Livres
516 096
Membres
530 087

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Isabelle Desesquelles

76 lecteurs

Activité et points forts

Thèmes principaux

ajouté par Lilou 2010-05-01T19:02:21+02:00

Biographie

Directrice de la librairie Privat, jeune mère d'un petit garçon bouclé elle est aussi une écrivaine impressionniste et délicate ; révélatrice de la puissance du souvenir et du poids des regrets.

Afficher en entier

Classement dans les bibliothèques

Diamant
9 lecteurs
Or
8 lecteurs
Argent
15 lecteurs
Bronze
19 lecteurs
Lu aussi
15 lecteurs
Envies
49 lecteurs
En train de lire
3 lecteurs
Pas apprécié
8 lecteurs
PAL
34 lecteurs

Quelques chiffres

Note moyenne : 6.43/10
Nombre d'évaluations : 23

0 Citations 21 Commentaires sur ses livres

Dernier livre
de Isabelle Desesquelles

Sortie France/Français : 2020-04-14

Sortie Poche France/Français : 2020-07-02

Les derniers commentaires sur ses livres

Commentaire ajouté par Joyeux-Drille 2019-09-03T22:26:02+02:00
UnPur

Isabelle Desesquelles a choisi un sujet casse-gueule et se complique un peu plus la tâche en optant pour un traitement particulier sur le plan narratif. Une histoire qui s'étend sur 43 ans et agit comme une onde de choc sur tous les personnages impliqués. L'histoire d'une famille irrémédiablement détruite, mais aussi d'une gémellité lézardée que seule une affreuse vérité pourrait peut-être réparer.

https://appuyezsurlatouchelecture.blogspot.com/2019/09/elle-nest-pas-forcement-belle-la-verite.html

Afficher en entier
Commentaire ajouté par LesLecturesdAnneSophie 2019-09-08T17:53:08+02:00
UnPur

Août 1976. Benjamin et Julien, 8 ans, se trouvent avec leur mère en vacances à Venise. Entre cette mère, solaire et extravagante, et ses jumeaux, les liens sont forts.

Pourtant, comme trop souvent, le mal rôde. Et ce jour-là, place Saint Marc, quelques secondes suffiront pour que Benjamin soit arraché à sa famille.

Quarante plus tard, c’est pourtant lui qui est jugé, et non le monstre qui l’a enlevé.

Pourquoi ? Qu’a t-il pu se passer pour que la victime soit assise à la place du bourreau ? Et pourquoi n’a-t-il pas repris contact avec sa famille plus tôt ?

Dans ce court roman (221 pages) Isabelle Desesquelles donne la parole à Benjamin, pour qu’il raconte.

Qu’il se raconte, lui. Pour qu’il raconte ce qu’il s’est passé de pire. Mais aussi pour qu’il raconte sa mémoire de leur vie à trois, avant l’horreur.

Avec des phrase d’une beauté douloureuse, des mots d’une douceur déchirante, Benjamin nous dit tout.

Dès le début j’ai été happée, hypnotisée par la mélopée des mots.

Le lent tempo des douleurs. Les notes aiguës de l’espoir qui s’envole, le murmure de l’enfance qui s’en va, et le refrain des souvenirs qui réchauffent parfois les âmes en peine.

Oui, pendant les 100 premières pages, j’ai été ébahie par la forme, fascinée par la plume.

Terrifiée par l’histoire.

Puis, vers la moitié du livre, se glisse une contre mélodie, un peu comme un point de bascule, qui m’a fait oublier la poésie, la beauté des mots et la tendresse des phrases.

Je ne voulais pas, ou plus.

Je n’étais pas d’accord. En colère parfois. Révoltée souvent.

La fin elle m’a laissée terriblement triste.

Non pas parce qu’il se passe quelque chose de terrible (le terrible a déjà eu lieu dès le départ), mais à cause de la tonalité.

Je suis donc passée par beaucoup de sentiments, énormément d’émotions contradictoire et puissantes.

Clairement ce roman ne plaira pas à tous.

Certains seront dérangés par l’histoire qu’il raconte. D’autres par la tournure très poétique. D’autres par les messages qu’il véhicule.

Pour d’autres ce sera peut-être un coup de cœur.

Ce roman est à la fois trop beau et trop terrible pour être conseillé ou dénigré.

Chacun est libre de le ressentir à sa façon.

En bien ou en mal.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Waterlyly 2019-09-19T16:37:51+02:00
UnPur

Benjamin n’est qu’un jeune garçon, lorsque, lors d’un séjour à Venise auprès de sa mère et de son frère jumeau Julien, il se fait séquestrer par celui qu’il nommera Le Gargouilleur. Il y subira les pires sévices, allant jusqu’aux abus. Quarante ans plus tard, le lecteur retrouve Benjamin assis au tribunal sur le banc des accusés. Que s’est-il passé ?

Voilà l’un des romans les plus éprouvants que j’aie eu à lire récemment. L’histoire de Benjamin m’a tout simplement révoltée et bouleversée. J’ai éprouvé une sensation contante de malaise lors cette lecture. J’ai été mal tant c’est rude à lire.

Et pourtant, j’ai cependant plusieurs bémols à émettre. J’ai eu une réelle difficulté à adhérer à la plume d’Isabelle Desesquelles, que j’ai trouvée trop chirurgicale, laissant peu de place à l’émotion. Certains passages m’ont semblé obscurs, j’ai dû m’y reprendre à plusieurs reprises pour comprendre ce que je lisais, et à quelle époque on se trouvait, tant il manque d’indications temporelles. Il a fallu à chaque fois un temps de réflexion pour que j’intègre bien le moment auquel se déroule l’action.

Si la plume de l’auteure est indiscutablement belle, j’ai eu beaucoup de mal pour ma part. J’y ai retrouvé beaucoup de digressions et le style m’a paru parfois trop onirique. Malgré tout, et c’est incontestable, Isabelle Desesquelles a remarquablement bien construit ses personnages, notamment celui de Benjamin.

J’attendais probablement beaucoup plus de ce roman, mais cela n’en reste pas moins une très bonne lecture. Ce roman coup de poing ne peut pas laisser le lecteur indemne et on ressort éprouvé de ce livre.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Irene-Adler 2019-11-28T20:28:34+01:00
UnPur

J’aurais aimé rejoindre les avis enchanté de mes collègues de blogueurs, Lord Amnezik et Yvan, mais ce sera celui de Nathalie : la forme de la narration a tout foutu en l’air et m’a empêché de m’accrocher tout à fait à l’histoire.

Déjà, nous abordions deux sujets que je n’affectionne pas trop : l’enlèvement d’un enfant et la pédophilie.

Pourquoi le lire, alors, me direz-vous ? Parce que les retours étaient excellents et qu’il faut de temps en temps affronter les sujets que l’on évite en littérature.

Jamais facile de trouver le ton juste pour parler de ces horreurs et là, il faut souligner que l’auteure a su trouver les mots justes en utilisant des métaphores qui étaient encore plus percutantes que les mots réels. Là, mes tripes se sont serrées.

L’auteure n’épargne pas ses personnages, notamment notre jeune garçon enlevé qui semble souffrir du syndrome de Stockholm pour son ravisseur et j’avoue que c’est toujours dérangeant de lire ce genre de chose.

Oui, le livre est dérangeant, glauque aussi, la violence est présente, normal, vu les sujets traités, nous ne sommes pas au pays de Petzi.

Là où le bât a blessé, c’est dans la manière de narrer cette histoire.

L’utilisation d’une confession faite par Benjamin était une bonne idée, mais j’ai trouvé que le ton de la narration était froid, distant, sorte de mélange d’imagination débordante, de flou artistique, de sujet atteint psychologiquement (il serait difficile d’en ressortir sans séquelles psychiques) et inventant une réalité alternée, le tout baignant dans une réalité sordide.

Anybref, jamais je n’ai réussi à accrocher au récit tout à fait et ma compassion en a pris un coup puisqu’il me manquait des émotions brutes.

Sans les émotions au rendez-vous, hormis celle du dégoût des pédophiles et des enlèvements, cela a rendu ma lecture encore plus difficile puisque ce ton distant, comme si Benjamin racontait un récit onirique sur ce que fut sa vie après son évasion, a foutu toute ma lecture en l’air.

De plus, il me reste des interrogations à la fin de ma lecture et entre nous, j’aime mieux ne pas avoir la réponse car si elle était positive, ça retirait le crédit que j’ai encore pour Benjamin.

Mon seul autre point positif sera pour le final qui est horrible, brutal, violent et qui clôt le roman d’une manière magistrale.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Florej 2020-01-22T18:25:25+01:00
UnPur

Étrange de dire qu on a été captivé par ce genre de roman....

Il m a complètement chamboulée. Je peux comprendre que le style ne plaise pas à tous, mais j ai moi beaucoup aimé la manière dont Benjamin narre son histoire.

On ne peut qu imaginer le pire, puisque souvent tout est juste suggéré.

On ne peut qu assister impuissant à la quête de résilience d un homme brisé par la vie et pour toujours.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Mietje 2020-02-05T10:24:39+01:00
UnPur

Cela me semble une nouvelle façon d'écrire, rien n'est dit franchement mais tout est compréhensible Parfois un petit détail vous confirme qu'il s'agit bien de ce que vous croyez avoir compris Finalement un très beau livre pour ses réflexions philosophiques !!!

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Syracuse 2020-04-26T17:59:52+02:00
Des mots par la fenêtre

Des mots jetés par la fenêtre. Outre la bonne action, ces auteurs nous offrent leurs visions du mot "liberté". Une petite joie, un petit plaisir, un bon moment d'évasion offert par l'ensemble de ces auteurs.

J'ai beaucoup apprécié le journal d'Andy Warhol. J'ai été surprise des pages de Christiane Taubira (agréablement !). J'ai aimé lire les mots usés jetés par la fenêtre qui sont récupérés et réutilisés. L'évasion par la lecture, par l'imagination.

Merci pour ces mots jetés par la fenêtre. Je les récupère volontiers.

Afficher en entier
Je voudrais que la nuit me prenne

« Je voudrais que la nuit me prenne », c’est poétique, c’est mystérieux, et c’est aussi un conditionnel inquiétant ...

Afficher en entier
Les hommes meurent, les femmes vieillissent

Dans ce livre, il nous est permis de découvrir plusieurs femmes qui ont pour point commun le même institut de beauté.

L'histoire de ce livre n'est pas construite de façon classique, dans le sens où l'on découvre l'intrigue à travers la succession des prises de parole des femmes qui la composent. En réalité, l'auteur nous informe dès les premières pages des éléments généraux de son histoire. Celle-ci s'enrichit grâce aux points de vue des femmes qui diffèrent selon leur âge, leurs attirances, leurs hommes et leur rapport au corps.

Ce choix d'écriture est une originalité que j'ai beaucoup apprécié, car se retrouver face à une pluralité d'opinion nous permet d'oublier en quelque sorte celle que nous nous étions faite sur les événements aborder. Ce livre est là pour nous rappeler qu'il n'y a pas une seule vérité et que le vécu de chaque personne justifie incontestablement la vision qu'elle a du monde qui l'entoure.

À l'issue de cette lecture, je ne peux m'empêcher de penser que peut-être ce livre a été écrit pour être un cadeau aux personnes qui sont et/ou se sentent femmes. C'est pour cette raison que je recommande à chaque lectrice d'aller à la rencontre de ces femmes et de savourer cet Éden littéraire spécialement conçu pour elles. (les lecteurs le peuvent aussi mais les impressions d'identification et de détente seront sûrement moins forts)

Bonne lecture !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Eurylia 2020-07-09T14:25:51+02:00
Des mots par la fenêtre

Un recueil acheté pour la bonne cause qui commence bien mais qui lasse au bout d'un moment. J'ai trouvé les premières nouvelles très poétiques et le format très court plutôt pratique à picorer quand on a peu de temps devant soi mais à la longue j'ai fini par m'ennuyer et avoir hâte que ça se termine pour passer à autre chose. À relire peut-être dans quelques années pour se souvenir du confinement et des espoirs qu'on avait pu placer dans le "monde d'après".

Afficher en entier

Dédicaces de Isabelle Desesquelles
et autres évènements

Aucun évènement prévu

Editeurs

Belfond : 5 livres

Flammarion : 1 livre

Stock : 1 livre

Editions Naïve : 1 livre

Pocket : 1 livre

Julliard : 1 livre

Chêne : 1 livre

Lizzie - Univers audio : 1 livre

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode
Array