Livres
521 030
Membres
537 086

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Babel Corp, Tome 1 : Genesis 11



Description ajoutée par Lisly 2020-06-20T09:54:16+02:00

Résumé

Emmett embarque sur Genesis 11, un vaisseau de la compagnie Babel Corp, avec d’autres ados défavorisés. Leur mission : récolter sur la planète Eden une substance fossile ultrapuissante, la noxolyte. Or, seuls les meilleurs seront autorisés à débarquer. A bord, les épreuves cruelles et biaisées succèdent aux entrainements violents, et Emmett se méfie de plus en plus de Babel Corp. Jusqu’où la compagnie est-elle capable d’aller ? Mais Genesis 11, lancé dans l’immensité intergalactique, garde jalousement ses secrets.

Afficher en entier

Classement en biblio - 14 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par MadameRatou 2020-06-12T15:33:53+02:00

Je verse des larmes de joie et de chagrin, de regret et d'espoir. Quand je réussis enfin à me reprendre, chacun de mes pas résonne comme une promesse.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Diamant

J'ai tout simplement adoré ma lecture, malgré plusieurs événements personnel qui m'ont empêché d'avancer plus vite que je n'aurais voulu, ce petit bijoux m'a réellement fait du bien. Emmett est un personnage tellement adorable, il a un caractère, un charme, une force insoupçonnable qui est tellement attirant ! J'aime tout simplement l'univers que Scott Reintgen, c'est bien foutu, chaque mots nous donnent une image tellement impressionnante.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par MissEcho 2020-08-06T16:36:07+02:00
Or

Je me suis laissée tenter par Babel Corp suite à des recommandations (Elle se reconnaîtra) et si j'ai été un peu lente dans ma lecture au tout début, j'ai commencé à vraiment être dans le bain au bout de quelques chapitres.

En général, je n'aime pas trop comparer une oeuvre à d'autres mais je n'ai pas pu m'empêcher de penser à un mélange entre Avatar et Divergente en lisant Babel Corp. Et comme ce sont deux oeuvres que j'aime beaucoup, ce mélange m'a énormément plu.

On ne voit pas trop le côté SF qui au final s'oublie un peu. Les personnages sont dans un vaisseau en direction d'une autre planète mais plus j'ai continué ma lecture et moins je me suis sentie dans l'espace. Il n'empêche que certains aspects de la noxolyte sont tellement bien décrits que j'ai très envie d'en avoir quelques morceaux chez moi.

Le côté compétition laisse planer le doute sur l'avenir des personnages. En tant que lectrice, j'ai eu très envie d'en éjecter certains juste en me basant sur leurs caractères. Cela demande également aux personnages d'établir des stratégies au moment des épreuves mais aussi pour se lier d'amitié tout en pensant stratégie. Ce classement obsède d'ailleurs Emmett car il est crucial pour lui de réussir et de descendre sur Eden. Mais ça et on l'apprend au fil des journées passées sur le vaisseau, c'est aussi le cas de tous les autres persos.

En parlant de ces persos, j'ai trouvé qu'il y en avait énormément. Il est donc parfois difficile de s'y retrouver mais heureusement qu'on a le point de vue d'Emmett (et sa mémoire). Les personnages viennent littéralement des quatre coin du monde. Ils ne parlent pas la même langue mais peuvent se comprendre grâce à la noxolyte (vraiment j'en veux un bout chez moi).

J'ai donc beaucoup aimé le cadre et les personnages mais l'histoire était trop lente pour moi. L'histoire se déroule sur une centaine de jours et les journées d'Emmett sont très similaires les unes des autres à cause du programme imposé par Babel.

Enfin, les révélations (notamment celles sur Babel) m'ont laissées de marbre mais c'est peut-être parce que j'ai pris l'habitude de tout remettre en doute.

Afficher en entier
Argent

Retrouvez d'autres chroniques sur mon blog : https://lesfantasydamanda.wordpress.com/

--- Bonne pioche ---

En mai dernier, lors de la masse critique Babelio dédiée à la jeunesse, j’ai eu la chance d’être sélectionnée pour chroniquer le premier tome de Babel Corp. Je remercie donc les éditions Milan pour l’envoi du livre.

Selon moi, Genesis 11 est à mi-chemin entre Hunger Games et La Stratégie Ender. Autant vous dire que j’ai passé un très bon moment de lecture. J’ai vraiment hâte de connaître la suite !

--- Quand les épreuves s’enchaînent ---

Très rapidement, l’auteur rentre dans le vif du sujet : la compétition ! Le quotidien d’Emmett, notre héros, est alors centré sur le classement, rien que le classement. Ou presque, mais j’y reviendrai.

Quoi qu’il en soit, Scott Reintgen a une imagination débordante pour concevoir des épreuves, toutes plus difficiles, plus tordues les unes que les autres. Honnêtement, j’avais peur de me lasser de cet aspect de l’histoire, mais pas du tout ! Comme les règles évoluent sans cesse, les personnages n’ont d’autre choix que de s’adapter, d’inventer de nouvelles stratégies. La tension est constante, et on n’a qu’une seule envie : voir Emmett remplir ses objectifs !

--- Dix concurrents, et seulement huit places pour Eden ---

Ce qui pose souvent problème dans ce genre d’histoires, où la compétition est l’enjeu principal, c’est le nombre élevé de participants. En effet, il n’est pas facile de les identifier tous avec précision. Et c’est exactement ce qui s’est produit dans Genesis 11.

Scott Reintgen nous présente ses personnages dans les premiers chapitres, et je me suis vite sentie perdue. D’ailleurs, j’ai probablement mélangé les traits et les habitudes de certains. Heureusement, le lecteur peut toujours se raccrocher à Emmett, le récit étant écrit à la première personne. C’est donc par les yeux de ce dernier que nous découvrons Babel Corp, par ses pensées que nous appréhendons les autres protagonistes. Progressivement, je suis parvenue à les différencier, surtout parce qu’ils ont chacun leurs particularités. En fin de compte, l’auteur a relevé le défi malgré les maladresses du début.

Bon, d’après moi, Kaya et Emmett sont devenus amis trop rapidement, mais j’ai apprécié leur relation et la manière dont ils ont décidé de se soutenir. J’ai également trouvé qu’Isadora et Roathy, un couple de concurrents, avaient le mauvais rôle, même si l’on sous-entend qu’ils sont eux aussi les victimes de la compétition.

Quant à Emmett, il s’est révélé très attachant ! Un brin rebelle, il est cependant prêt à se plier aux règles de Babel Corp pour mettre sa famille à l’abri du besoin. À plusieurs reprises, le système a failli le broyer, mais sa force de caractère l’a sauvé. Ou bien est-ce sa façon si singulière de gérer ses émotions, qui sait ?

--- Addictif sur tous les plans ---

Ce premier numéro fait 500 pages et se déroule exclusivement à bord d’un vaisseau spatial, pourtant on ne s’ennuie pas une seule seconde. Le talent de Scott Reintgen pour conserver l’attention de son lecteur est indéniable. Au départ, la compétition est au cœur de l’intrigue. Ensuite, des alliances se forment et des inimitiés apparaissent. Choisir son camp n’est pas toujours simple ; Emmett sera d’ailleurs confronté à des dilemmes impossibles.

Mais, alors que je ne m’attendais à rien d’autre, l’auteur lève légèrement le voile sur ce que cache Babel Corp. Un peu plus loin encore, il nous montre l’étendue de ses mensonges. Et c’était véritablement passionnant !

Vous l’aurez donc compris, je suis impatiente de me plonger dans le deuxième tome. Celui-ci s’annonce très différent, mais je ne vous apprends rien, puisque le but de cette aventure est de poser le pied sur Eden. Néanmoins, je ne redoute pas ce changement, car Scott Reintgen m’a prouvé qu’il était capable de me surprendre !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Mayumi 2020-07-03T21:59:28+02:00
Or

Avis complet : http://vibrationlitteraire.com/babel-corp-tome-1-genesis-11-de-scott-reintgen/

Un voyage intergalactique au péril de votre vie…

Dans cette histoire, nous suivons Emmett qui embarque dans un vaisseau spatial aux côtés de 9 autres concurrents. Ils vont passer par différentes épreuves au cours de plusieurs mois de voyage vers une planète mystérieuse…

J’ai beaucoup aimé découvrir chacun des personnages et leur personnalité. Chaque concurrent est bien différent et possède des capacités qui lui est propre. Je me suis attachée à beaucoup d’entre eux, et les autres m’ont beaucoup agacée. En bref, aucun ne m’a laissé indifférente ! Ils sont charismatiques et la plupart nous touchent forcément.

Côté univers, dans ce premier tome on se cantonne beaucoup au vaisseau spatial qui permet d’aller de la Terre à Eden, une planète remplie de nombreux dangers. Le vaisseau spatial est absolument incroyable et possède de nombreuses salles spécialement dédiées à la compétition et à l’entraînement des concurrents. J’ai adoré découvrir les différentes technologies mises en place.

J’ai beaucoup aimé l’intrigue. Elle est pleine de suspense et de rebondissements et on est vraiment surpris jusqu’à la toute fin ! Je me suis totalement laissée embarquer par cette histoire et par le suspense. J’ai vraiment adoré cette histoire qui nous plonge au cœur des secrets effrayants d’une multinationale… On sait bien qu’ils manipulent les informations, mais on ne se doute pas à quel point !

Ce premier tome de Babel corp m’a totalement conquise et j’ai été vraiment surprise par de nombreux rebondissements jusqu’à la fin. On ne termine pas sur un cliffhanger et c’est quelque chose qui m’a beaucoup plu. J’ai cependant hâte de découvrir le tome 2 qui nous promet un nouvel univers à découvrir et de nombreuses autres surprises !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Lisly 2020-06-26T15:22:06+02:00
Argent

http://lislysworld.fr/5-raisons-de-lire-babel-corp-tome-1-genesis-11/

Merci à Page Turners pour l’envoi de ce roman.

J’avais été intriguée par le résumé prometteur de cette nouvelle saga de science-fiction qui n’était pas sans me rappeler certains de mes favoris du genre, je me suis donc laissée tentée. Et je ne le regrette absolument pas ! Malgré un manque d’approfondissement de temps à autres qui rend le roman un peu bancal par moment, il s’agit d’un récit entraînant et plein de suspens !

~ 5 raisons de lire Babel corp tome 1 : Genesis 11 ~

1 – C’est de la SF Young Adult comme on l’aime

Genesis 11 ne sera pas sans vous rappeler de nombreux romans de science-fiction Young Adult et si vous avez aimé ceux que je m’apprête à citer, alors vous devriez accrocher au tome 1 de Babel Corp.

Comme dans Phobos, on retrouve le huis clos sur un vaisseau spatial, des personnages issus de classes sociales défavorisées et des dirigeants secrets qui complotent dans l’ombre, même si la romance est clairement moins présente.

A l’instar d’Illuminae, le temps joue contre les héros du roman qui doivent apprendre à maîtriser la noxolyte dans une durée limitée. On retrouve aussi le suspense et l’addictivité, même si le format de Babel Corp est bien moins original.

Enfin, la compétition qui oppose les jeunes embarqués à bord de Genesis 11 n’est pas sans rappeler Divergente (ok, celui-là ce n’est pas de la SF mais la ressemblance est frappante) lorsque les jeunes Audacieux doivent se battre pour une place dans leur faction lors du premier tome.

2 – Le héros est intéressant

Le personnage principal, Emmett, apporte beaucoup au récit. Il y a d’abord le fait qu’on ait un personnage principal masculin qui ne rentre pas dans le cliché du BG en colère et bagarreur (coucou Darrow), de l’Elu (Harry et compagnie) ou du prince, les trois statuts qu’on a tendance à leur prêter dans le Young Adult.

Et ensuite, Emmett est agréablement intelligent. Il ne se laisse pas laver complètement le cerveau par Babel Corp, et s’il sait s’opposer à la brutalité de la compagnie, il sait aussi choisir ses combats. Et il comprend vite qu’il y a quelque chose de louche dans cette mission (ce qui évite la distance avec le lecteur qui souvent le comprend avant le personnage principal) mais ne va pas demander des comptes à coup de poing.

Il y a encore beaucoup à dire sur la psychologie du personnage, son comportement et son évolution mais je vous laisse découvrir le reste en lisant le roman !

3 – On suit l’évolution des mentalités

Parce que chez Babel Corp ils sont quand même doués en lavage de cerveau, on voit les jeunes évoluer au cours du récit. Alors que certains se rebellent contre le schéma que tente d’établir la compagnie, d’autres jouent le jeu sans poser de question jusqu’à devenir les marionnettes de Defoe et de ses associés.

Ce qui est intéressant, c’est qu’Emmett prend de temps à autre conscience de cette évolution et y réfléchis, ce qui permet au lecteur de le faire avec lui. Scott Reintgen prend le temps d’analyser les procédés de manipulations mis en place dans le cadre de la mission Genesis 11 qui, si on est dans de la fiction, semblent de leur côté réalistes.

4 – Il n’y a pas de temps morts et une tonne de rebondissements

Je vous rassure tout de suite, je n’ai pas trouvé que ça soit too much pour autant. Le rythme du récit est maîtrisé et on enchaîne les périodes d’actions et de révélations avec d’autres plus calmes de réflexion sur l’évolution des personnages ou ce que peut bien cacher Babel Corp.

Il y a aux deux tiers du récit un super plot twist qui est malheureusement spoilé dans pas mal de résumés qu’on peut trouver sur internet (sur Amazon notamment), ce que je trouve dommage. (N’ayant lu les résumés en question que après, j’ai eu la surprise à la lecture et j’ai adoré !).

5 – On sent le complot et la suite tordue

En soi, on constate déjà combien les dirigeants de Babel Corp sont tordus dans ce premier tome. Jusqu’à la toute fin (mais vraiment la dernière page quoi), ils poussent les jeunes à la compétition et la violence et les testent de toutes les façons possibles.

Mais on comprend aussi que Scott Reintgen ne nous a pas encore livré tous les secrets de la compagnie, et qu’il a encore pas mal de surprises dans sa manche. Donc pour les amateurs de complots et de méchants bien tordus et cupides, je pense que dans cette série vous allez être servis !

Conclusion

Je recommande fortement Babel Corp aux amateurs de science-fiction et si ce n’est pas mon préféré du genre, il reste néanmoins un excellent livre qui saura trouver son public. Entre réflexions sur l’humanité, suspense et compétition acharnée, c’est un roman à découvrir ! Pour ma part, je vais de ce pas me renseigner sur la date du tome 2

Afficher en entier
Argent

Emmett Ethan Atwater est un afro-américain sans histoire mais au quotidien extrêmement compliqué. Il vit dans la pauvreté à Détroit avec son père qui se tue à la tâche pour un salaire de misère et avec sa mère qui est très affaiblie à cause d’un cancer dévastateur. Son quartier n’offre pas beaucoup de débouchés et il est clair que son avenir ne sera pas plus agréable que sa vie actuelle. Pourtant, un jour, une opportunité unique se présentera à lui et il sera recruté avec neuf autres adolescents par Babel Corp, une société pesant plusieurs milliards, pour participer à l’exploration spatiale la plus importante que le monde ait jamais connue. Le but, extraire de la « noxolyte » sur une planète habitable et semblable à la Terre : Eden. Cette mystérieuse substance est rapidement devenue une ressource très précieuse et la mission — secrète — de ces jeunes va consister à en récolter le plus possible tout en faisant attention aux Adamites, l’espèce qui peuple ce nouvel espace (et qui, apparemment, ne leur fera jamais de mal parce qu’ils ne sont pas adultes). En échange, ils auront droit à assez d’argent pour mettre leurs proches et leurs familles, actuellement dans le besoin, en sécurité.. pour toujours. Concrètement, on va leur promettre la richesse éternelle, des soins médicaux de première qualité et d’autres avantages encore. Cette proposition, plus qu’alléchante, va finir de les convaincre, et c’est ensemble qu’ils se lanceront dans une quête hors du commun au dénouement incertain. Mais ils découvriront assez tôt que seuls huit d’entre eux pourront se rendre à destination et ainsi profiter de cette expérience et de la récompense promise. Pour faire leur choix, les organisateurs vont leur imposer des épreuves physiques et mentales qui vont les pousser au-delà de leurs limites. Le chrono est lancé : que les meilleurs gagnent.

Pour ce qui est des personnages, je dois dire que l’auteur a fait un choix judicieux. En effet, ils sont diversifiés. Je n’ai pas l’habitude de croiser ce schéma dans mes lectures alors croyez-moi, ça fait plaisir à voir. Nous avons donc Emmett, bien entendu, que j’ai déjà brièvement présenté dans le paragraphe précédent. Mais nous avons aussi Azima, Kaya, Jasmine, Isadora, Longwei, Bilal, Katsu, Jaime et Roathy. Certains sont asiatiques, d’autres sont originaires de la Palestine, du Japon, de la Suisse, des États-Unis, du Brésil, ou même de l’Empire triarque. Pourtant, et bien qu’ils viennent tous des quatre coins du monde et d’horizons différents, ces dix adolescents sont liés par une chose qu’ils ont en commun : ils sont désespérés. Babel Corp va en profiter et va les pousser, et parce qu’ils sont pauvres, ils vont se battre les uns contre les autres dans une compétition féroce et acharnée. Leur détermination était surprenante, et compréhensible. Ce tome est pas mal centré sur cet aspect là et je dois avouer que la première moitié du roman m’a semblé longue. Les formations rigoureuses voire dangereuses, les sessions d’entraînements, les stratégies, et rebelote. Fort heureusement, le rythme change au bout d’un moment et comme Emmett, on commence à s’interroger sur des détails qui nous paraissent suspects. D’ailleurs, qu’est-ce qui a poussé une société aussi puissante à choisir des jeunes comme eux ? Qu’ont-ils de spécial ?

Je vous le donne en mille mais Babel Corp : Genesis 11 a bien fonctionné avec moi. C’est un livre puissant que j’ai pris plaisir à découvrir et qui, j’en suis sûre, saura convaincre les amateurs de science-fiction et de conquêtes spatiales. J’ai adoré le héros car il lutte contre lui-même et contre la colère qu’il ressent face aux injustices. Ses parents lui ont inculqué des valeurs et des principes, et au fil des pages on le voit faire de son mieux pour garder son intégrité alors qu’il est dans une situation compliquée. Ses concurrents, en ce qui les concerne, m’ont tous fait ressentir quelque chose. J’en ai apprécié certains, j’en ai détesté d’autres. Mais une personne a réussi à sortir du lot et à me toucher plus que les autres. J’ai nommé, la belle, douce et intelligente Kaya (je dis ça comme ça mais sans elle notre cher Emmett aurait sûrement pris une autre direction).

Conclusion, c’était une lecture surprenante et entraînante qui m’a plu dès les premières pages. Malgré quelques longueurs et un fond aux allures de déjà-vu, j’ai accroché. Les relations entre les personnages sont juste passionnantes et la fin laisse présager un deuxième tome à la hauteur (si seulement je l’avais en ma possession..). En revanche, des petites choses m’ont chiffonnée. À commencer par ce chapitre perdu dans les 2/3 de l’ouvrage avec un autre point de vue que celui de notre narrateur. Je cherche encore à comprendre le pourquoi du comment (s’il y en avait plusieurs, d’accord, mais là il n’y en a qu’un seul sur plus de 500 pages). Aussi, la pseudo romance sortie de nulle part. Je ne m’y attendais absolument pas, je ne l’ai pas trouvée crédible, et je ne sais toujours pas ce qu’elle apporte à l’histoire. En dehors de ça, j’ai passé un super moment de lecture. Je recommande ! Merci aux éditions Page Turners pour l’envoi de ce livre et pour la confiance qui m’a été accordée. ♥

Afficher en entier

Date de sortie

Sortie récente

"Babel Corp, Tome 1 : Genesis 11" est sorti 2020-06-10T08:20:41+02:00
background Layer 1 10 Juin

Dates de sortie

Babel Corp, Tome 1 : Genesis 11

  • France : 2020-06-10 (Français)
  • USA : 2018-06-19 (English)

Activité récente

Titres alternatifs

  • The Nyxia Triad, book 1 : Nyxia - Anglais

Évaluations

Les chiffres

Lecteurs 14
Commentaires 6
Extraits 11
Evaluations 8
Note globale 8.43 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode