime et qui ne me laisse pas l'approcher.

- Bon Dieu, Sculpt. Je n'ai pas l'impression que tu aies beaucoup besoin de draguer.

J'entendis un gros bang.

- Je me fiche éperdument des autres nanas. Tu m'écoutes ?

Je l'écoutais, sauf la partie où il me disait qu'il était à fond sur la femme qu'il aimait.

- Qu'est-ce que tu veux ? Demande-le moi, et c'est à toi.

Je repoussai les couvertures et m'assis dans le lit.

- Que s'est-il passé après, Sculpt ?

- Non, Emy. Il ne s'agit pas de ça. Tu essaies de me repousser parce que tu as peur de ce que tu ressens pour moi. Tu es en train de retourner le problème.

- Sculpt...

- Emily, ça suffit. Je veux que tu me dises ce qui se passe dans ta fichue caboche. »

Afficher en entier
Extrait ajouté par aurelia38 2018-11-09T19:05:23+01:00

Le bruit des pas de Logan qui s’éloignait ne cessait de se résonner dans ma tête. Il m’avait abandonnée. Il m’avait abandonnée à Raul. Il n’avait pas essayé de lui tenir tête. Il s’était comporté comme si je ne lui étais rien.

Alors qu’au fond de moi, j’avais gardé le fol espoir qu’il me protégerait quoi qu’il arrive. Il m’avait amenée ici, certes, mais il m’avait aussi protégée.

Et je m’étais trompée.

Il m’avait abandonnée à mon sort.

Afficher en entier
Extrait ajouté par aurelia38 2018-11-09T19:02:11+01:00

Je n’arrivais pas à croire que la vie de Sculpt puisse être merdique. Il était beau comme un dieu, avait une voix sublime, un corps d’athlète, des yeux chocolat et une crinière rebelle qui lui donnait un air débraillé irrésistible.

Son sourire était magique, même s’il ne riait pas souvent, et je sentais comme une résistance chez lui, une part de mystère qu’il refusait de partager avec moi. Mais il est vrai que nous ne nous connaissions que depuis deux mois.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Matoline 2018-07-17T21:14:59+02:00

Prologue :

«…

— Sculpt…

Je ne trouvai pas les mots. Il avait raison. Ma mère était toxique, raison pour laquelle je n’allais jamais la voir.

— On se découvre, Emy, dit-il en passant une mèche de cheveux derrière mon oreille. Je veux que tu me suives en tournée.

— J’ai besoin de temps, Sculpt. Je ne peux pas chambouler ma vie juste sur un coup de tête. La fac commence bientôt, et puis Matt et Kat…

Ma voix se perdit. Le silence s’installa.

— Si ton rêve, dans la vie, c’est de dresser des chevaux, pourquoi est-ce que tu perds ton temps à faire des études de comptabilité ?

Nous avions déjà eu cette discussion.

— Parce que je me préoccupe de mon avenir. Je dois apprendre un métier pour pouvoir gagner ma vie, Sculpt.

Il soupira.

— Emy, je pars la semaine prochaine.

J’eus un haut-le-corps.

— Mais je croyais que… balbutiai-je.

— Il y a du changement. On part plus tôt que prévu.

Je ne pouvais pas le suivre. Il fallait qu’il réalise son rêve. Quant à moi, je ne pouvais compter sur personne d’autre que sur moi-même, car ce n’était sûrement pas ma mère qui allait m’aider à réaliser le mien.

— C’est impossible.

— Emily. Tu crois que tu ne peux pas.

— Mais Sculpt…

— Il n’y a pas de « mais ».

— Mais… »

Afficher en entier
Extrait ajouté par elodiev_ 2018-06-12T13:39:21+02:00

"— Si ton rêve, dans la vie, c’est de dresser des chevaux, pourquoi est-ce que tu perds ton temps à faire des études de comptabilité ?"

Afficher en entier
Extrait ajouté par Kouet 2018-05-12T20:42:35+02:00

C'est à cet instant précis que j'ai tout envoyé promener, tout ce qui me torturait jusqu'ici, la méfiance, le chagrin. J'ai laissé l'amour de Logan s'enrouler autour de mon coeur comme une couverture. Il était à moi et j'étais à lui. Et je voulais qu'il me protège. Et pas parce que j'étais brisée, ou faible et sans défense. Mais parce qu'il me donnait tout ce dont j'avais besoin. Parce qu'il m'aimait.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode