Livres
511 075
Membres
521 600

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par bioki 2012-08-16T15:49:56+02:00

Ils flottent, reprit le clown. En bas, nous flottons tous. […] Viens flotter avec nous.

Afficher en entier
Extrait ajouté par queenregina 2015-11-05T17:55:40+01:00

Un clown se tenait dans l’égout. L’éclairage n’y était pas fameux, mais néanmoins suffisant pour que George Denbrough n’ait aucun doute sur ce qu’il voyait. Un clown, comme au cirque, ou à la télé. Un mélange de Bozo et Clarabelle, celui (ou celle, George n’était pas très sûr) qui parlait à coups de trompe dans les émissions du dimanche matin. Le visage du clown était tout blanc ; il avait deux touffes marrantes de cheveux rouges de chaque côté de son crâne chauve et un énorme sourire clownesque peint par-dessus sa propre bouche.

Il tenait d’une main un assortiment complet de ballons de toutes les couleurs, comme une corne d’abondance pleine de fruits mûrs.

Et dans son autre main, se trouvait le bateau en papier journal de George.

« Tu veux ton bateau, Georgie ? » fit le clown avec un sourire.

George lui sourit à son tour ; il ne put s’en empêcher. C’était le genre de sourire auquel on ne pouvait faire autrement que de répondre. « Oui, bien sûr, je le veux. »

— « Bien sûr, je le veux ! » fit le clown en riant. Voilà qui est bien dit, très bien dit ! Que penserais-tu d’un ballon ?

Afficher en entier
Extrait ajouté par queenregina 2015-11-05T17:54:41+01:00

Il se releva et s’approcha de la bouche d’égout. Il mit son bon genou à terre et regarda à l’intérieur. L’eau faisait un grondement creux en s’enfonçant dans les ténèbres, un bruit de maison hantée qui lui rappelait…

Un cri étranglé sortit de sa gorge et il sursauta.

Deux yeux jaunes le regardaient de là-dedans, des yeux comme ceux qu’il avait imaginés le guettant dans la cave, sans jamais les voir.

Afficher en entier
Extrait ajouté par StarkArya 2015-01-13T18:41:55+01:00

"Il attendit un peu, dans l'espoir de voir au moins une voiture franchir l'intersection Jackson-Witcham, mais en vain. Mis à part Mrs. Douglas et lui même, tout le monde à Derry aurait pu être mort ou avoir disparu, du moins d'après ce qu'il voyait d'ici. Il jeta un coup d'oeil à l'institutrice et se rendit compte, non sans un frisson de terreur, qu'elle ressentait la même chose que lui; il le devinait à son regard. Il y avait quelque chose de profond, pensif et lointain qui n'était pas d'une femme de quarante ans: c'était un regard d'enfant. Elle avait les mains croisées juste en dessous de la poitrine, comme si elle priait.

J'ai la frousse, pensa Ben, et elle aussi. Mais de quoi avons-nous peur?"

Afficher en entier
Extrait ajouté par abstractblues 2014-05-08T17:33:36+02:00

Il trouvait Bev bien plus chouette... Et beaucoup plus jolie, même si pour tout l'or du monde, il n'aurait jamais osé le lui dire. Néanmoins, parfois, au coeur de l'hiver, quand la lumière à l'extérieur virait au jaune somnolent comme un chat roulé sur un sofa, quand Mrs Douglas dévidait sa rengaine sur les maths [...] ou sur les mines d'étain du Paraguay, en ces jours où il semblait que jamais l'école ne finirait mais que ça n'avait pas d'importance parce que dehors le monde était en décomposition...

Afficher en entier
Extrait ajouté par TommyRollrbox 2018-09-21T03:15:50+02:00

CHAPITRE 1

Après l’inondation (1957)

1

La terreur, qui n’allait cesser qu’au bout de vingt-huit ans (mais a-t-elle vraiment cessé ?), s’incarna pour la première fois, à ma connaissance, dans un bateau en papier journal dévalant un caniveau gorgé d’eau de pluie.

Afficher en entier
Extrait ajouté par SherCam 2018-08-04T13:07:58+02:00

Peut-être que ces histoires de bons ou mauvais amis, cela n'exsite pas; peut-être n'y a t-il que des amis, un point c'est tout, c'est-à-dire des gens qui sont à vos côtés quand ça va mal et qui vous aident à ne pas vous sentir trop seul. Peut-être vaut-il toujours la peine d'avoir peur pour eux, d'espérer pour eux, de vivre pour eux. Peut-être aussi vaut-il la peine de mourir pour eux, s'il faut en venir là. Bons amis, mauvais amis, non. Rien que des personnes avec lesquelles on a envie de se trouver; des personnes qui bâtissent leur demeure dans votre coeur.

Afficher en entier
Extrait ajouté par lehane 2017-12-19T09:40:37+01:00

Ce qu'il découvrit était si épouvantable qu'à côté, ses pires fantasmes sur la chose dans la cave n'étaient que des féeries. D'un seul coup de patte griffue, sa raison avait été détruite

Afficher en entier
Extrait ajouté par lehane 2017-12-19T09:40:20+01:00

Ces six gosses étaient ses AMIS, et sa mère avait tort : ce n’étaient pas de mauvais amis. Peut-être que ces histoires de bons et mauvais amis, cela n’existe pas ; peut-être n’y a-t-il que des amis, un point c’est tout, c’est-à-dire des gens qui sont à vos côtés quand ça va mal et qui vous aident à ne pas vous sentir trop seul. Peut-être vaut-il toujours la peine d’avoir peur pour eux, d’espérer pour eux, de vivre pour eux. Peut-être aussi vaut-il la peine de mourir pour eux, s’il faut en venir là. Bons amis, mauvais amis, non. Rien que des personnes avec lesquelles on a envie de se trouver ; des personnes qui bâtissent leur demeure dans votre cœur.

Afficher en entier
Extrait ajouté par lehane 2017-12-19T09:40:02+01:00

En plus, ça s'est passé à Derry, pas à New-York ou à Chicago. L'endroit compte autant que la nouvelle, fiston. C'est pourquoi les manchettes sont plus grosses quand un tremblement de terre tue douze personnes à Los Angeles que lorsqu'il tue trois mille païens quelque part en Orient.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode