Livres
515 748
Membres
529 567

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode


Ajouter un commentaire


Liste des commentaires

Argent

Réussir à mettre les mots sur ce que j'ai ressenti en lisant cette pépite ne va pas être facile...

.

Il est rare de lire un livre qui s'intéresse aux conditions dans lesquelles les esclaves étaient arrachés à leurs terres et transportés sur les négriers ! Une aventure que je ne vais pas oublier de si tôt !

.

Et oui, j'ai bien dit « Aventure », ne vous en déplaise.

AVENTURE : “Entreprise comportant des difficultés, une grande part d'inconnu, parfois des aspects extraordinaires, à laquelle participent une ou plusieurs personnes” (Larousse). Ici, nous ne sommes pas dans une belle aventure qui fait rêver, bien au contraire ! C'est une histoire de survie. Cette aventure est tragique, d'autant plus qu'elle est inspirée de la réalité...

.

1786, nous suivons la jeune Alma et sa famille... Ils sont les derniers membres d'un peuple mystérieux et ont été obligés de se cacher pour ne pas être exterminés. Le jour où sont frère disparait, Alma n'hésite pas à affronter le monde réel, cruel et inconnu duquel elle a été jusque là préservée...

.

En parallèle, nous suivons l'équipage de La Belle Amélie... Négrier français le plus rapide des mers, qui est bien décidé à ramener le plus d'esclaves possibles....

.

L'histoire d'Alma, c'est aussi celle Joseph, orphelin débrouillard qui semble avoir un plan bien précis dans la tête, ou encore d'Amélie qui a donné son nom au navire mais semble à mille lieues d'imaginer ce qu'il s'y passe réellement ! C'est aussi l'histoire de l'esclavage français, même si on voudrait oublier qu'il a existé...

.

Alma... ce sont des personnages forts et attachants ! On a pas envie de les lâcher. Nous ne sommes pas pour autant, toutefois, dans un monde manichéen. Seulement dans un monde dans lequel l'humanité possède peu de place...

.

En conclusion, c'est documenté, c'est fort, c'est prenant, c'est émouvant...

C'est à lire absolument !

La polémique autour de ce roman ?! Je ne parle pas avec ceux qui s'insurgent sans avoir lu un livre ! Je l'ai lu, j'ai adoré, et je ne vois pas toujours pas en quoi ce roman pourrait porter atteinte à qui que ce soit !

Afficher en entier

Texte magnifique porté par une écriture romanesque à souhait du grand Timothée de Fombelle nous attendons le second volume avec impatience

Afficher en entier
Or

Coucou mes petits amis ! Aujourd'hui, je vous retrouve pour ma chronique d'un livre qui a sacrément fait parler de lui depuis sa sortie il y a de cela un peu plus d'un mois, j'ai nommé Le vent se lève ou le premier tome d'Alma, la nouvelle trilogie jeunesse signée Timothée de Fombelle chez Gallimard Jeunesse.

Je préfère d'ores et déjà vous prévenir, ce premier livre (oui, comme les ouvrages à l'ancienne, c'est un détail qui m'a beaucoup plu) des aventures d'Alma vous embarque dès les premières lignes pour un voyage des plus périlleux et éprouvants pour les nerfs. En effet, Le vent se lève consiste en une succession de chassés-croisés où des destins inextricablement liés se rassemblent sans jamais véritablement se rencontrer et cet état de faits m'a semblé aussi terriblement frustrant qu'indubitablement enivrant. J'entends par là que l'auteur a construit son récit avec un brio tel que toutes les pièces du puzzle en apparence éparpillées aux quatre vents finissent par s'imbriquer l'une dans l'autre à la perfection et j'ai trouvé cela tout bonnement grandiose. Certes, il s'agit là d'une lecture qui nous demande énormément de patience et d'endurance mais la traversée épique que nous propose de vivre Timothée de Fombelle en vaut largement le coup. Personnellement, j'ai cru vouloir m'arracher les cheveux plus d'une fois au cours de l'intrigue en prenant conscience que certains protagonistes s'étaient retrouvés au même endroit sans le savoir et qu'il faudrait attendre probablement le troisième et dernier tome pour que leurs chemins se rejoignent enfin, si l'auteur le veut... et j'espère bien qu'il le voudra, sinon j'en aurai le coeur purement et simplement brisé. Voilà, ça, c'est dit.

Veuillez m'excuser si mon propos vous paraît sens dessus dessous, c'est tout simplement parce que c'est l'état dans lequel ce roman m'a mis tout au long de ma lecture. Mon coeur a tout simplement battu au rythme des folles péripéties dont les personnages font l'expérience. En parlant des protagonistes comme des antagonistes de ce titre, ils en représentent à mon sens l'un des grands points forts : quelque soit leur âge, leurs origines ou bien encore leurs motivations, il émane de chacun d'entre eux une aura indescriptible, un charisme certain qui me les aura rendus tout ce qu'il y a de plus captivants à suivre. Leur personnalité enflammée et leur psychologie complexe aura eu raison de ma petite personne et donné fortement envie d'en apprendre plus sur leur vécu respectif. Mais avant toute chose, il me tarde sincèrement de savoir ce qu'il va advenir d'eux tous. Vont-ils trouver ce qu'ils recherchent ardemment ? Qu'est-ce que Timothée de Fombelle a prévu à leur encontre ? Tant de questions qui restent à l'heure actuelle sans réponse...

Enfin, je ne pouvais pas conclure cette critique littéraire sans aborder (aborder, abordage, vous avez saisis ? OK, je sors...) un aspect essentiel de cet ouvrage, à savoir la plume de l'auteur et la façon dont cette dernière traite de la question éminemment épineuse de l'esclavagisme. De mon point de vue, Timothée de Fombelle est parvenu à mettre le doigt là où ça fait mal avec une poésie et un onirisme qui m'a prise à la gorge et laissée, je le reconnais volontiers, sans voix. Sans prendre ses jeunes lecteurs pour des idiots, il les amène à se pencher sur le sujet aujourd'hui encore brûlant de l'esclavage avec une douceur et une justesse qui n'appartienne qu'à lui. Concernant la polémique qui serait née autour de la publication d'Alma sur Twitter, réseau social que je fréquente fort peu au demeurant, je n'en aurais pas grand chose à dire si ce n'est que, même si j'aurais comme la plupart des gens je pense préféré que cette série livresque soit un own voice comme on le dit dans le jargon, cela ne me gêne malgré tout absolument pas qu'un auteur blanc prenne la parole par le biais ici de son imaginaire sur une Histoire qui ne le concerne certes pas directement, mais dont il se fait le transmetteur, le bâton de relais, afin que jamais on ne n'oublie ce qui s'est passé. Plus que cela, je suis intimement convaincue que la rédaction d'Alma est la façon pour Timothée de Fombelle d'apporter sa contribution à une cause qui lui semble juste, de démontrer son amour et son soutien à un groupe d'individus qui mérite infiniment plus que le mépris et la haine dont on l'a abreuvé au fil des siècles. Cette saga, ce cadeau si précieux, c'est sa manière à lui de dire qu'à défaut de pouvoir véritablement se mettre dans leurs chaussures, il peut grâce à son don d'écrivain à la plume enchanteresse chanter la beauté de leur couleur et de leur héritage et ainsi dénoncer les atrocités d'hier et d'aujourd'hui, en se battant à leurs côtés avec son arme si singulière.

Pour conclure, je ne peux que vous encourager à monter à bord de La Douce Amélie pour une odyssée aux douces saveurs de rhum (Jack Sparrow approves, always) dont vous n'allez certainement pas revenir. Voilà une intrigue rondement bien menée et brille par son intelligence, son halo de mystère et ses acteurs indéniablement saisissants qui n'a pas manqué de me séduire !

Afficher en entier
Or

Alma, Le vent se lève est un roman d'aventure palpitant qu'il est impossible de lâcher avant la fin. Une fin d'ailleurs très prometteuse pour la suite de l'histoire, puisque Alma, Le vent se lève n'est que le premier tome d'une trilogie qui s'annonce passionnante.

   Cette aventure aborde un sujet très délicat : l'esclavage et le commerce triangulaire à la fin du XVIIIème siècle. Ce thème universel est un sujet sensible qui provoque de nombreuses polémiques. Alors Timothée de Fombelle est-il parvenu à retranscrire ces événements sans altérer la réalité et les faits historiques ? Pour moi, c'est un grand OUI. L'auteur a su mettre en mots l'horreur de la traite sans pour autant s'embourber dans des préjugés. Nous pouvons remarquer que Timothée De Fombelle n'a pas traité ce thème à la légère, qu'il a effectué de nombreuses recherches. Il maîtrise son sujet. Il n'oublie aucun détails. Ainsi, nous suivons tout le parcours de cet infâme commerce, du continent africain à Saint-Domingue. Les différents points de vue fait que nous pouvons lire des passages de chaque étape du voyage, du pillage d'un village à la capture d'êtres humains, de la vente des captifs à des navires européens jusqu'à la terrible traversée de l'Atlantique.

Cependant, roman jeunesse oblige, nous n'assistons pas à des scènes de grande violence comme il y a pu en avoir à cette époque, mais elles sont sous-entendues, cachées dans les coulisses du livre entre les chapitres.

​ Tout le long du roman, nous rencontrons une pléiade de personnages (que je vous laisse découvrir :) ) et naviguons entre deux atmosphères. 

Dans la première, Alma, une jeune fille noire, part à la recherche de son petit frère qui a disparu. A travers elle, à travers sa quête, nous découvrons les terres d'Afrique et les relations entre les différents peuples qui étaient, pour la majorité, en conflit. Ainsi, les captifs étaient souvent capturés et revendus par les membres d'une tribu ennemie.

La deuxième atmosphère est plus mystérieuse. En effet, nous la vivons aux côtés de Joseph Mars, un jeune garçon blanc qui s'embarque de son plein grès sur La Douce Amélie, un navire de traite français. De ce jeune héros, nous savons juste qu'il a 14 ans et qu'il est à la recherche d'un grand trésor. Mais pourquoi ? Et qui est-il ? Car derrière ses petits airs de gamin, il semble dissimuler de nombreux secrets. Nous n'en savons que très peu sur lui, et même si la fin nous en révèle un peu plus (que s'y passe-t-il ? haha, à vous de lire le livre ;) ), elle apporte davantage de questions que de réponses. Joseph est un personnage très attachant qui se montre aussi bien rusé que débrouillard. Vous l'aurez compris, je l'aime beaucoup. Il parvient même à se rendre indispensable au capitaine du navire, réputé pour son inhumanité et sa cruauté, toutes deux illustrées par une réplique tout à fait... glaçante. Lorsque son employeur (qui répond au nom de Bassac) le questionne sur le secret de son travail, voici ce que répond ce cher capitaine :

"- Quelque chose de plus dangereux que la vermine ou les rats qui pourrissent la coque. Quelque chose de redoutable. Il faut en écraser la moindre trace.

- Et c'est ...? demanda Bassac. C'est... ?

- L'humanité."

(merci capitaine pour ce doux message de paix)

   Ce roman d'aventure enchaîne rebondissements et découvertes. Il nous tient en haleine (merci à l'auteur pour m'avoir privé de deux nuits de sommeil, suis crevée maintenant xD).

   La plume de Timothée De Fombelle est toujours aussi belle. Son écriture, qui mêle magie des mots et poésie, n'en est pas pour autant difficile à lire. Bien au contraire ! La lecture se fait avec une facilité déconcertante ! 

   Et n'oublions pas le fabuleux travail d'illustration de François Place, qui a illustré de nombreux passages du roman. Son style graphique s'accorde à merveille avec l'univers de Timothée De Fombelle. François Place avait déjà collaboré avec De Fombelle en réalisant des illustrations pour le roman Tobie Lolness.

​ Alma, Le vent se lève est une véritable Ode à la liberté. A lire avec plaisir et sans modération !

Afficher en entier
Argent

C'est mon 1er roman de De Fombelle, je ne fais pas partie de ceux qui ont commencé à lire avec Tobie Lolness. J'ai enfin découvert cet auteur et j'ai beaucoup aimé sa plume. J'ai aussi bien aimé l'histoire, on avance facilement dans le récit et on découvre les différents personnages petit à petit. Malgré cela, il m'a manqué un petit quelque chose pour vraiment apprécier ce roman et avoir un coup de coeur. Je ne me suis pas attachée aux personnages et après l'avoir refermé, je ne ressens pas l'envie de lire la suite. C'était bien mais sans plus.

Afficher en entier
Bronze

Nouvelle série de Timothée de Fombelle, Alma le vent se lève est un appel à la liberté. Fombelle, que j'ai découvert avec Tobie Lolness, écrit toujours aussi bien. Le texte est mélodieux et on prend plaisir à suivre cette aventure.

Cependant, l'histoire manque d'originalité et on s'éparpille trop entre les différents personnages. Intéressant à découvrir pour le côté historique de la traite négrière.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode