Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de AmourBOOKS : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
Cœur de Gaël, Tome 1 : La Vallée des larmes Cœur de Gaël, Tome 1 : La Vallée des larmes
Sonia Marmen   
Très très bonne série de 4 tomes qui retrace l'épopée d'une jeune fille enlevée par un highlanders. Ok présenté comme ça on croirait une énième histoire d'aventure et d'amour à l'eau de rose mais détrompez vous c'est bien plus que ça même si ce tome 1 le laisse penser. Il faut lire les 4 tomes. Bien écrit , fluide et historiquement très bien renseigné ( on revit notamment la le triste massacre de Glencoe) . On se balade dans les plus beaux lieux d'Ecosse, on prend une bouffée d'air pur et on s'émeut de l'histoire de Liam. Une saga pour tous les amoureux de l'Ecosse et pour ceux qui cherchent désespérément à lire quelque chose après avoir lu les " Cercles de pierre" ( OUtlander) de Diana Gabaldon. Je dirais simplement que ce premier tome est un peu moins bien ecrit que les autres.

par skye67
The Harbinger, Tome 1 : Storm and Fury The Harbinger, Tome 1 : Storm and Fury
Jennifer L. Armentrout   
Oh que c’est difficile .. j’ai un choix crucial à faire .. je viens de terminer dark éléments donc SOIT je commence le spin off de ce pas MAIS je prendre le risque de finir frustrer arriver à la fin du 2ème vu que le 3ème n’est pas encore sortit... (connaissant JLA il y a de trèèès grande chance voir du 99% que je ronge ma liseuse de frustration) SOIT j’attends l’année prochaine pour tout bouffer d’un coup .. oh le dilemme !

par Ju2citron
Heart of Thorns, Tome 1 : Heart of Thorns Heart of Thorns, Tome 1 : Heart of Thorns
Bree Barton   
Une héroïne à la découverte d’elle-même, un monde où la magie est considérée comme dangereuse. Heart of Thorns est une plongée dans un imaginaire foisonnant et surprenant. La découverte n’a pas été de tout repos mais je ressors complètement conquise.

Je n’ai pas commencé ce roman au meilleur moment. On a alors connu des débuts laborieux. Cela s’explique aussi par une exploration lente et compliquée des Quatre Royaumes et des Gwyrach, ces femmes susceptibles de faire de la magie. Bree Barton a construit un très bel univers. Seulement, c’est plutôt poussé et ça vient parfois casser le rythme.
Par ailleurs, cette exploration est rendue compliquée par l’influence des personnages sur notre perception du monde qui les entoure. Je ne sais pas comment l’exprimer autrement mais les préjugés de Mia étaient pénibles à la longue. Elle imagine tout savoir grâce à son apprentissage or elle s’aperçoit assez vite qu’elle se fait pas mal de fausses idées. Autrement dit, j’aurais aimé plus de libertés par moment…ou avoir la possibilité de lui rabattre son caquet, ce qui n’était pas possible :p

C’est ensuite que tout se joue, au terme d’un long et aventureux périple. Tous les éléments sont maintenant plus clairs et en place, l’auteure peut donc nous asséner un joli coup derrière la tête. Il y a une vraie montée de stress, qui finit en apothéose dans les derniers chapitres. Je n’ai rien vu venir de ces événements et n’avais rien soupçonné du tout. J’ai été bluffée, j’en redemande. Une fois arrivée dans cette partie du roman, les chapitres n’ont pas fait long feu. Les protagonistes montrent leur vrai visage, c’est une joie que d’assister à tout ça.
Et pour colorer le tout, il y a tout un mystère autour de l’histoire des Quatre Royaumes et de la magie. De quoi piquer mon intérêt. Surtout quand la mère de Mia se retrouve mêlée à tout ça.

J’ai eu quelques réticences avec Mia. La jeune femme est des plus terre à terre (ce qui n’a pas été sans me rappeler quelqu’un ^^). Elle a ce côté agaçant propre à ceux qui pensent tout savoir ou veulent tout savoir sur absolument tout. Elle m’aura donc fait lever les yeux au ciel plus d’une fois mais…elle est également très touchante. Au cours de ce périple, elle va être confrontée à bien des événements qui vont la changer, qui vont complètement transformer sa façon d’appréhender les choses. C’est tout son monde qui s‘effondre et elle perd pied. Cette fragilité m’a fait l’apprécier davantage. Mia connaît une belle évolution.
Quin est plus complexe à saisir. Il dissimule sa vraie façade derrière des simulacres, bien qu’il se montre plus honnête que Mia. J’ai aimé le jeune prince, son côté taquin, un brin provocateur. Lui aussi va changer lors de ce voyage.

Quelques moments difficiles à passer mais ensuite, ce n’était que du bonheur. Plus je lisais et plus j’étais captivée par les Gwyrach et leur magie. Et ce n’est que le début d'une trilogie qui s'annonce fort sympathique. Il reste encore bien des lieux à explorer et de secrets à percer. Je suis impatiente !! Amateurs de fantasy, ne passez pas à côté. Heart ot Thorns est un bon roman du genre.

par Mono9000
La sphère La sphère
Alexiane De Lys   
http://www.my-bo0ks.com/2020/06/la-sphere-alexiane-de-lys.html

La semaine dernière, je terminais ma lecture des Ailes d'émeraude de l'auteure Alexiane De Lys et cela tombait plutôt à pic avec l'arrivée de son tout dernier roman, La Sphère. Un roman de science-fiction qui s'annonçait vraiment sympa. Il faut dire que le résumé avait fortement piqué ma curiosité. Je n'ai donc pas attendu longtemps et me suis littéralement jetée dessus.

La sphère nous plonge dans le futur. Un virus (sujet très d'actualité) a frappé la terre et n'a laissé pour seuls survivants que les femmes. Noria, dont la carrière est à son plus haut accompagne sa meilleure amie dans La Sphère. Là bas, elles vont pouvoir s'essayer aux réalités virtuelles, des simulations qui vont leur permettre de découvrir d'autres horizons mais aussi de rencontrer des hommes. Si l'expérience est coûteuse et emballe totalement sa meilleure amie, Noria n'est pas vraiment heureuse à l'idée de s'y plonger. Entre réel et virtuel il n'y a parfois qu'un pas.

Lorsque j'ai commencé ma lecture, j'ai su que cette lecture ne serait pas totalement à la hauteur de mes espérances. Et malheureusement au fil des pages, je n'ai fais que déchanté. L’héroïne, Noria m'a comme qui dirait tapé sur le système assez rapidement. La jeune femme n'a rien à envier à ses collègues mannequins, elle assume sa taille, ses formes et ça c'est plutôt vraiment cool de la part de l'auteure. En revanche, son caractère, ses réflexions et ses actions ont été rédhibitoires pour moi. En fait, j'ai eu la sensation que pour se sentir bien, elle devait sans cesse rabaisser, critiquer et juger les autres (même si c'est uniquement dans sa tête, ça en dit long sur sa personnalité). Quant à ses actes et son comportement, j'avoue avoir souffler de désespoir à plusieurs reprises... Les autres personnages auraient pu être intéressants et relever le niveau mais j'avoue qu'aucun d'eux ne s'est démarqué. Je n'ai pas ressentie d'empathie et ne me suis pas attaché à eux.

Honnêtement, quand on me dit roman de science-fiction, je m'attendais vraiment à quelque chose de futuriste. Avec La sphère, hormis le côté simulateur du départ, il n'y a pas grand chose à se mettre sous la dent. Et même comme ça, je trouve que c'est très peu exploité. Il faut dire que prendre le partit d'un one-shot pour un univers comme celui-ci, c'est à double tranchant. Car du coup, il faut assez vite plonger le lecteur dans son récit et ce n'est pas toujours simple en si peu de pages. Pour ma part, je suis restée sur ma faim à ce niveau là.

Du côté de l'intrigue, une fois de plus, je m'attendais à tellement mieux... concrètement, il ne se passe pas grand chose dans la première moitié du roman. L'auteure tente de semer le doute dans l'esprit du lecteur et pour le coup ça marche plutôt bien parce que j'en perdais le fil. Honnêtement j'ai trouvé que cela partait un peu trop dans tous les sens pour donner quelque chose de cohérent. L’héroïne m'énervait toujours autant si ce n'est plus et son idylle naissante m'a paru assez fade et tellement prévisible que je n'ai pas réussi à me raccrocher à cela. Pourtant, je suis bon public de ce côté là. Mais ici, honnêtement, ça n'a pas aider loin de là.

Passé la moitié du roman je me suis posée la question. Est-ce que je devais continuer ou non. Je n'aime pas abandonner une lecture, parce que je me dit que ça peut toujours s'améliorer mais là, j'étais à un stade où plus j'avançais et plus j'avais la sensation que mes impressions devenaient négatives. Alors j'ai été lire les derniers chapitres en occultant quelques passages du milieu. Et là, deuxième désillusion... la fin m'a encore plus donné la sensation que cette histoire n'avait ni queue ni tête. Je me suis faite la réflexion "tout ça, pour ça ?". J'ai lu quelques chapitres de plus que j'avais zappé et non décidément, même en savant la fin, rien n'y faisait, j'ai abandonné ma lecture en ayant lu plus de la moitié.

C'est étrange mais en y repensant, je pense que dix ans plus tôt, j'aurais sans doute davantage aimé cette lecture (dans une certaine mesure). A l'heure d'aujourd'hui, en connaissant l'auteure pour ces autres romans, je m'attendais à tellement plus... Je crois qu'au final, je suis déçue d'avoir été déçue. Cette lecture s'annonçait prometteuse mais je n'ai ni accroché aux personnages, ni à l'univers et n'ai pas réussi à passer un bon moment de lecture.

par Carole94P
Easy Easy
Tammara Webber   
Si je devais réellement mettre une note à ce roman ce serait un 10/5.
Easy traite un sujet assez lourd : Le viol( humiliation, souffrance, honte de le dévoiler à sa famille, ses amis, du regard des autres sur le sujet) Non EASY n'est pas qu'une simple histoire d'amour, ce sont plusieurs combats qui sont menés par nos personnages, contre leurs démons intérieurs et extérieurs. Comme celui de ne pas se rendre responsable des drames qu'ils ont subis ou subissent.

Easy nous apprend de ne jamais se fier à l'apparence

Easy c'est une lecture agréable, limpide, grave, poignante, lascive, sensuelle..

Un des meilleurs livres que j'ai pu lire..Il m'a bouleversé.(less)

par Lylie34
Lune indienne Lune indienne
Antje Babendererde   
J'ai tout simplement adoré! l'écriture est fluide mais très incisive,l'auteur pointe de sa plume les inégalités, les injustices flagrante entre le peuple amérindiens et les américains, le racisme ambiant, mais aussi la solidarité, l'amour et l'amitié qui peut naître de deux cultures complètement différentes!
C'est sublime, les personnages sont attachants, charismatiques, j'ai beaucoup aimé plongé dans ce livre, Oliver voit ce peuple avec un regard lucide et neuf, et s'adapte à sa nouvelle vie et à son nouvel environnement malgré les difficultés.
A lire.
Grisha, Tome 1 : Les Orphelins du royaume Grisha, Tome 1 : Les Orphelins du royaume
Leigh Bardugo   
http://altheainwonderland.blogspot.fr/2014/05/the-grisha-tome-1-shadow-and-bone.html

Ma plus grande peur résidait sur le monde crée par Leigh Bardugo dans lequel j'avais peur de me perdre. S'il est vrai que j'ai un peu tâtonné au début, principalement à cause d'un vocabulaire imaginaire très présent, je m'y suis vite faite. Après tout il n'y a pas plus de difficultés et de choses à intégrer que dans un roman comme Le Labyrinthe, une dystopie au monde différent et au vocabulaire marqué. De plus, Leigh Bardugo devait avoir anticipé mes peurs puisque le roman possède un petit récapitulatif de la hiérarchie des Grisha, ces êtres magiques qui sont au centre du roman, mais également une jolie carte qui aide à se resituer dans l'univers. (Cependant il me semble que, sans surprise, la carte n'est pas présente dans l'édition française mais que vous pouvez la consulter sur le site de l'auteure.)

Bien sûr tout bon livre se doit d'avoir une héroïne du tonnerre, qu'il s'agisse d'un roman fantasy ou contemporain c'est toujours primordial. Or l’héroïne de Shadow and Bone, Alina, fait définitivement parti du haut du panier. C'est une jeune femme qui à la base n'a rien de remarquable. Orpheline, frêle, elle est une apprentie cartographe moyenne et a tendance à ne jamais réellement se démarquer. Sauf que lorsque son régiment travers le Fold, un brouillard sombre qui scinde le pays, et se fait attaquer par des Volcras, les bêtes ailées affreuses qui y vivent, son pouvoir se révèle. Malgré qu'elle ait été déclarée comme normale lors de l'examen pratiqué chez tous les enfants du pays, Alina est une Grisha. Une Grisha spéciale. Celle qui pourrait être la solution aux problèmes que pose le Fold. Et j'ai beaucoup apprécié la façon dont la jeune femme gérait ce nouveau statut qui lui tombe sur la tête. On ressent sa réticence à accepter qu'elle puisse être quelque chose d'exceptionnel, elle qui s'est toujours fondue dans la masse et a l'habitude d'être insignifiante. Elle est très touchante dans ses doutes et ses faiblesses, mais également dans la force qu'elle gagne au fil du récit et de l'apprentissage qu'elle fait d'elle-même.

Côté protagonistes masculins, deux se démarquent des autres et ont une certaine importance tout au long de l'histoire. Le premier c'est Mal, le meilleur ami d'enfance d'Alina. J'ai eu énormément de mal avec ce personnage qui représente exactement ce que je déteste chez un héro de Young Adult. Je suis tellement fatiguée des meilleurs amis de l’héroïne qui ne la regardent pas deux fois avant de finalement se rouler par terre dès qu'elles deviennent plus attirantes ou plus puissantes. C'est une attitude que je trouve extrêmement vaine et superficielle. Du fait Mal est passé dans ma liste noire très rapidement et je crois qu'entre lui et moi ce ne sera jamais le grand amour. Il est ce personnage du roman qui me met en pétard et envers qui l’attitude de l’héroïne me laisse coite. Le second personnage, à l'opposé du précédent, n'est autre que le Darkling, chef des Grisha. Je dois être faible et futile, comme Mal, mais je suis folle du Darkling. J'ai adoré ce personnage ambigu, sombre et fascinant, qui ne manque pas de nous laisser interrogateurs. On évoque souvent dans le roman le magnétisme de son personnage sur les autres, notamment sur les Grisha représentantes de la gent féminine, et c'est tout à fait remarquable de constater à quel point son magnétisme transpire au delà des pages. Le Darkling est à mon sens le personnage le mieux construit de l'univers, tout en facettes et nuances, et ce qui est certain c'est qu'il ne laissera personne indifférent !

Le monde mis en place dans Shadow and Bone est tout aussi riche et divers que ses personnages. Inspiré par la Russie du XIXème siècle, ce sont des paysages enchanteurs et un royaume bien installé que Leigh Bardugo nous offre dans ce premier roman. Le concept des Grisha, ces magiciens au service du royaume évoluant dans une hiérarchie dictée par leurs dons, est également fort et appliqué. J'ai été rassurée de voir qu'on intégrait très rapidement les subtilités de cet univers unique, puisque c'est ce qui m'inquiétait, et même le vocabulaire inventé par l'auteure finit par être retenu sans que l'on ne s'en rende compte. Le tout est bien sûr servit par une fluidité évidente dans l'écriture et le récit. Il y a beaucoup de rythme dans ce roman, les moments de réflexions plus posés sont insérés de manière très naturelle, et on ne s'ennuie jamais tout au long des près de 400 pages que dure cette histoire.

Shadow and Bone est un roman fascinant et captivant. Les personnages sont envoûtants, le monde original, et l'ensemble ensorcelant. Ce premier roman est une belle réussite et un coup de cœur comme on aimerait en avoir plus souvent. J'ai hâte de retrouver Alina, le Darkling, le Royaume de Ravka, les personnages secondaires, et même Mal, dans la suite Siege and Storm !

par Althea
Le Dernier Drae, Tome 1 : Pacte de sang Le Dernier Drae, Tome 1 : Pacte de sang
Raye Wagner    Kelly St Clare   
[Lu en VO]
Il y a quelque chose qui ne va clairement pas, avec ce roman, c'est le décalage complet entre le caractère de l'héroïne et tout ce qu'elle subit.

On suit l'histoire à travers le POV de Ryn, dix-sept ans, qui travaille dans la taverne de sa zone et rêve de partir à l'aventure. Elle a pas mal d'humour et une sorte de légèreté qui frise l'immaturité, mais c'est sympa. Tout ce qu'elle vit, elle le désamorce avec une blague. Sauf que voilà. Le scénario aborde ensuite des sujets très lourds, comme (dans le désordre) : le massacre d'un peuple, l'oppression de tout un royaume, la cruauté humaine, le meurtre, l'emprisonnement, la torture, l'esclavage, la prostitution masculine... Et Ryn, elle, continue de balancer des piques à tout le monde (surtout à ceux qu'elle ferait mieux de ne pas chauffer), de se comporter 80% du temps comme une gamine et de se casser la tête avec des questions existentielles style "est-ce qu'il m'aime ?". Alors oui, certaines personnes sont très résilientes, et tout le monde gère différemment les épreuves qu'il subit, mais là c'est du foutage de gueule : la seule conséquence, à la fin, c'est qu'elle est quand même un peu triste et que ohlala le roi est méchant. Pour le réalisme, on repassera.

La romance est toute pétée (la phrase "je t'ai aimée dès que je t'ai vue" devrait être condamnée à l'oubli éternel), les révélations et trahisons finales sont cramées dès les premiers chapitres, et la suite s'annonce toute aussi prévisible. Sans moi.
Le Chant des orques Le Chant des orques
Antje Babendererde   
A la mort de sa mère, Sofie, jeune adolescente de 15 ans est dévastée. Et le semblant de relation qu'elle entretien avec son père ne l'aide pas à aller mieux. Sofie se sent seule.
Lorsque son père, photographe, doit partir un mois aux Etats-Unis pour une commande, il l'emmène avec lui dans l'espoir que ce voyage les rapprochera.
Mais tout ne se passe pas comme prévu, et dès son arrivée, Sofie rencontre un jeune Indien Makah Javid. Très vite, une attirance profonde naît entre les deux adolescents. Avec Javid, Sofie va lentement réapprendre à se faire confiance. Elle va s'ouvrir à ce jeune homme mystérieux et attirant, qui l'emmene voir les orques en mer sur son petit zodiac et avec qui elle peint le canoë pour la Fête traditionnelle annuelle.

L'auteur nous offre un livre empli de tendresse, de douceur et d'émotions. Grâce à son écriture très simple et fluide, elle parvient à nous faire ressentir les émotions des personnages, leurs joies comme leurs peines. Ce texte d'une simplicité et d'une douceur nous livre un récit unique et bouleversant.
Les sentiments sont décrits avec une telle innocence qu'il est impossible de ne pas se sentir touchée par le livre. On perçoit les émotions et la peine de Sofie comme si nous les vivions et c'est ce qui rend se livre si poignant. J'en ai encore des frisson en ce moment-même !

J'ai également beaucoup apprécié le fait que, en plus d'être riche en émotions, ce livre est un mélange subtile de légendes et de culture indienne et de romance innocente entre deux adolescents venus de mondes différents, aux croyances éloignées et qui, malgré tout, arrivent à dépacer ses préjugés et à trouver l'amour en un être que tout oppose.
Classé roman jeunesse, l'histoire d'amour est amenée avec légèreté et délicatesse. On suit les interrogations et les craintes d'une jeune fille de 15 ans qui tombe amoureuse pour la première fois. Ses doutes et ses espoirs sont ceux que toute jeune fille connait au même âge.
Outre l'amour naissant que Sofie éprouve pour Javid, elle doit aussi faire face à l'éloignement de son père qui se plonge dans son travail. La communication entre le père et la fille s'avère difficile et tous deux doivent apprendre à se faire confiance et à accepter les choix de l'autre.

Cependant, l'histoire d'amour entre Sofie et Javid n'est pas le fil conducteur de l'histoire, même si elle reste très présente. Tout au long du livre, on suit les aventures des deux adolescents, leurs rencontres avec un groupe d'orques.
Et bien que l'on ressente parfaitement les messages de paix et d'écologi que l'auteur nous fait passer à travers son livre, cela n'a rien d'une leçon de morale.

Vous l'aurez compris, j'ai été conquise ! Et je ne peux que vous encourager à découvrir cette magnifique histoire qui m'a, plus d'une fois ammené les larmes aux yeux.

par Fantasyae
Lingerie, Tome 1 : Muse en lingerie Lingerie, Tome 1 : Muse en lingerie
Penelope Sky   
En soi, le livre est bien et on retrouve avec plaisir la plume de Pénélope Sky. L’histoire est similaire à celle de la série Bouton, pas de surprise. Conway ressemble beaucoup à son père d’un point de vue personnalité. Sapphire pour sa part, semble très indépendante, ne se laisse pas marcher sur les pieds et agit de façon à garder sa dignité intacte. Jusqu’à ce que Conway l’achète. J’ai beaucoup aimé le début du livre, la relation qui se développait entre les deux protagonistes était bien menée et vraiment intéressante. A partir du moment où elle est retrouvée et vendu aux enchères, c’est le virage à 360 degrés. Et je dois dire que ça ne m’a pas vraiment plu. Donc en soi, c’est une bonne suite mais que je ne trouve pas à la hauteur de la série Bouton.

par Miss29
  • aller en page :
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4